background preloader

Harcèlement scolaire : parole aux « harceleuses »

Journée de lutte contre le harcèlement scolaireCe 8 novembre, c’est la Journée Nationale de lutte contre le harcèlement scolaire. L’occasion de remettre en avant nos ressources sur le sujet et de sensibiliser à cette problématique qui touche beaucoup enfants. Retrouve tous nos contenus sur le sujet dans notre dossier ! Le 23 juillet 2013 Longtemps tabou, le harcèlement scolaire commence à faire parler de lui. « Ça va, c’était juste pour rigoler », était la chute d’un de ces clips, qui visait à faire prendre conscience que le harcèlement n’est jamais « juste pour rigoler ». Aucune des madmoiZelles nous ayant envoyé leur témoignage n’a harcelé ou participé à un harcèlement scolaire « juste pour rigoler ». Les harceleuses s’expliquent Elles avancent plusieurs raisons à leurs actes passés, des justifications parfois, mais pas d’excuse. Cause du harcèlement scolaire : la violence subie à la maison Plusieurs filles qui ont participé à du harcèlement scolaire témoignent d’un cadre familial violent. Related:  Chiffres harcèlement scolaireHarcèlement et discrimination

Le harcèlement scolaire a baissé de 15% en France VIDÉO - Selon l'enquête internationale HBSC, le harcèlement a diminué au collège, entre 2010 et 2014. La deuxième journée nationale «Non au harcèlement» se tient ce jeudi. «Nous sommes plusieurs centaines de milliers abandonnés par le système scolaire. On nous accusera d'être coupables, d'être faibles, de provoquer, de l'avoir cherché, de mentir, de ne pas savoir nous défendre. Ces dernières années, les témoignages se sont multipliés. La parole s'est libérée. Que disent les chiffres? Un collégien sur cinq confronté au cyberharcèlement Outre la médiatisation des témoignages, les actions ministérielles successives, ainsi que le travail de recherche internationale entamé sur le sujet il y a maintenant 20 ans, ont sans doute porté leurs fruits. La journée nationale de lutte contre le harcèlement qui se tient ce 2 novembre se penchera plus spécifiquement sur le cyberharcèlement. «Liker c'est déjà harceler» Le clip de prévention de la campagne 2016-2017 traite donc du cyberharcèlement.

Harcèlement à l'école : le clip de Mélissa Theuriau agace les enseignants Le ministère de l'Education misait beaucoup sur ce clip coproduit par Mélissa Theuriau pour sa campagne contre le harcèlement scolaire. Il doit être diffusé à partir de jeudi dans les salles de cinéma ainsi qu'à la télévision. Mais plusieurs syndicats de l'éducation demandent déjà son retrait. "Révoltant", "odieux", "caricatural", le clip coproduit par la journaliste Mélissa Theuriau et Disney contre le harcèlement à l’école ne fait pas l’unanimité auprès des enseignants qui l'ont fait savoir sur les réseaux sociaux et par communiqué. Un clip "caricatural" qui "manque totalement sa cible" Plusieurs syndicats de l'éducation demandent au ministère de retirer le clip qui doit être diffusé à la télévision et dans certaines salles de cinéma à partir de jeudi. Harcèlement scolaire : un clip qui dérange - Reportage de Célia Quilleret Le clip "montre une enseignante pédagogiquement caricaturale, hurlant et ignorant ses élèves", déplore le Sgen-CFDT.

Que dit la loi : Le cyberharcèlement - Association de protection de l'enfance sur Internet- e-Enfance Le cyber-harcèlement ou cyberharcèlement ou harcèlement en ligne ou cyberintimidation est défini par l’article 222-33-2-2 du Code pénal, créé par la loi 2014-873 du 04 août 2014 et modifié par la loi n°2018-703 du 3 août 2018, comme suit : Le fait de harceler une personne par des propos ou comportements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de vie se traduisant par une altération de sa santé physique ou mentale est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende lorsque ces faits ont causé une incapacité totale de travail inférieure ou égale à huit jours ou n’ont entraîné aucune incapacité de travail. Découvrez notre dossier sur la lutte contre le cyberharcèlement L’infraction est également constituée : a) Lorsque ces propos ou comportements sont imposés à une même victime par plusieurs personnes, de manière concertée ou à l’instigation de l’une d’elles, alors même que chacune de ces personnes n’a pas agi de façon répétée ;

La première oppression Tu ne m’en voudras pas, lecteurice, d’avoir attendu longtemps avant de vraiment aborder le sujet. Trop de choses à dire et je ne sais pas par où commencer. Bien que j’ai déjà abordé le sujet ça et là entre les lignes, et que je suis presque entré dans le vif avec l’article Insoumission à l’école obligatoire, j’ai longuement hésité avant de livrer mes propres réflexions. Diverses formes d’oppression nous touchent et s’entrecroisent, se renforcent les unes les autres. Le terme lui-même n’est pas très clair parce qu’il est utilisé pour définir des formes de discrimination qui sont, en fait, multiples. Mais ce dont je veux parler ici, c’est de la façon dont on traite les enfants. Considérons quelques faits: En France, les enfants demeurent la seule catégorie d’être humains qu’il demeure légal de frapper. Les enfants sont les seuls êtres humains que l’on laisse hurler de détresse sans juger utile d’intervenir, sans s’émouvoir plus que ça. Les enfants n’ont pas à donner leur avis. Voilà.

