background preloader

La précarité de l’emploi en France

La précarité de l’emploi en France
6 novembre 2015 - La France compte 25,8 millions d’emplois, occupés par 22,8 millions de salariés et 3 millions d’indépendants. 12,3 % des salariés, soit 3,2 millions de personnes, ont un emploi précaire, le plus souvent les peu qualifiés et les jeunes. Les trois quarts des emplois sont des postes de salariés du privé en contrat à durée indéterminée (59 %) ou des fonctionnaires (17 %) selon les données 2014 de l’Insee. 12,3 % des emplois sont précaires, ce qui représente 3,2 millions de personnes, principalement des contrats à durée déterminée (7 % du total des emplois) et des intérimaires (2,1%). Ces données sont discutables. Les apprentis et une partie des contrats aidés reçoivent une formation, il est possible de les compter à part, même si leur contrat de travail est bien précaire. En revanche, elles n’intègrent pas les précaires non salariés, dont on sait pourtant qu’un certain nombre vivotent au gré des contrats. L’évolution de la précarité de l’emploi Graphe plein écran

http://www.inegalites.fr/spip.php?article957

Related:  Inégalités croissantes

Simple explanation of why capitalism is unfair Posted 1 year ago on July 29, 2012, 1:24 a.m. EST by DemandTheGoodLifeDotCom (3213) from New York, NY This content is user submitted and not an official statement The entire system of capitalism is unfair because it is based on theft and exploitation and is undemocratic. Capitalism is based on theft because it is based entirely on the privatization of the planet and its resources. Since Mother Nature does not have a store where you can purchase the planet, 100% of this privatization came by way of pillage and plunder.

Stop aux attaques contre le SMIC ! Stop aux attaques contre le SMIC! C’était prévisible : à force de multiplier les cadeaux au grand patronat, celui-ci se permet toutes les exigences. Désormais, c’est le SMIC qui est attaqué. A la suite de Pascal Lamy et de trois économistes proches du PS, Pierre Gattaz, président du Medef, vient de proposer la création d’un « SMIC intermédiaire », qui permettrait à «un jeune ou quelqu’un qui ne trouve pas de travail de rentrer dans l’entreprise de façon transitoire avec un salaire adapté, qui ne serait pas forcément le salaire du SMIC». Ces propos sont inacceptables. Les Français ne sont en rien des privilégiés.

Réforme des retraites, Et encore une trahison! ©dr Mais que font donc toutes ces têtes d’affiche socialistes ? Ils protestent contre la réforme des retraites du gouvernement Fillon, qui recule l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans et l’âge pour une retraite à taux plein de 65 à 67 ans. Ils se souvenaient alors que la retraite à 60 ans avait été un acquis du gouvernement Pierre Mauroy en 1983. Ils condamnaient une réforme « bâclée, injuste non financée »… La gauche, toute la gauche, était réunie dans son refus de cette réforme. C’était l’époque où le parti socialiste proposait un contre projet « juste, efficace et durable ».

Let’s talk about inequality: join Blog Action Day 2014 We’ve partnered up with Blog Action Day to start a global discussion about inequality, and we need you to be part of it. On the 16th October, people from around the world will be raising their voices to make inequality go viral! Join Blog Action Day and register to take part today. Pourquoi les inégalités se creusent dans le monde INFOGRAPHIE - «Les États-Unis sont entrés dans un cycle beaucoup plus inégalitaire», affirme Thomas Piketty, dans l'émission «L'Angle éco» diffusée ce lundi sur France 2. Un fait qui s'explique par «la combinaison de la crise financière et des progrès technologiques», explique Christine Lagarde et un «système scolaire moins efficace» déplore la ministre de l'éducation, Najat Vallaud-Belkacem. Les inégalités n'ont jamais été aussi importantes dans le monde, indique de concert les derniers rapports sur le sujet. La récente - et controversée - étude ONG Oxfam souligne que le patrimoine cumulé des 1% les plus riches dépassera en 2016 celui des 99% restants. Le thème des inégalités figurait également à l'agenda du dernier forum de Davos.

Pétition CARE Vos coordonnées sont indispensables pour vous envoyer votre reçu fiscal. Conformément à la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit, adressez-vous à : Odile Duchêne, Relations donateur Tél : 01 53 19 89 89 E-mail : duchene@carefrance.org Ce site internet est 100% sécurisé. Une étude s'inquiète de l'impact de l'austérité sur les droits fondamentaux en Europe La crise économique et les mesures d’austérité ont eu un impact non négligeable sur les droits fondamentaux en Europe. C’est, en substance, la conclusion d’une étude réalisée pour la commission Libertés civiles, justice et affaires intérieures du Parlement européen. Menée en Grèce, à Chypre, en Belgique, en Italie, en Espagne, en Irlande et au Portugal – des pays choisis pour représenter la diversité des situations en Europe –, l’étude note une nette détérioration de plusieurs droits fondamentaux. Outre l’accès à l’emploi et le droit à la retraite, les secteurs de l’éducation, de la santé et de la justice ont également été touchés par la crise et les mesures d’austérité.

Combat pour l’égalité Un mal mortel ronge nos sociétés et la planète : les inégalités. Deux chiffres désormais résument la profondeur et l’ampleur de cette fracture qui déchire notre monde : le patrimoine cumulé des 1% les plus riches du monde dépasse celui des 99% restants. Soixante-sept personnes possèdent autant de richesses que trois milliards et demi d’êtres humains. Ceci ne peut plus durer ! Des pays, souvent les plus pauvres, en proie à de ravageurs phénomènes climatiques, sont appelés à freiner leur développement par ceux-là mêmes qui depuis des décennies voire des siècles continuent de piller leurs richesses. Protestation devant le supermarché - 06/04/2015 - ladepeche.fr Un collectif d'une trentaine de personnes s'est regroupé samedi, à 15 heures, devant la grande surface U Express, afin de protester contre la décision de la direction de refuser les bons alimentaires délivrés par le conseil général. Ces bons octroyés par l'ASE, aide sociale à l'enfance, permettent aux familles en difficulté de se fournir en produits de première nécessité. La décision prise résulte d'un incident qui s'est produit à la caisse en juillet 2014, lorsque des bénéficiaires se sont présentés avec un bon d'une valeur de 180 euros pour l'achat de denrées alimentaires et notamment de pâtes et riz bio. Mélodie, employée du magasin, s'informant d'abord auprès de son supérieur sur la conformité de ce choix, laisse finalement passer les consommateurs, mais une conversation, bien que courtoise, fait monter la tension. «Il faut savoir que le conseil général peut refuser le paiement des produits non référencés.

Related: