background preloader

L'Illusion d'incompétence fléau méconnu de nos classes?

L'Illusion d'incompétence fléau méconnu de nos classes?
Aujourd’hui, je vais vous parler d’un sujet trop méconnu de nos classes l’illusion d’incompétence. Phénomène, qui selon une étude de Geneviève Marcotte toucherait près de 20% des élèves et qui n’est pas abordé une minute en formation initiale des professeurs et encore moins en formation continue tout au long de leurs carrières. De quoi s’agit t-il ? L’illusion d’incompétence se définit comme: « un décalage entre le potentiel, les compétences et capacités réelles d’un enfant et la perception qu’il en a » Cette illusion d’incompétence se caractérise par un perfectionnisme négatif, des standards de réussite trop élevés que se fixe lui même l’enfant et qui le freine dans ses apprentissages. Elle touche directement à l’estime de soi qui à l’âge du primaire se fonde essentiellement sur la compétence scolaire alors qu’au secondaire cette estime de soi va se baser sur l’apparence physique. Comment nait l’illusion d’incompétence chez un enfant? Selon une étude d’un chercheur québécois Philipps:

http://lewebpedagogique.com/blog/lillusion-dincompetence-fleau-meconnu-de-nos-classes/

Related:  DifficultésParentalité Positiveformation et pedaPsychologie cognitiveMOTIVATION ENCOURAGEMENTS

Pourquoi ils sont nuls en maths Encore zéro sur la copie, pas moyen de faire une règle de trois, impossible de calculer le coût d’un objet pendant les soldes… De toute façon, on n’y comprend rien ! Normal, on n’a pas la « bosse des maths ». Vrai ou faux ? Cette fameuse bosse existait pour les phrénologistes du XIXe siècle. Persuadés d’une corrélation entre la forme du crâne et le caractère, ils la situaient au coin de l’œil. Pas de bosse, mais une « intuition des quantités numériques » selon Jérôme Prado. 22 infos essentielles sur nos émotions (+ outils pour les exprimer) Si nous chutons en pleine rue, nous pouvons soit : – nous en amuser. – avoir peur. La prise de notes et son exploitation - Les Amphis de France 5 La prise de notes et son exploitation La prise de notes doit être un outil au service d'un travail efficace, qu'il est utile d'améliorer. Elle est le reflet de ce qu'on a besoin de savoir. Capter la parole, fixer l'essentiel par écrit, ce n'est pas tout noter, mais faire des choix, décider sans hésitation. Pour une bonne prise de notes, il faut être bien installé, en situation d'écoute maximale, imprégné du sujet.

4 recommandations + l’engagement des élèves. 5.2 Les recommandations Ainsi, quatre recommandations semblent être inhérentes de par les résultats observés (pendant le projet cinéma). Soit qu’une attention toute particulière doit être porté à : 5.2.1 Penser à la motivation des élèves avant toute approche. L’erreur principale que les enseignants semblent faire et qui amène une démotivation claire dans les recherches récentes (Bouffard 2005) auprès des jeunes du primaire, est que l’enseignant ne semble pas avoir en tête, la motivation des élèves lors de ses démarches pédagogiques. Ou lorsqu’ils y pensent, ils instaurent souvent un système d’émulation qui semble plus avoir d’effets néfastes (dépendance au système, favorise plus la motivation extrinsèque que celle intrinsèque chez l’apprenant) que positif.

Workshops "Apprendre aujourd'hui et demain" Les modes d'apprentissage évoluent! Un peu, beaucoup, passionnément parfois, ou pas tant que cela? Le Campus virtuel en gestion (CVG), Now.be et l'AWT ont organisé le 16 décembre 2014 à Solvay-ULB une journée interactive pour faire le point sur les tendances qui font le buzz L'intelligence émotionnelle expliquée aux enfants J’ai découvert le livre Education émotionnelle : de la maternelle au lycée par Michel Claeys Bouüaert et j’avoue que ce fût une bonne surprise. Il y explique ce qu’est l’intelligence émotionnelle, en quoi consiste l’éducation émotionnelle et propose plus de 200 activités pédagogiques et ludiques pour développer les compétences liées à l’Intelligence émotionnelle.

Introduction L'essentiel à savoir pour réussir sans travailler plus mais mieux. "notre chance d’avenir repose sur ce qui fait notre risque présent : le retard de notre esprit par rapport à ses possibilités" Edgar Morin, dans La méthode, tome 3 : La connaissance de la connaissance Si la capacité à apprendre est innée, car dans la nature du cerveau, le "savoir apprendre", qui favorise la réussite et mène à une véritable autonomie, est une compétence complexe qui nécessite d'acquérir une méthodologie d'apprentissage, et d'accepter de modifier ses représentations sur l'apprentissage, et parfois même ses représentations de soi.

Confiance en soi : pas si simple ! On connait les nombreux méfaits de la mésestime de soi en matière scolaire. On peut par exemple se référer à l’étude sur une assez grande échelle qui montre qu’un exercice de dessin géométrique conduit à beaucoup d’échecs pour les élèves peu confiants dans leurs capacités en géométrie, alors que les mêmes peuvent davantage réussir si on n’étiquette pas l’exercice comme étant de la géométrie. On peut regarder une vidéo qui filme une véritable leçon de fabrication de la mésestime de soi. On peut renvoyer à ces enquêtes internationales qui pointent le manque de confiance en eux d’une grande partie des élèves français par rapport à ceux d’autres pays. Tout cela est exact et on ne peut qu’encourager les enseignants à …encourager leurs élèves, à croire en leurs potentialités, à accompagner leurs progrès fussent-ils timides et fragiles. « Tous capables » édicte un célèbre slogan d’un mouvement pédagogique et on a bien envie d’adhérer à cette exhortation.

4 étapes pour favoriser l’engagement des élèves dans les projets scolaires - Infobourg.com Dans son mémoire de maîtrise, l’enseignant Stéphane Côté a identifié 4 points qui semblent être des facteurs clés pour favoriser l’engagement de haut niveau des élèves dans les projets scolaires. Derrière chaque élément se trouve un concept central de l’approche : la motivation personnelle des jeunes. Ces 4 recommandations sont une sorte de conclusion à son projet de mémoire de maîtrise. Elle datent de… 2008, mais sont encore tout à fait d’actualité! On peut consulter le texte complet sur son site. 1. Le mensonge chez l'enfant Les parents s’inquiètent souvent quand leurs jeunes enfants ne disent pas la vérité, car ils craignent que, d’une manière ou d’une autre, cette attitude reflète le caractère de leurs petits. Rassurez-vous! Les enfants d’âge préscolaire sont bien connus pour « déformer la vérité ».

Mon Environnement d'Apprentissage Personnel Voilà un concept intéressant… Effectivement, on parle souvent en formation d’adultes du fait que chacun a des processus d’apprentissage différents (visuels, auditifs, etc.). Je me suis souvent interrogée sur le fait que j'”imposais” peut-être à mes apprenants mes propres manières d’apprendre. Il est difficile de concevoir un dispositif pédagogique basé sur une logique d’apprentissage à laquelle on n’est pas soi-même sensible. C’est un point sur lequel j’aimerais réfléchir davantage.

Les 4 piliers de l'apprentissage d'après les neurosciences D’après Stanislas Dehaene, psychologue cognitif, neuroscientifique et professeur au Collège de France, les neurosciences cognitives ont identifié au moins quatre facteurs qui déterminent la vitesse et la facilité d’apprentissage. 1. L’attention L’attention est la capacité que nous avons à nous ouvrir à la réalité : l’attention ouvre notre esprit. Audrey Akoun et Isabelle Pailleau, auteurs de La pédagogie positive, la définissent comme Motivés, motivés (3/4) Nous avons vu dans les précédents épisodes que l’évaluation contrôlante n’est efficace que si elle passe par le compliment et que l’évaluation donnant un but et des informations permet d’arriver à de bien meilleurs résultats. Alain Lieury nous invite maintenant à observer ce qui renforce la motivation. Faut-il noter les élèves ? Episode 1 : Complimentez, il en restera toujours quelque chose Episode 2 : Feedback et gommettes L’idée de supprimer les notes, évaluation quantitative, a pour origine l’intuition que d’enlever des contraintes à l’élève est bénéfique à la motivation.

« Le blocage en maths n’est pas une tare mais une aventure ! » Anne Siety ©Sarah Pachoud Quand on parle de « peur des mathé­ma­tiques », de quoi s'agit-il ? La peur des maths ne se mani­feste pas néces­sai­re­ment par un état de panique. Un élève angoissé peut très bien com­men­cer par sor­tir ses affaires comme si de rien n'était, puis se mettre à bâiller et, quelques minutes plus tard, s'écrouler sur sa table.

Related:  pédagogie