background preloader

(89) De la lutte des classes à l'école, avec le sociologue Bernard Lahire

(89) De la lutte des classes à l'école, avec le sociologue Bernard Lahire

http://www.youtube.com/watch?v=g_fzdAa1eJ8

Related:  LES RESSOURCES POUR L'ACTIVITÉQuelle est l’action de l’École sur les destins individuels et sur l’évolution de la société ?HISTOIRE GEO POLITIQUE

Les enfants d'immigrés à l'école : entretien avec Mathieu Ichou Mathieu Ichou est chargé de recherche à l'Institut national d'études démographiques (Ined) ainsi que chercheur associé à l'Observatoire Sociologique du Changement (OSC) de Sciences Po. Ses recherches portent notamment sur la sociologie de l'immigration, de l'éducation et de la stratification sociale. Son dernier ouvrage, Les enfants d'immigrés à l'école. Inégalités scolaires, du primaire à l'enseignement supérieur, publié en 2018, s'intéresse aux trajectoires scolaires d'élèves issus de l'immigration. En mêlant l'analyse statistique de grandes enquêtes quantitatives à l'analyse interprétative d'entretiens biographiques, Mathieu Ichou explique les inégalités scolaires entre enfants d'immigrés et enfants de natifs en insistant sur la position sociale des parents, tant en France que dans le pays d'origine. La question de la réussite ou de l'échec scolaire des élèves issus de l'immigration est débattue depuis longtemps dans la recherche sociologique française.

Les inégalités à l’école expliquées par les experts Marie Duru-Bellat, sociologue, et Jean-Paul Delahaye, spécialiste en sciences de l’éducation, apportent leur éclairage sur les inégalités à l’école à travers des vidéos courtes, dans un langage accessible. Issues de notre webdoc sur les inégalités, ces interviews sont à votre disposition pour vous aider à comprendre, à réfléchir ou à animer un débat sur le sujet. Réalisation et montage : Thibaud Melin, Anouk Mathieu, Johan Sonnet. Vidéos disponibles en version française sous-titrée. gratuit Les inégalités au sein de l’école

En Slovaquie, le premier ministre forcé de démissionner après avoir importé le vaccin russe Spoutnik V A l’image de sa gestion chaotique de son pays depuis un an, le premier ministre slovaque Igor Matovic a annoncé, dimanche 28 mars, son retrait du pouvoir de façon théâtrale. « A la veille de la semaine sainte, que nous célébrons comme un symbole de souffrance, de sacrifice et de pardon, j’ai décidé de faire un geste de pardon envers les personnes qui ont exigé politiquement ma démission en tant que premier ministre », a déclaré lors d’une conférence de presse, M. Matovic, 47 ans, dans le style qui a marqué ses douze mois à la tête de ce pays d’Europe centrale de 5,5 millions d’habitants, qu’il a surtout géré depuis son compte Facebook. Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : débordés par le variant britannique, les Slovaques et les Tchèques font appel au vaccin russe A la demande de ses partenaires de coalition allant du centre à l’extrême droite, M.

Inégalités dès l'enfance : la lecture, Claude Ponti et l'ironie, par Bernard Lahire "On oublie les inégalités. Il y a des enfants qui sont quand même très très mal partis. Il y a un sentiment, je crois, quand même, de grand scandale." La volonté de transmettre le sentiment de cette injustice est à l'origine du livre "Enfances de classe", qu'a dirigé Bernard Lahire, et qui paraît au Seuil. Vos enfants jouent avec des lettres sur le frigo ? L'explosion des effectifs scolaires : la rentrée 1964 - Lumni La conjonction de la forte croissance démographique et de l'allongement de la scolarisation provoque une véritable "explosion scolaire" (c'est le titre d'un ouvrage de Louis Cros publié en 1961) en France à partir du début des années 1950 : la population scolarisée dans les écoles, collèges, lycées et universités, qui était de 7 715 000 en 1954, dépasse les 12 millions en 1968. Les enfants du "baby-boom" - 800 000 nés en moyenne chaque année depuis 1946, soit près de 200 000 individus de plus qu'avant la guerre que l'école doit désormais accueillir - commencent ainsi à submerger l'enseignement primaire dès 1951-1952, puis atteignent le secondaire dans la seconde moitié des années 1950, et enfin le supérieur au milieu des années 1960. D'autre part, la scolarité s'allonge : alors qu'en 1954, 54% des garçons et 57% des filles de 14 ans seulement étaient scolarisés, en 1968, ils sont respectivement 86% et 93%. Ce sujet des "Actualités françaises" donne à voir un traitement en deux temps.

Comment la France veut renforcer sa défense contre les cyberattaques Chaque semaine, des dizaines de cyberattaques frappent des entreprises, des institutions, des collectivités et même des hôpitaux (27 en 2020), générant des recettes importantes pour les pirates derrière ces agressions et des perturbations souvent dramatiques pour les victimes. Face à la multiplication de ces attaques, qui dessinent une menace informatique de plus en plus anxiogène pour les entreprises et les administrations, le gouvernement va débloquer un budget supplémentaire d'un milliard d'euros d'ici à 2025 pour muscler l'écosystème cyber du pays, jugé trop faible pour lutter face aux leaders américains ou israéliens sur le plan international. Après plusieurs mois de dialogue entre l'industrie et les autorités, le président de la République Emmanuel Macron a présenté les contours de ce plan cyber lors d'une conférence de presse à la mi-journée ce jeudi 18 février après un échange avec les directeurs des hôpitaux de Dax et Villefranche-sur-Saône, récemment victimes de rançongiciels.

Inégalités scolaires : ce qui se joue dans la classe Pourquoi, malgré l’engagement quotidien des enseignants sur le terrain, l’école reproduit-elle les inégalités sociales ? Certains considèrent que les élèves qui échouent à l’école ne possèdent pas les qualités nécessaires (« intelligence », motivation, etc.), ou qu’ils sont victimes d’une forme de handicap social rédhibitoire lié à leur milieu d’origine. Ces explications qui mettent en avant les « déficits » des élèves des milieux populaires négligent le rôle des situations scolaires elles-mêmes. Elles ne permettent pas de rendre compte les dynamiques, qui, au quotidien, à l’intérieur des classes, peuvent creuser les écarts de performances entre élèves. S’opposant à l’idée selon laquelle la moindre réussite scolaire des enfants de classe populaire s’expliquerait par un manque de capacités ou de motivation, de nombreux travaux de sociologie ont mis en évidence le rôle joué par l’école dans la reproduction des inégalités sociales. La menace du stéréotype

Le choix de l'école est-il une lutte des classes ? - Ép. 3/10 - La fabrique des inégalités : évolutions, contradictions, paradoxes Comment croire en une école qui prône les valeurs de la République quand les citoyens finissent par se considérer trop différents les uns des autres pour faire partager les mêmes salles de classe à leurs enfants ? Et que peut l’école publique pour les enfants des quartiers populaires quand elle est appauvrie et négligée ? Et comment malgré tout cela vivre et éduquer ses enfants en accord avec ses principes ?

La cybersécurité : quelles réponses aux menaces nouvelles La surveillance d’Internet Pour surveiller les cybercommunications et lutter contre la cybercriminalité, les États se sont dotés de dispositifs de surveillance dédiés à Internet. Des organes inter-étatiques de surveillance existent, comme le réseau Échelon. Géré conjointement par les États-Unis, le Canada, l’Australie, le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande, Échelon est le plus gros réseau de surveillance des télécommunications et cybercommunications au monde. Toutefois, de tels outils sont à double tranchant puisqu'ils peuvent servir à des fins d’espionnage (économique, militaire) ou de contrôle des populations. La collaboration avec les géants du Net

Échec scolaire, la faute de l'école ? - Vidéo Actualité D’après l’enquête internationale PISA réalisée en 2015, un quart des élèves français est en difficulté. Et cela concernerait 40 % des élèves issus de milieux défavorisés. Mauvaises notes, mal-être, absentéisme, l’échec scolaire peut mener jusqu’au décrochage. Chaque année, près de 100 000 jeunes quittent l’école sans aucun diplôme. Mais l’école est-elle responsable de ce phénomène ? Dans une étude publiée en 2016, le Conseil national d’évaluation du système scolaire dressait un bilan désastreux de l’école française, considérée comme la plus inégalitaire de tous les pays de l’OCDE.

Vacc-invention et vacci-marketing : des inventions partagées au méta-marketing des vaccins De la variole néolithique à la Peste de San-Francisco ou le développement des pandémies de natures catastrophiques et l’invention d’un sérum Certaines pandémies comme la « grippe espagnole » ont fortement marqué l’histoire de sociétés diverses allant des pays engagés directement ou indirectement dans la première guerre mondiale et, ce, jusqu’à la pandémie des chiffonniers de Paris (1920/1921). La question principale qui a été toujours posée est celle de l’invention d’actions ou de sérum ou de vaccins qui seraient efficaces. Cette question avait été déjà posée lors de pandémies très anciennes comme la Peste d’Athènes (-430/-426) mais les réponses ont été peu développées. Les premières interventions contre les pandémies (entre la peste d’Athènes en -430 et la fin de la peste noire anglaise en 1480) étaient gérées par des appels aux dieux et par des gestions de la santé publique.

Related: