background preloader

La folie du smartphone, un poison pour la planète

La folie du smartphone, un poison pour la planète
Les téléphones intelligents — ou smartphones — se sont enracinés dans nos vies quotidiennes. Dix milliards de ces objets ont été vendus à travers le monde depuis la mise en circulation du premier iPhone d’Apple, en 2007. Nichés dans les poches ou au creux des mains, ces petits parallélépipèdes concentrent une kyrielle de fonctionnalités. Ils permettent de téléphoner, d’explorer Internet et les réseaux sociaux, de photographier et de filmer, d’écouter de la musique, de faire des emplettes ou de se laisser guider par un GPS. De nos jours, les trois quarts des Français en usent quotidiennement. Ces objets hautement technologiques se rendent indispensables, mais que savons-nous d’eux ? Plus de matériaux, toujours plus de ravages L’élaboration perpétuelle de nouvelles applications et fonctionnalités fait inlassablement croître les exigences de performance du smartphone. En 2018, 1,55 milliard de smartphones ont été vendus à travers le monde. C’est maintenant que tout se joue…

https://reporterre.net/La-folie-du-smartphone-un-poison-pour-la-planete

Related:  Dossier 5 FONCTIONNEMENT D'UN MARCHE CONCURRENTIELSNT - Culture numérique - E.M.I.4/ L'Afrique australe : un espace en mutation

Covid-19 : faut-il libérer les brevets des vaccins pour en produire plus ? Les premiers vaccins contre le Covid-19 ont été développés puis mis sur le marché en moins d’un an. Cette prouesse s’accompagne d’un nouveau défi : vacciner la majeure partie de la population au plus vite pour tenter d’endiguer la pandémie. Début février, un peu plus de 100 millions de doses avaient été administrées en deux mois, selon les données compilées par le site Our World in Data. Pour l’heure, la production des vaccins n’est pas suffisante. Pour l’accélérer, des appels à libérer les brevets sur ces précieux produits se sont multipliés ces dernières semaines. Emission de France Culture : Dans la tuyauterie d'internet Oubliez le satellite, le sans-fil ou le "cloud" : dans sa réalité matérielle, internet est avant tout une histoire de câbles interminables et de vastes bâtiments remplis de fibres et de serveurs. Ces infrastructures pas du tout virtuelles s'étendent sous les mers, sur terre, prennent de la place et consomment de l'énergie. Du navire câblier qui dépose la fibre au fond des océans au data center qui héberge nos données, le numérique offre aussi une face visible et palpable mais trop souvent méconnue. Ce reportage nous emmène à Brest, Marseille, Paris et sur le plateau de Saclay à la découverte de ces briques essentielles sans lesquelles internet n'existerait pas.

L’Afrique du Sud, un pays de migrants Une terre de plus en plus attractive Les migrants viennent majoritairement d’Afrique Depuis 2010, l’Afrique du Sud concentre de plus en plus de migrants. Ces migrations sont principalement régionales : si, dans le nord du continent, le flux se dirige au nord, vers la Méditerranée puis l’Europe, depuis l’Afrique australe, il se dirige majoritairement vers la pointe sud du continent. Ils viennent aussi des autres continents L’attractivité de l’Afrique du Sud ne se limite pas au continent.

Coup de chaud sur les matières premières Du cuivre, à l’étain, en passant par le blé, le maïs, l’huile de palme ou le soja, sans oublier le pétrole ou le fer, tous ces produits ont un point commun : leurs prix connaissent une forte poussée de fièvre. Depuis l’automne 2020, les cours des matières premières ont commencé à s’enflammer. Et la tendance se poursuit en ce début d’année 2021. Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Les investisseurs, gagnés par la fièvre acheteuse, font flamber les cours de l’étain » A cet égard, le cas de l’étain est exemplaire. Le métal blanc se négocie actuellement à plus de 26 000 dollars (environ 21 700 euros) la tonne sur le London Metal Exchange, renouant ainsi avec des niveaux atteints il y a neuf ans.

« Regarde, j’ai vu ça sur Facebook ! » : quand nos bavardages nourrissent les fake news « T’as vu c’est dingue ! » ; « Regarde il paraît que… » ; « Mdr j’en crois pas mes yeux ! » Afrique du Sud / Entretien : Du Cap à Johannesburg Il y a d’autres évolutions urbaines importantes. C’est après l’apartheid qu’on voit le développement des communautés fermées à destination des classes moyennes et des classes supérieures. On vend un produit immobilier qui surfe sur la vague de la violence urbaine particulièrement importante dans la seconde moitié des années 1990. Chocs d'offre et de demande - Notion de SES Un choc d'offre est une variation imprévue des conditions de production qui affecte les producteurs. Cette variation peut être positive et permet d'accroître l'offre, les quantités produites ; elle peut être négative et réduit donc l'offre, les quantités produites. Il s'agit d'un choc qui peut affecter directement les facteurs de production.

Éduquer ou interdire est une question de vieux qui ont connu un monde débranché Share Tweet Email Brèves de classe n° 13. L'Afrique australe avec Pierre Denmat Présentation de l’intervenant Agrégé de géographie, professeur d’histoire-géographie en classes européennes au lycée Paul Langevin de Suresnes, et professeur de géographie en CPGE littéraire au lycée Victor Hugo de Paris. Doctorant en géographie à l’université Paris Nanterre, sous la direction de Sonia Lehman-Frisch et de Philippe Gervais-Lambony. Recherches qui portent sur l’enseignement de la géographie à partir des séries télévisées à travers une analyse croisée entre New York et Johannesburg. Les impacts économiques de l’évolution des cours du pétrole Une baisse du prix du pétrole constitue a priori une bonne nouvelle pour les pays importateurs car elle leur permet de réduire le montant de leur dépense énergétique, ce qui a un effet favorable sur la consommation et la croissance. A l’inverse, les pays exportateurs de pétrole voient leurs recettes diminuer et avec elles leurs perspectives de croissance. L’interdépendance des économies mais aussi des autres énergies vient cependant nuancer ce tableau. Exemple avec la zone euro, la Russie mais aussi les marchés financiers.

Une usine classée Seveso brûle et les télés regardent ailleurs - Télévision Jeudi, toutes les chaînes info de France couvraient l’incendie qui faisait étouffer l’agglomération de Rouen… jusqu’à l’annonce de la mort de Jacques Chirac. Depuis, c’est la hiérarchisation de l’information qui est en deuil. « À 15 kilomètres de Rouen, l’air est irrespirable. Guerre des brevets : Novartis perd sa bataille judiciaire contre l'Inde Publié le : 01/04/2013 - 08:27Modifié le : 01/04/2013 - 15:26 Le géant pharmaceutique suisse Novartis a perdu sa bataille judiciaire visant à faire breveter en Inde un coûteux traitement anticancer, le Glivec. Une décision de justice qui conforte l'utilisation de médicaments génériques bon marché dans le pays. Le laboratoire pharmaceutique Novartis va-t-il mettre à exécution sa menace de suspendre ses livraisons de nouveaux médicaments en Inde ? La question se pose après le rejet par la Cour suprême indienne de la demande de brevet déposée par le géant suisse pour un nouveau traitement anticancer onéreux. Les juges ont estimé que le Glivec, un traitement anti-leucémie vendu en Inde 2 600 dollars par patient et par mois ne remplissait pas les critères de "nouveauté ou de créativité" requis par la loi.

Related: