background preloader

Les plantations et semis spontanés en permaculture

Les plantations et semis spontanés en permaculture
Même si le paillage n'empêche pas les grosses graines de germer, il est assez difficile de semer directement dans les buttes de permaculture. Nous privilégions donc : les semis spontanés les légumes vivaces le repiquage de légumes semés en pots dans la serre Le semis direct dans les buttes A réserver aux grosses graines et aux légumes de début de saison (plus tard, on ne verra plus rien pousser dans la "jungle" !) : fèves (très utiles pour attirer les premiers pucerons qui, à leur tour, attirentles coccinelles au jardin) petits pois (ci-dessous à gauche) épinards carottes et radis (semés ensemble, les radis éclaircissent naturellement les carottes). On peut également semer de l'engrais vert en automne (moutarde par exemple, ci-dessous, à droite). Les bettes, haricots et courges pourraient être semés directement, mais je préfère les voir pousser dans la serre, à l'abri des limaces et du froid, puis les repiquer dans de bonnes conditions. Les semis spontanés Les légumes vivaces Nos essais ratés : Related:  PermacultureJardinagePERMACULTURE

Petit traité de jardinage en buttes | Graine de flibuste Cela fait quelques années que je me suis attaqué progressivement à mettre en buttes mon potager, et depuis déjà plus d’un an, la totalité de celui-ci est mis en buttes. Et je ne m’aperçois que maintenant que je n’ai jamais pris le temps de rédiger un article sur les avantages d’une butte comparé à un potager à plat. Il était grand temps que ce soit chose faite. Car les avantages d’une butte sont nombreux, et s’il y a bien une chose que je ne regrette pas, c’est d’avoir expérimenté cela, d’avoir pris le temps de butter progressivement à la main tout mon jardin. C’est donc quelque chose que je vous conseille largement, et voici les nombreuses raisons qui justifient ce conseil. Avantages géométriques : Tout d’abord, les buttes ont un avantage très simple et qui n’est pas négligeable, c’est leur côté esthétique. Il y a ensuite un côté pratique évident, puisque la butte rend la terre moins basse. La butte permet également un gain de place, par une meilleure utilisation de l’espace. Fig.1 Fig.2

Cultures associées Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique. Certaines plantes poussent mieux, ou moins bien, au voisinage d'autres plantes, notamment par un phénomène nommé allélopathie. Certaines plantes vivent en symbiose les unes avec les autres, et d'autres s'entraident... La mise en association volontaire de ces espèces par l'homme est appelée culture associée, ou encore compagnonnage botanique. Ce type de mise en cultures, permet de mieux polliniser, de stimuler et protéger efficacement les plantes cultivées, de divers parasites, micro-organismes et maladies. Les écosystèmes peuvent être facilement régénérés et protégés. En fait, dans un cadre de cultures associées, l'utilisation dans un jardin potager ou un champs, des herbicides (ou d'autres coûteux pesticides), est fortement limitée; voir peut être totalement supprimée (cas des cultures bio et biodynamiques). Principes Les types de plantes mises en association - les plantes ennemies (à éloigner au plus loin l'une de l'autre ! Nota Bene:

Potager : quand semer et planter région par région, selon le climat Le climat montagnard concerne les Alpes, le Massif Central et les Pyrénées. Les hivers sont rudes et l'altitude joue directement sur les températures (environ -1°C/100m). Retrouver tous les travaux à effectuer au jardin dans ces régions en : janvier, février, mars, avril, mai, juin, juillet, aout, septembre, octobre, novembre, décembre.

La permaculture grand format La permaculture est une approche globale que l’on peut mettre en pratique à l’échelle d’un jardin, d’une maison, d’un hameau, mais qu’en est-il à une échelle beaucoup plus grande ? Nous avions déjà évoqué dans le premier dossier de Kaizen consacré aux villes comestibles la ferme urbaine de l’éco-quartier de Lanxmeer à Culemborg, petite ville de 27 000 âmes au sud d’Utrecht aux Pays-Bas. Ce quartier unique à plus d’un titre est justement le fruit d’une réflexion globale qui prend racine dans la permaculture. Retour à Culemborg Le projet a démarré en 1993, impulsé par la dynamique Marleen Kaptein. Du lien avec l’humain et la nature Les réflexions sur le quartier ont duré six ans durant lesquels les futurs habitants se sont impliqués via des ateliers coordonnés par Marleen. Lanxmeer est ainsi composé de plusieurs îlots comme des petites oasis qui ont chacun leur identité propre. Bicyclettes et paniers bios Autour de ces îlots se trouvent des espaces publics eux aussi investis par la nature.

Le plan de culture | La Montée Bonachoux Voici le plan de culture qui a été décidé en groupe et dessiné par Sophie : Les 2 buttes du haut : Les 2 buttes du bas : Les principes retenus pour cette disposition : rotation sur 2 ans de chaque butte, en évitant au maximum les successions de famille de légumesles légumes grimpants en milieu de butteles légumes feuilles sont plutot sur la butte du bas, qui est éclairée plus tard le matinLes legumes fruits sur les buttes du haut, plus chaudeLes compagnonnages de plantes sont exploités (ex : sarriete/haricot; poireau/carotte; oeillet d’inde tomate; poireau/fraise etc… ) sur la base de la littérature disponible (« le poireau préfere les fraise »; « les cultures associées ».A terme, des arches entre les 2 buttes du haut devrait fournir un léger ombrage propice aux salades. WordPress: J'aime chargement…

Chronique du jardin sans pétrole - Le lézard vert fait ses choux gras des campagnols C’est le dernier week-end de juillet. Sur la route, les agriculteurs moissonnent laissant derrière eux des andins de chaume de blé dorés. La lumière a brusquement basculé dans les tons chauds, alors qu’insensiblement elle décroît de trente secondes par jour. Il est encore temps de semer des haricots et des carottes et de tenter à nouveau d’enfouir dans le sol quelques graines de tétragone, celles du printemps n’ayant pas levé. Je choisis une autre place, à côté d’un brocoli et de notre achillée millefeuille maintenant en fleur. On dit de cette plante originaire d’Australie que son semis est capricieux, que la graine peut mettre 10 jours ou bien quatre mois à germer ! - La tétragone à côté de l’achillée millefeuilles - Petit à petit, le jardin devient comestible… J’ai identifié vingt-huit plantes différentes qui peuvent être consommées. - La vigne va bien, nous aurons du raisin à l’automne - - Le plantain corne de cerf - - A l’abri du mesclun, les haricots ont germé - Samedi 12 juillet 2014

Semis de fleurs mellifères et antiparasites Biodiversité | 27/03/2011 Un beau jardin est un espace qui respecte la nature et son environnement. Dans les jardineries on vous propose de plus en plus une gamme de fleurs intéressantes qui attirent les oiseaux, papillons, insectes pollinisateurs... Les fleurs utiles aux oiseaux Grace à une floraison dense et durable, les fleurs produisent de nombreuses graines de qualité. Elles permettent de fournir une ressource d’alimentation aux oiseaux dès la fin du mois de juillet jusqu’au mois de décembre. Dans cette catégorie, il est important de laisser monter à graines les fleurs. Les fleurs utiles aux papillons De nombreux papillons virevoltent dans votre jardin grâce une déclinaison de plusieurs espèces sélectionnée pour les attirer. Les fleurs utiles aux pollinisateurs Semer ces fleurs, vous réalisez un geste éco-responsable. Les fleurs utiles au potager Ce sont des espèces aux nombreuses vertus bénéfiques au potager. Pour la bourrache, semez à la volée, assez clair (cf. vidéo).

Cultures en lasagnes ("lasagna bed") - Permaculture Jeudi 4 novembre 2010 4 04 /11 /Nov /2010 23:21 La technique du jardin en lasagnes Tout le monde connait les lasagnes, ce plat italien constitué de plaques de pâtes en alternance avec des couches de sauce bolognaise et béchamel, sans oublier le fromage. On retrouve cette idée de couches alternées dans le mode de préparation du sol alternant des couches végétales variées favorables à la pousse des plantes potagères ou ornementales. Elle essaya de reproduire la nature dans son jardin. 1 : commencer par faucher les herbes folles en prenant soin de les disperser sur toute la surface. 2 : couvrir le sol destiné à la préparation en lasagne de cartons. 3 : étaler sur 20 cm d’épaisseur des déchets verts. « Mauvaises herbes » (pas si mauvaises), déchets de légumes (sauf les légumes soufrés, tels que les oignons) , taille de haies, foin, paille, tontes de gazon et, c’est le moment, fleurs et feuilles mortes. Suivons en images Madame Marylin Johnson, avec ses commentaires. RETOUR à L'ACCUEIL

La spirale aromatique Comme certains d'entre vous le savent, nous avons acheté une maison l'année dernière. Cette maison est associée à un ti jardin de 60m² (et une terrasse). Bon le jardin était dans un état épouvantable et nous avons dû tout d'abord tout remettre à nu. En bêchant nous avons découvert des tonnes de gravats en tout genre (briques, béton, tuiles, grosses pierres naturelles non taillées etc.). J'exagère à peine car nous avons quand même réutilisé pas mal de choses (briques, pas japonais, grosses caillasses, petites caillaisses pour les bordures etc.) et tout de même évacué 30 sacs de gravats d'une 50aine de kg chacun (merci Lapounet, merci Jean !). Bref, au début de cette année, sur Onpeutlefaire, je découvre une pratique très intéressante : la spirale aromatique. Alors voilà, avec toutes nos briques on en a fait une. Et ben ... nous on trouve ça super mimi tout plein. Photos libre de droits si vous voulez diffuser l'idée Mise à jour. Sources : Onpeutlefaire et Ponema

La guerre aux limaces Qui des nuisibles sont les plus énervants ? Les limaces, ces gastéropodes sans abris sont sans conteste parmi les plus désagréables; à ma connaissance, ils ne sont en rien favorables au potager. Cet article de consoglobe.com s’est penché sur le sujet : « Le jardinage bio consiste à utiliser des méthodes naturelles, y compris à se passer de fongicides ou pesticides. Voici un inventaire des techniques de lutte anti-limaces. Recettes bio contre les limaces Éloigner les rongeurs et limaces sans utiliser des produits chimiques c’est possible. Les limaces sont des gastéropodes sans coquille externe apparente appartenant à l’infra-ordre des Stylommatophora. Du sable contre les limaces Pour protéger vos plantations et vos jeunes pousses des limaces, un petit truc facile : répandez une bande de sable autour des zones à protéger. Dans le même genre, vous pouvez disposer des copeaux de bois, de la sciure, etc… qui feront barrage aux limaces et escargots. Un répulsif à la bière contre les limaces

Related: