background preloader

Le tiers-lieu, moteur de la créativité !

Le tiers-lieu, moteur de la créativité !
(Source : Jonathan Scanzi©) Le concept de tiers-lieu s’inscrit dans la problématique des lieux créatifs et de l’alchimie de la proximité et de l’échange. C’est un lieu hybride et fluide où convergent des dynamiques de développement économique, social et culturel. A ce titre, le tiers-lieu peut apparaître comme la particule élémentaire du lieu créatif. Il pourrait ainsi être l’incubateur du nouveau paradigme de l’organisation socioéconomique et le « processeur de l’intelligence collective ». Le 10 janvier, la page Facebook de Zones Mutantes évoquait la notion de tiers-lieu (voir la définition en fin de texte) et nous renvoyait à un article de fond écrit par Christine BALAÏ. Un lieu hybride et fluide Le tiers-lieu prend l’exact contre-pied des règles qui ont présidé à la structuration de la société, de l’économie, de l’espace, c »est-à-dire les règles de la spécialisation exclusive. L’émergence des tiers-lieux traduit une rupture radicale dans le paradigme organisationnel.

http://www.zonesmutantes.com/2012/02/08/le-tiers-lieu-moteur-de-la-creativite-economique-sociale-et-culturelle/

Related:  tiers lieuxTiers Lieux - Coworking - FabLabFAB LABVeille Tiers Lieux (Fab Lab, Living Lab etc.)FABLAB

Portrait de la médiation numérique – Aïssa Droui – La force de la relation au service de l’animation numérique Aïssa Droui est animateur numérique à la Bibliothèque Jean Macé , bibliothèque de quartier de la Ville de Lyon, ouverte en septembre 2008 où passent plusieurs centaines de personnes par jour. Il travaille en binôme avec Jérôme Louiche, transfuge normand, au sein d’un Espace Numérique équipé de 7 postes informatiques et ouvert 8 heures par jour. Impliquée dans le développement du réseau des EPN du Lyonnais , il est engagé dans les projets expérimentaux menés en Région Rhône-Alpes autour de la VAE collective pour les acteurs de la médiation numérique et la certification des compétences numériques des acteurs de la formation tout au long de la vie (C2i2e). Passionné et prolixe, il partage sa vision de l’accompagnement des publics.

Visite en tiers-lieux : conclusion du trajet Bruxelles / Lille - Association Ping Voici ceux que j'ai identifiés : DÉMARCHE- La plupart des projets se développent de manière itérative et expérimentale et se construisent « en marchant ».- Plusieurs de ces espaces (Mutualab, la Coroutine, la foire aux savoir-faire, Transforma) ont été construits avec la communauté et n'auraient vu le jour sans le soutien de celle-ci, cette même communauté qui deviendra bien souvent usagère du lieu.- Une des raisons d'être de ces projets repose sur le fait de favoriser les croisements : ces espaces sont des "hubs" permettant à des personnes aux profils et intérêts différents de se croiser, collaborer, échanger, se rencontrer. Certains viennent même s'y retrouver pour partager des valeurs. ACTIVITÉS- Les espaces offrent de nombreux usages possibles : ils sont hybrides et modulaires.

Haut-Montreuil : un espace de coworking à l’Ecodesign Fab Lab, sur le toit de Mozinor Dans les hauts de Montreuil, Mozinor est une « zone industrielle verticale » accueillant une cinquantaine d’entreprises. Sur le toit de Mozinor, il y a un « laboratoire de fabrication », l’Ecodesign Fab Lab, qui a ouvert, il y a un an, un espace de coworking. Cet espace de coworking a été ouvert afin de permettre aux professionnels du Haut-Montreuil de disposer d’un lieu professionnel de proximité, adossé à un Fab Lab. Le lieu accueille des designers, architectes, artistes, et autres métiers proches des arts, de la création ou de l’aménagement. Ainsi l’un des coworkers, Jean-Pierre, est architecte et travaille à divers projets d’aménagement urbain et de réflexion sur la ville du futur. Un autre, Jean-Luc, est designer et travaille à des projets de nouveaux produits liés à la petite enfance.

Les « tiers-lieux », nouveaux espaces de travail collaboratifs Notion introduite en 1989 par le sociologue américain Ray Oldenburg pour désigner des lieux ne relevant ni du domicile ni du travail (cafés, librairies, bars), les tiers-lieux permettent des rencontres dans un cadre convivial et accessible, créateur de liens. Par extension, le terme de « tiers-lieux de travail » renvoie aux nouvelles alternatives d’espaces de travail. Celles-ci sont proposées à des professionnels de plus en plus mobiles, entre le domicile et le bureau traditionnel. La démocratisation et la massification des nouvelles technologies de l’information et de la communication a contribué à l’apparition de ces « tiers-lieux », quasi-inexistants il y cinq ans. Cette notion regroupe une ribambelle d’initiatives comme les espaces de coworking, les fablabs, les hackerspaces, les techshops… Tous remettent en question l’idée que l’on se dirige unilatéralement vers une organisation du travail de plus en plus dématérialisée, sans lieu fixe. Sortir de l’isolement

faire émerger et connecter des FabLabs en France L’innovation ouverte en France a besoin qu’émergent des "Fab Labs". En coopération avec d’autres acteurs de l’innovation, de la création, de l’éducation et de la recherche et des technologies, la Fing s’engage pour les aider à émerger et se connecter. Qu’est-ce qu’un Fab Lab ? Un Fab Lab (abréviation de Fabrication laboratory) est une plate-forme ouverte de création et de prototypage d’objets physiques, "intelligents" ou non.

Tiers-lieu : 3 articles pour aider à définir ce type de lieu partagé Dans le champ pléthorique des définitions des lieux partagés, les mots se côtoient et les besoins de définitions s’affirment à mesure que les projets se structurent. Ainsi, on évoque souvent le terme polysémique de tiers-lieu (cf. l’article Third Place sur Wikipédia anglophone) autrement dit avec comme acceptation générale « un espace de travail réunissant des ressources matérielles et immatérielles propres à générer des synergies collectives, créatives, solidaires et économiques »mais sans connaître forcément avec précision ce que ce mot composé recouvre. Marie D. Martel, bibliothécaire (Ville de Montréal) et docteure en Philosophie a eu la bonne idée en avril 2012 de publier sur son blog Bibliomancienne une série de 3 articles qui aident à la compréhension de ce concept de tiers-lieu sur un point de vue historique, de lieu tiers (lié à la sphère du travail) et de ses déclinaisons possibles dans le secteur des bibliothèques. Licence : Creative Commons by-nc-saGéographie : International

#Startup : Les bureaux du futur entre flexibilité, tiers-lieux et Open Innovation À l’horizon 2030, entre 20 et 25% des actifs franciliens occupant des bureaux pourraient travailler à distance, rapporte l’ORIE. Force est de constater qu’en même temps que nos usages se numérisent, nos modes et formes d’organisations du travail voient également leurs lignes bouger. Distances domicile-travail, espaces habitables face à l’accélération du niveau d’urbanisation, génération mobile, etc. autant de paramètres qui invitent l’ensemble des acteurs des Futurs du travail à re-penser les bureaux au prisme d’une ville de plus en plus tertiaire et entrepreneuriale. Une condition : mutualiser l’urbain, les ressources et les énergies venues d’espaces tiers réintroduisant de la sérendipité.

Les Fab Labs, ou le néo-artisanat Fabriquer soi-même ce dont on a besoin, réparer, au lieu de consommer des objets que l'on jette au moindre dysfonctionnement : tel est le programme des FabLabs, nés au début des années 2000 au MIT grâce au physicien Neil Gershenfeld. Dans Tintin et le lac aux requins, le professeur Tournesol invente un engin révolutionnaire : le photocopieur en trois dimensions. On met un objet d’un côté, un peu de pâte de l’autre et en un tournemain l’original est reproduit à l’identique. Une telle machine existe depuis quelques années sur un principe pas très éloigné de ce qu’avait imaginé Hergé. On charge un modèle 3D dans la mémoire d’une imprimante qui, point par point, dépose des morceaux de colle, de plastique, de métal ou même de sucre selon les coordonnées spécifiées et recommence à l’étage suivant jusqu’à obtenir, par stratification, un objet en relief.

Le manifeste des Tiers Lieux Le manifeste des Tiers-Lieux est un ouvrage collectif qui vise à améliorer la compréhension de la dynamique des Tiers-Lieux de manière à diffuser ses valeurs et à démultiplier son impact sur la société. "Un Tiers Lieux ne se définit pas par ce que l'on en dit mais par ce que l'on en fait..." - #TourTT La présentation à l'écran Qui sommes nous ? Important : Nous ne sommes pas représentant mais interprète ponctuel d'un mouvement mondial ouvert, libre et open source Makers (1/2) : Faire société “We are all makers” (Nous sommes tous des artisans). Le credo de Dale Dougherty, fondateur de Make Magazine et de Maker Faire, le plus grand événement dédié au mouvement “makers”, est en passe de devenir le nom de référence d’une communauté extrêmement diverse et dynamique, en pleine expansion. Derrière ce sigle rassembleur, inventé par Make Magazine il y a plus de 10 ans au sein même d’O’Reilly Media, géant de l’édition orientée techno fondée par Tim O’Reilly l’un des gourous de l’internet à l’origine du concept de Web 2.0, on trouve une idée clé : il faut encourager la créativité individuelle car elle est porteuse de plus de conscience et responsabilité sociale, comme l’exprimait Dale Dougherty sur la scène de TED. Profitant de la vague du DIY (Do it yourself, pour “Fais le toi-même !”)

Related: