background preloader

Ecrans et capacités cognitives, une relation complexe

Ecrans et capacités cognitives, une relation complexe
« La multiplication des écrans engendre une décérébration à grande échelle. » C’est ce qu’affirme le chercheur en neurosciences Michel Desmurget dans un entretien au Monde, très lu et commenté sur notre site. A l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage La Fabrique du crétin digital. Les dangers des écrans pour nos enfants, ce chercheur a aussi alerté dans de nombreux autres médias sur les risques de l’exposition des enfants aux écrans. Dans une interview au groupe L’Est républicain, très partagée depuis quelques semaines sur Facebook, il s’inquiétait ainsi pour « la première génération dont le QI sera inférieur à la précédente ». Sur RMC, il expliquait que « plus les enfants regardent d’écrans, plus le QI diminue ». Ces formules-chocs résumées et alarmantes se propagent massivement auprès des parents, des enseignants et des générations exposées aux écrans, suscitant de nombreuses interrogations. 1. 2. 3. « L’ennui peut être fécond mais pas la sous-stimulation » – M. Mathilde Damgé

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/10/28/que-peut-on-dire-du-lien-entre-capacites-cognitives-et-exposition-aux-ecrans_6017217_4355770.html

Related:  EcransNumérique - GénéralitésRISQUES NUMÉRIQUESS.N.T. - Culture numérique - E.M.I. - Outils numériques

Troubles de l’attention, du sommeil, du langage… « La multiplication des écrans engendre une décérébration à grande échelle » Michel Desmurget dirige, au CNRS, une équipe de recherche sur la plasticité cérébrale. Il vient de publier La Fabrique du crétin digital. Les dangers des écrans pour nos enfants (Seuil, 425 pages, 20 euros). Bruno Devauchelle : Codage et algorithmes suffisent-ils pour éduquer dans un monde numérique ? "Hormis l'enseignement de l'informatique, le ministre n'engage pas de directive forte dans le champ de l'éducation au numérique". Eduquer dans un monde numérique s'appuie sur quatre domaines proches : l'informatique, les compétences d'usages du numérique, l'éducation aux médias et à l'information et enfin l'enchâssement de l'informatique et du numérique de manière transversale (perturbateur endocrinien) dans toutes les strates de la vie en société. Le monde scolaire est depuis longtemps sollicité pour participer à cette éducation, les promesses des concepteurs s'appuient aussi sur cette hypothèse éducative allant jusqu'à la suggérer. Dans la salle de classe, l'enseignant est amené, selon les circonstances, à se confronter à des situations dans lesquelles chacun de ces domaines intervient de manière plus ou moins importante, mais articulés entre eux.

Comment l’enseignement réagit face aux cyberattaques Des écoles aux universités en passant par les laboratoires de recherche, c’est tout le monde de l’enseignement qui entretient un réservoir de données sensibles gigantesque. Et donc à protéger. Pourtant, le secteur de l’enseignement peine à prendre le sujet de la cybersecurité à bras le corps. Mise au point. Au-delà des cas classiques de demande de rançon comme en a connu l’université de Corse en mai dernier, le vol de données sensibles est une motivation majeure dans les cyberattaques d’établissements scolaires. Sur le blog Affordance : La fin du like ? C'est donc fait. Instagram (propriété de Facebook) a annoncé officiellement que le nombre de "Likes" allait désormais être masqué et ne serait visible que pour les propriétaires du compte. Les visiteurs, les suiveurs, les likers, eux, ne verront plus combien d'autres semblables à eux-mêmes auront "aimé" tel ou tel contenu. Cette annonce s'inscrit dans le cadre d'un mouvement que l'on voit de dessiner depuis maintenant quelques années et qui, pour les cadres de la Silicon Valley et les spin-doctors des GAFAM, vise à afficher une forme de résilience sur la question des phénomènes d'exposition de soi et autres (re)conquêtes d'un temps de connexion qui serait plus vertueux que vicieux, anxiogène et potentiellement addictogène. Facebook a lui aussi annoncé réfléchir, pour son propre réseau social, à masquer le nombre de Likes. De l'éco-anxiété à l'ego-anxiété.

Adolescence : les écrans, l'arbre qui cache la forêt - S Comm C, le blog Les écrans par ci, les écrans par là. Les écrans semblent être la préoccupation majeure des adultes, plus encore que celle de leurs enfants (si j’en crois ceux-ci). Certains professionnels semblent aussi prendre un malin plaisir à relayer des informations alarmistes et pas toujours vérifiées, aggravant la culpabilité des parents et détériorant encore plus les relations entre parents et ados. Les écrans sont un sujet important pour moi, aussi bien professionnellement que personnellement. Bruno Devauchelle : Non, le numérique ne transforme pas la pédagogie Dès le début des années 1980 (et même avant), l'idée selon laquelle le développement de l'informatique allait transformer l'école s'est répandue. La transformation pédagogique par le numérique est alors le plus souvent mise en avant que ce soit dans la bouche des politiques, des industriels, des passionnés (pour ou contre), du grand public. Cette évidence du discours n'est pas celle de la réalité quotidienne tout au moins si l'on en juge par plusieurs publications récentes, mais aussi des observations que nous faisons dans les établissements.

Les écrans rendent-ils crétins ? "Non, c'est l'usage que l'on en fait" Les écrans sont-ils dangereux pour la santé ? Leur multiplication dans notre quotidien engendre-t-elle "une décérébration à grande échelle", comme l'affirme le neuroscientifique Michel Desmurget, directeur d'une équipe de recherche sur la plasticité cérébrale au CNRS, dans son ouvrage La Fabrique du crétin digital, les dangers des écrans pour nos enfants (ed. Seuil) ?

Article du Monde : Publicité, hébergement, open-source : comment le Web est devenu dépendant des GAFA Beaucoup a été écrit sur la dépendance de l’internaute moyen aux services gratuits, performants et pratiques offerts par ceux que l’on désigne comme les « GAFA » (Google, Apple, Facebook, Amazon). Un aspect moins connu est en revanche la dépendance d’Internet lui-même à ces très grandes entreprises privées. Car le réseau mondial a opéré sa mue industrielle et s’appuie désormais beaucoup sur les technologies et infrastructures développées par Google, Amazon et, dans une moindre mesure, Facebook et Microsoft. A tel point que des questions inédites se posent désormais sur la dépendance du Web dans son ensemble à cette poignée d’entreprises. Écrans : écartez les enfants Que risquent les jeunes d’aujourd’hui à jouer avec les smartphones ? Au-delà de combien de temps l’exposition aux écrans est-elle nocive pour les enfants ? Comment restreindre l’accès aux jeux vidéo et aux tablettes ? L’enfant et les écrans, vaste sujet des discussions familiales, mais pas seulement. Le neuroscientifique, Michel Desmurget, publie La fabrique du crétin digital, les dangers des écrans pour nos enfants.

Les enseignants et le numérique : productions du GTnum 9 – Éducation, numérique et recherche Rappel : Les groupes thématiques numériques (GTnum), animés par des laboratoires universitaires et autres opérateurs publics, sont coordonnés par le bureau du soutien à l’innovation numérique et à la recherche appliquée de la Direction du numérique pour l’éducation (sous-direction de la transformation numérique). Ils ont pour objectif de mettre à disposition des équipes éducatives, de façon accessible et ouverte, un état de la recherche sur quelques grandes thématiques relatives au numérique dans l’éducation. Nous publions aujourd’hui les productions du groupe thématique numérique 9, animé par l’Université de Rennes 2 (CREAD Marsouin), sur le thème “Les enseignants et le numérique : Modèles pédagogiques vs modèles d’appropriation des technologies numériques”. Ce dossier, dont le traitement éditorial a été assuré par Réseau Canopé, est constitué des documents suivants :

Les écrans ont-ils un effet causal sur le développement cognitif des enfants? par Ava Guez et Franck Ramus. Extrait d'un article paru dans la Revue suisse de pédagogie spécialisée, vol. 4, pp 14-21. Télévision, ordinateurs, tablettes, smartphones, jeux vidéo : difficile désormais d’échapper aux écrans. En France, ce sont plus de deux tiers des enfants de deux ans qui regardent la télévision au quotidien et 28% qui utilisent un ordinateur au moins une à deux fois par semaine, tandis que plus d’un quart jouent sur un smartphone au moins une fois par mois (Gassama, Bernard, Dargent-Molina, & Charles, 2018). La question de l’impact de cette exposition sur le développement cognitif fait l’objet d’un intérêt croissant de la part des chercheurs. Que disent les données ?

Related: