background preloader

Coronavirus : les masques faits maison sont-ils efficaces ?

Coronavirus : les masques faits maison sont-ils efficaces ?

http://www.youtube.com/watch?v=CijYDRNUhTg

Related:  CONFINEMENTLe COVIDRéglementation & crise covid

INFOGRAPHIES. Coronavirus : ce qu'il faut faire (et ne pas faire) avec votre masque Nouvelle étape dans la lutte contre la propagation du coronavirus. Le port du masque est obligatoire dans les espaces publics clos, depuis lundi 20 juillet. Les personnes ne respectant pas cette obligation pourront se voir infliger une amende de 135 euros. Santé et citoyenneté -Épidémie Coronavirus (Covid-19) : ce qu'il faut savoir Informations générales, état d'urgence sanitaire, déconfinement, couvre-feu, attestations, travail, santé, aides sociales, justice, citoyenneté, initiatives solidaires, garde d'enfants, enseignement, voyages, loisirs... Service-public.fr rassemble dans ce dossier les principales informations officielles et les dispositions prises pour faire face à l'épidémie de Covid-19. Travail

Masques faits maison contre le coronavirus : voici les critères à remplir Les masques faits maison sont utiles, faute de mieux en l'absence de masques chirurgicaux ou FFP2/3. Voici quelques études scientifiques sur ce sujet, car tous les masques faits maison ne se valent pas. Mais ce n’est pas si simple, car les États occidentaux — dorénavant eux aussi en faveur d’un port élargi des masques — font face à une pénurie de masques chirurgicaux. Chloroquine : pourquoi Futura choisit de ne plus en parler La science n'a pas réellement dit son dernier mot au sujet de la chloroquine dans le cadre de la Covid-19. Pourtant, nous choisissons de ne plus en parler jusqu'à ce que la science tranche le débat. Nous vous expliquons pourquoi. La démarche, l'esprit scientifique ne ressortiront pas indemnes de toutes ses péripéties. Ce sont eux qui se sont fait allègrement piétiner lors de cette affaire.

Masques solidaires : le grand combat des petites mains Depuis le début de la crise du Covid-19, les couturières indépendantes pallient dans l'ombre la pénurie de masques en assumant une production astronomique, ni rémunérée ni reconnue. Récit d'un élan spontané qui vire à la lutte ouvrière. Clotilde a 28 ans, elle travaille à son compte en tant que créatrice et modéliste, crée des vêtements pour des particuliers et le cinéma. Le 16 mars, elle a "tout perdu". Confinés, entrez dans la danse ! Crise sanitaire oblige, les bonnes idées et initiatives de danseurs et chorégraphes pour bouger en sécurité chez soi, seul ou en famille, fleurissent sur le Net. Et ça fait drôlement du bien. Apprendre les mouvements d’une fameuse chorégraphie d’Anne Teresa De Keersmaeker, publier « une minute de danse par jour » sur Instagram, se glisser dans la marche swing de Pina Bausch… Tutos et vidéos à l’appui, plus question, en ces temps de confinement, de résister à l’appel de la danse.

La parole, probable vecteur de transmission du coronavirus selon une étude Les gouttelettes générées par une personne infectée sont le mode de transmission principal du coronavirus. Un fait dont les scientifiques sont sûrs depuis le début de la pandémie. Mais si la toux ou les éternuements étaient notamment ciblés comme sources majeures de ces gouttelettes, la parole, qui génère de plus petites gouttelettes, serait tout aussi dangereuse selon une expérience scientifique publiée mercredi dans la revue américaine Pnas. La transmission par l'air expiré est bien étudiée pour des virus comme celui de la rougeole, l'un des plus contagieux et capable de se loger dans des gouttelettes microscopiques, mais les chercheurs tentent encore de quantifier ce mode de contamination pour le SARS-Cov-2, le virus de la maladie Covid-19. Des scientifiques de l'Institut national du diabète et des maladies digestives et rénales ont fait parler une personne dans une boîte fermée, à l'intérieur de laquelle un laser était projeté.

COVID-19 : les services s’adaptent en ayant recours à l’impression 3D et à l’aide de « Makers ». Mais que dit le droit ? Il serait naturellement malvenu de se réjouir de quoi que ce soit gravitant autour de cette pandémie qu’est le COVID-19 quand des personnes en meurent, qu’une partie de la population est en première ligne en s’exposant à la maladie pour soigner les autres ou continuer à faire fonctionner des services de nécessité. Toutefois, on peut tout de même n’être qu’admiratif devant la capacité des personnes, et notamment des praticiens de santé, à s’adapter aux conditions extraordinaires provoquées par cette maladie d’une part et la réaction de certains de nos concitoyens ou industriels. Le « do-it-yourself » (DIY) fait son entrée, notamment dans les établissements de santé et le médico-social, mais aussi dans d’autres domaines NB : on retrouve la même inventivité pour les personnels des déchets ménagers, de l’assainissement et de voirie (en dégrillage p. ex. ou dès qu’on utilise de la pression d’eau), dans le médico-social bien sûr… Oui, mais notre droit n’est pas encore totalement adapté WordPress:

Related: