background preloader

Les cultures enclines au viol et les cultures sans viol. Les études interculturelles

Les cultures enclines au viol et les cultures sans viol. Les études interculturelles
Partie 2 : le cas de la culture occidentale Partie 3 : Alcool, fêtes & viol – les fraternités étudiantes aux États-Unis Je vais commencer une petite série sur les cultures enclines au viol. Femmes Minangkabau L’anthropologue Peggy Reeves Sanday a étudié plusieurs sociétés préindustrielles afin d’établir leur vision du viol, mais aussi de la sexualité et des rapports entre les hommes et les femmes. En 1982, elle a ainsi publié une première étude interculturelle où elle comparait 156 sociétés du monde entier1. Culture sans viol : le viol est rare, voire absent (47% des sociétés étudiées)Culture où le viol est présent, mais où il manque de données sur sa fréquence (35% des sociétés étudiées).Culture encline au viol (18% des sociétés étudiées): culture où le viol est fréquent ; ou est utilisé comme un acte de cérémonie ; ou bien comme un acte pour punir ou menacer les femmes. Dans une étude de 19932 portant sur 35 sociétés préindustrielles, Patricia Rozée a trouvé des chiffres bien différents. Related:  ViolFéminisme

Prix Sakharov 2014. Le « Dr Miracle » des Congolaises violées honoré « Depuis quinze ans, je suis témoin d'atrocités de masse commises sur le corps des femmes et contre les femmes et je ne peux pas rester les bras croisés, car notre humanité commune nous invite à prendre soin les uns des autres. » C'est avec ces mots simples que le gynécologue congolais Denis Mukwege, récompensé mardi par le prix Sakharov, expliquait en décembre 2013 son engagement au service de dizaines de milliers de femmes de son pays, victimes d'une violence indicible et qu'il aide à se reconstruire. Agé de 59 ans, le Dr Mukwege aurait pu rester vivre et travailler en France après ses études. Il a fait le choix de retourner dans son pays, la République démocratique du Congo (RDC), et d'y rester aux heures les plus sombres. Un combat pour la dignité de femmes Son combat pour la dignité des femmes, premières victimes des conflits qui ravagent l'est de la RDC depuis plus de vingt ans, l'expose au danger. Une bourse pour étudier en France Sauver des femmes victimes de barbarie

Sans titre EMPLOIS - Âgé de 25 à 35 ans, le Bomeur fait partie de cette génération qui a entendu ses parents lui répéter à longueur de journée "sois prudent". "Tu veux faire une école de ciné? Ouais mais bon, sois prudent, tente la fac de droit, tu verras après". "Tu veux être graphiste? "Tu veux faire de la télé? Pour ses parents issus d'une génération qui s'en sortait déjà pas mal avec un bac en poche, faire des études jusqu'à obtenir un Bac+5, c'était l'assurance de voir grandir leur gosse en l'ayant mis sur la bonne voie. Pour lui, le chômage, c'était ce qu'il voyait dans les films français: Karine Viard qui voit son usine fermer et qui se retrouve avec ses 3 enfants sous la pluie pendant plus d'une heure trente d'angoisse. Du coup, le "sois prudent" de la génération du dessus sonne bizarre. "Putain, je me suis fais chier à faire les études que je ne voulais pas faire à la base, pour finalement me retrouver au chômage comme tout le monde". Fini le "sois prudent". Ça se donne des coups de mains:

Mythes sur les viols. Partie 1: Quels sont ces mythes ? Qui y adhère ? Partie 2 : les conséquences pour la victime Partie 3 : Les mythes sur le viol restreignent la liberté des femmesPartie 4 : Conséquences sur la propension au violPartie 5 : Les mythes sur le viol dans les médias Contrairement à la légende, la plupart des viols ne sont pas commis par un étranger dans une petite ruelle sombre « Evitez de vous habiller comme des salopes si vous ne voulez pas vous faire agresser » Michael Sanguinetti, policier canadien « Un viol, c’est avec un couteau ou un pistolet » Ivan Levaï, grand journaliste «Tant qu’un homme n’est pas muni d’une arme, d’un couteau ou d’un revolver, une femme peut toujours se défendre » Catherine Millet, intellectuelle française Les Slutwalks sont nées en réaction aux propos de Sanguinetti Ces idées reçues (appelées « rape myths » ou « mythes sur le viol ») et leurs conséquences ont été étudiées par les sociologues et psychologues sociaux. Qu’est ce qu’un viol ? Dans plus de 75% des cas, la victime connaissait son agresseur5. Erratum 1. 3. 4.

Barbie versus Musclor, ou l'allégorie de la mauvaise foi Voilà l'article de la semaine, encore avec du retard, arg, pardon ! Je l'ai commencé en me disant "haha ça va être court et rapide à faire" et puis comme d'habitude j'ai mis mille ans.En tout cas, j'espère que c'est un sujet qui vous intéresse, moi ça m’énerve pas mal depuis longtemps ce mème, j'ai envie de lui donner des coups de poings et tout. J'aurais bien aimé parlé aussi du fait que tout le monde est blanc, mais ça s'applique aux deux sexe (merci le racisme), mais bon, l'idée est la même : exclure les oppressés de la représentation par les médias. Et je me rends compte que j'ai un peu écrit petit, j'espère que ça ira quand même ! Et oui, il y a des exceptions pour les personnages de filles : My Mad Fat Diary (d'ailleurs je ferai peut être un article dessus), Lena Dunham, etc. ; mais ça reste quand même, comme je l'ai dis plus haut, des exceptions (snife). Vous pouvez retrouver cet article sur le tumblr, natürlich ! Et bien sûr, pour finir, la vidéo du bonheur :

BDSM : not about consent, but about rape ! | Féministes radicalesFéministes radicales Voici ce que des pro-SM ont mis en commentaire de mon article sur le consentement (par deux fois, quelques mots seulement ont été changés, donc le caractère publicitaire est démontré) : « Bonjour, je prie pour que ce petit mot ne soit pas pris pour un vulgaire message publicitaire étant donné que la communauté dont je vous parle ne vend rien. Si le BDSM** anglophone était richement pourvu en la matière, le BDSM en France n’offrait presque rien en matière de réseau social axé sur le BDSM. Sites payants ou forums santé peuplés de « vanilles », peu évident de se regrouper d’autant plus que Facebook à la gachette facile avec tout ce qui s’avère non vanille. ** BDSM = Bondage, Discipline, Domination, Soumission. Ces misogynes « prient » pour que le spam marche ? Contrairement à ce que disent les pro-SM, leur sadisme ne se limite pas à la sexualité, il organise leur conception du monde et des gens. Car les conditions et termes mêmes du pacte ne sont que vice de consentement et contrainte :

Nathanaël Rouas: Bomeur, mais t'es qui bordel? Directeur de création chez Nouveau Jour (une agence de communication) pendant 5 ans, j'étais il y a encore un an un simple bobo. Un mec qui achète sa table de chevet 350 euros à la brocante de la rue de Bretagne. Un mec qui achète ses caleçons chez H&M mais qui n'a que des chemises Maads Norgarrd, des jeans Nudie, et des chinos Closed. Il y a un an, j'en mettais plein la vue à tout mon monde à coup d'op de comm' originales qui éblouissaient ma famille, mes potes... et les filles. Ou un bobo chômeur. En quelques mois de cafés pris à 15h en semaine Chez Prune sur le quai de Jemmapes, d'apéros qui commençent à 17h au Mansart, et de projets révolutionnaires "dont je ne peux pas te parler pour le moment, je t'en parlerai quand ça aura avancé" qui ne voient jamais le jour, je me suis rendu compte que je n'étais pas le seul dans mon cas. J'ai identifié cette tribu il y a 6 mois, avant d'en faire un tumblr. . Cette nouvelle tribu, ce sont des mecs comme moi.

ZONES La série brosse en particulier un tableau saisissant de la condition des femmes. Betty Draper, la mère au foyer, élevée dans le souci exclusif de son apparence et de sa beauté, qui a tout pour être heureuse selon les critères de son milieu, mais qui crève de solitude et d’ennui ; Peggy Olson, la jeune rédactrice volontaire – seule femme à occuper ce poste –, aux prises avec le dragon ultra-catholique qui lui sert de mère, furieuse à la fois de subir les mains baladeuses de ses collègues et d’être jugée trop menaçante pour correspondre à leur idéal amoureux ; Joan Holloway, la plantureuse secrétaire rousse, qui tente de faire une force de son statut d’objet sexuel, sans que cela la mette à l’abri de la frustration et de la déception : toutes, si différentes soient-elles, se débattent dans les limites que leur assigne la société américaine de cette époque. Et, pourtant, on peut se demander si ce n’est pas cela, précisément, qui est en train de changer dans les mentalités.

QU’EST-CE QU’ÊTRE FÉMINISTE AUJOURD’HUI ? Récemment, j’ai fait circuler sur Facebook un article intitulé Grandir en Allemagne, la (douce) vie des enfants de la naissance à 6 ans. Sophie nous y fait part de son expérience de jeune maman en Allemagne, avec, au programme : accouchement en maison de naissance, suivi par une sage-femme & traitement naturel, allaitement encouragé, long congé parental, dévouement à l’enfant, respect de son autonomie, végétarisme, etc. En résumé, un peu l’inverse de ce qui se pratique en France depuis une trentaine d’années… S’en est suivi un débat assez animé. Je ne vais pas ici discuter du statut de l’enfant (un autre article ?) Tu seras une femme/épouse/mère, ma fille Depuis des décennies, en France, on nous rabâche les mêmes choses : travailler, c’est un droit, ne pas en saisir l’opportunité, c’est revenir au passé / allaiter, c’est dépassé, tu es une femme avant tout / ne passe surtout pas derrière ton enfant / rester à la maison ? La femme Barbara Gould Suce mes tétons, c’est pas pour mon rejeton

Le viol des prostituées existe, et il n'est pas assez reconnu Si le procès de l’affaire du Carlton a soulevé de nombreuses problématiques –le choix des charges à l’encontre de DSK ou celle de la protection de la vie privée des escort girls constituées partie civile entre autres– celle du consentement des femmes prostituées a moins ému. La question de consentement dans le cadre de la prostitution est souvent biaisée, précise tout de go Melissa Farley, chercheuse américaine en psychologie clinique et militante anti-prostitution: «La plupart des femmes qui se prostituent ne le font pas par choix mais par manque d’alternatives. Les contraintes économiques et sociales, la précarité les poussent sur le trottoir. L’argent devient alors un élément de coercition.» A ce titre, l’image du frigo vide évoquée par Jade devant le tribunal correctionnel de Lille lors du procès Carlton, est révélatrice. Pour autant, ces femmes ont-elles la latitude de définir un cadre à leurs pratiques? De la réalité des violences sexuelles à l’épreuve de la justice Lilian Mathieu

Mourir, non merci On vous l’avait dit à la fin de l’article sur le marshmallow : écrire un topo, c’est un énorme boulot. Et pour plancher sur le suivant, on avait vraiment besoin d’un coup de main. On a reçu plein de candidatures géniales. Et parmi elles, il y avait Aude. Aude, sa spécialité, c’est l’histoire (son site, www.histoiredujourbonjour.com, est vraiment top). Temps de lecture : environ 25 minutes (oui, vous êtes prévenus : c’est un gros morceau) Greg a 14 ans. Son père, c’est Etienne. Mais il y a un truc qui fait que le père de Greg est vraiment ringard. Alors que Greg et ses potes, eux… ils sont de la "nouvelle ère". Bon. Là, vous vous sentez peut-être déjà un peu perdu. C’est vrai que pour ce nouveau topo, on a choisi un sujet qui envoie du lourd : l’immortalité. Eh bah au début, on était comme vous. “Si vous me demandez si on peut vivre jusqu’à 500 ans ? Oui, on sait, cette phrase paraît dingue. Qui est l’auteur de cette phrase ? Eh non. Calico, ou quand Google veut "tuer la mort" Calico.

Related: