background preloader

Sciences cognitives et numérique

Sciences cognitives et numérique
Les « jeudis de la recherche » permettent à tous les acteurs de l’éducation intéressés par un domaine de le découvrir en deux temps : en faisant la rencontre d’un chercheur spécialiste du domaine abordé ; et en faisant celle d’un ou de plusieurs praticiens avec un témoignage concret sous l’angle des pratiques numériques, en amont ou en aval.lien vers le programme complet Cette rencontre a eu lieu le jeudi 4 octobre 2018, de 17h à 18H, à distance, en classe virtuelle sur la plateforme Via : Diaporama présenté par Grégoire Borst Présentation de l’intervenant : Grégoire Borst est professeur de psychologie du développement et de neurosciences cognitives de l’éducation à l’université Paris Descartes, membre junior de l’Institut Universitaire de France et directeur adjoint du Laboratoire de psychologie du développement et de l’éducation de l’enfant à la Sorbonne. Présentation du contenu abordé et des échanges possibles : Pour préparer la rencontre :Comment apprendre à apprendre ?

http://www.dane.ac-versailles.fr/etre-accompagne-se-former/sciences-cognitives-et-numerique

Related:  Processus d’apprentissage à l'ère numériqueATrier

Neuroéducation et pédagogie 1La caractérisation qu’il est aujourd’hui possible de fournir de l’acte d’apprendre est complexe. Complexe, dans le sens d’un tissage entre activités intellectuelles différentes et dans celui de savoirs issus de diverses disciplines qui se rencontrent : la psychologie cognitive, les neurosciences éducatives, les sciences de l’éducation. Epistémologiquement, ces contenus se construisent par l’association de plusieurs champs, élaborant leurs savoirs selon des méthodologies différentes, qui trouvent pour intérêt commun une compréhension fine des fonctionnements cognitifs, principalement pour mettre à disposition des professionnels de l’éducation des appuis utiles à leurs activités auprès d’apprenants. 2Complexe également dans le sens où ce tissage s’exprime par l’intermédiaire d’un réseau de près de 100 milliards de neurones, chaque neurone étant potentiellement en liaison synaptique avec 10 000 autres, voisins ou éloignés dans le cerveau (Toscani, 2016, p. 51). Attention et concentration

[Contribution] Les neuromythes Elena Pasquinelli, Fondation La main à la pâte. L’utilisation avertie des connaissances concernant le cerveau et ses fonctions peut nous conduire à de meilleurs choix et décisions, plus informés et conformes à la réalité. C’est le cas notamment dans le domaine de l’éducation, où le cerveau et ses modifications dues à l’apprentissage sont au coeur des pratiques. Mais pour que cette utilisation soit profitable, il est nécessaire qu’on sache identifier, dans la masse d’informations en circulation, celles fondées sur les faits. La place de plus en plus importante que prennent les sciences du cerveau dans notre société s’accompagne en effet par ailleurs de simplifications excessives, de distorsions des résultats expérimentaux et de leurs interprétations, de mécompréhensions – d’idées irréalistes, non fondées sur les faits, que nos propres intuitions et espoirs contribuent à renforcer. Un cas de neuromythe

Les effets délétères des écrans sur les jeunes enfants Selon l'auteur, les futures recherches devraient se concentrer sur la question du développement du bien-être psychologique de l'enfant via des moments d'interactions devant les écrans.nte, publié le 14 janvier par l'agence sanitaire Santé Publique France, met l'accent sur les troubles primaires du langage chez l'enfant. Cependant, aucune analyse ne fait autorité mondialement malgré les cris d'alarme qui se multiplient : l'an dernier avec le livre publié par le directeur de recherches à l'Inserm Michel Desmurget, La Fabrique du crétin digital, ou encore en 2017 avec une vidéo publiée par le Dr Anne-Lise Ducanda. Dans cette vidéo, elle explique que l'exposition "massive" aux écrans entraînerait chez de plus en plus d'enfants "des troubles exactement identiques aux troubles autistiques."

Service d'intégration technopédagogique aux apprentissages La rétroaction pédagogique avec les TIC… pour établir un dialogue avec les apprenants (Cet article résume les ateliers que j’ai animés à l’AQUOPS et à la rencontre FCC du RÉCIT) La rétroaction est un des éléments importants de la réussite scolaire. John Hattie, dans ses recherches de 2009 sur l’apprentissage visible (Visible Learning), la classe en tête des facteurs de la réussite scolaire et lui attribue un effet d’ampleur de 0,73. La rétroaction permet à l’élève et à l’enseignant d’entamer un dialogue basé sur des accomplissements et des réflexions et offre des outils précieux pour réguler sa pratique pédagogique (enseignant) ou ses stratégies d’apprentissage (élève). Or, cet élément, trop souvent associé à l’évaluation sommative, survient généralement trop tard dans le processus pédagogique.

Conception de documents pédagogiques : ergonomie et cognition - Thot Cursus Même si l’on n’a pas attendu l’ère du tout numérique ni de crise sanitaire pour commencer à enseigner et former à partir de supports multimédias, le contexte actuel a fait basculer l’ensemble de la communauté éducative sur le mode distanciel, ce qui, par conséquent a engendré un recours important et sans précédent à l’usage et la création de documents numériques. Si certains se contentent d'intégrer des supports existants à leurs cours, d’autres au contraire peuvent se laisser tenter par les technologies et procéder à la conception de leurs propres documents pédagogiques. Toutefois, malgré les bonnes intentions et une parfaite manipulation des outils, le risque qui existe est qu’au lieu d’optimiser l’apprentissage chez leurs apprenants, certains documents, peu pensés en termes d’ergonomie, ne prennent pas suffisamment en compte les fondements de l’apprentissage en contexte multimédia et enfreignent ou compliquent le processus de l’apprentissage.

Apprendre à l’ère du numérique : penser et faire à nouveau réunis Comment peut-on reconstruire le lien entre « faire » et « penser » au cœur du monde qui vient ? Pour un enseignant, qui se réjouit d’être aussi, et de plus en plus, un mentor, c’est à dire celui qui accompagne et guide, bienveillant, par son expérience, c’est un programme exaltant. Reconstruire le lien intime entre "faire" et "penser" Cognition de l’apprenant : quelle place pour le numérique ? Cette conférence s’est tenue le 10 mars 2017 lors du séminaire académique « Numérique et neurosciences », au Salon Eduspot, Palais des Congrès - Porte Maillot - Paris. L’évolution du système scolaire se situe au carrefour de plusieurs axes : quelques dysfonctionnements pointés par les enquêtes internationales, un désir fort des enseignants d’interroger leurs pratiques, un consensus grandissant des chercheurs en neurosciences cognitives sur le fonctionnement du cerveau de l’apprenant, et le développement des outils numériques. Pour chacun, une posture réaliste se situe entre audace et raison. Le changement viendra des praticiens de la formation qui expérimenteront des modalités novatrices, aussi modestes soient-elles dans le cadre d’établissements-apprenants.

Comprendre, apprendre, les neurosciences au service de l’apprentissage Le terme de neurosciences apparaît de plus en plus souvent dans le fil de ma veille, éveillant ma curiosité. Le fonctionnement du cerveau m’intéresse et sa complexité me fascine. J’ai eu envie de me pencher plus en profondeur sur les neurosciences. Ont-elles un apport pour l’entreprise ? Si oui, à quel niveau ? Apprendre à apprendre, quelle place pour le numérique ? - Par Michèle Drechsler Le métier d'enseignant évolue dans une société en constant changement. L’arrivée du numérique bouleverse les modes de transmission et d'accès aux savoirs et modifient les pratiques de l'enseignement. Avec le numérique de nouvelles perspectives s'ouvrent à l'enseignant qui peut utiliser de nouveaux outils, des ressources numériques pour scénariser ses séances et créer des conditions et des situations d'apprentissage avec le numérique. Comme pour tout outil didactique, l'enseignant doit pouvoir tirer parti du numérique dans ses pratiques de classe, générer les occasions d'augmenter l'efficacité de sa pédagogie au quotidien dans les différents contextes de sa classe. L’intégration des sciences cognitives dans les pratiques pédagogiques ne peuvent pas faire l’impasse des outils numériques. Ils permettent une meilleure efficacité de :

Les outils numériques de l'apprentissage L’application des éléments de sciences cognitives dans les pratiques pédagogiques ne pourront pas faire l’économie de l’utilisation des outils numériques. Ils permettent une meilleure efficacité de : La mémorisationL’implication activeLa motivation de tous les élèves, La différenciation des parcours Bruno Devauchelle : Le numérique et le cerveau Au vu de la multiplicité des travaux menés sur le cerveau et l'apprentissage, et plus globalement le cerveau et le développement, on peut penser que les connaissances acquises sont suffisantes pour que les enseignants s'en emparent et les utilisent dans leurs classes. Il semble que ce ne soit pas vraiment le cas au vu des publications récentes sur les neurosciences et autres neuropédagogies, ou encore sur des sujets voisins. Entre l'inné et l'acquis, vieux débat scientifique cher à Jean Rostand, le développement du cerveau est aussi interrogé par les changements de l'environnement.

Changer l’école avec les neurosciences cognitives Notre équipe est composée d’experts de l’éducation. Nous sommes bénévoles, engagés et extrêmement actifs depuis maintenant cinq années. Nous sommes soutenus et conseillés par d’éminents spécialistes universitaires et institutionnels. Notre vision d’un système éducatif plus adapté à tous les élèves est claire et peut se résumer en quelques axes que nous présentons ci-dessous. Merci de les partager avec nous.

Related: