background preloader

X_valou28

Facebook Twitter

Impression 3D : vous n’avez encore rien vu ! Voitures, maisons, nourriture et même organes... désormais on peut tout imprimer ou presque. Le début d'une vraie révolution qui va bouleverser notre conception des objets. Allô Houston ? Nous avons un problème.» Quand on part pour l'ISS, la station spatiale internationale, mieux vaut vérifier que l'on n'a rien oublié. Les tests lors d'un vol parabolique de l'imprimante 3D de la Nasa capable de fonctionner en apesanteur. En effet, le plastique n'est plus la seule matière utilisée par les nouvelles générations d'imprimantes.

Foodini, imaginé par les Espagnols de Natural Machines, fait entrer la 3D dans la cuisine Toujours au-dessus de nos têtes, BAE Systems confirmait l'été dernier le succès du vol test d'un Tornado GR4, un avion de chasse contenant certains éléments imprimés en 3D. Cet immeuble de 6 étages du chinois Winsun a nécessité une imprimante de 40 mètres de long sur 6,5 mètres de haut. > 70% des objets en 3D sont des prototypes destinés à l'industrie. Charlotte Laurent. Quand l'imprimante 3D permet de construire un immeuble entier en Chine. C'est une technologie chinoise qui surprend aujourd'hui : une imprimante 3D géante capable d'imprimer des immeubles et des habitations.

À force, il va falloir finir par conclure que l'impression 3D permet tout… et n'importe quoi. Ces derniers mois, la preuve a été apportée qu'une imprimante 3D était capable de fabriquer et concevoir une prothèse, par exemple. Ou encore une voiture, et même… des fruits ! Cette fois, en Chine, on a passé un cap en terme de grandeur et d'innovation. Une imprimante géante Il a fallu une imprimante 3D particulièrement gigantesque pour réussir une telle performance : 6 mètres de haut, 10 mètres de large et 40 mètres de longueur. En guise d'encre, l'imprimante utilise du béton capable de supporter les couches supérieures à chaque fois. Réduire les coûts Si l'innovation vaut à elle seule le détour, elle est surtout jugée viable économiquement par Winsun.

Et ce n'est pas la première fois que des entreprises du genre sont devenues réalité. Vous êtes déjà abonné ? Les ventes d’imprimantes 3D pourraient doubler d’ici 2018. Même si l’imprimante 3D reste un produit très confidentiel, ses ventes annuelles pourraient atteindre les 2,3 millions d’ici 2018. A première vue ce chiffre ne paraît pas exceptionnel (à titre de comparaison, Apple a réussi à écouler 10 millions d’iPhone en trois jours en septembre dernier), mais il montre tout de même que l’impression 3D commence à plaire à un plus grand nombre de consommateurs, à en croire l’analyste de marché Gartner. “Comme nous l’avons noté l’année dernière, le marché des imprimantes 3D est à un point d’inflexion“, a précisé Pete Basiliere de Gartner. “Les ventes d’imprimantes 3D (…) devraient radicalement progresser dès 2015.

Même si les chiffres des prévisions semblent impressionnants, notez que les 2,3 millions d’expéditions que nous prédisons pour 2018 ne sont qu’une petite partie du marché potentiel total comprenant consommateurs, entreprises et administrations d’Etat à travers le monde”. Articles similaires: iBox Nano : l’imprimante 3D en version mini.

Imprimer en 3D avec un stylo ? C'est pour bientôt ! En attendant que les imprimantes 3D soient accessibles à tous, la start-up Future Make Technology propose une solution à portée de tous. Polyes Q1 est un stylo d’impression 3D qui mise sur la sécurité pour laisser libre cours à l’imagination. Jusqu’ici, les modèles existants comme la 3D Doodler ne sont pas destinés à nos chères têtes blondes par mesure de précaution. Le procédé nécessitant une température élevée de 270 °C pour faire fondre le plastique, outre l’odeur de brûlé dégagée. C’est sur ces points que les concepteurs de Polyes Q1 ont travaillé pour rendre leur produit grand public.

La firme conceptrice fera prochainement appel à un financement participatif pour lancer sa production. TOP 10 des modèles qui ont marqué l’impression 3D en 2015. Comme l’année dernière, nous vous avons concocté une retrospective des modèles 3D qui ont compté durant l’année 2015. Cette sélection met en avant les idées géniales de designers internationaux pour qui l’impression 3D est une source d’inspiration perpétuelle.

On y retrouve des modèles variés pour la maison, pour les enfants mais aussi pour les animaux, pour la décoration ou tout simplement pour le fun. L’ensemble des fichiers 3D présents dans ce top est imprimable avec une imprimante 3D personnelle. Si d’autres modèles vous ont marqué vous aussi, n’hésitez pas à poster les liens dans les commentaires de l’article ou sur le forum 3Dnatives. 1. Les toupies « Spin & Relax » Créé par les designers polonais d’UAU Project, ce set de toupies hyper design s’imprime très facilement et permet d’alterner différents matériaux et différentes couleurs. 1.

Pour télécharger le fichier 3D des toupies 2. 2. Pour télécharger les joints 3. 3. Pour télécharger le jeu d’échecs 4. 4. 5. 5. 6. 6. 7. 7. 8. 8. 9. Impression 3D : les différents procédés. L'impression 3D est en passe de s'imposer comme le nouveau moyen de création d'objets. Aujourd'hui, pour produire ces objets de façon industrielle, on utilise des procédés de soustraction, c'est-à-dire que l'on enlève de la matière, par fraisage ou découpe, par exemple. L'impression 3D propose l'inverse, à savoir l'ajout de couches de matière successives.

Pour ce faire, de nombreuses solutions existent, voici les principales... Le dépôt de filament fondu Plus connue sous l'acronyme FDM (Fused Deposition Modeling), cette méthode a vu le jour il y a une trentaine d'années grâce à S. Il s'agit du procédé utilisé par une écrasante majorité d'imprimantes 3D dites personnelles. Le plateau d'impression peut être chauffé pour pallier la déformation due au choc thermique subi par le plastique, en effet, celui-ci passe de plus de 200°C à la température ambiante quasi instantanément.

La stéréolithographie (SLA) Le frittage laser (SLS) À l'instar de la SLA, le procédé SLS utilise un laser. 3D NATIVE premier site / impression 3D. Modéliser pour l'impression 3D. La modélisation pour l’impression 3D diffère quelque peu de la modélisation conventionnelle utilisée pour le jeu vidéo et autres supports virtuels. Elle possède quelques particularités qui sont indispensables pour la réalisation de vos objets. Que ce soit une intégrité sans faille (normales, chevauchement, doublons… etc) ou bien du respect des limitations propres aux machines utilisées, la modélisation pour l’impression 3D propose bon nombre d’astuces et de règles que nous allons dans cet article commencé à aborder. Modéliser pour l’impression 3D : «surimprimer» sans fusion.

L’impression 3D demande parfois quelques subtilités de conception en modélisation 3D afin de pouvoir réaliser une pièce. Le cas du coeur de la St valentin, qui est entièrement mécanisé sans montage illustre bien cet exemple. Modéliser pour l’impression 3D, c’est avoir affaire à des objets composés de plusieurs éléments imbriqués les uns dans les autres (Valentine heart).