background preloader

Médiation numérique

Facebook Twitter

[Dictionnaire] Extimité – Technologies discursives. 1. Définition L’extimité consiste sur internet, et tout particulièrement sur les réseaux sociaux numériques (RSN) du web 2.0, en l’extériorisation de l’intimité des internautes à des fins de validation de l’image de soi. Serge Tisseron la définit comme « le processus par lequel des fragments du soi intime sont proposés au regard d’autrui avant d’être validés » (Tisseron 2011 : 84).

L’extimité, contrairement à ce que la morphologie du mot peut laisser penser (pseudopréfixe ex– vs in-), n’est pas le contraire de l’intimité mais en est une forme, possédant une fonction sociale précise : le processus d’extimité vise à obtenir une validation de la part d’autrui, en sollicitant sa reconnaissance (Granjon 2012). Ainsi l’extimité apparaît comme une pratique d’exposition et de dévoilement de soi destinée à consolider et à s’approprier son image, ainsi qu’à augmenter son capital social (Casilli 2013). 2. 2.1 Extimité et psychanalyse Ce vocable n’est pas au dictionnaire. 3. 6. 7. 4. 4.3 Technogenres. Bibliothèques et réseaux sociaux - Des interactions renouvelées avec le public. Dossier : Bibliothèques et réseaux sociaux - Des interactions renouvelées avec le public Depuis quelques années, les bibliothèques universitaires investissent résolument les réseaux sociaux numériques afin d’améliorer leur attractivité auprès de leur public, sans caricaturer leurs ambitions ni leurs missions.

À partir de retours d’expériences circonstanciés, ce dossier d’Arabesques offre un éclairage complet et contrasté de ces nouvelles pratiques de médiation numérique. Retour sur le congrés LIBER : En avant pour la Science Ouverte Pleins Feux : La Ruche du SCD de l’université de Poitiers Portrait : Cinquante nuances de Jean-Raymond Lalande alias @ conservateurge - twittos anonyme Sommaire du dossier : Bibliothèques et réseaux sociaux - Des interactions renouvelées avec le public Remonter. Ouvrage: trousse d'outils pour biblio à l'écoute de leur communauté. L'été numérique de Louis Chadourne | Centre du Livre et de la Lecture, Poitou-Charentes. L'été numérique de Louis Chadourne est un fonds documentaire sur l'écrivain trop tôt disparu : Louis Chadourne. C'est une collecte et une mise en commun de ressources numérisées, libres de droits parce qu'elles sont entrées dans le domaine public.

L'été numérique de Louis Chadourne tente de rendre un éclairage sur la vie, l’œuvre et l'époque à laquelle il vivait. La plupart des ouvrages cités sont disponibles au format numérique : soit sur le catalogue OPDS des Clefs du patrimoine écrit de Nouvelle-Aquitaine, éditées par l'ALCA (Agence Livre Cinéma Audiovisuel de Nouvelle-Aquitaine), soit sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF, soit sur Biblim, la bibliothèque numérique du Limousin, soit sur le site des éditions Opoto.

Voir la carte en plein écran (conseillé) Belles découvertes et bel été avec Louis Chadourne... Nike Ambassador VIII 8. Pour une médiation numérique DES SAVOIRS - J'ai écrit ce blog entre 2005 et 2018, de nombreux billets peuvent vous intéresser. Désormais je m'occupe de Design des politiques publiques. Retrouvez-moi sur mon nouveau blog ! Symbioses Citoyennes Il y a quelques années j’ai proposé une définition de la médiation numérique : La médiation numérique est une démarche visant à mettre en œuvre des dispositifs de flux, des dispositifs passerelles et des dispositifs ponctuels pour favoriser l’accès organisé ou fortuit, l’appropriation et la dissémination de contenus à des fins de diffusion des savoirs et des savoir-faire.

Pour moi il s’agissait de définir un « concept opérationnel » permettant d’introduire le numérique dans les établissement en se gardant de tout solutionnisme technique. Ce concept a rencontré beaucoup d’intérêt de la part des bibliothécaires au fil des années. On le voit, on parle ici de culture numérique. Est-ce la même approche que la mienne ? Comment distinguer les deux approches? 3 images pour résumer : Ouvrir la Science - Home. Transformer les bibliothèques en « Maisons des Communs » sur les territoires.

J’ai plusieurs fois essayé sur ce blog de creuser la question des liens entre bibliothèques et Communs, voire d’essayer de repenser la bibliothèque en elle-même comme un Commun (voir ici, notamment). Or il se trouve que le mois dernier, j’ai été invité par la médiathèque Gilbert Dallet de Crolles dans le Grésivaudan à participer aux côtés de Lionel Dujol à un événement intitulé « Biens communs de la connaissance : un enjeu pour les bibliothèques« . J’ai souvent eu l’occasion de croiser Lionel Dujol ces dernières années et il s’agit d’un des membres de la première heure de SavoirsCom1, mais c’est la première fois que nous avions l’occasion d’intervenir tous les deux sur ce sujet lors d’une conférence publique. Or grâce à Anne Baudot, organisatrice de cet événement, nous disposons d’une retranscription de nos propos et des échanges avec la salle qu’elle a bien voulu partager avec nous et diffuser sous licence Creative Commons, ce qui me permet de poster le document ci-dessous. Extrait :

Les communs – Une introduction à la notion de communs. Ouvrage: Mediation Numerique des Savoirs – Des enjeux aux dispositifs. Ex. médiation: Contribution | Portail des Médiathèques Entre Dore et Allier.