background preloader

Quand devient-on vraiment conscient?

Quand devient-on vraiment conscient?
La nouvelle science de la conscience devrait changer notre façon d’aborder certains problèmes d’éthique épineux comme la fin de vie, l'avortement ou les droits des animaux. Le chercheur Daniel Bor explique ce que cette science apporte au débat, et pourquoi elle l'a fait devenir végétarien. Il est facile de voir la conscience comme une sorte de magie. Dans la religion, elle est représentée par l’âme mystérieuse et en science, le concept de conscience semble au départ assez énigmatique. Mais des études scientifiques rigoureuses ont mis à mal le caractère magique d’origine de nombreux domaines, tels que l’étude de ce qui distingue la vie de la non-vie. L’étude de notre propre conscience est un domaine scientifique en plein essor, où les expériences révèlent des faits étonnants sur le plus intime des sujets scientifiques. La conscience, terre d’accueil de toute émotion Au niveau personnel, la conscience est l’endroit où se trouve le sens de la vie. Que dit la science à ce sujet? Daniel Bor Related:  twxNo Limit ?Conscience ? - Articles

L'autre visage de l'euthanasie : les médecins hollandais tirent la sonnette d'alarme face au triplement du nombre de malades mentaux dont la vie a été abrégée Atlantico : Aux Pays Bas en 2013, le nombre d'euthanasies sur des patients atteints d'une maladie mentale a triplé relativement à l'année précédente pour atteindre les 42. L'ensemble des morts par euthanasie aux Pays-Bas représente 3% des morts, soit une augmentation de 151% en 7 ans. Des médecins néerlandais ont d'ailleurs commencé à tirer la sonnette d'alarme. Damien Le Guay : Les statistiques sont toujours difficiles à établir en cette matière, surtout sur des chiffres aussi petits – à savoir 42 morts au lieu de 14 en 2012 qui souffriraient de "graves problèmes psychiatriques" et auraient eu recours à l’euthanasie en Hollande. Certains, pourtant s’alarment et craignent que le nombre d’euthanasie augmente d’une manière considérable. Mais, en cette matière, il faut considérer deux changements de taille – même s’ils peuvent sembler accessoires pour les partisans de l’euthanasie. Second changement : l’extension des "ayant-droits" à l’euthanasie.

Clonage de l'homme de Néandertal : ce n'était qu'un malentendu L'info a fait le tour de la planète à la vitesse de la lumière. Blogs, radios et journaux en ligne ont relayé l'info : un savant un peu fou voudrait recréer l'homme de Néandertal ! George Church, enseignant en génétique affirmerait avoir reconstitué le génome de cet homme préhistorique disparu il y a 30.000 ans, à partir d'ADN récupéré sur des os fossilisés. Après avoir intégré cet ADN dans une cellule souche humaine et cloné ensuite le résultat, il serait prêt à recréer un homme de Néandertal ! Rien de moins. Il en appellerait même à présent à une mère porteuse volontaire pour "héberger" cet embryon… Etonnant, n'est-ce pas ? Tout ça à cause d'une banale erreur de traduction de la part de The Independent. Ironie de l'histoire : George Church précis dans le Boston Herald, journal dans lequel il s'est exprimé aujourd'hui pour mettre fin aux rumeurs, qu'il est lui-même opposé à un tel projet ! Lu sur le Nouvel Observateur

La traduction automatique n'est toujours pas d'actualité Il n’y a pas très longtemps, au huitième étage d’un immeuble de bureau d’Arlington, en Virginie, Rachael, le doigt posé sur l’écran tactile d’un Dell Streak, demanda à Aziz s’il connaissait l’ancien du village. La petite tablette émit des bips comme si elle imitait R2-D2 et énonça une phrase qui ressemblait à: «Aya tai ahili che dev kali mousha.» Aziz répondit une phrase en pachtoune que le Streak traduisit d’un ton monocorde par «Oui, je connais.» Rachael demanda: «Pourriez-vous me le présenter?» publicité Le logiciel utilisé sur la tablette était la version la plus aboutie de TransTac, projet développé depuis cinq ans par la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), visant à créer un système de traduction de la parole (par opposition aux systèmes basés sur des textes), et qui s’est achevé l’année dernière. Le vieux rêve de la traduction de la parole humaine par les ordinateurs Cela ne signifie pas pour autant que TransTac soit un échec. Le problème, la qualité de la traduction

31/05/10 D'où provient la conscience? Les progrès sur la localisation des aires spécialisées dans le cerveau montrent que la conscience est indiscutablement produite par lui. Mais alors, comment les phénomènes faisant partie de notre expérience subjective, peuvent-ils être produit à partir de l’activité physique des neurones de notre cerveau? D’où provient la conscience, c'est-à-dire le fait d’éprouver quelque chose? Pour répondre à ces questions, deux théories s’affrontent. Les identitaires Pour les identitaires, le mental est identique au cérébral. La théorie identitaire se base uniquement sur les phénomènes physiques, ce qui élimine en grande partie le problème de l’origine de la conscience. Les émergentistes Pour les émergentistes, les sensations conscientes subjectives ne peuvent pas être réduites à des états physiques, même si elles sont produites par eux. Par exemple, l’eau a de nombreuses propriétés que l’on ne peut deviner si l’on ne connaît que les atomes d’oxygène et les molécules d’hydrogène.

Non Gabriel Matzneff, la pédophilie n'est pas un «style de vie» A la suite de la remise du Renaudot à Gabriel Matzneff, des mécontentements se sont fait entendre. Gabriel Matzneff les traite de délateurs. Il a tort. De même que nous nous étions émus, à Slate, de voir que Gabriel Matzneff, qui affiche clairement ses rapports sexuels avec des mineurs, parfois des enfants de moins de 10 ans, puisse recevoir le prix Renaudot essai (essai, pas roman), des pétitions se sont élevées pour lui voir retirer ce prix. «Juger un livre, un tableau, une sculpture, un film non sur sa beauté, sa force d'expression, mais sur sa moralité ou sa prétendue immoralité est déjà une spectaculaire connerie, nos amis italiens diraient una stronzata megagalattica, mais avoir en outre l'idée malsaine de rédiger ou de signer une pétition s'indignant du bel accueil que des gens de goût font à cette oeuvre, une pétition dont l'unique but est de faire du tort à l'écrivain, au peintre, au sculpteur, au cinéaste, est une pure dégueulasserie.» Il poursuit: Et encore: Charlotte Pudlowski

Rien n’est permis, tout est possible J’aime beaucoup ce dessin°. Il est désespérant. Donc drôle. D’un point de vue métaphysique, il dit notre condition humaine, il dit que personne ne sortira d’ici vivant, il dit notre état au monde et notre perception. Il est notre constat tragique. Il nous dit que l’espérance de l’un, croyance ou religion est la désespérance de l’autre et que nos illusions seules nous aident à vivre, par quelque subterfuge infantile. Parce que la solution est déjà le problème. Il dit surtout que c’est notre liberté d'en rire. Mais c’est politiquement, qu’il pose ici, la dialectique du moment, de l’instant t de notre histoire, de sa fin programmée. Ce fascisme du renoncement pour tout horizon. Ce totalitarisme de l’acceptation pour toute perspective. Consentir à l’ordre du monde tel qu’il est de façon immuable, irrévocable, du local au global dans son bocal mondialisé. Il dit l’enfermement idéologique qu’on nous impose et l’emprisonnement politique de la pensée. tgb °auteur inconnu

Vidéos gratuites Les autres C'est le thème des rencontres de Sophie 2010 avec Robert Misrahi, Jean Schneider, Michela Marzano... Voir plus Poésie Poèsie et philosophie avec René Char et son Partage Formel . Voir plus La santé Le philosophe et la santé : C'est le thème des rencontres d'Uriage 2012 Voir plus Heidegger Voir plus La justice C'est le thème des rencontre d'Uriage 2011 avec: Jean-Louis Bianco, Albane Geslin,Monique Castillo,Corine Pelluchon,Pierre Manent, Daniel Innerarity... Voir plus L'amitié Ou Philia en grec , est le thème du séminaire ( et du livre ) S'ouvrir en l'amitié de Hadrien France-Lanord Voir plus Science D’autres vies dans l’univers ? Voir plus Politique Agir est le thème des rencontres de Sophie 2011 avec Miguel Benasayag, Yves Michaux, Jean François Mattéi ... Voir plus Le futur C'est le thème des rencontres d'Uriage 2010 avec Yves Michaux, Jean-Jacques Wunenburger, Etienne Klein... Voir plus L'imaginaire Voir plus Art Voir plus Bouddhisme Voir plus Le Bonheur C'est quoi ? Voir plus Les Grands Voir plus Ethique

Conscience collective Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La notion de conscience collective se rapporte aux croyances et comportements partagés dans une collectivité et fonctionnant comme une force séparée et généralement dominante par rapport à la conscience individuelle. Selon cette théorie, une société, une nation, un groupe constituerait une entité se comportant comme un individu global. Création du concept[modifier | modifier le code] L’expression a été d’abord utilisée par le sociologue Émile Durkheim (1858-1917) dans plusieurs de ses ouvrages[1]. Dans La Psychologie des Foules (1895)[3], Gustave Le Bon définit la foule par ces termes : « Une réunion d'individus quelconques, quels que soient leur nationalité, leur profession ou leur sexe, quels que soient aussi les hasards qui les rassemblent ». Critiques[modifier | modifier le code] — Hans Kelsen, « La notion d'Etat et la psychologie des foules »[5], 1922 Autres significations de l’expression[modifier | modifier le code]

PRIX PÉDOPHILITTÉRAIRE Le jury du Renaudot Essai a déclenché ces jours-ci une belle polémique en décernant son prix à un écrivain un peu oublié et passé de mode qui ressurgit à cette occasion, M. Gabriel Matzneff, pour le bonheur de son éditeur. Cette décision ne pouvait que faire scandale. Les réactions ont été immédiates. Pourquoi ? Au début des années 90, l’écrivain québécoise Denise Bombardier avait remis Matzneff à sa place de pédophile sur le plateau d’Apostrophes. On peut s’étonner du choix quelque peu pervers des jurés du Renaudot Essai. Reste ce qui m’inquiète le plus. *Séraphin, c’est la fin ! **Le Salon littéraire. ***Moins de seize ans, publié en 1974 et son journal intime Mes amours décomposés en 1990.

Le Business Model du proxénétisme – un peu de pub SVP ! « Le Courrier de Diké Dodo la Saumure : "J’ai toujours eu un p’tit succès féminin" Cher Frédéric Taddéï, En flânant sur YouTube, j’ai failli m’étrangler en découvrant votre odieuse interview de Dodo La Saumure. Cet entre soi viril et cette complicité masculine m’étaient intolérables. Je la subis au quotidien car je suis moi-même une proxénète depuis des années. Après avoir si complaisamment donné la parole à Dodo, je vous propose de m’interviewer sur votre plateau afin d’équilibrer un peu la représentation des sexes à la télé. Ne vous inquiétez pas, je saurai contrôler mes hormones féminines et je ne compte pas pleurnicher sur mon sort de femme discriminée. Comme le disait Dodo à la fin de son interview, la prostitution c’est "un raisonnement économique", dont il veut expliquer les contraintes aux apprenties-prostituées. Il comprend et fait rêver ses sardines Il veut être appelé soutireur souteneur plutôt que proxénète, taulier de "maisons de plaisir" plutôt que de "maisons closes". Like this: J'aime chargement…

Le Vieil Homme et la Mer d'Hemingway: qu'est-ce qu'une traduction? En proposant sur son site —sous forme numérique— sa propre traduction du roman d’Hemingway Le Vieil Homme et la Mer, l’éditeur et écrivain François Bon posait deux questions: une sur ce qui fait la qualité d’une traduction, une autre sur la propriété des droits d’édition. Cette dernière question a été largement débattue, sur Slate comme ailleurs, notamment parce que Gallimard, qui revendique les droits du roman, a accusé Bon de contrefaçon. Il ne s’agit pas de revenir ici sur la polémique et de nous repencher sur le labyrinthe du domaine public qui évolue en privilégiant les rentiers et les gestionnaires du patrimoine au détriment des créateurs. publicité L’autre remarque soulevée par l’éditeur —peut-on proposer une traduction alternative à celle de Jean Dutourd («lourdingue», selon les mots de Bon)— n’a en revanche reçu que peu d’échos. Johan Hufnagel 1. Iles Canaries. Hemingway, en VO La traduction telle que vous l'avez toujours lue, par Jean Dutourd La traduction de François Bon 2. — Non.

Related: