background preloader

Justice / Système carcéral

Facebook Twitter

Dans les prisons ouvertes finlandaises, les détenus ont les clés. Dans les prisons ouvertes finlandaises, les détenus ont les clés. Le ministère de l’intérieur condamné à être précis. Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a suspendu, vendredi 15 janvier, un arrêté d’assignation à résidence du 17 décembre 2015.

le ministère de l’intérieur condamné à être précis

Et les magistrats administratifs en ont profité pour poser une petite pierre, une de plus, dans le jardin du ministère de l’intérieur, qui avait refusé d’étayer la « note blanche » des services de renseignement utilisée contre Z.* La Place Beauvau s’était retranchée, dans son mémoire, derrière le secret défense pour défendre l’imprécision de l’arrêté et de la note: « Il ne saurait être exigé de l’administration qu’elle établisse avec certitude l’existence de cette menace en raison de la confidentialité des sources d’information qui relève du secret de la défense nationale et seule propre à assurer le bon déroulement des enquêtes en cours ; il y a également lieu d’assurer la protection des sources d’information dont dispose l’administration, y compris celles issues de la coopération internationale. » Que révélait la note blanche?

« Mensonges » 80- An Architect’s Code. Quand des détenus notent leurs prisons sur Yelp. Yelp est un site internet sur lequel les internautes peuvent noter les commerces locaux comme les restaurants, les bars ou encore les instituts de beauté.

Quand des détenus notent leurs prisons sur Yelp

Si la prison de la Santé à Paris n’a pour l’instant qu’une seule critique, noter et commenter les prisons sur Yelp aux Etats Unis est une pratique courante depuis plusieurs années. Une douzaine de prisons sont rangées dans la catégorie «Services publics et Gouvernement». Tout le monde peut noter, de 1 à 5 étoiles, allant de “Oh là là… je ne crois pas non” à “Wouhou, ça ne pourrait pas être mieux !”. A la prison de Corbas, un "détenu journaliste" a enquêté sur les prix de la nourriture. Lyon : police recherche individu de type "négroïde" ! "Un individu type négroïde porteur d'un casque de vélo.

Lyon : police recherche individu de type "négroïde" !

" Le signalement du voleur à la tire par un policier a ému ses collègues de la sécurité publique de l'agglomération lyonnaise. "On n'a pas souhaité saisir la hiérarchie ni les syndicats, qui ne donnent pas suite à ce genre d'affaires. On veut profiter de l'arrivée d'un nouveau gouvernement pour qu'il se positionne clairement sur ces propos, mais surtout les prohiber", affirme l'un des fonctionnaires choqués par l'emploi du terme "négroïde" pour décrire l'auteur présumé d'un délit. Contacté à ce propos par Le Point.fr, le cabinet du ministre de l'Intérieur a tenu à condamner fermement l'emploi de cette caractéristique physique "qui a clairement des relents racistes".

"Le ministère est totalement hostile à l'utilisation de ce genre de description, heureusement très rare", a-t-il indiqué. Blessant Le rapport Lozès n'a pas, semble-t-il, débouché sur une prise de conscience de la haute fonction publique. Arrêt Chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Rennes. Zyed et Bouna : «De toute façon, ils ne m'auraient pas écouté» Nicolas Léger, le président du tribunal, dit de Zyed, Bouna, Muhittin et les autres que ce sont des «jeunes».

Zyed et Bouna : «De toute façon, ils ne m'auraient pas écouté»

Jean-Pierre Mignard, l’avocat des parties civiles, dit que ce sont des «enfants». Zyed et Bouna : «Dix ans d'impunité policière !» 2005-2015.

Zyed et Bouna : «Dix ans d'impunité policière !»

Il aura donc fallu près de dix ans pour rendre, enfin, un jugement dans le procès des deux policiers poursuivis pour la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré dans un transformateur électrique à Clichy-sous-Bois. Le tribunal correctionnel de Rennes a décidé ce lundi de suivre les réquisitions du Parquet et de relaxer Sébastien Gaillemin et Stéphanie Klein. Pour le juge, les deux fonctionnaires n’ont jamais «eu conscience de l’existence d’un péril grave et imminent». Mais à l'annonce de ce jugement définitif, quelques proches des familles ont laissé échapper leur colère : «Dix ans d'impunité policière ! Zyèd et Bouna, enfants sacrifiés de la République. Chronique extraite du numéro de printemps de Regards, actuellement en kiosques. « S’ils rentrent sur le site, je ne donne pas cher de leur peau. » Tels sont les mots laconiques qui ont précédé la mort de Zyed Benna, dix-sept ans, et Bouna Traoré, quinze ans.

Zyèd et Bouna, enfants sacrifiés de la République

Des mots froidement prononcés par un policier conscient de leur engagement sur une voie périlleuse. Un commentaire énoncé sans être assorti d’aucune action pour prévenir un danger pourtant avéré. Dix ans, vingt juges, et toujours le non-lieu. Relaxe pour les deux policiers dans le procès Zyed et Bouna. Le tribunal correctionnel de Rennes vient de rendre sa décision dans le procès Zyed et Bouna.

Relaxe pour les deux policiers dans le procès Zyed et Bouna

Les deux fonctionnaires de police, poursuivis pour non-assistance à personne en danger, viennent d’être définitivement relaxés, 10 ans après le drame. Il aura fallu dix ans pour que la justice s’exerce et close le dossier, définitivement. Le procès devait apaiser dix ans de colère et de larmes, d’attente et de frustration nourries par une procédure judiciaire interminable. Il devait apporter des réponses aux familles de Zyed et Bouna, ces deux adolescents morts électrocutés dans un site EDF à Clichy-sous-Bois alors qu’ils essayaient de se cacher de la police.

L’attente, déçue, était forte dans les quartiers populaires. Le souvenir des deux ados imprègne les mémoires tant cette affaire a dépassé le strict cadre juridique et la rubrique faits divers des journaux. L’amour au parloir. Hortense (1), 22 ans, a rencontré son amoureux en prison.

L’amour au parloir

Ils sont ensemble depuis deux ans. Images intimes de l'avant et de l'après-prison. Le photographe Philippe Castetbon a réalisé pour l’Observatoire International des prisons deux séries d’images avec huit anciens détenus.

Images intimes de l'avant et de l'après-prison

La première représente leur vie avant la prison - pour celle-là il a demandé aux anciens prisonniers quelle était l’image qui subsistait, dans leur tête, de cet «avant». Pour la seconde série, le photographe leur a demandé de dévoiler une partie du corps abîmée par l’enfermement. Avant, après. Une manière de dire que la vie continue malgré un passage par la case prison. Double rapport sévère sur l'état des prisons françaises. Violences au quartier des mineurs d’une maison d’arrêt de l’Hérault, défense de l’encellulement individuel : le contrôleur général des lieux de privation et de liberté (CGLPL), Jean-Marie Delarue, pousse ses derniers coups de gueule avant de rendre son tablier.

Double rapport sévère sur l'état des prisons françaises

Pour la quatrième fois en près de six ans, Jean-Marie Delarue, dont le mandat se termine le 13 juin, a saisi en urgence les autorités pour les alerter sur la situation des mineurs de la maison d’arrêt de Villeneuve-Lès-Maguelone (Hérault). «Tels qu’ils ont pu être établis, c’est-à-dire très vraisemblablement sous-estimés, les constats de violences qui s’y déroulent sont graves», écrit-il en dénonçant «les difficultés importantes» rencontrées par son service pour obtenir «les informations nécessaires à l’établissement des faits».

«Les soignants qui ont à connaître des effets de violence ne souhaitent pas être liés à d’éventuelles suites judiciaires. «Enfants en souffrance» Et si une condamnation à perpétuité se mettait à durer bien plus qu’une vie? Et si une condamnation à perpétuité se mettait à durer bien plus qu’une vie? La biotechnologie, rapporte le Telegraph, pourrait être utilisée pour piéger les prisonniers et leur faire croire, ressentir, que leur emprisonnement dure 1.000 ans. C’est ce qu’assure un groupe de scientifiques britanniques qui planche sur le sujet. La philosophe Rebecca Roache, en charge d’une équipe de chercheurs de l'université d'Oxford travaillant sur la façon dont les futures technologies pourraient transformer les punitions, explique qu’ainsi les condamnations des prisonniers pourraient leur paraître bien plus lourdes sans que l’on ait besoin de recourir à la peine de mort pour autant.

Architecte, j’ai découvert comment on dessinait une prison. 6 août, 14 heures, coup de fil de l’agence d’intérim. « Mademoiselle, nous sommes heureux de vous annoncer que votre candidature a été retenue. Il s’agit de prêter main forte à l’agence d’architectes X pour l’un de leurs dossiers en cours.– Euh, oui très bien, est-ce que vous pouvez m’en dire plus sur la mission ? – Je ne sais pas si c’était mentionné dans l’annonce, il s’agit d’une prison. » Making of.