background preloader

La consommation collaborative ou le mythe de la perceuse

La consommation collaborative ou le mythe de la perceuse
La consommation collaborative a la vent en poupe, c’est indéniable. Elle suscite donc assez logiquement plus d’une vocation entrepreneuriale dans son sillage. Mais avant de se lancer dans la création du Airbnb de la perceuse / de la tente / du meuble à chaussures (rayer la mention inutile), mieux vaut garder la tête froide : les startups du « partage » sont des entreprises comme les autres. Derrières les réussites éclatantes du Bon Coin, d’Airbnb ou de BlaBlaCar, qui génèrent des dizaines voire des centaines de millions d’euros de chiffre d’affaires, se cache une réalité souvent bien plus rude pour les entrepreneurs de la consommation collaborative. Derrière l’engouement médiatique des dix-huit derniers mois, un constat s’impose : de plus en plus de projets mettent la clé sous la porte. Je suis moi-même passé par là : à la fin de l’année 2011, je créais ma plateforme et me lançais dans l’aventure de Cup of teach, une place de marché de cours entre particuliers.

http://magazine.ouishare.net/fr/2014/11/pourquoi-la-plupart-sites-de-consommation-collaborative-ne-marcheront-jamais/

Related:  Ville collectiveDans les parages de RifkinNouvelles perspectives technologiques

Le Bureau Cosmique / Le Blog de Huis Clos Le Bureau Cosmique à sa création. En 2002 débute le chantier de la Courrouze. Peu après l'arrivée des premiers habitants en 2008 est crée le projet CourrouzeAA, porté par le théâtre de l'Aire Libre à St Jacques de la Lande et la MJC Antipode de Cleunay. Voisins de cet espace en mutation, l'équipe du projet qui compte aussi le metteur en scène Benoît Gasnier, veut accompagner la totalité du chantier prévue jusqu'en 2020, de propositions artistiques en lien avec la population. Leur but est de favoriser et facilité les relations entre les futurs habitants de la Courrouze, ceux de Cleunay et de Saint Jacques de la Lande. Ils veulent aussi valoriser les savoir faire, le rôle et la place des ouvriers du chantier, afin que le lieu du travail devienne également un lieu de vie, de partage et de confrontations des expériences.

Pourquoi l’économie de partage peut être encore plus vicieuse que sa copine capitaliste Atlantico : Couchsurfing, crowdfunding, coworking, etc. L'économie de partage a été fondée sur des valeurs d'entraide et de solidarité. Néanmoins, à l'instar de Airbnb, aujourd'hui de plus en plus de grands groupes ont trouvé le moyen de monétiser ces services. L'économie de partage est-elle en train d'introduire la notion d'échanges marchands dans tous les domaines de la vie, là où avant il n'était question que de solidarité ? Avec l'économie de partage tout devient-il marchandise ? Elon Musk le fou, Elon Musk le visionnaire (Institut Ressources) Nous sommes en train de changer le monde, de changer l’histoire, et vous en êtes ou pas, Elon Musk "Musk a créé ce qui manque à beaucoup de créateurs de la Silicon Valley: une vision du monde qui ait un sens. Là où Mark Zuckerberg veut vous aider à partager des photos de bébés, Musk veut...eh bien sauver l’humanité d’une disparition accidentelle ou auto-infligée," écrit Ashlee Vance, journaliste au New-York Times et auteur de la biographie: "Tesla, PayPal, SpaceX: l’entrepreneur qui va changer le monde."

Biographies de Bernard Besson et Michel Besson Il est l'actuel dirigeant de BEIC, société qu'il a fondé en 1991, regroupant désormais 50 collaborateurs. Il a fondé sa carrière en occupant le poste de Manager pour le compte de Dun and Bradstreet et de directeur du renseignement commercial au sein de S&W, filiale de Factofrance Heller et Lyonnaise de Banque. Il enseigne à l'INSA de Lyon et est intervenu à l'EGE École de Guerre Économique. Il a suivi comme auditeur, le treizième cycle de la formation à l'intelligence économique à l'IHEDN, l'Institut des Hautes Études de la Défense Nationale.

Faltazi : Eco-designers Sentir, apprendre, penser, réaliser « Nous avons désormais deux activités bien distinctes. La première est classique puisqu’elle consiste à répondre à des demandes d’industriels, notamment de l’électroménager, en vue de produire de nouvelles gammes d’appareils. Notre seconde activité l’est moins. Les Biens communs : un outil politique pour repenser la technologie “On a tous tendance à dire que le numérique change nos manières de produire, de nous déplacer, d’imaginer… Mais nous devons rester prudent quand nous convoquons cet imaginaire de la révolution”, estime Valérie Peugeot (@valeriepeugeot), chercheur à Orange Labs, présidente de l’association Vecam, membre du Conseil national du numérique et rapporteuse du remarqué rapport sur l’inclusion numérique, sur la scène des Entretiens du Nouveau Monde industriel où elle était invitée à intervenir (voir sa présentation). Or, on ne peut pas en rester à ce constat. “Nous avons besoin de repenser la technique comme un objet politique à part entière, et ce d’autant que nous sommes dans une période où les mêmes outils peuvent nous amener vers des modèles de société très différents, à l’image des Big Data”. Il faut rappeler à la suite d’Alain Desrosières dans La politique des grands nombres, que les statistiques elles-mêmes ont été créées dans une perspective darwinienne voire eugéniste. Hubert Guillaud

Economie d'énergie : une "bulle de lumière" pour éclairer les passants SmartNodes , une spin-off de l'université de Liège (ULg), s'est lancée dans l'élaboration et le commerce d'éclairage public intelligent. L'utilisation de son système d'éclairage permettrait d'économiser 80 % des coûts d'énergie et 30 % des coûts de maintenance. Comment ça marche ? Les modules d’éclairage intelligents de SmartNodes permettent de modifier la logique de fonctionnement de l’éclairage public ! Au lieu d’illuminer toute la nuit à forte puissance, les luminaires restent désormais à un niveau minimum, sauf en présence d’usagers de la route. Le crowdfunding s'attaque à la promotion immobilière Knowledge@Wharton – Dan Miller, vous êtes co-fondateur et président de Fundrise, une entreprise de crowdsourcing spécialisée dans l’immobilier. Il s’agit d’une idée relativement nouvelle. Pouvez-vous nous dire comment cela fonctionne et comment vous vous êtes engagé dans cette voie? Dan Miller – Mon frère et moi avons lancé Fundrise en 2010. Au départ, nous avons développé cette plateforme pour financer nos propres opérations immobilières, l’achat et le développement de biens à Washington, D.C.

Michel Bauwens Michel Bauwens en 2007. Michel Bauwens, né le 21 mars 1958, est un théoricien belge du Pair à pair, auteur et conférencier sur des sujets technologiques et culturels innovants. Biographie

Related: