background preloader

L'acte d'apprendre – Neuroéducation, pédagogie et numérique

L'acte d'apprendre – Neuroéducation, pédagogie et numérique
Basée sur un article de Sylvain Connac, cette vidéo est réalisée en étroite collaboration avec ce dernier. Elle cherche à présenter une vision mixte de l’acte d’apprendre, entre neurosciences, pédagogie et numérique. Un immense merci à Violaine Burguière, Jean-Luc Albinet et bien sur Sylvain Connac, qui ont co-écrit cette vidéo avec moi. L’acte d’apprendre Voilà un mystère que l’on aimerait bien percer ! Pourtant, il faut croire qu’en croisant les regards on peut toucher du doigt quelques vérités sur l’apprentissage qu’on ne peut ignorer aujourd’hui. Au vu de la durée, il ne sera pas inutile d’y revenir ! Un mot sur Sylvain Connac Sylvain est chercheur en sciences de l’éducation à Montpellier. Sylvain est aussi très actif dans la formation puisque l’on trouve sur M@gistère une formation sur les pédagogies coopératives offerte à tout le public enseignant ! Enfin, on peut avoir la chance de le croiser dans de nombreux évènements autour de l’éducation. Collaborer, coopérer Be sociable WordPress:

http://edmustech.fr/2019/10/05/acte-apprendre-neuroeducation-pedagogie-numerique/

Related:  Sciences cognitives et neuroéducationCerveau et apprentissagesNeuroSciences / Pédagogiepour PP-orientation, HVCNeurosciences, sciences cognitives

Actualités de l'éducation Octobre 2019 Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (MESRI), Note Flash n° 20 Cette note présente un bilan de la procédure d'admission des bacheliers 2019 dans l'enseignement supérieur. Elle montre notamment que : Conférence "Comment apprendre à apprendre ?" de Franck Ramus Apport des sciences cognitives et des outils numériques au domaine 2 du socle commun Cette conférence a eu lieu le jeudi 15 mars 2018 dans le cadre des jeudis de la recherche et du séminaire académique "Apprendre à l’ère du numérique" sur le salon EDUSPOT. Présentation de l’intervenant : Franck Ramus est directeur de recherche au CNRS et professeur attaché à l’Ecole Normale Supérieure. Il travaille au laboratoire de sciences cognitives et psycholinguisitique, Institut d’étude de la cognition, école normale supérieure de Paris au sein duquel il dirige l’équipe “développement cognitif et pathologie”.

Les Biais Cognitifs – Questions animalistes -> Biais Cognitif : déviation dans le traitement cognitif d’une information ; schéma de pensée inconscient qui a l’apparence de la logique mais qui est trompeur. Environ 200 biais cognitifs ont été recensés. -> Ils sont classés en différentes catégories (cette classification est variable) : Climat scolaire : le soutien au comportement positif Aux États-Unis et au Canada, un dispositif suscite l’attention en éducation pour améliorer le climat scolaire, c’est le Positive Behavioral Interventions and Supports (le Soutien au Comportement Positif, ou SCP) qui s’inspire de l’efficacité du renforcement positif et invite les professeurs à encourager et féliciter les attitudes positives plutôt que se concentrer uniquement sur la punition des infractions. Steve Bissonnette, fervent défenseur du SCP au Canada, explique qu’il s’agit donc de se « fond[er] sur l’idée que les comportements attendus en classe et hors classe doivent être définis précisément, enseignés explicitement et être reconnus lors de leur manifestation. » L’Ecole Notre-Dame du Canada à Québec m’a vivement intéressée dans l’application qu’elle a faite du Soutien au Comportement Positif. Les privilèges

Les 4 piliers de l'apprentissage d'après les neurosciences D’après Stanislas Dehaene, psychologue cognitif, neuroscientifique et professeur au Collège de France, les neurosciences cognitives ont identifié au moins quatre facteurs qui déterminent la vitesse et la facilité d’apprentissage. 1. L’attention L’attention est la capacité que nous avons à nous ouvrir à la réalité : l’attention ouvre notre esprit. Audrey Akoun et Isabelle Pailleau, auteurs de La pédagogie positive, la définissent comme Le mouvement cérébral qui va nous permettre d’orienter notre action en fonction d’un objectif, d’un centre d’intérêt… Grâce à elle, nous captons, par nos cinq sens, les différentes informations en provenance soit de notre environnement, soit de notre ressenti émotionnel ou psychologique.

Quelques éléments de psychologie cognitive pour aider les professionnels à concevoir des situations d'apprentissages Cette captation vidéo a été réalisée le 3 juin 2015 lors d'une journée de formation intitulée : Les dispositifs, la classe, l’établissement ; quels soutiens à l’engagement des élèves ? Cette journée a été l’occasion de réfléchir aux enjeux d’une aide apportée de manière cohérente et ajustée aux besoins des élèves, dans un contexte marqué par la controverse autour de l’insuffisante efficacité des dispositifs d’accompagnement des élèves. Quels pas de côté ces dispositifs font-ils faire aux enseignants, aux praticiens, afin de mieux comprendre la nature des difficultés des élèves ? La réflexion s'est appuyée notamment sur le travail d’une équipe de recherche qui a étudié durant deux années les formes de soutien proposées aux élèves en difficulté dans des configurations locales très différentes. Écouter les enregistrements de la journée

Révisions scolaires : comment booster sa mémoire avant les examens Vous êtes-vous déjà demandé ce qui se passe dans votre cerveau quand vous révisez vos cours ? En ayant conscience de son fonctionnement, vous pourrez améliorer votre capacité à enregistrer et à mobiliser des informations. Les trois principales composantes de la mémoire sont la mémoire sensorielle, la mémoire de travail et la mémoire à long terme. Voici quelques conseils pour les activer toutes les trois et optimiser vos méthodes de travail. L'incertitude est bénéfique pour apprendre Stabilité vs incertitude Bien que cela semble contre-intuitif, la stabilité serait donc peu propice à l’apprentissage. Pour parvenir à ces conclusions, les scientifiques américains ont épié les activités neuronales du cortex préfrontal de singes, dont le niveau de développement est proche de celui des humains.

8 exercices simples de respiration sous forme de cartes (concentration, calme, détente, attention, énergie) - enfants et adolescents Proposer des petits exercices de respiration et de relaxation aux élèves permet de se (re)concentrer et de réduire les tensions. L’apprentissage de ce type d’exercices réduit la dispersion attentionnelle, l’agitation en classe ou redonne de l’énergie en cas de besoin (6 ans et +). Je vous propose 8 exercices simples de respiration sous forme de cartes qui peuvent facilement être intégrés en classe (par exemple le matin à l’accueil, au retour de la récréation ou avant une évaluation ou encore en cas d’agitation de la classe). Chaque carte apporte un bénéfice spécifique : la respiration profonde avec la main : calme en cas de stress ou d’anxiétél’étoile de la respiration : recentrage en cas de divagation des penséesle papillon : concentrationle gâteau d’anniversaire : détentele souffle de l’accordéon : attentionl’ascenseur : énergiele moulin à vent : apaisementle carré : calme en cas d’agitation, d’excitation

[INFOGRAPHIE] Neurosciences : apprendre en 4 temps S’il existe plusieurs méthodes d’enseignement valables, les dernières découvertes en neurosciences ont permis d’identifier 4 facteurs nécessaires à un apprentissage réussi. Conciliables avec la liberté et l’expérimentation qui restent importantes en pédagogie, ces principes directeurs peuvent être intégrés à des approches diverses. 1. Éducation nouvelle et sciences : des liaisons dangereuses L’éducation nouvelle s’est largement construite en revendiquant un rapport à la science et aux sciences, la psychologie, la sociologie ou aujourd’hui, les neurosciences. Que va chercher l’éducation nouvelle dans la science ? Retour sur la conférence de Philippe Meirieu, professeur émérite en sciences de l’éducation à l’université Lumière-Lyon 2, chercheur en pédagogie. En traitant la question du rapport entre l’éducation nouvelle et les sciences, Philippe Meirieu nous a invité à un véritable parcours dans l’histoire de la pédagogie, qu’il est périlleux de vouloir résumer ici !

[Interview] Qu'est-ce que la charge cognitive ? André Tricot est professeur de psychologie à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, EPSYLON Lab. Son travail de recherche concerne les apprentissages et la recherche d’information avec des documents numériques, selon une approche cognitive et ergonomique. Il s’intéresse à la théorie de la charge cognitive et à l’ergonomie des interfaces homme-machine. Nous l’avons interrogé pour vous à propos de la théorie de la charge cognitive et de ses conséquences pour l’éducation. Avant de nous donner une définition de la charge cognitive, pourriez-vous nous donner deux exemples concrets tirés de la classe ?

7 principes éducatifs validés par les neurosciences 1. La période 0/5 ans La plasticité neuronale pendant la période 0/5 ans permet d’incarner le vivant sans efforts, juste en le vivant. C’est ce que Maria Montessori appelle l’esprit absorbant. La période 0/5 ans constitue donc une fenêtre d’opportunités à saisir, comme le démontre cette vidéo : La fleur des besoins : un outil de connaissance de soi pour les enfants et adolescents (8 ans et +) Cet outil vise à permettre aux enfants et adolescents de comprendre par quoi leurs actions sont mues (les besoins) et dans quelle mesure les besoins et les désirs sont différents. Dans cette perspective de connaissance de soi, les enfants gagneront en : gestion de la frustration (différencier besoins vitaux et envies, reconnaître une envie même si on ne peut pas toujours avoir ce qu’on veut quand on veut, savoir qu’un besoin peut être comblé par des stratégies différentes);gestion de la colère (mettre des mots sur les besoins à l’origine de la colère);connaissance des autres (savoir que tout le monde est motivé par la satisfaction des mêmes besoins et en connaître la liste permet de comprendre ce qui motive les autres à agir);maîtrise de la violence (possibilité de parler des besoins plutôt que faire des reproches ou attaquer les autres). Chaque pétale de la fleur des besoins correspond à une sorte de besoin et quelques exemples y sont donnés. Quelques exemples :

Related: