background preloader

Alcool et santé : bilan et perspectives

Alcool et santé : bilan et perspectives
Dossier réalisé en collaboration avec le Pr Mickaël Naassila, directeur de l’équipe Inserm ERI 24, "Groupe de recherche sur l'alcool & les pharmacodépendances" (GRAP) et Bertrand Nalpas, directeur de recherche à l’Inserm et chargé de la mission "Addiction" – mars 2016 © Fotolia La consommation d’alcool diminue régulièrement en France depuis une quarantaine d’années : elle a été divisée par deux entre 1960 et 2009. Les données du Baromètre santé 2014 indiquent qu’environ 13,6% des adultes ne boivent jamais et 9,7% boivent tous les jours (14,6 % des hommes et 4,9% des femmes). Le vin reste de loin la boisson la plus consommée. La consommation débute le plus souvent à l’adolescence, période durant laquelle la bière et les prémix (boissons alcoolisées, sucrées et aromatisées) sont les boissons les plus populaires. Une toxicité importante pour l’organisme La consommation d'alcool expose à de multiples risques pour la santé en fonction des quantités absorbées. Alcool et cerveau © Inserm, P. Related:  santeLa consommation et moi!

SFSP-Alcool : dossier documentaire L’Alcool : substance psychoactive d’une dangerosité sous-estimée Les conduites addictives constituent un enjeu considérable de santé publique. L'alcool et le tabac en sont les principaux responsables et restent les substances psychoactives les plus utilisées et les plus fréquemment associées aux autres conduites addictives, avec ou sans produit. Les analyses de dangerosité, multicritères, des substances psychoactives placent l'alcool en première position. Les dommages sanitaires, immédiats ou différés, au-delà de nombreuses pathologies pouvant toucher la plupart des organes, de coûts majeurs en termes de soins comme de santé, se traduisent par 49 000 morts chaque année dans notre pays. Les dommages sociaux provoqués par l'alcool sont aussi divers que nombreux. Viticulture, industrie alcoolière, et l'ensemble de la filière qui s'y rapporte, constituent un levier puissant tant sur le plan économique que politique. Avis, rapports Publications Communiqués de presse, prises de position

Addiction - tabac Au cours des dernières décennies, le progrès des connaissances neurobiologiques a permis d’aborder la question de l’addiction sous un angle inédit, à la lumière de connaissances nouvelles sur le cerveau et son fonctionnement. Cette évolution a conduit à mettre en avant un modèle médical de l’addiction, considérée comme une pathologie1. Ce modèle médical est né dans un contexte global de guerre contre les drogues, où l’influence américaine a été importante en particulier après la guerre du Vietnam. Il conduit à une révision des représentations et des valeurs généralement attachées aux drogues et à leurs usagers, devenus des « malades », et contribue notamment à lever pour une part la stigmatisation morale qui pèse sur les usagers de drogues souvent considérés, au mieux comme des asociaux manquant de volonté, au pire comme des criminels prêts à tout pour satisfaire leur passion hédonique. Plaisir et dépendance : d’emblée, le contact de l’Europe avec le tabac est ambivalent. Notes : 1. 2.

Que faire contre la dépendance à l'alcool ? L'abstinence totale et définitive est la condition à un possible rétablissement de la personne dépendante de l'alcool, mais elle ne suffit pas si elle ne s'intègre pas dans un nouveau mode de vie acceptable. Le fait que les addictions et en particulier l'alcoolo-dépendance ont des causes multifactorielles conduit à penser qu'il est vain de traiter cette maladie sans l'appréhender dans sa globalité. En particulier, les re­cherches de ces dernières années ont montré une association complexe entre alcool et troubles psychiatriques. En effet, chez les personnes alcoo­lo-dépendantes, une comor­bi­dité psychiatrique est observée dans 30 à 50 % des cas. Les deux troubles sont liés L'association d'une alcoolo-dé­pendance et d'un trouble psy­chia­trique pénalise le malade à plusieurs titres. *Alcooliques anonymes, Vie libre, Alcool assistance, La Croix bleue, Les Amis de la santé, Joie et Santé. » Les effets de l'alcool » Le baclofène autorisé contre l'alcoolisme au cas par cas

Alcool, tabac, cannabis : l'initiation débute au collège S'il fallait choisir un moment pour parler de drogue à son enfant, l'entrée au collège serait sans doute le meilleur. C'est en effet entre la 6e et la 3e que la rencontre avec les produits psychoactifs les plus courants a lieu. Pendant ces années déterminantes, les enfants s'initient au tabac, au cannabis et connaissent leurs premières ivresses alcooliques. • Alcool: les ivresses augmentent fortement en 3e L'alcool est le seul produit psychoactif que les enfants découvrent en famille. • Le collège, lieu d'expérimentation du cannabis En 2010, un collégien sur dix déclare avoir consommé du cannabis. • La consommation de tabac bien ancrée à l'entrée au lycée C'est au collège que la découverte du tabac intervient, mais aussi, pour une partie des adolescents, le basculement dans la dépendance. » INFOGRAPHIE - Bilan de santé contrasté des adolescents français » Cigarettes: la hausse des prix fait enfin chuter les ventes » Cannabis: les graves conséquences sur la santé

VISUALISATION CREATRICE Addictions Dossier réalisé en collaboration avec Bertrand Nalpas, Directeur de recherche à l’Inserm et chargé de mission Addiction – Décembre 2014 Les addictions les plus répandues concernent le tabac (nicotine) et l’alcool. Viennent ensuite le cannabis et, loin derrière, les opiacés (héroïne, morphine), la cocaïne, les amphétamines et dérivés de synthèse. Il existe également des addictions liées à des activités (et non à des substances), comme les jeux d’argent, les jeux vidéo, le sexe ou encore les achats compulsifs. Des substances plus ou moins addictives souvent testées à l’adolescence Des dépendances peuvent survenir à tout moment de l’existence, mais la période de 15 à 25 ans est la plus propice à leur émergence. Certaines substances semblent avoir un pouvoir addictif supérieur à d’autres compte tenu de la proportion de personnes dépendantes parmi leurs consommateurs. Part des usagers développant une dépendance à la substance qu'ils consomment. Un diagnostic très normé Des conséquences délétères

Arrêtons de ressasser ! Sommaire Autodépréciation, rumination négative, anticipation anxieuse et autres idées noires se manifestent très banalement sous la forme de petites phrases, « mantras » que l’on se dit à soi-même, ou de réflexions à peine perceptibles. Pour la psychologie cognitive, qui étudie les pensées et les croyances, ainsi que leur impact sur nous, c’est le fruit de ce qu’elle nomme les « schémas cognitifs ». Ils sont constitués de croyances de base, souvent inconscientes, qui forment un filtre par lequel nous interprétons la réalité. Lorsque l’un ou plusieurs d’entre eux sont négatifs, ils produisent des « distorsions cognitives », qui vont conditionner la façon dont nous allons faire des choix et entrer en action ou en relation. « Ces schémas dysfonctionnels produisent de la négativité, qui se manifeste par un déficit d’estime de soi, une inhibition de l’action, de l’anxiété, jusqu’à la dépression, explique Frédéric Fanget. Six façons de se faire du mal Exercice 1 : J'identifie mes croyances

VIDEO | La désintoxication numérique : bienfait ou intox ? Selon une étude réalisée par l’entreprise Nokia, une personne regarde en moyenne son téléphone portable toutes les six minutes, soit 1000 fois par semaine.En Grande-Bretagne, si l’on additionne le nombre d’heures passées quotidiennement par chaque individu sur les médias sociaux, on atteint le score de 62 millions d’heures.Quant aux enfants nés à partir de 2013, on estime qu’à l’âge de 7 ans, ils auront déjà passé l’équivalent d’une année devant les écrans ! Pour certains, cependant, le temps du dernier clic est venu. Des sites internet proposent aujourd’hui des cures de désintoxication numérique, ou “digital detox”. L’idée ? Aller passer quelques jours dans un endroit retiré, sans possibilité d’utiliser son téléphone portable, son ordinateur, sa tablette ou internet. Un reportage de Loïc de La Mornais et Christophe Obert, pour Sans Frontières dans Télématin.

Le Sac à Dos Émotionnel la colonne vertébrale: la clé de nos émotions Nous venons tous au monde avec un SAC à DOS Émotionnel Les ressentis par le fœtus in – utéro (déjà connecté au système limbique), lors de l’accouchement ainsi que les émotions vécues lors de la petite enfance et durant toute la vie par l’individu, s’inscrivent dans le corps, dans les tissus. Le corps sait. Le corps PARLE. Selon Henri Laborit, face au danger, il faut fuir ou réagir, sinon on somatise. Somatiser = imprimer dans les tissus les tensions, les nœuds relatifs au choc émotionnel non-exprimé. Ces nœuds vont désorganiser le système neuro-végétatif (qui commande involontairement les organes) et provoquer la maladie, les troubles psychosomatiques.. La colonne vertébrale, ainsi que les vertèbres qui la composent réagiront comme des fusibles. Le passé est inscrit dans le corps. Quand l’individu y est confronté, le corps réagit par une « hypersensibilité », une surcharge qui crée cette déstabilisation, ce « pétage de fusible ». RESPIRE !

INPES - Tabac - Le produit : Le produit : composition et effets sur l’organisme màj 22-09-2014 Anatomie d’une cigarette : que contient la fumée ? La cigarette, une « usine chimique » L’affiche « Autopsie d'un meurtrier » - Ligue nationale contre le cancer (2004) décline les différentes substances toxiques que produit la fumée d'une cigarette. Dès qu’on allume une cigarette, une véritable « usine chimique » se met en route. Voir la publication de l’Inserm : Composition chimique du tabac. Les effets des substances chimiques sur l’organisme Outre ses effets psychoactifs, la nicotine affecte également le système respiratoire et le système cardio-vasculaire. Les goudrons formés par la combustion du tabac sont responsables des cancers liés au tabagisme et ont aussi un effet nocif sur les tissus et les muqueuses. Le monoxyde de carbone est un gaz toxique formé par la combustion incomplète du carbone. Les additifs sont les substances ajoutées au tabac dans la cigarette par les industriels. Les cigarettes dites « légères »

Un exercice pour les douleurs au dos, lui fait perdre 10 cm de tour de taille et 12 kg. en seulement quelques semaines! - Trucs et Bricolages Cette méthode Japonaise pourrait être la plus interessante et la plus simple que nous ayons entendu parler jusqu'à ce jour pour perdre du gras au niveau de l'abdomen. Un exercice simple à faire à tous les jours de 2 à 10 minutes. Et vous serez surpris de voir ce que c'est! L'exercice a d'abord été prescrit par un médecin à l'acteur japonais Miki Ryosuke, pour l'aider à faire face à des maux de dos. Après seulement quelques semaines à faire cet exercice à tous les jours, l'acteur avait perdu 12,70 kg (28.7 livres) et 10.16 cm (4.7 pouces) de tour de taille. Il a donc partagé sa découverte sur les réseaux sociaux pour qu'un maximum de gens puissent profiter de cet exercice très efficace. Et cette vidéo nous démontre étape par étape comment faire l'exercice en question! En voyant le mot exercice vous imaginez probablement du cardio ou d'autres exercices pénibles, mais non!

Inpes - Actualités 2015 - Le tabac en France : nouvelles données du Baromètre santé Inpes 2014 Quelles sont les caractéristiques et les évolutions récentes de la consommation de tabac en France métropolitaine ? En interrogeant plus de 15 000 personnes, le Baromètre santé Inpes 2014 permet de faire le point sur la prévalence du tabagisme et les profils et habitudes des fumeurs. Les Baromètres santé depuis 1992 Afin de disposer d’éléments scientifiques (indicateurs quantifiés) pour communiquer sur les grandes questions de santé et engager des actions sur la foi de données solides et de faits validés, l’Inpes mène, en partenariat avec de nombreux acteurs de santé, une série d’enquêtes auprès de la population. Depuis plus de vingt ans, ces enquêtes déclaratives répétées, baptisées les Baromètres santé, permettent d’établir un état des lieux, pour chaque thème de santé étudié, des perceptions, attitudes et comportements des personnes résidant en France. Le thème tabac Les tentatives d’arrêt Pour en savoir plus

Related: