background preloader

Syst prod

Facebook Twitter

Les systèmes productifs en France : des analyses récentes. Les systèmes productifs français et leurs dynamiques sont au cœur des nouveaux programmes de collège et lycée et sont au programme des deux agrégations externes et de celui du CAPES externe en 2015. Les ouvrages de synthèse sortent peu à peu. En décembre 2013, les éditions Armand Colin ont publié, dans la collection U, « La France, mutations des systèmes productifs », rédigé pour par Laurent Carroué, professeur des universités, spécialiste de géographie économique et industrielle et IGEN.

L’auteur s’attache d’abord à définir le concept de "système productif" qui remet profondément en cause sur le plan méthodologique et épistémologique la vieille géographie économique et industrielle. Il s’appuie sur les nombreux travaux réalisés par les géographes depuis une vingtaine d'années pour donner les clefs d’analyse de ces systèmes : acteurs, économie, sociétés, territoires. . - L’introduction et l’essentiel du 1er chapitre sont disponibles en aperçu sur Google livres. Image et espace public. 1L’image fascine. L’espace public interroge. 2Ces notions intéressent de plus en plus les sciences humaines et sociales si l’on en juge par le nombre croissant de publications dont elles font l’objet. Or ces notions peuvent être approchées, et rapprochées, par la dimension spatiale qu’elles possèdent toutes deux. On se rend compte alors des dépendances réciproques qui les lient et dont l’étude est riche d’enseignements.

C’est justement à leur mise en évidence que s’attache le présent recueil d’articles. Elle passe par quelques préalables dans la façon d’aborder ces notions. 3Il y a en effet tout intérêt à considérer l’image sous l’angle de sa matérialité, ou du moins en rapport avec la matérialité sur laquelle elle s’appuie. 4Qui plus est, parce qu’elle existe précisément au-delà de cette opposition, l’image donne la possibilité d’agir. 6Pour advenir, l’espace public met en jeu des formes concrètes et spatiales ainsi que des pratiques sociales qui s’y déploient spatialement. La géographie économique à l'épreuve de la mondialisation.

La recherche systématique des prix et des contraintes les plus faibles a pour conséquence l’hypermobilité spatiale et structurelle de l’activité et des entreprises, dont on constate de plus en plus fréquemment le comportement erratique. Il en résulte pour le géographe, qui travaille dans le temps présent, des difficultés croissantes à étudier avec recul (temps scientifique), des phénomènes qui changent parfois au jour le jour. 1.1 - La poursuite du moins-disant et ses contradictions L’un des moteurs de l’économie actuelle est la recherche du moins-disant en matière de prix, de salaires, d’investissements, mais aussi de règles environnementales et sociales. Cette finalité, inscrite dans une spirale descendante, trouve ses limites dans l’irrationalité et les contradictions entre court et long termes. Sur le plan économique, la géographie ne peut que constater le même type de contradictions. 1.2 - L’hypermobilité spatiale ou l’entreprise « dromomane » Dès 1986, B.

Cahiers de médiologie n°12 : Automobile - Sommaire. Couverture : Salvador Dali, Apparition de la ville de Delft, collection M. Panchand, Suisse © Adagp, 2001 Cahiers de médiologie N°12 Automobile Coordonné par Marc Guillaume et Régis Debray L’histoire des techniques analyse l’invention de l’automobile. Ce volume reprend en partie l’essentiel du séminaire de Lyon (2000/2001) : La civilisation automobile, conduit conjointement par Régis Debray et Marc Guillaume, sous l’égide du Laboratoire de l’Économie du Transport et de la Faculté de Philosophie de Lyon III. La France : les mutations des systèmes p... Réhabilitation et reconversion des espaces industriels et urbains dégradés - vol. 46 / 3-4 | 2006. Colette Renard-Grandmontagne The steel basin of Longwy : new reconversion, new players Das Stahlindustrierevier Longwy : neue Umgestaltung, neue Akteure Juliette Ripp Mining and industrial heritage ad renewal of cross-border development in the coal basin in Sarre and Lorraine Industriekulturelles Erbe und Wiederbelebung der grenzübergreifenden Kooperation im saarländischen lothringischen Kohlenrevier Corina Calugaru Extraction of lignite and remediation of landscapes in Oltenia mining region in Romania Braunkohlenbergbau und Rekultivierung der Bergbaulandschaften in dem Revier Oltenien in Rumänien Simon Edelblutte Urban regeneration and old industrial districts : the case of Rives de Meurthe/Meurthe-Canal district in Nancy Stadterneuerung und ehemalige Industrieviertel : Das Beispiel des Stadtviertels Rives de Meurthe/Meurthe-Canal im Verdichtungsraum Nancy Axelle De Gaspérin Restructuring and rehabilitation in new Länder : what does the future hold for the socialist town ?

Des systèmes productifs locaux aux pôles de compétitivité - Canal Géo - Université Toulouse Jean Jaurès-campus Mirail. - Régis GUILLAUME, J-C. LUGAN, J. POUMARÈDE, Politique et territoires en Midi-Pyrénées, Annales de l’Université des Sciences sociales de Toulouse, vol. XLVIII, Presses de l’Université de Toulouse 1, 2006, pp. 135-203. - Régis GUILLAUME, Systèmes productifs et dynamiques territoriales, regards croisés au Québec et dans le Sud-Ouest français, direction de l’ouvrage, Paris, Editions L’Harmattan, 2005, 327 p. . - Régis GUILLAUME, Ressources locales et diffusion de l’innovation: l’exemple des SPL de Midi- Pyrénées, in J-M. . - Régis GUILLAUME, Systèmes productifs locaux, innovation et gouvernance territoriale : vers l'émergence de systèmes régionaux ? - Colin CROUCH, Patrick Le GALÈS, Helmut VOELZKOW, Local Industrial Systems in Europe : Rise or Demise ?

- Olivier CREVOISIER, Michel FRAGOMICHELAKIS, François HAINARD, Denis MAILLAT, La dynamique des savoir-faire industriels, Zürich, Editions Seismo, 1996, 200 p. - Georges BENKO, Alain LIPIETZ, A., Les régions qui gagnent. Canal Géo - Université Toulouse Jean Jaurès-campus Mirail - Contributeurs. La résilience : un concept pour la gestion des risques. Pages 115 - 125 Article suivant Pour réduire les dommages des catastrophes, les ingénieurs proposent depuis plusieurs siècles une stratégie qui vise à améliorer la résistance des sociétés face à un aléa. Ils calculent les magnitudes prévisibles de plus en plus précises de l’aléa, puis ils persuadent les responsables d’édifier un équipement de défense pour protéger la société. En suivant cette stratégie, ils ont fait construire des digues le long des fleuves, puis des barrages en amont, pour s’opposer aux inondations.

Les mesures antisismiques relèvent aussi de cette approche, efficace quand il est possible de prédire l’impact précis de l’aléa. La résilience est un concept d’origine physique, transféré en sciences sociales, notamment en psychologie et en économie, après un détour par l’écologie. 1.1 De la résilience physique à la résilience systémique Le terme de résilience vient du latin Resilio qui signifie rebondir. 1.2 Les facteurs de la résilience 2.2 Des mesures systémiques Adger W. Résilience. La résilience est une notion utilisée à l’origine en physique pour désigner la résistance d’un matériau au choc. En écologie, elle prend un sens différent : dans son acception traditionnelle, elle mesure le temps de retour à l’équilibre d’un système après une perturbation.

Depuis les années 1970, sa définition a beaucoup changé. Celle qui est communément admise aujourd’hui est formulée par Holling (1973), qui définit la résilience comme la capacité d’un système à pouvoir intégrer dans son fonctionnement une perturbation, sans pour autant changer de structure qualitative. La définition traditionnelle de la résilience en écologie repose sur l’idée d’un système en équilibre stable dont le comportement est prévisible, et dans cette acception, la résilience devient équivalente à la notion de stabilité d’un système autour d’un point d’équilibre.

La résilience rejoint la problématique du développement durable. Une nouvelle carte des régions françaises. Mise à jour de septembre 2016 : la nouvelle carte des régions françaises Fond de carte : IGN. Voir aussi : « Les nouvelles régions ont un nom » Depuis 2013, le Président de la République et ses gouvernements successifs ont entrepris une vaste réforme territoriale en France métropolitaine. Celle-ci est composée de trois volets : la loi MAPTAM [1], votée en 2013, qui prévoit la création de treize Métropoles ; la loi relative à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales, votée en 2014, qui modifie le calendrier électoral ; la loi NOTRe [2], sans doute la plus importante, qui vise à réorganiser les compétences des collectivités territoriales en 2015.

Cette réforme des périmètres de l’action publique affecte la situation des régions dans le contexte national et européen, les politiques régionales, l’organisation du territoire régional ou les possibilités de développement et d’aménagement. Complément 1 : qu’est-ce qu’une région ? Le terme « région » est ancien. 1. Comment la crise de 2008 a changé l’emploi salarié en France en 57 graphiques. Sept ans se sont écoulés depuis la chute de Lehman Brothers qui marqua le début de la crise financière. En France, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A est passé de 2 millions en 2008 à 3,5 millions en 2015. Parallèlement, le nombre d'emplois salariés* a chuté de 18,23 millions à 17,84 millions, mais cette baisse globale cache de gros rééquilibrages de l'emploi entre secteurs. Nous avons voulu déterminer les secteurs dynamiques en matière d'emploi, ceux qui se sont maintenus malgré les difficultés économiques et ceux qui ont supprimé des emplois.

Industrie en forte baisse, tourisme en hausse L'industrie fait partie des secteurs qui ont le plus détruit d'emplois (840 000 entre 2003 et 2015). L'immobilier et la construction – qui ont créé des emplois entre 2003 et 2008 – ont peiné à retrouver leur niveau d'il y a douze ans. Outre ces secteurs « destructeurs d'emploi », d'autres n'ont pas ou peu souffert de la crise. Faites défiler la page vers le bas pour explorer les données. Faut-il implanter des cafés dans les villes pour attirer l'innovation? Après la crise de 2008, l’économie britannique a eu un redémarrage exceptionnellement rapide grâce au rebond de l’économie londonienne. Une vigueur surprenante que l’on doit selon l’économiste Douglas McWilliams aux activités liées au numérique.

Economiste dont les analyses sont respectées (en dépit d'une réputation récemment ternie par une accusation de violence contre une prostituée), ancien conseiller du maire de Londres Boris Johnson et du ministre des finances George Osborne, président d’un think tank économique londonien, le Center for Economic and Business Research (Cerb), McWilliams a baptisé le secteur qu’il étudie du nom de «Flat White economy». Il s’agit d’un écosystème d’entreprises du numérique qui opèrent dans un secteur de l’East London, surnommé le Silicon Roundabout par analogie avec la Silicon Valley et le rond-point Old Street Roundabout situé au coeur du quartier. Les employés de ce secteur sont jeunes, diplômés et geeks bien évidemment. Pierre Veltz Odile Soulard.

L’indépassable « laboratoire grenoblois » Autorisons-nous un regard dans le rétroviseur. Il y a de cela quelques mois, alors qu’un grand nombre d’équipes socialistes échouent à se maintenir à la tête de leur ville, le « laboratoire grenoblois » s’offre l’occasion de « réinventer la gauche ». C’est en tout cas ce que l’on peut lire dans bon nombre de grands quotidiens et hebdomadaires nationaux : la victoire du candidat écologiste aux élections municipales est présentée comme la manifestation d’un genius loci frondeur, créatif et résolument déterminé à éprouver localement ce qui, demain, pourrait advenir nationalement (Payre 2014 ; Mareschal 2014 ; Wiel 2014).

Le laboratoire désigne avant tout un local où l’on réalise à l’aide d’instruments des observations, des analyses ainsi que des expériences dans des conditions contrôlées. Grenoble, laboratoire de la technopole S’il est une image qui vient à l’évocation du laboratoire grenoblois, c’est bien celle de la technopole. Grenoble, laboratoire de la démocratie locale Bibliographie.

Entretien / Le Havre et les modèles portuaires : trajectoire du premier port français avec Pierre Thorez. Posted by urbanites on vendredi, mars 13, 2015 · Leave a Comment Pierre Thorez est professeur émérite de géographie à l’Université du Havre. Il partage ses recherches entre des travaux sur les transformations post-socialistes et des travaux sur les transports, en particulier le transport maritime. Le port du Havre a été marqué par des aménagements successifs. En se promenant dans le port, certaines zones semblent relativement abandonnées, des grues semblent ne plus fonctionner depuis un certain temps, alors qu’elles jouxtent d’autres installations fortement utilisées. Comment expliquer cela ? La stratégie du Port Autonome du Havre devenu Grand Port Maritime du Havre a depuis longtemps été de se concentrer sur une activité prioritaire. Carte 1 : le port du Havre (HAROPA, retravaillée par D. Le processus de conteneurisation, qui est étroitement associé aux logiques de mondialisation, est-il producteur de friches ?

Quel est le rôle des armateurs dans l’aménagement du port ? L’article de P. Le territoire français à l’épreuve des mutations industrielles (Vidéo) L'innovation peut-elle encore sauver l'industrie française? Lights of ideas Saad Faruque © via Flickr CC Qu'est-ce qu'une innovation ? Au début du 20ème siècle, personne n'aurait sans doute compris le sens d'une telle question en France, tant les inventions et innovations pullulaient. Littéralement. Quelques exemples ? Poptech © Innovation Lab Boston via Flickr CC - Comment expliquer le phénomène de désindustrialisation qui touche la France depuis les années 1970 ?

- Ce phénomène est-il le symptôme d'une perte progressive de notre capacité d'innovation ? - Quel rôle jouent les relations entre la recherche et l'industrie dans la capacité d'innovation industrielle de la France ? - Est-il envisageable d'inverser une tendance qui risque de rendre de plus en plus marginale l'activité industrielle en France, voire de la faire disparaître à terme ? - L'action récente du gouvernement avec le lancement de 34 plans industriels a-t-elle des chances d'avoir un résultat significatif ? Part de l'industrie dans le PIB © Académie des TechnologieS. Crise, métropolisation, et aménagement. 1La Crise et la Mondialisation, qui marquent la fin du vingtième siècle, désignent des faits historiques bien identifiés - et par là-même ces mots peuvent devenir des noms propres. Ces processus aboutissent paradoxalement à une métropolisation généralisée de l’espace.

Comme la Mondialisation, celle-ci nous est présentée comme un fait quasi-naturel, auquel les territoires, les villes, les campagnes et leurs habitants, mis en compétition, doivent s’adapter, sous peine de déclassement et de chômage. 2Nous montrons qu’il ne suffit pas d’invoquer la métropolisation pour justifier les politiques économiques actuelles, ou celles d’aménagement du territoire. Loin d’être un signe de modernité, la métropolisation, et la Mondialisation dans laquelle celle-ci s’inscrit, ne sont que le résultat de la Crise du capitalisme, qui exacerbe les tendances rentières et prédatrices de celui-ci.

L’économie prédatrice et rentière, solution de facilité Qu’a tout ceci à voir avec la métropolisation ? Destinations innovantes et développement du tourisme. Des croquis des systèmes productifs en France. Pierre Veltz 1/4 : L’industrie et son image. Les projets en cours » L'industrie, notre avenir - Colloque de Cerisy.