background preloader

Travel - Why the French don’t show excitement

Travel - Why the French don’t show excitement
When I was 19 years old, after five years of back-and-forth trips that grew longer each time, I finally relocated officially from the United States to France. Already armed with a fairly good grasp of the language, I was convinced that I would soon assimilate into French culture. Of course, I was wrong. There’s nothing like cultural nuance to remind you who you are at your core: my Americanness became all the more perceptible the longer I remained in France, and perhaps no more so than the day a French teacher told me his theory on the key distinction between those from my native and adopted lands. “You Americans,” he said, “live in the faire [to do]. The avoir [to have]. You may also be interested in:• Why Finnish people don’t like to chat• The odd philosophy Icelanders live by• Why people think Germans aren’t funny The moment he said it, it made perfect sense. During two-hour lunch breaks, they sat at sidewalk cafes and watched the world pass them by. My French husband agrees.

http://www.bbc.com/travel/story/20181104-why-the-french-dont-show-excitement

Related:  Clichés - stéréotypes - représentations

Travel - Why the French love to say no “Non, ce n’est pas possible. I keep telling you, it can’t be done,” the airline booking agent insisted. We’d been on the phone for 20 minutes as I tried to exchange a full-fare, exchangeable plane ticket. Sitting calmly at home, my eyes took in the cliché of our Parisian apartment, complete with 19th-Century gilded mirrors and mouldings of flowers cascading from the ceiling. Over the last 18 years, I’d learned to see the beauty that surrounded me as compensation for living in a society where the default answer to almost every question, request or suggestion is a disheartening ‘non’ (no). Vu des États-Unis. La femme française, miroir déformant et déformé L’art de vivre des Françaises est le fonds de commerce de toute une industrie éditoriale américaine. Cette rédactrice du New York Times Magazine revient sur ces ramassis de clichés, qui sont autant de délices honteuses. Il y a quelques années, un site Internet a demandé à certains de ses collaborateurs, dont votre serviteur, d’écrire quelques lignes sur leur palmarès honteux de livres préférés. À la publication du papier, je me suis jetée sur l’article, le parcourant avec une avidité qui ne tarda pas à se muer en sentiment d’horreur.

Numéro spécial sur le temps. Que font les Européens à l’heure de l’apéro ? Quand les Finlandais ont fini de dîner, les Espagnols sont encore au travail. Chaque pays a ses rythmes biologiques. Ce quotidien madrilène s’est amusé à se poser la question. Que font les habitants de ces neuf pays d’Europe à 18 heures ? En Espagne, toujours au bureau À 18 heures, la plupart d’entre nous sommes à notre poste de travail et n’avons pas l’intention de le quitter avant 19 h 30.

Clichés européens... vrai ou faux ? Suite à notre jeu interculturel, beaucoup de lecteurs nous ont adressé leurs contributions que nous partageons avec vous pour avoir votre avis. Nous avons regroupé sur cette page des « clichés européens ». Ces clichés et anecdotes sont d’abord des points de vue sur une situation donnée. Ils mettent en lumière la nécessité de s’ouvrir aux logiques de l’autre et celle de ne pas juger hâtivement les comportements différents depuis ses propres référents culturels. S’agit-il de stéréotypes ou de préjugés dont il faut se méfier ou renseignent-ils sur la culture ? A vous de nous dire ce que vous en pensez… Français, Américains, arrogants ?Regards Interculturels Nous avons entendu maintes fois de part et d’autre de l’Atlantique : « ils sont si arrogants ! » Lorsque nous évoquons ce sujet lors des formations interculturelles, les participants d’autres pays sourient et rétorquent souvent :

Clichés culturels -Regards Interculturels Les clichés culturels ont la vie dure. D’où viennent-ils ? Sont-ils vrais ou faux ? En avez-vous fait l’expérience ? Comment expliquer les stéréotypes ? Sacrée pause déj ! – En français, s'il vous plaît ! Pour les Français, ce qui prime dans un repas partagé entre collègues, c’est le contenu de l’assiette ! Qu’importe donc si Michèle parle trop ou si Jean-Claude gratifie la table de son humour un peu…spécial,… du moment que la viande est bien cuite et que les frites sont faites maison ! C’est en tout cas l’un des résultats d’une enquête sur les habitudes alimentaires de 2 500 salariés dans 14 pays réalisée par l’Edenred. Du pain bénit pour le cours de FLE ! Consulter les résultats de l’enquête en français

Pourquoi si peu de Québécoises sortent avec des Français? Un de mes collègues québécois m'a récemment demandé pourquoi il y a si peu de couples franco-québécois, alors qu'il y a tant de Françaises et de Français au Québec et que nous partageons le même héritage. Quelques généralisations scandaleuses basées sur mon expérience de quelques années au Québec m'ont amené aux éléments de réponse suivants, qui sont bien sûr très partiels et partiaux. Pour des raisons évidentes, j'aborde principalement les couples consistant d'un Français et d'une Québécoise, et je laisse à d'autres le soin de traiter le cas inverse, voire celui des ménages à trois. Encore une fois, je force le trait pour mieux mettre en lumière les différences. Tout d'abord, un physique masculin qui plaît en France ne plaît pas forcément au Québec, et inversement.

Le Français vu d'ailleurs - Regards InterculturelsRegards Interculturels Connaître l’image que l’autre a de nous est important car, inconsciemment, il va rechercher dans nos comportements une confirmation de ses stéréotypes. Nous avons donc rassemblé ici quelques commentaires exprimés par des participants étrangers à nos formations « Travailler avec des Français », en nous concentrant d’abord sur les comportements professionnels. Cet inventaire n’a pas la prétention d’être exhaustif et ne reflète que l’opinion des personnes interrogées (non représentatives de la population mondiale). Vous le noterez vous-même, les avis se contredisent parfois, révélant des différences selon les cultures mais quelques traits communs esquissent un portrait-robot du Français dans l’imaginaire collectif. Toutes ces remarques montrent à quel point il est important de ne pas s’arrêter à la première impression et de comprendre les motivations derrière les comportements. Les situations qui surprennent les étrangers

Différences culturelles -Regards Interculturels Suite de l’étude de cas interculturelle Étude de cas interculturelle I. Theresa arrive en France Comment vit-elle cette situation ? Stéréotypes : Définition et caractéristiques  Stéréotypes : Définition et caractéristiques 1. Stéréotype et préjugés Le préjugé peut être défini comme une « attitude de l’individu comportant une dimension évaluative, souvent négative, à l’égard de types de personnes ou de groupes, en fonction de sa propre appartenance sociale. C'est donc une disposition acquise dont le but est d’établir une différenciation sociale » (Fischer, 1987) Le préjugé a deux dimensions essentielles : l’une cognitive, l’autre comportementale. Définitinion: Stéréotype Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En sciences humaines, un stéréotype est l'image d'un sujet dans un cadre de référence donné, telle qu'elle y est habituellement admise et véhiculée. Psychologie[modifier | modifier le code] Définition et caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les "préjugés" et les "prêt-à-penser" Les préjugés (appelons-les aussi "représentations initiales") sont indispensables au jugement. On "pré-juge" : on juge toujours à partir d'un certain point de vue, d'une prise de position initiale : cf. Question de points de vue et les processus scientifique et cognitif). « La connaissance progresse en intégrant en elle l'incertitude, non en l'exorcisant »

Related: