background preloader

« Le Monde diplomatique » disparaît…

« Le Monde diplomatique » disparaît…
Related:  Une presse / Des médias sous influence ?Aides à la presse - indépendance journalistique

Européennes : l’avertissement du CSA aux télés et radios Difficile à croire "jamais entendu parler" s’il s’agit de la présence de l’UPR dans les merdias alors oui mais cela voudrait dire que tes seules sources sont Pujadas ou Le Monde, étonnant pour une personne suivant JLM ! Serait ce parce que François Asselineau dénonce avec rigueur et intelligence la cause des causes, notre appartenance à l’UE et pointe du doigt l’incohérence du discours de JLM. C’est insulter l’intelligence des Français de prétendre "changer" l’Europe (le même slogan depuis 30 ans) sur un sujet précis alors qu’il est de notoriété publique que l’unanimité est requise ! À moins qu’un accord secret existe entre le FDG et ses 27 coreligionnaires européens ! JLM connaît ses dossiers c’est un fait et le prouve avec TAFTA. Et en professionnel politique il sait que les Traites Internationaux comportent obligatoirement une sortie unilatérale, en l’espèce l’art.50. JLM sait qu’il existe et que son application induit la sortie de l’€, la sortie de l’UE et de l’OTAN.

Aides à la presse : les chiffres 2013 / Communiqués de presse / Presse Le 29 avril 2014, le ministère de la Culture et de la Communication, poursuivant son action de transparence engagée l’an passé, rend public le montant des aides accordées en 2013 à la presse. Un tableau indique l’intégralité des bénéficiaires, pour chaque dispositif d’aide directe. En outre, pour les 200 titres de presses les plus aidés, est publié comme l’an dernier l'aide reçue et le nombre d'exemplaires diffusés dans l'année. Cette publication désormais régulière intervient conformément à l’engagement pris par la ministre de la Culture et de la Communication. Aurélie Filippetti avait en effet insisté, en présentant la réforme des aides à la presse en juillet 2013, sur la conditionnalité des aides, qui doit s’appuyer sur une plus grande transparence et une meilleure information de tous les citoyens. Les aides à la presse concourent à la modernisation et la diffusion partout dans le pays d’une presse pluraliste et diverse.

STUDY: CNN Largely Ignores Major Climate Report's Warnings | Research CNN devoted less than two minutes to a report by top international climate experts, who warned of hunger problems, coastal flooding and other calamitous impacts if climate change is left unchecked. The network's coverage stands in stark contrast to other cable news networks, which devoted an average of over 22 minutes to the report, and broadcast nightly news programs, some of which led with the report. International Panel Releases Report Warning Of Catastrophic Climate Impacts IPCC Report: Climate Change Impacts Are Projected to Erode Food Security, Slow Down Economic Growth. On March 31, The New York Times reported on the findings of the United Nations' Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) about climate change impacts and adaptation, which supplemented a report released last year on the physical science basis of climate change: NBC And MSNBC Feature Scientists In Report Coverage, While CNN Lags NBC Nightly News Leads With Climate Report, Continuing Improved Coverage.

Acharnement de l’administration fiscale contre Acrimed (communiqué) Les Français peuvent être rassurés. L’administration fiscale traque impitoyablement et prioritairement les avantages fiscaux exorbitants et indus, les « niches fiscales » les plus scandaleuses, les fraudeurs du fisc les plus fortunés, contraints d’ « exiler » leurs magots et parfois même de les abandonner à des paradis fiscaux. La preuve : le Ministère des finances vient de faire appel de la décision du tribunal administratif de Montreuil annulant les décisions qui privaient Acrimed du droit de délivrer des reçus permettant à celles et ceux qui nous soutiennent d’obtenir une réduction de leurs impôts sur les dons effectués en faveur de notre association. Sous quels prétextes ? Résumons. Le droit français permet aux associations d’intérêt général ayant un caractère éducatif ou culturel de faire bénéficier leurs donateurs d’une telle réduction. Qu’on ne se méprenne pas : nous sommes déterminés à apporter notre contribution à la réduction de la dette publique. Acrimed Annexes 1. 2. 2. 1.

Libre-échange Etats-Unis / Europe : pourquoi une telle discrétion médiatique ? Eric Chaverou, Mariette Darrigrand, Anne Cheyvialle, Jean-Marc Four © Mathias Mégy / Radio France Les Etats-Unis et l'Union Européenne mènent des négociations commerciales depuis juillet 2013 pour mettre en place un accord de libre-échange dans un très important nombre de domaines. S'il voit le jour, cet accord pourrait avoir des conséquences non négligeables sur notre économie et nos vies. La presse française est très discrète sur le sujet et ces négociations n'ont donc quasiment suscité aucun débat dans l'opinion publique lors de la semaine écoulée. L'occasion était pourtant belle d'en parler avec la venue de Barack Obama à Bruxelles. Pourquoi si peu de médiatisation ? Pour répondre à ces questions : - Anne Cheyvialle, journaliste spécialisée en économie internationale au Figaro - François Beaudonnet, correspondant de France 2 à Bruxelles, en duplex - Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles, par téléphone Ainsi que les chroniques multimédia et image d'Eric Chaverou.

Mediapart, le fisc et les « salauds » Avec une méchanceté vorace, une partie des médias fait semblant de découvrir le conflit engagé par le fisc, sur ordre de Bercy, contre Mediapart en décembre 2013. Il a suffi que nous révélions les montants – 4,2 millions – qui nous sont indûment réclamés et que nous contestons fermement pour que se déchaîne une campagne bien peu confraternelle. « Ces cahiers auront contre eux tous les salauds de tous les partis » : jeudi soir 25 septembre, Joseph Confavreux rappelait à François Maspero, le premier invité de notre Live de rentrée (c’est à revoir ici), cette citation de Charles Péguy qu’il avait mise en exergue des premiers « Cahiers libres » publiés à son enseigne d’éditeur dont nous avons repris, en logo, le crieur de journaux (lire ici et là). Après avoir acquiescé d’un sourire, Maspero confiait qu’il ne s’était pas fait que des amis dans le monde de l’édition par son attitude intransigeante, ajoutant que le métier y était peut-être plus estimable que la profession qui le pratiquait.

Médias de France : loin de l’Espagne et des mobilisations sociales contre l’austérité Samedi 22 mars, les Espagnols se mobilisaient en masse contre les politiques d’austérité impulsées depuis 2010 par l’Union européenne et mises en musique par les gouvernements socialiste, puis conservateur, suite à la prétendue crise des dettes souveraines. Au-delà de l’information que constituait en elle-même cette combativité sociale dans un pays majeur de l’UE à quelques semaines des élections européennes, ces manifestations fournissaient aussi une occasion idéale pour informer en profondeur sur la situation économique et sociale dramatique que connaît le pays, avec, entre autres indicateurs désastreux, un taux de chômage de plus de 25 % – 55 % chez les jeunes de 16 à 24 ans ! – c’est du moins ce à quoi on aurait pu s’attendre dans un monde médiatique idéal… Mais les chantres de l’Europe libérale se désintéressent de l’Europe quand elle est sociale [1]. Petite revue de presse Sur le site de France Télévisions, le point de vue est à peu près le même : « VIDEO. Mais sous les chiffres ?

Aides à la presse, un scandale qui dure, par Sébastien Fontenelle (Le Monde diplomatique, novembre 2014) Fustiger la dépense publique en exhortant à la réduire est devenu une discipline journalistique à part entière dans la presse française. Certains s’illustrent par l’excellence de leurs performances en la matière : on pense ici à Franz-Olivier Giesbert, qui reste rarement plus de deux semaines sans proclamer, dans l’hebdomadaire Le Point, que « la France doit cesser de dépenser plus qu’elle ne produit. Autrement dit, faire maigre (1) ». Le propriétaire du Figaro, le sénateur (Union pour un mouvement populaire) et avionneur Serge Dassault, réclame lui aussi régulièrement qu’« on supprime toutes les aides », car « il ne faut pas que l’Etat aille donner de l’argent » (2) — sauf naturellement quand la puissance publique débloque 1 milliard d’euros pour moderniser l’avion de chasse produit par l’industriel, comme en janvier dernier… Mais il arrive que les mêmes professionnels se montrent moins empressés de porter partout la bonne parole des magistrats de la Cour des comptes.

Les chaines de télévision ont voté Front national Parmi la myriade d’organismes qui composent l’Etat français, il y a en un qui s’appelle le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Parmi les tâches de ce conseil, l’écoute des chaînes de télévision afin de mesurer l’équité dans la distribution des temps de parole aux principaux partis politiques. En période électorale, le Conseil est particulièrement attentif. Que s’est-il ainsi passé à la télévision dans les dernières semaines, entre le 10 février et le 14 mars ? Pour mesurer précisément ce déséquilibre, on peut aller examiner plus en détail les différents relevés. Si l’on regarde les chaînes généralistes, en comptant les journaux et les magazines, on observe un déséquilibre important : le Front national bénéficie de 22 % du temps d’antenne consacré aux partis politiques sur France 2, de 29 % sur France 3, de 65 % sur France 5 et de 50 % sur Canal Plus. Quant aux chaines d’information en continu, elles se livrent à une véritable propagande en faveur du parti d’extrême-droite : .

Aides à la presse : le poids des euros, le choc des critères, par Serge Halimi (Le Monde diplomatique, novembre 2014) Fin 2013, les chiffres publiés par le ministère de la culture et de la communication ont signalé que le magazine Closer avait, l’année précédente, reçu une aide publique trois fois supérieure à celle du Monde diplomatique (1). La publication qui se consacre aux potins sur les célébrités se hissait ainsi au 91e rang des titres aidés par le contribuable, tandis que ce mensuel n’accédait alors qu’à la 178e place. L’injustice parut sans doute insoutenable puisque l’année suivante, tandis que Closer progressait de trois places… Le Monde diplomatique disparut du classement (2). D’autres modifications étaient intervenues entre-temps. Dans une question écrite adressée à Mme la ministre de la culture et de la communication et publiée au Journal officiel le 27 mai dernier, le député socialiste d’Ille-et-Vilaine Marcel Rougemont s’est étonné que Closer ait reçu « une aide publique en 2012 d’un montant de 558 619 euros, contre seulement 188 339 euros pour Le Monde diplomatique ».

Surprenant quand même.

Le monde diplomatique n'a pas les moyens d'aller plus loin dans l'analyse des critères d'attribution, des mécanismes qui concourent à la distribution des montants financiers ?

Il n'y a pas par exemple de péréquation pour prendre en compte le montant des revenus publicitaires cités ?

Plutôt que d'afficher un titre à la limite du racolage, une information plus éclairante n'aurait pas du tout détonné.

Ces financements sont suffisamment anciens pour que l'information apportée aux lecteurs soit d'un niveau un peu plus exigeant.

Si le but était de surprendre le lecteur par le titre pour attirer son attention, eh bien voilà, c'est fait. by reel Aug 25

Related: