background preloader

Competences

Facebook Twitter

Des notes ou des couleurs ? Cette année, j’ai récupéré une classe de lycée évaluée par compétences.

Des notes ou des couleurs ?

Dans un monde où les chiffres servent de repères, on en parle de plus en plus, et j’ai dû m’approprier cette nouvelle façon d’évaluer sans mettre de note chiffrée. Bon, ce n’est pas difficile car en sciences, on évalue depuis longtemps des méthodes et des savoir-faire sans passer par la sacro-sainte valeur chiffrée, parfois jugée dévalorisante. L’idée générale est donc de ne plus donner à l’élève de note chiffrée, mais d’apprécier la maîtrise de son travail ou des tâches qu’il réalise. Évaluer une compétence nécessite donc de prendre en compte simultanément des connaissances (savoir), des aptitudes (mettre en œuvre) et des attitudes (se comporter face au travail demandé). C’est une évaluation globale d’actions permettant de réaliser une tâche plus ou moins complexe, et de ce fait, une simple note est peu représentative de sa maîtrise.

Il est, je pense, essentiel que l’élève sache « à quelle sauce il est mangé ». Travailler sans note : en cours d'acquisition. Dans mon nouveau collège d’adoption (ou de mutation, comme on veut), il n’y a pas de notes en sixième. « Même pas peur !

Travailler sans note : en cours d'acquisition

» : avec ou sans note l’important est d’évaluer les compétences. C’est ce que je fais depuis déjà longtemps pour tous les élèves du collège où, en SVT, j’évalue 5 compétences différentes : restituer, s’informer, communiquer, raisonner et réaliser. Qu’il y ait des notes ou pas, cela ne doit pas changer grand-chose… Enfin, pas si simple ! Quelque soit la classe ou le niveau, évaluer les compétences permet de mieux cerner le profil d’un élève, et de lui faire pointer du doigt ses points forts et surtout ses points faibles ; travaillant par compétences depuis un moment j’avais déjà défini des niveaux à atteindre.

Niveau débutant : lorsque les premières corrections arrivent, il ne faut pas perdre de temps car d’autres suivent souvent rapidement. Niveau apprenti : juste avant les vacances de la Toussaint, il est temps de faire un bilan pour informer les parents d’élèves. Canopé Créteil - Le portfolio : dossier personnel d'activités et de compétences. Le portfolio : dossier personnel d'activités et de compétences Partager cette page Écrit par Élie Allouche 1.

Canopé Créteil - Le portfolio : dossier personnel d'activités et de compétences

Le portfolio dans le domaine éducatif : définition et objectifs ? C'est un dossier personnel structuré et alimenté au cours d'un apprentissage ou d'une formation et qui doit témoigner des activités et productions réalisées, des documents consultés et des compétences acquises. Avec le développement des TIC, le portfolio devient un élément central de l'EPA (Environnement Personnel d'Apprentissage) et un outil essentiel de valorisation de son dentité numérique dans un cadre professionnel. Enfin, le portfolio numérique offre le grand avantage d'être un work in progress dont le contenu est constamment mis à jour, pouvant devenir à tout moment un "produit fini", communicable à une date donnée. 2. Plusieurs tâches courantes contribuent à la création d'un portfolio : - Pour construire cette arborescence, on peut éventuellement s'aider d'un logiciel de carte heuristique comme Freemind. 3.

Etc. L'approche par compétences en éducation : un amalgame paradigmatique. Toute réforme apporte avec elle son lot de tension et d’inquiétude que les novateurs auraient intérêt à prendre en compte.

L'approche par compétences en éducation : un amalgame paradigmatique

La plupart du temps, les résistances naissent bien davantage des maladresses des novateurs, qui sont trop souvent portés à vouloir donner l’impression qu’ils ont trouvé la pierre philosophale, que du refus de changer des personnes concernées. Il ne faut pas non plus trop s’étonner du fait que les réformes actuelles des systèmes éducatifs suscitent de nombreuses critiques qui proviennent de plusieurs sources différentes. À vrai dire, il faut bien avouer que les irritants n’ont pas manqué. Ainsi, l’injonction qui consistait (et consiste toujours) à exiger de la part des enseignants qu’ils se consacrent à l’enseignement (sic) des compétences ? Nit pas brimer toute créativité et innovation. Mais c’est surtout la question de l’évaluation qui soulève le plus d’objection.

Compte tenu de telles dif? L’approche par compétences : un nouveau paradigme pour la pédagogie universitaire ? 1Le passage d’un paradigme fondé sur la transmission des savoirs académiques à un autre centré sur l’appropriation de ces savoirs et sur leur insertion dans des problématiques pratiques semble bien être, dans les universités, une des évolutions les plus remarquables des deux dernières décennies.

L’approche par compétences : un nouveau paradigme pour la pédagogie universitaire ?

En témoigne le déploiement d’une offre importante de formation visant la professionnalisation et la production d’un nouveau discours portant sur les compétences et leur développement. Certains même s’en émeuvent (Boutin, 2004), tant les débats sont vifs autour des enjeux de l’insertion de l’approche par compétences (APC par la suite) dans les institutions d’éducation. Ses détracteurs y voient l’inféodation de l’éducation aux intérêts économiques et un appauvrissement de l’enseignement par la relégation au second plan des savoirs.