background preloader

My Brain Robbie (version française) - MyBrainRobbie.org

My Brain Robbie (version française) - MyBrainRobbie.org
Related:  NeuroEnseigner mieux : explicite, mémoire, attention...éducation -psychologie

Les neurosciences en éducation - Instruction, Développement, Education, Apprentissage Nombreuses sont les recommandations pédagogiques inspirées par l’essor des neurosciences, au point qu’il est parfois difficile de discerner le mythe de la réalité : les écrans modifient-ils notre cerveau ? Certains élèves sont-ils véritablement « visuels », « auditifs » ou « kinesthésiques » ? Peut-on apprendre en dormant ? Est-il trop tard pour apprendre, passé un certain âge ? Est-ce dans l’IRM que l’on créera l’éducation 2.0 ? Cet ouvrage traite de l'insertion des sciences cognitives dans les dispositifs pédagogiques scolaires. Les neurosciences en éducation de Emmanuel Sander, Hippolyte Gros, Katarina Gvozdic et Calliste Scheibling-Sève.

Enseignement Explicite – Une approche efficace issue des salles de classe Depuis 2012, Marie Bocquillon et Antoine Derobertmasure, sous la direction du Professeur Marc Demeuse (Institut d’Administration Scolaire / service de Méthodologie et Formation de l’Université de Mons) adaptent au contexte belge francophone le modèle de l’enseignement explicite (Rosenshine & Stevens, 1986), une approche pédagogique construite à partir de recherches anglo-saxonnes menées dans des salles de classe. Les travaux anglo-saxons sur l’enseignement efficace et sur l’enseignement explicite ont été diffusés et adaptés au contexte québécois par Clermont Gauthier, Steve Bissonnette et Mario Richard, qui constituent des partenaires privilégiés de l’équipe montoise pour la diffusion et l’adaptation de l’enseignement explicite au contexte belge francophone. Le terme « explicite » renvoie aux comportements visibles de l’enseignant et des élèves. Références Demeuse, M., Crahay, M., Monseur, C. (2005). Gauthier, C., Bissonnette, S., & Richard, M. (2013). Hattie, J.A. (2009).

Mes bulles d'air : se recharger et prendre soin de soi quand on est parent Quand on s’occupe d’enfants, la priorité est de prendre soin de soi. Un égoïsme bienveillant ou sain serait de prendre soin de soi pour pouvoir prendre soin des autres. Pour pouvoir vivre ce sain égoïsme, il est important de ne pas confondre altruisme et ascétisme. Il ne sert à rien de dénigrer les plaisirs mais il s’agit de se connaître soi-même pour faire des choix ressourçants et énergisants en pleine conscience : comment je me sens dans mon corps ? L’idée des bulles d’air est d’avoir un support visuel accessible qui rappelle l’importance de prendre du temps pour soi (ne serait-ce que des « micro vacances » en savourant chaque instant de calme comme un café ou un thé dégusté tranquillement, quelques pages de lecture grignotées par ci, par là…). Il s’agit de remplir ces 10 bulles d’air en notant dans chacune une chose simple qu’on aime faire, qui nous « nourrit » de l’intérieur. Cette activité reprend l’idée du réservoir affectif à remplir. Mes bulles d'air Articles similaires

[Cogni'Junior] Lancement du kit OCEANA Savoir comment le cerveau apprend Des études commencent à montrer que les élèves qui savent comment leur cerveau fonctionne surpassent les différences sociales. Si un enfant sait que « apprendre » est la fonction première d’un neurone, il sait alors que chacun est capable d’apprendre. Il est aussi utile aux enfants de savoir comment l’attention et la mémoire fonctionnent – comment ces deux capacités mentales sont impliquées dans les apprentissages et comment elles peuvent être perturbées ou des fois favorisées par les émotions et le stress. Avec ce savoir, nous espérons que les enfants pourront faire meilleur usage de leur mémoire et leur attention. Parler du cerveau aux enfants Comment parler du cerveau aux enfants ?

Apprentissage par essai-erreur : libérez le potentiel du feedback Face à l’apprentissage, nos réflexes spontanés sont rarement les bons. Pourtant, les sciences cognitives nous enseignent que notre cerveau a des besoins élémentaires pour développer une nouvelle compétence, et que certaines conditions doivent impérativement être réunies pour devenir capable de traiter correctement une tâche, d’une part, puis d’en faire un automatisme, d’autre part. Des résultats de la recherche les plus solides et consensuels en la matière, nous avons extraits 8 principes fondamentaux, 8 piliers de l’apprentissage durable. Vous devez expliquer à votre nouveau collègue comment fonctionne le système informatique de votre boîte. Pour vaincre l’illusion de maîtrise, le cerveau a un besoin fondamental : se confronter à un retour d’expérience. Apprendre par essai et erreur consiste à manipuler dans votre tête l’information que vous venez de recevoir, à mettre votre cerveau en situation de test, puis à vous corriger. D’où vient l’efficacité de cette méthode ?

Les muscles de la résilience : une activité pour aider les enfants à rebondir face aux difficultés Ilona Boniwell et Laure Reynaud définissent la résilience ordinaire comme la capacité à surmonter les difficultés du quotidien et à rebondir, à s’adapter aux nouveaux défis que nous offre la vie en permanence. Dans leur livre Parcours d’Education Positive et Scientifique (Leduc S.) ,elles proposent de développer la résilience des enfants en renforçant les « muscles » de la résilience. Les muscles de la résilience sont au nombre de quatre : le muscle « j’ai » : j’ai des personnes en qui j’ai confiance et qui me soutiennent En cas de difficulté, les enfants peuvent penser à se mettre en lien avec des personnes qui leur sont chères, qui vont pouvoir les comprendre, les soutenir et les accompagner avec bienveillance. On peut proposer aux enfants d’identifier leurs propres tuteurs de résilience afin qu’ils aient en tête les personnes desquelles ils pourront se rapprocher en toute confiance en cas de difficultés. Télécharger au format PDF pour impression : les muscles de la résilience

Mentalité de croissance : du bien-être de l’élève à l’impact systémique! - éducO - le blogue d'innovation pédagogique Ce billet de blogue est le premier d’une série qui sera publiée d’ici le 16 mai 2018. Tous les billets de cette série sont complémentaires aux capsules d’autoformation sur la mentalité de croissance produites par le CFORP. Ce premier billet soutient plus particulièrement la capsule 1 intitulée Qu’est-ce que la mentalité de croissance? Mentalité de croissance : du bien-être de l’élève à l’impact systémique! Au cours de mes dernières années en enseignement, j’avais pris l’habitude de lire l’extrait suivant aux parents de mes élèves lors de la soirée à laquelle je les invitais en début d’année. « J’en suis venu à la conclusion effrayante que je suis l’élément décisif en salle de classe. Traduction libre – Haim G. Cette citation du Dr Haim Ginott me rappelait qu’en tant qu’enseignante, je pouvais avoir un impact déterminant sur l’estime de soi, le bien-être et l’avenir de chaque enfant. Qu’est-ce que la mentalité de croissance? En consultant les recherches de Carol S. source : istock.com

Writing A Better Multiple-Choice Question: What Does Research Indicate? The following post summarizes and comments on information contained in the following article: Butler, A. C. Multiple-Choice Testing in Education: Are the Best Practices for Assessment Also Good for Learning? Journal of Applied Research in Memory and Cognition (2017), Multiple-choice (MC) questions are ubiquitous in education. The article points out much research has been devoted to how to best construct MC questions for assessment purposes; “how to improve the reliability and validity of MC tests.” “Retrieving information in response to a test question strengthens memory, leading to better retention of that information over time; it can also change the representation of the information in memory, thereby producing deeper understanding. As a teacher, I appreciate this delineation. Below are five evidence-informed best practices for the classroom teacher to create more reliable and valid MC questions for both assessment and learning. Like this:

Related: