background preloader

Je résiste aux personnalités toxiques

Je résiste aux personnalités toxiques

http://christopheandre.com/WP/?projects=je-resiste-aux-personnalites-toxiques-et-autres-casse-pieds

Related:  Manipulation / Relations toxiquesPersonnes négativesPrévention risques de violences en société / Protection autodéf

Relations toxiques : comment les gérer La preuve n’est plus à apporter : le domaine relationnel joue un rôle décisif dans le développement d’une vie épanouie et dans l’apparition du bonheur. Le problème, c’est qu’il est impossible de composer son environnement uniquement de personnes qui nous permettent de renforcer notre confiance en nous ou notre estime personnelle. Non, il nous faut faire avec nos détracteurs, ces personnes qui ne nous souhaitent pas que du bien. Et c’est là que la définition des relations toxiques prend toute sa dimension : ces dernières sont des échanges, des liens que nous tissons avec des individus qui ont pour désir de nous contrôler, nous manipuler, nous utiliser en profitant de moments de faiblesse ou d’une supposée infériorité. Ces individus n’ont pas de scrupules et ne pensent que rarement à autre chose que leur propre intérêt.

Les personnalités toxiques Les personnes toxiques sont celles qui volent votre énergie et vous dévorent jusqu’à vos racines. Celles qui ne vous encouragent jamais et vous tiennent en état de dépendance. Celles qui vous assènent un coup de pied en lieu et place d’un soutien. Celles qui voient toujours le verre à moitié vide et noircissent votre horizon. Celles qui prennent votre temps et volent vos rêves… Harcèlement sur internet : une appli pour protéger les enfants - Video Europe 1 Could not load plugins: File not found S'abonner aux podcasts S'abonner aux podcasts

Personnes négatives billet de Celestine Chua of The Personal Excellence Blog « Les gens qui sont les plus durs à aimer sont ceux qui en ont le plus besoin. » ~Peaceful Warrior Avez-vous jamais interagi avec des personnes négatives ? Si vous l’avez fait, vous savez que l’expérience peut être vraiment déprimante. Narcissique, machiavélique, psychopathe : la triade noire des traits de personnalité Dans ce numéro L'essentiel - Le narcissisme, le machiavélisme et la psychopathie forment ce que les psychologues nomment la triade noire. Les individus dotés de ces traits de caractère ont un comportement égocentrique et sans scrupule. - Malgré tout, ils fascinent et ont parfois la réputation d'être des patrons efficaces et de grands séducteurs. - La réalité est plus contrastée.

Manger à plusieurs, c'est bien meilleur ! - Cerveau&Psycho L'auteur Sébastien Bohler est journaliste à Cerveau & Psycho. Du même auteur Découvrez la Méthode Coué et Recevez Le Livre GRATUITEMENT Que faire lorsque rien de ne se passe dans notre vie comme nous le voudrions ? Comment se servir de la Méthode Coué et de la loi de l’attraction lorsque tout semble se dérober sous nos pieds et que nous n’avons plus rien à quoi nous raccrocher ? Nous avons tous vécu un jour où l’autre ce type d’expérience n’est-ce pas ? En général, pendant ces périodes, nous nous sentons désorientés, découragés, attristés, déçus, en colère, abandonnés, humiliés, angoissés, etc. Bref… C’est le genre de moment dont on se passerait bien !

Ces collègues toxiques qui nous pourrissent la vie au travail On ne vous apprend rien en disant que côtoyer certaines personnalités au bureau n'a rien d'une partie de plaisir. Il y a ce collègue (énervant) qui se plaint pour absolument tout, de la clim' au prix de la cantine, cet autre (horripilant) qui lance des petites phrases assassines en réunion ou encore celui (insupportable) qui s'entête à rendre ses propales en retard et nuit au travail de toute son équipe. Mais il y a des collaborateurs qui, loin d'être casse-pieds ou incompétents, apparaissent au contraire avenants, souriants et efficaces mais pourrissent littéralement l'ambiance au travail en faisant du quotidien de leurs voisins d'open space un cauchemar. Leur nom ?

Quand les médias jouent avec nos cerveaux et exacerbent des réflexes défensifs Beaucoup d’entre nous ont, diffuse ou claire, une perception de la société globalement anxiogène, insécurisante et instable, où l’urgence, oppressante, rend difficile toute projection positive dans le temps. Le ressenti d’un risque est palpable. Quel risque ? On ne sait vraiment, mais le sentiment de danger (actuel ou futur) s’exprime dans les conversations de bureau, les dîners de famille, les échanges dans les transports en communs… Si le contexte économique difficile explique en partie ces sentiments, il n’en est qu’un élément.

Guide de survie aux abrutis: 6 erreurs fatales avec un manipulateur Sylvaine Pascual – Publié dans Entretenir des relations saines A la lecture du Guide de survie aux abrutis vous avez identifié dans votre entourage personnel ou professionnel un énergumène dont les comportements excessivement manipulateurs rendent votre relation sacrément nauséabonde. Le problème, c’est que cette amanite phalloïde de la relation est proche de vous. Et ça génère en vous tout un tas de sentiments confus et contradictoires qui se traduisent par des envies bienveillantes de sauver la relation. Vous avez tout essayé. Vous avez fait preuve d’empathie, vous avez fixé vos limites, fait des demandes assertives, exploré vos émotions… Ayant conscience de votre part de responsabilité dans vos relations, vous avez même fait un max d’introspection pour comprendre comment vous vous y prenez pour obtenir une relation aussi peu satisfaisante.

Les humains, ces singes agressifs Le carnage perpétré à Alep, en Syrie, ces jours-ci, nous montre combien l’humain est capable d’une brutalité destructrice envers ses semblables. Mais d’où l’humain tire-t-il cette agressivité sanguinaire ? L’éternel débat entre l’inné et l’acquis n’a toujours pas fourni la réponse, mais dans la revue Nature de cette semaine, des chercheurs espagnols démontrent à l’aide de modèles statistiques de la biologie évolutive que l’humain a vraisemblablement hérité de ses proches ancêtres, les singes, d’une certaine propension à la violence meurtrière envers ses congénères, et que cette violence est même plus grande que celle de la moyenne des mammifères. L'empathie, enracinée dans notre humanité et notre biologie, une solution aux crises ? Ancrée dans notre biologie, très ancienne dans notre évolution, l’empathie est profondément enracinée dans notre humanité qu’elle contribue à faire grandir. Source de développement des civilisations humaines pour certains, elle n’est pourtant pas l’apanage de notre espèce puisqu’elle est partagée, sur certains aspects, par les autres mammifères. Du grec « pathos », souffrance, l’empathie est la faculté d’une personne à ressentir et comprendre l’état émotionnel d’une autre personne ou d’un groupe. L’empathie active la résonance émotionnelle d’une personne avec les pensées, sentiments et intentions d’une autre, tout en maintenant la conscience cognitive que la sensation ressentie est générée par l’état d’autrui. Elle permet ainsi d’activer la réponse affective appropriée.

Astuces pour déceler les amorces de jeux de pouvoir. Les amorces de jeux de pouvoir sont repérables en fonction du vocabulaire employé. Voyons les signes les plus courants dans la vie professionnelle, assortis chacun de 3 exemples. Conditionnel : – Voudriez-vous être agréable en faisant ceci – J’aimerais que nous nous accordions sur ce point – Je ne voudrais pas mettre la pression mais si vous vous ne décidez pas vite.

La musique, une arme efficace contre la dépression des jeunes La musique, antidépresseur pour les jeunes? Encore plus que ne le croyez! Une équipe de la Queen's University de Belfast en Irlande du Nord vient de montrer qu'une cure de musicothérapie ajoutée à un traitement antidépresseur améliore significativement les symptômes dépressifs par rapport à un traitement seul chez des enfants et adolescents de 8 à 16 ans. Cet effet avait déjà été constaté chez certains patients mais aucune preuve scientifiquement valide ne permettait de trancher sur le bénéfice réel de cette approche thérapeutique dans cette population. Voilà qui est fait grâce à cette nouvelle étude destinée à évaluer l'effet de la musicothérapie chez 251 enfants de 8 à 16 ans souffrant de troubles psychiques sévères de type émotionnel, comportemental et/ou social, dont un tiers présentaient une dépression. A l'issue des douze semaines, les chercheurs ont constaté une réduction significative des symptômes dépressifs chez les enfants ayant suivi le programme de musique.

Related: