background preloader

Séries tv

Facebook Twitter

Season One se met en 4 pour la démocratie américaine. Si les américains ne sont pas les seuls à mettre en télévision leur système politique, les anglais le font depuis assez longtemps, et les danois également via l’excellente série Borgen (2010-2013 / DR1/Arte), force est de constater que, depuis la fin des années 90, le Président des États-Unis est devenu aujourd’hui un personnage classique de la série américaine.

Season One se met en 4 pour la démocratie américaine

Devenu pratiquement un genre à part entière, le Political Drama a le don de sortir des séries parmi ce que l’on fait de mieux en télévision. A l’occasion de la diffusion de House of Cards (2012 – NetFlix/Canal+) sur Canal+ faisons un retour sur les 4 dramas qui décortiquent le mieux les institutions américaines. We, the people… Chacun avec leurs spécificités particulières, nos 4 séries explorent la vie politique, et souvent dans ses recoins les plus sombres. Présentation de nos candidats! Crédits: NBC Crédits: Starz Media Crédits: ABC Scandal (Créée par Shonda Rhimes – 2012 – ABC/Canal+) est une série qui a fait la surprise.

Articles-Office-Culture.pdf. Séries et Politique. Quand la fiction contribue à l’opinion. Ce livre, tiré d’une thèse de Sciences politiques soutenue à l’Université Lumière Lyon 2 en se propose d’examiner, à partir de quatre séries américaines, la contribution de la fiction télévisée à la formation de l’opinion politique.

Séries et Politique. Quand la fiction contribue à l’opinion

Lost ? Dans une première partie qui apprend beaucoup d’un point de vue théorique (par exemple sur le storytelling ou les différentes « lectures » des séries télévisées), Joseph Belletante revient sur ce que disent les sciences sociales et de la communication des liens unissant le politique à la télévision, et de la fiction télévisée. Puis il s’attache à présenter l’objet « série américaine de fiction », présentant de manière très claire et instructive l’histoire et l’économie de la série américaine, autrement dit les modes d’écriture, de production et de diffusion de ces séries, y compris à l’international. Séries TV américaines et Histoire- Géo. Les séries TV, miroirs obscurs de la géographie urbaine ? Café géo « Les séries TV, miroirs obscurs de la géographie urbaine ?

Les séries TV, miroirs obscurs de la géographie urbaine ?

», avec Pauline Guinard (ENS Ulm), David Buxton (Université Paris 10), Anne-Marie Paquet-Deyris (Université Paris 10, Crea), Amélie Flamand (ENSA Clermont-Ferrand, CRH-UMR Lavue) et Bertrand Pleven (IUFM Paris 4 – Paris 1), le mardi 28 mai 2013, à 19h30 au Café de Flore. « Les séries constituent ainsi de véritables terrains d’observations des villes nord-américaines et peut-être au-delà, des miroirs tantôt déformants, tantôt grossissants où se reflète une condition urbaine, dans laquelle nous nous reconnaissons confusément. On comprend alors mieux pourquoi elles nous fascinent, à défaut de nous rassurer. » (Philippe Simay et Stéphane Tonnelat, 2011, « La ville des séries télé », Métropoliques, 7 novembre 2011).

Pour lancer ce café géo, Bertrand Pleven emprunte quelques lignes de l’ouvrageLes miroirs obscurs. . – de l’autre la verticalité de la tour de l’Ewing Oil Company. 3/ Envisager les séries comme un terrain urbain E. Décoder les séries télévisées. Sur un sujet qui intéresse finalement beaucoup de monde, des points de vue qui échappent au travers de l’étude universitaire pédante et condescendante, une documentation très riche, des éclairages utiles pour qui veut notamment travailler sur ce genre pas si mineur que cela avec ses élèves.

Décoder les séries télévisées

On n’aborde jamais sans un peu d’inquiétude une approche universitaire d’un domaine dont on se sait soi-même profondément amateur. Ne va-t-on pas y voir développée une attitude condescendante face à un art mineur ? Ne va-t-il pas être question, à l’inverse, de faire entrer de force dans la culture établie dominante une expression artistique encore heureusement triviale et populaire ? Ces craintes sont heureusement très vite démenties, dès la préface d’Éric Maigret. La qualité des différents rédacteurs et leur réputation chez les « sériephiles » viennent rapidement conforter le jugement positif du lecteur. To be continued… ? Guy Lavrilleux. Halshs.archives-ouvertes.