« Copains vigilants » : quand des élèves luttent contre le harcèlement scolaire Pour lutter contre le harcèlement scolaire, le collège Yves-Klein de La Colle-sur-Loup expérimente "Copains vigilants", un dispositif qui repose sur des élèves bénévoles. © WavebreakmediaMicro – Fotolia.com En France, 1 élève sur 10 serait victime de harcèlement scolaire. Comment aider ces enfants à rompre le silence ? C’est la question à laquelle le collège Yves-Klein de La Colle-sur-Loup (Alpes-Maritimes) a tenté de répondre en créant « Copains vigilants« , une mini brigade inspirée du dispositif « Voisins vigilants ». Faire remonter tout cas de violence à la direction Le principe : des élèves observent bénévolement la cour de récréation et les salles de classe de l’établissement, afin de repérer d’éventuels cas de harcèlement. « L’idée est de faire remonter toutes violences ou incidents aux adultes du collège, d’agir au tout début avant que ça ne dégénère », explique au Parisien la principale du collège Florence Gauthier. Lutter contre l’isolement par la fraternité Antoine Desprez

Harcèlement scolaire : "Ma fille a été victime de brimades permanentes" (témoignage d'une mère belfortaine) Ce jeudi 3 novembre, l'Education nationale organise une journée "Non au harcèlement". Selon les chiffres officiels, il concerne plus de 700 000 élèves en France. Mais d'après cette maman terrifortaine, dont la fille a subi le harcèlement scolaire, il n'est pas toujours facile de le détecter. C'est anonymement que cette Terrifortaine accepte de raconter son expérience. Sa fille a subi du harcèlement à l'école il y a deux ans, mais la plaie reste vive. A lire aussi : Violences, silence, solitude : des victimes de harcèlement à l'école témoignent sur France Bleu Des symptômes physiques Ce harcèlement est le fait de "trois meneuses et une suiveuse" détaille la mère. Ma fille a dû se justifier d'être la victime... Jusqu'au moment où sa fille multiplie les problèmes de santé. Témoignage d'une mère belfortaine : "Ma fille, harcelée, a eu des maux de ventre pendant des mois" Partager le son sur : Copier Un rappel devant la loi pour les harceleuses "On a connu un jeune qui a tenté de se suicider.

Prévention de la violence en milieu scolaire - Le harcèlement scolaire Le site national Non au harcèlement Pour répondre aux situations de harcèlement, le ministère de l'éducation nationale propose un site permettant de retrouver l'ensemble des outils utiles aux professionnels, afin qu'ils puissent mettre en place des actions préventives contre le harcèlement. Ce site valorise également les initiatives des écoles et des établissements, notamment les outils pédagogiques produits (affiches, vidéos). Le site comprend : les guides "que faire contre le harcèlement" ?" Enfin, le site propose une rubrique « que faire ? Le site Non au harcèlement diffuse également le N° vert mis en place par le ministère, le 3020 Cette plateforme téléphonique destinée aux familles, élèves et professionnels touchés par une situation de harcèlement d'un élève, offre une écoute bienveillante et des conseils personnalisés. Définition du harcèlement en milieu scolaire Ses conséquences à court, moyen et long termes peuvent être graves tant pour les victimes que pour les auteurs. Conséquences

La culture du « call-out », humiliation publique ou "cancel culture",boycott. Nouvelle cyber violence Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La culture du « call-out » (reprise de l’anglais : call-out culture en l'absence de traduction française) est une forme d'humiliation publique dans laquelle les gens identifient les infractions commises par des membres de leur communauté et dénoncent «call out» publiquement les délinquants, les humiliant ou les punissant[1][source détournée]. Ses partisans visent à tenir les individus et les groupes responsables de leurs actions en attirant l'attention sur les comportements qui sont perçus par les partisans comme problématiques, généralement sur les réseaux sociaux[2][source détournée],[3]. Une variante du terme, cancel culture, décrit une forme de boycott dans laquelle la personne appelée est également expulsée des cercles sociaux ou professionnels - sur les réseaux sociaux ou dans le monde réel ou les deux. Les alternatives à "call-out" ont reçu le terme "call-in". Description[modifier | modifier le code] Portail de la sociologie

Related: