background preloader

Quelle place pour les outils numériques des élèves à l’école ?

Quelle place pour les outils numériques des élèves à l’école ?
Pouvons-nous tous continuer à faire comme si nous n’avions pas un smartphone dans notre poche une fois en classe ? Peut-on continuer à avoir des pratiques clandestines des mobiles en classe en dépit des règlements intérieurs ? Doit-on continuer à équiper en postes informatiques massivement les établissements alors que presque tous les élèves et les enseignants ont un petit ordinateur relié à Internet dans leur poche ? Quel impact son utilisation peut-elle avoir sur les pratiques pédagogiques ? Voilà quelques unes des questions que le Café pédagogique voulait poser aux communautés éducatives. Educatice en a fourni l’occasion. Pour aborder la question des outils numériques des élèves en classe, le Café pédagogique interroge l’institution scolaire à différents niveaux. Une expérimentation en classe Jérome Staub rappelle les expérimentations qu’il a mené avec ses élèves, par exemple la cartographie de la pollution sonore sur une ville moyenne grâce aux smartphones des élèves.

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/11/28112014Article635527579502553085.aspx

Related:  BYOD - un sujet de controverseEnseigner avec le numériqueLe numérique à l'école

Une tendance «irréversible» Au collégial et à l’universitaire, le sac d’école a été remplacé par la tablette tactile ou le portable ; c’est devenu la norme. Au primaire et au secondaire, une enquête conduite auprès de 6057 élèves et de 302 enseignants dans 18 écoles du Québec révèle que les technologies de l’information (TI) sont bien en selle et gagnent sans cesse du terrain : là comme ailleurs, l’envahisseur est intraitable et s’installe irréversiblement. Pour le meilleur ou pour le pire ? Thierry Karsenti, titulaire de la Chaire de recherche sur les technologies en éducation et professeur à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal, est l’auteur de cette recherche, qui est une sorte de work in progress et dont le rapport porte le titre : L’iPad à l’école : usages, avantages et défis. Qu’en est-il de la présence des TI dans le système d’éducation québécois, selon les résultats de son travail ? L’apprentissage en mode techno

Raconter des histoires « Storytelling » dans ou hors la salle de classe Les outils numériques avec la technologie donnent aux élèves la possibilité de raconter des histoires à travers la voix, textes, images, audio et vidéo. Les histoires numériques permettent aux élèves de prendre une série linéaire d'événements et de les transformer en une expérience multidimensionnelle. Encourager à communiquer, collaborer, rechercher ainsi que d'ajouter des médias dans le processus de création.

BYOD : utilisez les appareils personnels des élèves BYOD : utilisez les appareils personnels des élèves Apparu au milieu des années 2000 dans les entreprises, le BYOD, « Bring Your Own Device » (ou AVAN en français pour « Apportez Votre Appareil #numérique ») fait aujourd’hui une percée spectaculaire dans les salles de classe. L’esprit du BYOD est de permettre à chaque utilisateur de travailler partout et à tout moment avec son appareil numérique personnel. Avec cette approche, un établissement scolaire dispose d’un moyen économique de favoriser l’#apprentissage numérique des élèves et de leur permettre d’accéder à de nouvelles ressources pédagogiques au sein de la classe. Ainsi, l’apprenant choisi d’utiliser un #outil : ordinateur portable, tablette, Smartphone…qu’il maitrise et qu’il peut utiliser à sa convenance en dehors des cours.

Collège et lycée : peut-on et doit-on encore bannir les téléphones portables de l’école ? Des professeurs parlent de l’omniprésence des smartphones à l’école et s’interrogent sur les réponses qu’ils doivent y apporter, entre pédagogie et tolérance zéro. Un « fléau », une « guerre sans fin »… l’addiction des adolescents au téléphone portable fait l’objet de débats souvent houleux en salle des profs dans les collèges et les lycées. Plus de huit adolescents sur dix étaient équipés en smartphone, selon une étude du Credoc de 2015, contre 20 % en 2011. Et la tendance gagne l’école primaire, où les élèves commencent à en être dotés parfois dès le CM1, à partir du moment où ils vont seuls à l’école, car cela rassure les parents de pouvoir les joindre à tout moment. En théorie, les portables devraient rester éteints dans les sacs, mais c’est loin d’être le cas. « Alors tu live-tweetes mon cours ?

La réalité augmentée avec « Aurasma » Voici un aperçu global de la réalité augmentée avec l’application "Aurasma" et le site "studio Aurasma". Le but est que la réalité augmentée soit utilisable par tous, pour profiter d’auras déjà faites, mais surtout pour en créer soi-même, et bien sûr, en faire créer par les élèves. La réalité augmentée, qu’est-ce que c’est ? La réalité augmentée, c’est le fait de superposer des images virtuelles sur des images réelles, vues par l’intermédiaire d’une tablette ou d’un smartphone. Pour un puriste, l’image virtuelle doit s’incruster dans la réalité par un effet de transparence.

Formation et innovation : les six avantages du BYOD Formation et innovation : les six avantages du BYOD Le BYOD – Bring Your Own Device – est une nouvelle tendance lourde du monde #numérique. La traduction de cette expression est « Apportez votre propre appareil ». Les apprenants viennent donc avec leur appareil familier pour apprendre.

Le smartphone devient-il le nouveau « crayon-livre » de l’élève ? – Veille et Analyse TICE Il y a eu la calculatrice électronique, y aura-t-il le smartphone dans la trousse de l’élève ? Rappelons d’abord la Loi : Article L511-5 Créé par LOI n° 2010-788 du 12 juillet 2010 – art. 183 (V) qui dit : « Dans les écoles maternelles, les écoles élémentaires et les collèges, l’utilisation durant toute activité d’enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur, par un élève, d’un téléphone mobile est interdite. » La formulation de ce texte est évidemment pleine d’interprétations (téléphone mobile, mais quid des fonctions déconnectées par exemple, des usages par wifi local etc.…). Pour enrichir le propos, la question de la protection de la santé des jeunes est abordée par les artefacts visibles mais pas par la question fondamentale de la nocivité plus globale de l’ensemble des dispositifs permettant de communiquer à distance, aussi bien sûr pour ce qui est des ondes que pour ce qui est des contenus et des modes d’usage de ces contenus. A suivre et à débattre [cite]

Travaux académiques mutualisés (TraAM) 2014-2015 — Histoire-Géographie "Ces travaux ont pour objectif de proposer aux académies, en relation avec l'IGEN, des thèmes de travail communs dans le cadre du développement des usages et de la généralisation de l’intégration du numérique. Ces thèmes se déroulent sur un an (éventuellement renouvelable).de permettre de mieux faire connaître les travaux académiques. Ils doivent conduire à la production, au-delà des scénarios pédagogiques, de travaux de réflexion pédagogique et de synthèse sur les plus-values du numérique pour les apprentissages. N’oubliez pas d’apporter vos portables ! Il peut être intéressant alors de détourner le matériel que possèdent la plupart des élèves. Cette pratique est désignée par le terme BYOD, « Bring Your Own Device », ou AVEC, « Apportez votre équipement personnel de communication ». La plupart des smartphones sont livrés avec divers capteurs et équipements utilisables à des fins pédagogiques : l’appareil photo pour conserver des traces d’une visite, exploiter les images ; le micro pour transformer le smartphone en sonomètre mais aussi en dictaphone pour prendre des notes ; le lecteur multimédia pour de la baladodiffusion ; le GPS pour déterminer des positions et calculer des distances et vitesses et, bien entendu, la connexion à internet. « C’est pas nouveau ! »

Macron, le smartphone et le couteau de poche des élèves Interdire le smartphone des écoles et établissements scolaires, comme le promet Macron, pas aussi simple, explique Bruno Devauchelle sur son blog. " Entre 30 et 50 pour cent des enseignants du secondaire que j’interroge invitent parfois leurs élèves à utiliser leur smartphone dans le temps de la classe pour des usages liés aux besoins d’apprentissage (trace, recherches etc.). Dans le primaire nombre d’enseignants utilisent leur propre smartphone en classe pour des usages divers liés à leur enseignement (photos, recherches etc..). Autre constat, les premiers équipements des élèves en téléphonie mobile commencent désormais au cycle 3 (CM1) et une quasi généralisation du smartphone se situe vers l’âge de 13 ans en classe de quatrième...

les outils numériques Histoire, Géographie, EMC Accueil > Se former > La boîte à outils > Les outils numériques Les outils numériques Dernier ajout : 20 juin. Pages Liens internes A l’école ou à la maison, comment accompagner les enfants sur internet ? - Ludovia Magazine Elle dresse plusieurs constats issus de différentes enquêtes pour lesquelles la rédaction a retenu quelques chiffres. La révolution est tactile. Selon une enquête CSA (Orange-Terrafemina) de septembre 2012, 71% des enfants de moins de 12 ans utilisent le « joujou » de leurs parents. Faut-il dire numérique ou digital ? Le débat est récurrent, et il n’est pas un article employant le mot digital sans la réponse tant attendue « digital c’est avec les doigts, en France on dit numérique ». C’est d’ailleurs l’avis de l’Académie française pour qui « l’adjectif digital en français signifie « qui appartient aux doigts, se rapporte aux doigts ». Il vient du latin digitalis, « qui a l’épaisseur d’un doigt », lui-même dérivé de digitus, « doigt ». C’est parce que l’on comptait sur ses doigts que de ce nom latin a aussi été tiré, en anglais, digit, « chiffre », et digital, « qui utilise des nombres ». En Français il faudrait donc utiliser numérique. C’est un avis largement partagé, et défendu par certains.

BYOD à l’école : l’exemple d’un collège aux Pays-Bas - ZDNet Il y a trois ans, le collège Bonhoeffer, comptant 4500 étudiants et situé dans la petite ville de Enschede (150 000 habitants), a décidé de passer un cap en matière de politique de mobilité. 200 iPad ont ainsi été offerts par l’école aux professeurs, tandis que les élèves ont pu apporter le leur. Environ 900 d’entre eux sont ainsi concernés, sachant qu’aux Pays-Bas, le collège est l’école secondaire, allant de 12 à 17/18 ans. L’établissement est d’ailleurs divisé en six sites différents.

Related: