background preloader

L'argent, le sang et la démocratie

L'argent, le sang et la démocratie
Le 8 mai 2002, à Karachi, au Pakistan, un attentat tue onze employés de la Direction des constructions navales de Cherbourg. Aussitôt, l'organisation terroriste al-Qaida est désignée comme responsable. Dix ans après les faits, l'enquête va faire surgir, notamment grâce aux révélations de la presse et aux investigations du juge antiterroriste Marc Trévidic qui a repris le dossier en 2007, une seconde affaire : un éventuel financement illicite lors de la campagne présidentielle d'Édouard Balladur en 1995. Quatre contrats d'armement avec l'Arabie Saoudite et le Pakistan auraient servi à financer celle-ci, moyennant le versement de commissions dont les bénéficiaires auraient rétrocédé un pourcentage au staff de Balladur. Le non-versement d'une partie des sommes après le départ de ce gouvernement en 1995 aurait provoqué l'attentat de Karachi. C'est du moins l'une des pistes explorées par la justice qui relie désormais les deux dossiers. Monde parallèle Related:  CitoyenComprendre

Le Centre de Recherches sur l'Ordre Mondial Rien compris à l'affaire Karachi ? On reprend de zéro Hortefeux, Balladur, Copé, Bazire, Gaubert, Sarkozy... leurs noms sont associés à l’attentat de Karachi. Que leur reproche-t-on ? Que risquent-ils ? Explicateur. Jacques Chirac rend hommage aux onze Français morts lors de l’attentat de Karachi à Cherbourg, le 13 mai 2002 (Charles Platiau/Reuters) A l’origine, un attentat suicide fait quatorze morts Le 8 mai 2002, vers 8 heures, les employés français de la Direction des constructions navales (DCNS) en poste à Karachi, où ils participent à la conception de sous-marins Agosta vendus par la France au Pakistan, partent à leur travail. Comme chaque matin, un bus de la marine pakistanaise est passé les prendre dans leurs hôtels respectifs. L’explosion est « si violente qu’une phalange est retrouvée à près de 70 mètres de là », écrit L’Express à l’époque. Le jour-même à Paris, le gouvernement Raffarin prend ses fonctions. D’abord, la piste d’Al-Qaeda Trois jours après l’attentat, le patron du parquet antiterroriste de Paris est à Karachi.

Agenda Conférences Gesticulées Voici l’agenda des conférences gesticulées des coopérateurs du Pavé ainsi que celles programmées par le Pavé. Nous ne pouvons que vous inviter à consulter aussi l’agenda du site des conférenciers-gesticulant, pour les conférences gesticulées accompagnées par une des coopératives d’éducation populaire ici . Jeudi 3 avril / St Julien en genevois (Haute Savoie) / Le Plein d’Energie... ou une autre histoire du militantisme par Anthony Brault. Vendredi 4 Avril : CEYZERIEU(01) Salle des fêtes. Samedi 5 avril LIMOGES (87) (salle Blanqui 3) ) de 14h à 17h « L236-9 » Coulisses de l’entreprise . Mardi 8 avril / Bugeat / Le Plein d’énergie... ou une autre histoire du militantisme par Anthony Brault - Réservé aux lycées agricoles participants à l’opération Vendredi 11 Avril : PERPIGNAN : Inculture(s) 4 : Le plein d’énergie, par et avec Anthony Brault, à 20h30. Entrée sans réservation, venir 10 minutes avant.Prix libre Pendant toute la semaine, buvette et petite restauration.

Karachi vu depuis Washington Dès le 8 mai 2002, les services américains estimaient que l’attentat de Karachi ne ressemblait à aucun autre intervenu dans la mégapole pakistanaise. OWNI révèle 28 pages de notes du consulat américain de Karachi en relation directe avec l’attentat contre le bus de la DCN. Et permettant d'évoquer l'implication des forces paramilitaires pakistanaises. Le 8 mai 2002 et dans les semaines suivantes, les services de sécurité du consulat américain de Karachi ont suivi et analysé l’attentat perpétré contre le bus de la Direction des constructions navales (DCN – désormais appelée DCNS). Nous avons obtenu auprès de Washington les notes qu’ils ont rédigées en relation avec l’attaque terroriste perpétrée ce jour-là contre le bus des employés français de la DCN provoquant la mort de 15 personnes et en blessant 23 autres. Quelques heures après l’attentat L’attaque suicide à la voiture piégée du 8 mai 2002 était sans précédent pour trois raisons. Évènement singulier Paragraphes blanchis Pédigrée complet

Scop Le Pavé Comprendre l'affaire Karachi en trois minutes Bonjour, et bienvenue sur Le Monde.fr Pour permettre à nos 400 journalistes de vous apporter chaque jour une information de qualité, fiable, variée, et pour pouvoir continuer à vous proposer des services innovants et performants, nous devons pouvoir compter sur les revenus de la publicité. Bonne lecture sur nos pages Vous appréciez les contenus du Monde.fr ? Deux propositions s’offrent à vous : Je désactive mon bloqueur de publicité Regardez comment faire Découvrez notre Édition abonnés Vous pouvez profiter d’un confort de lecture optimal grâce à l’Edition abonnés et accéder à un contenu éditorial enrichi sur ordinateur, mobile et tablette Je m’abonne Déjà abonné ? Je poursuis ma navigation

Notre-Dame-des-Landes : un projet de 1967 pour répondre aux défis de notre temps Bon, c’en est assez. Moi ça me fait peine. Beaucoup trop de contre-vérités sont énoncées quotidiennement sur l’affaire de l’Aéroport Grand-Ouest, outrageusement raccourci en NDDL par les supporters de la bande de squatteurs basanés polygames crypto-anarchistes néo-staliniens qui ne se lavent même pas tous les jours. Il est peut-être temps de prendre UN PEU de hauteur, de dépassionner le débat, et de ramener UN PEU de sérieux sur ce sujet de haute voltige. Un peu d’histoire(s) S’il semble aujourd’hui – mais je m’avance peut-être un peu – que le projet n’accueillera finalement pas le Concorde, dès mai 1967, les autochtones les plus civilisés pouvaient déchiffrer dans la presse locale avec leurs quelques rudiments de langue française que “La métropole Nantes – Saint Nazaire pourrait devenir le Rotterdam aérien de l’Europe par la création d’un aéroport international de fret au nord de la Loire”. Mieux qu’un aéroport de fret, un aéroport international ! L’actuel aéroport de Nantes Atlantique

Affaire Karachi : ce que les juges reprochent à Balladur et Léotard Exclusif. « Le Monde » a pu prendre connaissance du contenu de l'ordonnance par laquelle les juges se sont dessaisis au profit de la CJR. Cent-soixante-huit pages pour résumer un dossier hors norme. L'ordonnance « d'incompétence » par laquelle les juges de l'affaire de Karachi se sont dessaisis, le 6 février, au profit de la Cour de justice de la République (CJR), et dont Le Monde a pu prendre connaissance en intégralité, reconstitue plus de trois ans d'une enquête minutieuse. Les investigations des juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire ont mis en lumière la responsabilité, entre 1993 et 1995, d'Edouard Balladur et François Léotard - alors respectivement premier ministre et ministre de la défense - dans un système de financement politique occulte opéré via des ventes d'armes. Regarder l'infographie animée : Comprendre l'affaire Karachi en trois minutes Par ailleurs, s'agissant du volet non ministériel, les magistrats ont également achevé leurs investigations.

Related: