background preloader

Hommes et féminisme

Facebook Twitter

My Thoughts On Feminism. Comment être un allié (masculin) du féminisme | Singulier masculin. Par Elizabeth Pickett , publié le 10 septembre 2013 sur le blog de Feminist Currrent Lisez autant que vous pouvez des textes sur les questions féministes et la critique féministe… et continuez. Pas seulement dans les magazines. En réalité, sauf rares exceptions, les articles de magazine sur les féministes et leurs actions sont ultra-simplificateurs, à la recherche du sensationnel ou outrageusement sexistes.Parlez à des femmes ou plutôt écoutez les.

Ou posez des questions. Source : — traduit et publié avec leur accord. J’ai trouvé intéressant de traduire ce texte. Cet article, publié dans changer les hommes, Féminisme, est tagué Changer les hommes, Féminisme. Je ne serai jamais qu'un allié (et c'est fantastique) - Carnet d'un rêveur. Par Jonas Lubec, mardi 29 avril 2014. Lien permanent Pré-scriptum: J'ai hésité avant de poster ce billet. Il m'apparaît toujours comme étant quelque peu arrogant, ou gonflé. Je ne sais pas pourquoi j'ai cette sensation. Un des propos qui m'avait le plus choqué alors que je commençais à m'intéresser au féminisme était le terme de « pro-féministes » que certaines femmes accolaient aux hommes, considérant qu'ils n'étaient pas féministes, qu'ils ne seraient jamais que des alliés. Pourquoi, en tant qu'homme, je la ferme lors des réunions féministes. Un samedi, vers 18 heures.

Dans le sous-sol d’un bar parisien réservé pour l’occasion, une petite dizaine de personnes se réunit. Des femmes, en grande majorité: ici tout le monde ou presque s’est rencontré sur Twitter, en évoluant dans les mêmes cercles féministes. On va parler d’oppression, du patriarcat, des hommes. De la violence des hommes, surtout. Ce soir, nous ne sommes que deux représentants de la gent masculine et j’ai, pour ma part, décidé de me taire.

Pourtant, croyez-moi, je n’aime rien de plus que donner mon avis. Safe space et mansplaining Autour de moi, il y a des femmes, des femmes racisées, un homosexuel. Par mon histoire et ma situation, j’ai plus de chances que les autres de blesser l’assemblée, car je ne suis pas directement concerné par les problématiques abordées. Lorsque je m’installe face à mon verre, je n’ai que deux mots en tête: safe space et mansplaining, des concepts croisés au fil de mes lectures féministes. Les hommes prennent déjà toute la place. Moi, ça va. Les yeux noirs - Salut camarade sexiste ! Être un allié pour les... The 8 Biggest Lies Men's Rights Activists Spread About Women. Image Credit: Getty That only men are eligible for the draft is an old standby used to derail arguments male privilege.

The following was the most upvoted comment in a men's rights subReddit thread from nearly a year ago titled, "Are We Fanatics? " (Spoiler alert: They don't think so.) Ignoring for a moment the existence of men like Hitler, Stalin, Mussolini, Idi Amin, Kim Jong Il, etc. — all of whom were quite obviously more responsible for this commentor's aforementioned moral atrocities than any feminist — it's true that the majority of countries with drafts still only conscript men.

It's also true that in the U.S., the draft has not been around for 40 years. Many feminists don't support conscription — for anyone. Moreover, the exclusion of women from the draft was based on essentialist stereotypes that painted them as weak and with a duty to the home. This is not to discredit military service at all. Le privilège invisible des antiféministes | feminada. Traitement complet (Norman Rockwell, 1940) «Les féminazies ont infiltré les institutions et il y a eu un transfert de droits des hommes aux femmes.»

(Roy Den Hollander) Roy Den Hollander est un battant. Cet avocat américain et antiféministe notoire est célèbre pour avoir poursuivi la ville de New York parce qu’elle autorise les «ladie’s nights», pratique qu’il juge discriminatoire envers les hommes. Évidemment, l’objectif de ces soirées n’est pas de pulvériser le patriarcat, mais bien d’attirer une clientèle féminine qui, à son tour, amènera des hommes cherchant à être entourés de femmes en état d’ivresse. L’avocat a également poursuivi l’université Colombia parce qu’elle offre un programme d’études de la femme, mais pas de l’homme. Den Hollander ne réalise pas que les femmes sont nettement sous-représentées dans les autres disciplines. Un jeu à somme nulle Il n’y a pas que les masculinistes qui se sentent lésés par les avancées d’un groupe traditionnellement moins favorisé.

Aimer : Une comparaison entre misandrie et misogynie. On pourrait croire à première vue que les deux se valent. Que toutes les formes de violence sont équivalentes, injustifiées et injustifiables. Et que la misandrie est tout aussi dommageable que la misogynie. (J’ai bien dit « dommageable » et pas « condamnable. ») Or, comme l’explique simplement ce post trouvé sur tumblr, il n’en est rien : motivation behind misogyny :men maintaining power over women results of misogyny :rape, abuse, murder, lower pay, less opportunities, general discrimination and loss of power, restrictive gender roles, and much, much more. motivation behind misandry :men as a group sure do a lot of bad things as a result of their gendered power and male privilege, im not sure that i trust them or even like them. results of misandry :hurt feelings En français : Intention de la misogynie :Faire en sorte que les hommes maintiennent la domination qu’ils exercent sur les femmes.

. « Allo les urgences ? Il faut donc fournir quelques éclaircissements. Le fond du problème. Le mythe des hommes battus. Dans le Guide d’autodéfense intellectuel contre le masculinisme le mythe des « hommes battus » est largement démonté et critiqué, et la violence des femmes est replacée dans un cadre d’analyse féministe. Face à l’audience médiatique des campagnes [6] masculinistes et la popularité de leurs arguments, il nous semble nécessaire de renforcer nos stratégies d’argumentation face aux défenseurs des privilèges masculins. L’argument selon lequel il existerait des hommes battus, mais dans des proportions statistiques bien inférieures au nombre de femmes victimes de violences, nous paraît insuffisant, et laisserait entendre que l’on peut parler de violences conjugales exercées par des femmes sur des hommes. Nous voulons avancer l’idée que les hommes ne sont pas, en tant que groupe social, victimes de violences dans le couple hétérosexuel, de la part des femmes, en tant que groupe social.

Actualité médiatique : un tabou qui fait du bruit Deux hypothèses. Les bénéfices du mythe. Bingo féministe et "mansplaining" Hier, Sophie Gourion, une féministe que j’apprécie et que je suis sur Twitter, a eu un long débat à propos du marketing genré. Elle a écrit, il y a quelques mois, un article pour Slate sur cette stratégie « qui consiste à segmenter l’offre produit en fonction du sexe », »une façon indirecte de démultiplier les intentions d’achat, deux produits sexués devant ainsi se substituer à un seul produit mixte au sein d’un ménage ».

Une des personnes avec qui elle discutait n’y voyait pas de sexisme et, surtout, pas un sujet de préoccupation pour les féministes; d’où ce tweet (écrit par un homme): @Sophie_Gourion le vrai combat du féminisme est dans l’égalité des droits, pas dans l’uniformité des produits ni de la comm.— [Anonyme] Juillet 13, 2012 Précisons que cette personne, avec qui j’ai discuté ensuite, se considère comme féministe et que mon objectif n’est pas de lui contester cette appellation. Tu crois que je suis en train de faire du mansplaining? Je vais t’expliquer pourquoi tu as tort.