background preloader

La BCE lance des mégaprêts aux banques pour doper l'économie

La BCE lance des mégaprêts aux banques pour doper l'économie
Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Marie Charrel Ainsi qu'elle l'avait annoncé en juin, la banque centrale européenne (BCE) lance, jeudi 18 septembre, une vague de gigantesques prêts aux banques de la zone euro, baptisés « targeted long-term refinancing operations », ou TLTRO. Une opération similaire aura lieu le 11 décembre. Six autres suivront entre mars 2015 et juin 2016. Quel est l'objectif ? Avec ce dispositif, l'institution veut inciter les banques à augmenter leurs volumes de prêts aux entreprises. Plus les établissements prêteront aux entreprises, plus ils pourront emprunter à la BCE lors de nouveaux TLTRO, en 2015 et en 2016. Les banques qui n'augmenteraient pas les prêts aux PME, selon les critères définis par la BCE, seront contraintes de rembourser les TLTRO en septembre 2016, soit deux ans plus tôt que prévu. Il n'est pas exclu que les banques utilisent ces sommes pour acheter des obligations publiques plutôt que pour prêter aux PME. Quels sont les montants en jeu ?

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/09/17/la-bce-lance-des-megas-prets-aux-banques-pour-relancer-l-economie_4488709_3234.html

Related:  E1.2 - Comment expliquer l'instabilité de la croissance ?BCEE2.2 - Quelle est la place de l'UE dans l'économie globale ?Economie de terminale (comprendre les cours)kiard

Jeremy Rifkin : “Ce qui a permis le succès inouï du capitalisme va se retourner contre lui” Pour l’économiste américain Jeremy Rifkin, l’heure de la troisième révolution industrielle a sonné. La société va devoir s’adapter. Il y a vingt-cinq ans, c'était la star du ring, le « boss », vainqueur du communisme par K-O ! Aujourd'hui, le capitalisme est un champion usé par la crise, miné par les contradictions et politiquement à bout de souffle. Pour l'économiste américain Jeremy Rifkin, nous assistons, tout simplement, à son éclipse.

M. Draghi admet que sa politique présente des risques Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Marie Charrel Quoi qu’en disent ses détracteurs, son plan fonctionne. À l’occasion d’une conférence au Fonds Monétaire International (FMI), à Washington, Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE) a défendu le bilan de l’assouplissement quantitatif (quantitative easing en anglais, ou QE). Entamé en mars, ce programme, qui consiste en un rachat massif de dettes privées et surtout publiques en zone euro, a « montré son efficacité jusqu’ici, davantage que bien des observateurs ne l’avaient anticipé », a insisté l’Italien. Faut-il stopper le QE ? L’objectif de ce plan est, rappelons-le, de déjouer les tensions déflationnistes pesant sur la zone euro et de raviver l’économie.

Banque Centrale Européenne face à la crise des dettes souveraines "On taxe les riches car ils sont riche et on taxe les pauvres car ils sont nombreux " - blague de fiscaliste "Le capitalisme constitue par nature, un type ou une méthode de transformation économique, et non seulement il n’est jamais stationnaire, mais il ne pourrait le devenir. Ce processus de destruction créatrice constitue la donnée fondamentale du capitalisme" - Joseph SCHUMPETER "Quand un économiste vous répond, on ne comprend plus ce qu’on lui avait demandé " - André GIDE "L’inflation est toujours un phénomène monétaire" - Milton FRIEDMAN

Le Brésil pris au piège de l'inflation INFOGRAPHIE - À la veille de l'élection présidentielle, le géant sud-américain est miné par des problèmes économiques strucutrels. Pour assurer sa réélection à la tête du Brésil, la candidate du PT, Dilma Rousseff, ne peut pas s'enorgueillir de son bilan économique. Alors que le Brésil a connu en début d'année un épisode de récession, que le gouvernement ne cesse de revoir à la baisse ses prévisions de croissance et bataille avec l'inflation, Brasilia ne table plus que sur 0,7 % de hausse de PIB en 2014, 0,3 % pour l'OCDE. Le chômage poursuit sa décrue aux États-Unis Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Stéphane Lauer (New York, correspondant) Le marché du travail aux Etats-Unis poursuit son redressement. Grâce à la création de 214 000 emplois en octobre – chiffre certes légèrement inférieur aux attentes des économistes – le taux de chômage est tombé à 5,8 % de la population active, selon les statistiques publiées, vendredi 7 novembre par le département du travail. Il s’agit du plus bas niveau depuis juillet 2008. Par ailleurs, les chiffres de création d’emplois des deux mois précédents ont été révisés à la hausse. En août et septembre, l’économie américaine a créé 31 000 emplois de plus que ce que les premières estimations indiquaient.

Entre "Brexit" et "Grexit", l'ère de la déconstruction communautaire ? REUTERS/Peter Nicholls Jusque-là, l’affaire paraissait entendue : l’Union avait vocation à s’élargir à l’ensemble du Vieux Continent tout en poursuivant « le processus créant une union sans cesse plus étroite entre les peuples de l’Europe », comme le proclame fièrement le préambule du traité sur l’UE. Élargissement et appro­fondissement, les deux faces de la médaille de l’irréversible et irrésistible construction commu­nautaire.

Après un nouveau recul de son PIB, le Japon retombe en récession Le Japon est retombé en récession du fait d'un nouveau recul de son produit intérieur brut (PIB) au troisième trimestre (- 0,4 %), après une contraction de 1,9 % au deuxième, a annoncé lundi 17 novembre le gouvernement. Il s'agit d'un revers inattendu pour le premier ministre Shinzo Abe qui devrait annoncer dès mardi la dissolution de la chambre basse du Parlement et convoquer des élections anticipées en décembre. En rythme annualisé, le PIB a plongé de 1,6 % entre juillet et septembre, alors que les économistes tablaient en moyenne sur une croissance d'environ 2 %. Le Japon avait subi une décroissance de 7,3 % entre avril et juin en rythme annualisé. La demande privée a reculé de 0,9 % sur un trimestre, malgré un maigre rebond de la consommation des ménages (+ 0,3 %). En cause, l'investissement privé, tant du côté des particuliers (achat de logements) où la baisse est de 6,7 %, que des entreprises (- 0,2 %).

Les chefs dentreprise de lindustrie prévoient une légère baisse de linvestissement en 2015 après une stabilité en 2014 Pour 2014, les industriels prévoient une stabilité de leur investissement Interrogés en octobre 2014, les chefs d’entreprise de l’industrie manufacturière prévoient une stabilité de leur investissement en 2014. Ils ont abaissé d’un point leurs précédentes prévisions recueillies en juillet 2014. Dette grecque : Thomas Piketty suggère de s’inspirer de l’exemple allemand d’après guerre Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Frédéric Lemaître (Berlin, correspondant) L’économiste français Thomas Piketty était à Berlin, mercredi 20 mai, pour recevoir le Prix du livre politique décerné par la fondation Friedrich Ebert, proche du parti social-démocrate. L’auteur du Capital au XXIe siècle était notamment invité à débattre avec Olaf Scholz, maire de Hambourg, un des piliers du SPD. Peut-être même son futur président.

France: la production industrielle grimpe de 1,5% en décembre Après deux mois consécutifs de baisse, la production industrielle a rebondi en France au mois de décembre, en hausse de 1,5% par rapport au mois précédent (-0,2%), a annoncé mardi 10 février l'Institut national de la statistique et des études économiques. Vingt-six économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne une production industrielle en hausse de 0,4% en décembre, leurs prévisions s'échelonnant entre -0,2% et +1,2%. Le rebond de décembre concerne toutes les branches, les hausses les plus marquées provenant des industries extractives, énergie, eau (+2,8%), le textile, habillement, cuir (+3,6%), les matériels de transport (+3,9%) et la cokéfaction-raffinage (+3,4%). Toutefois, en comparant les quatrièmes trimestres 2013 et 2014, la production industrielle française a fléchi de 1,3%, a précisé l'Insee dans un communiqué.

Les créations d’emplois au plus haut depuis quinze ans aux Etats-Unis Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Stéphane Lauer (New York, correspondant) 2,95 millions. L’économie américaine n’avait plus créé autant d’emplois depuis quinze ans. Cette performance qui permet aux États-Unis d’afficher leur taux de chômage le plus bas depuis juin 2008. Celui-ci est tombé à 5,6 % de la population active, soit 0,2 point de moins qu’en novembre et 0,1 point de moins que ce que prévoyaient en moyenne les économistes. Ce sont ainsi 252 000 emplois qui ont été créés en décembre, selon les statistiques publiées, vendredi 9 janvier, par le Département du travail.

La reprise permet le lancement de réformes structurelles notamment contre le chômage, plaide Draghi La situation n'a jamais été aussi encourageante depuis 2008. Dans la zone euro, "les perspectives économiques (...) sont aujourd'hui meilleures qu'elles ne l'ont été depuis sept longues années", estime le président de la banque centrale européenne Mario Draghi, qui s'est exprimé vendredi 22 mai à l'occasion d'un forum organisé par la BCE à Sintra, au Portugal. Une raison de se réjouir, certes, mais pas pour autant de baisser les bras. Qu'il s'agisse de la dette ou du chômage, encore trop élevés dans certains pays, "une reprise cyclique ne résout pas à elle seule tous les problèmes de l'Europe", considère en effet l'Italien, qui a ainsi appelé les gouvernements européens à profiter de cette amélioration pour agir. Bien que la baisse du chômage n'entre pas dans le mandat de l'institution monétaire de Francfort, Draghi a revendiqué avoir, "en tant que gardien de la monnaie", "un intérêt légitime" à réclamer la mise en oeuvre de mesures structurelles, notamment sur le marché du travail.

Le fossé entre riches et pauvres n’a jamais été aussi prononcé LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Claire Guélaud Ce n’est encore qu’un document de travail sobrement intitulé « Tendances de l’inégalité des revenus et son impact sur la croissance ». Officiellement, il n’engage que son auteur, Federico Cingano, économiste à la Banque d’Italie détaché à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Mais, publié avec l’aval de la direction de l’emploi de l’OCDE, ce texte lance le débat à l’intérieur de l’institution sur un sujet économiquement et politiquement sensible : l’impact de l’accroissement des inégalités de revenu, à leur plus haut depuis trente ans, sur l’économie. L’économiste italien commence par dresser un panorama général de la situation. Le revenu disponible des ménages, note-t-il, a augmenté en moyenne de 1,6 % par an (hors inflation) dans les vingt à vingt-cinq années qui ont précédé la crise de 2008 dans l’ensemble des 34 pays de l’OCDE.

Related: