background preloader

Afrique

Facebook Twitter

L'Afrique noire, zone de croissance. Le dessous des cartes Nigéria, une émergence retardée. Au Kenya, les roses épineuses de la Saint-Valentin. L’horticulture kenyane en chiffres 2 150 Nombre de fermes de fleurs au Kenya (150 grandes exploitations, dont une soixantaine autour du lac Naivasha, et 2 000 petits producteurs).

Au Kenya, les roses épineuses de la Saint-Valentin

Elles représentent 3 700 hectares de serres. 60 % des fleurs produites sont des roses. 500 000 personnes Nombre de Kenyans qui travaillent dans la floriculture, dont 90 000 directement dans des fermes. Au total, ce secteur fait vivre 2 millions de Kenyans. 125 000 tonnes Quantité de fleurs exportée par le Kenya en 2013. 500 millions de dollars Valeur des exportations de fleurs du Kenya chaque année, qui en font la troisième source de devises étrangères du pays, après le tourisme et le thé. 36 % Part des importations de fleurs de l'Union européenne qui proviennent du Kenya, devant l'Equateur (15 %), l'Ethiopie (15%) et la Colombie (12 %) (Eurostat)

Les géants technologiques misent sur l’Afrique - AFRIQUE / INTERNET. Afrique - La ruée vers les terres agricoles continue. Mon Faso, un webdocumentaire sur le Burkina Faso. Mon Faso : Zoom sur un pays MonFaso donne la parole à six burkinabè, afin qu'ils nous racontent leur quotidien et leur vision du Burkina Faso.

Mon Faso, un webdocumentaire sur le Burkina Faso

De la place des femmes à la liberté de la presse, chacun nous parle d'un aspect du pays, à travers son histoire. Un regard subjectif mais nécessaire pour comprendre la singularité d'un pays et de ses habitants. À travers leurs mots, MonFaso souhaite faire découvrir ce pays d'Afrique de l'ouest, sur lequel les médias traditionnels se penchent assez rarement. (web)documentaire MonFaso veut exploiter la liberté narrative que permet internet en gardant une simplicité dans la navigation. Une nouvelle vidéo tous les jours, à découvrir à partir du 7 Février ! Les auteurs Anaïs Dombret est photographe, elle a travaillé comme pigiste pour différents journaux (La Croix, Paris Mômes). Sylvain Pioutaz est réalisateur, il a réalisé un court-métrage de fiction récompensé dans plusieurs festivals (Demain la veille, 2005).

Les OGM filent un mauvais coton au Burkina Faso. Le Burkina Faso n’a plus la fibre OGM.

Les OGM filent un mauvais coton au Burkina Faso

Les semences génétiquement modifiées filent un mauvais coton dans ce pays africain. Le gouvernement burkinabé se dit prêt à jeter le gant technologique. Et à inciter les agriculteurs à replanter des graines « traditionnelles » dans leur champ. Et pourtant, le Burkina Faso faisait figure de pionnier. Dans les années 2000, il avait accepté, comme le Soudan, d’ouvrir les portes de son marché aux semences de coton OGM. « Ce pays s’est tourné vers les OGM, car il était confronté à la difficulté de se fournir en produits de protection des plantes », explique Michel Debrand, directeur de Vilmorin Afrique. Quelle mondialisation pour les petites villes africaines. Les petites villes demeurent le parent pauvre d’études urbaines centrées sur les grandes agglomérations, malgré d’ambitieux projets pour une recherche renouvelée sur les petits centres urbains (Bell et Jayne 2009).

Quelle mondialisation pour les petites villes africaines

Alors que s’intensifient les processus de métropolisation et que se consolident les politiques de décentralisation, une attention particulière doit être portée à ces villes qui, derrière les métropoles dominantes, structurent les armatures urbaines nationales. Cette nécessité est d’autant plus impérieuse au Sud, et peut-être encore plus en Afrique, que la forte croissance de la population urbaine est largement absorbée par les centres urbains secondaires (Hilgers 2012). Lalibela est une petite ville du nord de l’Éthiopie, située au cœur des hauts plateaux chrétiens et rassemblant aujourd’hui environ 20 000 habitants. Figure 1. La petite ville de Lalibela entoure ses églises © Marie Bridonneau, 2009. Figure 2. . © Marie Bridonneau, 2014. Botswana : le calvaire des Bushmen expulsés de leurs terres ancestrales. C’est l’une des communautés les plus marginalisées d’Afrique.

Botswana : le calvaire des Bushmen expulsés de leurs terres ancestrales

Premiers habitants de l’Afrique australe, les Bushmen, également appelés San, seraient au nombre de 100.000 personnes, répartis pour l’essentiel en Namibie et au Botswana. C’est dans ce dernier pays qu’ils sont particulièrement persécutés. Le dessous des cartes. Que fait la chine en afrique. Documentaire afrique E02 Dynamiques africaines. H&M veut se fournir en Ethiopie. Le géant suédois du prêt-à-porter Hennes et Mauritz (H&M) a indiqué vendredi qu'il allait étendre son réseau de fournisseurs à l'Ethiopie, après avoir concentré 80% de sa production en Asie.

H&M veut se fournir en Ethiopie

"Nous sommes une entreprise vaste et nous cherchons constamment de nouveaux marchés d'achat potentiels pour garantir que nous avons la capacité de livrer les produits dans tous les magasins", a expliqué à l'AFP une porte-parole, Camilla Emilsson-Falk. "Nous faisons cela en augmentant la productivité sur les marchés de fabrication existants ainsi qu'en recherchant de nouveau marché", a-t-elle ajouté. Des commandes-tests ont été passées auprès de fournisseurs éthiopiens, qui doivent bâtir des usines d'ici à la fin de l'année. Mais H&M ne sait pas encore combien de ces fournisseurs seront retenus et quand ces usines seront prêtes.