background preloader

Les cultures enclines au viol et les cultures sans viol. Les études interculturelles

Les cultures enclines au viol et les cultures sans viol. Les études interculturelles
Partie 2 : le cas de la culture occidentale Partie 3 : Alcool, fêtes & viol – les fraternités étudiantes aux États-Unis Je vais commencer une petite série sur les cultures enclines au viol. Je débuterai par le résumé des études d’anthropologie, notamment celles qu’a menées Peggy Reeves Sanday, et qui l’ont conduit à penser qu’il existait des cultures sans viol et des cultures enclines au viol. Femmes Minangkabau L’anthropologue Peggy Reeves Sanday a étudié plusieurs sociétés préindustrielles afin d’établir leur vision du viol, mais aussi de la sexualité et des rapports entre les hommes et les femmes. En 1982, elle a ainsi publié une première étude interculturelle où elle comparait 156 sociétés du monde entier1. Dans une étude de 19932 portant sur 35 sociétés préindustrielles, Patricia Rozée a trouvé des chiffres bien différents. Rozée trouva des viols normatifs dans environ 97% de ces cultures (soit 34 cultures sur 35), et des viols non normatifs dans 63% d’entre elles. Femmes Gusii 1. 2.

http://antisexisme.net/2013/01/09/cultures-du-viol-1/

Related:  Culture du Viol & pulsion sexuelle...sexe et genreViolRape cultureCulture du viol

Avis sur la BD Projet Crocodiles (2013) par Myroie Les femmes sont victimes de violence sexiste tous les jours. L'auteur de ce projet a un jour décidé d'illustrer des témoignages de femmes frappées par l'injustice qu'est la haine du féminin au jour le jour, prouvant ainsi qu'il y a encore énormément de travail à faire, encore aujourd'hui, ici même, en France. J'apprécie énormément ce projet pour le moment sous forme de blog ( qui deviendra une BD papier dans peu de temps (je crois et je l'espère) parce que non seulement son auteur dénonce une réalité qui frappe énormément de femmes, mais en plus, il est à l'écoute des féministes quand ces dernières lui font remarquer qu'il y a tel ou tel problème dans ses BD. Rares sont les personnes capables de se remettre en question comme il le fait, et je pense que c'est important de le souligner. Le Projet Crocodile a, néanmoins selon moi, une petite faiblesse : celui de mettre en avant des histoires hors sujet.

Lutte contre le harcèlement sexiste Les injures, les menaces, les violences sont sévèrement punies par la loi. Le harcèlement sexiste et les violences sexuelles ne sauraient être banalisées, tolérés, excusés ou minimisés. Chacun et chacune peut, et a la responsabilité de réagir. La mobilisation citoyenne et l’action publique peuvent permettre de faire reculer ces violences ! Face au harcèlement, agissons

Des Anonymous et des filles Ca fait très longtemps que je n’ai pas parlé des Anonymous. En partie, parce que ces dernières années leurs actions ont dépassé le cadre strict du web et se sont professionnalisées. Soutien à Assange, aux révolutions arabes etc. Et aussi parce que présenter Assange comme le Jésus du web, ça m’agace. Mais là, j’ai quand même bien envie d’y revenir. Au fil des derniers mois, ils se sont focalisés sur un nouveau combat : la lutte contre les violeurs.

Les cultures enclines au viol et les cultures sans viol. Le cas de la culture occidentale Partie 1 : les études interculturelles Partie 3 : Alcool, fêtes & viol – les fraternités étudiantes aux États-Unis J’ai commencé une petite série d’articles sur les cultures enclines au viol. Après vous avoir présenté le concept de cultures enclines au viol (à comparer aux cultures sans viol) , je vais discuter maintenant du cas des cultures occidentales. L’enlèvement des Sabines, par Francisco Pradilla Selon plusieurs autrices1,2, la culture euro-américaine est une culture prônant le viol.

Je veux comprendre... la culture du viol Nous vous avions parlé il y a quelques temps du slut-shaming ; continuons sur ce thème avec la culture du viol. La culture du viol décrit un environnement social et médiatique dans lequel les violences sexuelles trouvent des justifications, des excuses, sont simplement banalisées, voire acceptées. C’est par exemple un environnement qui culpabilise les femmes quant à leurs tenues et leur apparence. Dire (ou penser) qu’une femme victime de viol qui se balade seule le soir en talons et en mini-jupe “l’a bien cherché”, c’est faire peser sur la victime la responsabilité du crime – car le viol est un crime, n’est-ce pas (ce petit rappel est important pour la suite). Remarquez l’omniprésence, dans notre société, d’éléments appartenant à la culture du viol. Buck Angel: "Avoir des rapports sexuels avec mon vagin, ça a été la chose la plus extraordinaire de toute ma vie" Qu’est-ce qui t’as donné envie de ne plus filmer ton propre corps mais celui des autres hommes transsexuels (FtoM) ? J’ai démarré cette série de documentaires quand j’ai décidé d’arrêter de tourner des films porno dans lesquels je jouais. J’en avais assez d’être le seul transman à l’écran. Je voulais montrer d’autres transmen et m’adresser aux gens d’une manière plus éducative, et non plus en tant que Buck Angel, l’homme avec une chatte. Je me suis rendu compte que j’étais en train de m’auto-fétichiser, car au départ, mon intention n’avait jamais été de faire du porno à visée revendicative, mais tout simplement du porno. J’ai fini par ressentir le besoin d’enseigner aux gens ce qu’est le corps d’un homme trans, de montrer tous les corps.

Ces femmes yézidies qui terrorisent à leur tour Daesh Elles ont décidé de ne plus subir la terreur et ont formé un bataillon de 123 femmes de 17 à 30 ans qui font littéralement trembler de crainte les combattants terroristes. Leur particularité ? Être entraînées par une ancienne chanteuse à succès. Muriel Salmona «La réalité des violences sexuelles est l’objet d’un déni massif» Dès l’introduction de votre Livre noir des violences sexuelles (1), vous précisez que les violences sexuelles sont en augmentation, et que les victimes sont à 80 % des femmes. Cette situation paraît aberrante dans notre pays, au XXIe siècle… Muriel Salmona. Malheureusement, les chiffres sont catastrophiques. Toutes les enquêtes le montrent, les victimes sont issues de tous les milieux sociaux et de toutes les catégories professionnelles, et les violences sexuelles sont commises essentiellement par des hommes, par des proches ou quelqu’un de connu par la victime dans 80 % des cas. Malgré le Mouvement de libération des femmes (MLF) et les progrès en matière d’égalité ces quarante dernières années, nous sommes encore loin du compte concernant les violences, les discriminations et les inégalités subies par les femmes en France.

Les cultures enclines au viol et les cultures sans viol. Le cas de certains lieux hautement propices au viol : les fraternités Partie 1 : les études interculturelles Partie 2 : le cas de la culture occidentale Dans les articles précédents, nous nous sommes intéressées aux cultures sans viol et aux cultures enclines au viol, comme la culture occidentale. Dans cette partie, nous nous intéresserons à des micro-cultures, et en particulier à celles des fraternités étudiantes des Etats-Unis, que plusieurs universitaires, dont Peggy Reeves Sanday, ont étudiées, et qui se sont révélées être parfois très enclines au viol. Les fraternités et les sororités sont des organisations sociales pour les étudiants, essentiellement de premier cycle, et qu’on retrouve principalement en Amérique du Nord, notamment aux États-Unis. Elles portent très généralement comme nom un ensemble de lettres grecques (par exemple : Alpha Delta Phi).

Culture du viol : quand "le Point" conseille aux femmes d'"accepter la brutalité" La parade nuptiale des tortues d'Hermann comprend des morsures et des chocs de carapace ("Le Point"/capture) La "rape culture" ("culture du viol"), terme utilisé pour la première fois par les féministes dans les années 1970, semble décidément plus que jamais au goût du jour, tant le concept apparaît omniprésent dans nos médias. Si par "culture du viol", on entend tout un appareil de pensée, de représentation, de pratiques et de discours qui excusent, banalisent, érotisent voire encouragent la violence sexuelle, alors c’est bien le magazine "Le Point" qui, sur son site, nous offre cette semaine, le plus beau cas d’école. Traitement médiatique inapproprié de la violence sexuelle Le tout, bien-sûr, vidéo à l’appui :

Related: