background preloader

Dossier archéologie : Sur les traces de l'esclavage

https://www.inrap.fr/dossier-actualite/sur-les-traces-de-l-esclavage-colonial

Related:  La Flamme de l'égalité - Lycée des Chaumes - 2021

Histoire de Sao Tomé-et-Principe Le fort de Sao Tomé (1575). The Island of Princess (1727). Monument à la mémoire du massacre de Batepá Sur les traces du passé négrier nantais A l'approche du 10 mai, La1ère vous emmène sur les traces du passé négrier dans l'Hexagone. A Nantes, premier port négrier français, la traite des Noirs a occupé une place majeure dans le développement économique de la ville entre le 17e et le 19e siècle. Suivez le guide. Léia Santacroce (envoyée spéciale à Nantes) • Publié le 5 mai 2015 à 15h19, mis à jour le 7 mai 2015 à 11h37 Nantes ne s'en cache plus, la traite des esclaves a largement contribué à sa prospérité.

Saint-Georges-de-la-Mine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Fort Saint George d’Elmina Saint Georges de la Mine (en portugais São Jorge da Mina) est un fort construit par les Portugais en 1482 à Elmina au Ghana. C'est, avec le fort Saint Jacques, l'un des deux forts bâtis par les Européens dans ce lieu commercial de la côte de Guinée. C'est ce fort qui est à l'origine de la ville d'Elmina et de son nom, ainsi que le l'importance commerciale de la côte de l'Or. Les sites de mémoire en Afrique Sites et lieux de mémoire en Afrique : Afrique du Sud : - Pniel- Vergelegen- Elim- Roben Island- The Slave Lodge –Cap town Angola: - Museu da escravatura de Luanda – Capela do Morro da Cruz- Cidade de Luanda, centro histórico escravagista : alfândega, sobrados, ruinas de quintalóes onde se armazenavam escravos, Largo do Baleizão antigo mercado de venda de escravos, palacio da negreira D.

Parcours mémoriel - Mémoire de l'esclavage et de la traite négrière - Bordeaux Les salles permanentes ouvertes en 2009 s’organisent en quatre espaces à la scénographie différenciée. Le premier espace témoigne du rôle de la ville de Bordeaux au XVIIIe siècle en France. La reconstitution muséographique d’une façade bordelaise qui fait office de support esthétique aux vestiges de la statue équestre de Louis XV constitue un hommage aux transformations urbaines entreprises durant cette époque prospère.

Deux firmes britanniques vont payer des réparations à cause de leur liens passés avec l'esclavage Le brasseur Greene King et l'assureur Lloyd's se sont engagés à payer des réparations à des organismes de soutien aux minorités ethniques. La révélation du rôle passé de certains de leurs fondateurs dans la traite et l'exploitation d'esclaves, explique ce geste inédit. Quand le passé esclavagiste de certains de leurs fondateurs rattrapent certaines firmes britanniques de renom. Greene King à la fois chaîne de pubs et brasseur, et le célèbre assureur Lloyd’s, se sont engagé à payer des réparations en raison de liens historiques avec l'esclavage et la traite négrière, mis au jour par une banque de données de l'université, a rapporté le Daily Telegraph. Les ports négriers au XVIIIe siècle Une géographie fortement hiérarchisée des ports négriers européens se dessine sur cette carte : le trio des trois grands ports britanniques domine sans conteste l’ensemble. Liverpool fut le premier port négrier européen, assumant à lui seul autant d’expéditions que l’ensemble des ports français ; il était suivi de Londres et de Bristol. Après eux, le groupe des ports français : Nantes, de loin le principal pour la traite, avec 52% des expéditions, suivi par La Rochelle, le «complexe» Le Havre-Honfleur, Bordeaux et Saint-Malo ; Marseille, Dunkerque, Bayonne venant loin derrière. Le troisième pôle était formé par le groupe des ports des Provinces-Unies (Hollande), échelonnés de la côte de Zélande jusqu’à Amsterdam.

Les sites de mémoire en France et Outre-mer 1-1° - Les sites et espaces muséographiques qui diffusent la mémoire de la traite, de l’esclavage, des résistances et des abolitions - En métropole : Les ports négriers : . le Musée du Nouveau Monde de la Rochelle (17) . le Musée d’Aquitaine de Bordeaux (33) . le Musée de la Compagnie des Indes de Lorient (56) . le Château des Ducs de Bretagne de Nantes (44) ….. Les sites liés à l’abolition : . la Maison de la Négritude et des Droits de l'Homme de Champagney (70) . la Maison Abbé Grégoire d’Emberménil (54) . l'espace muséographique Victor Schoelcher, son oeuvre à Fessenheim (68) . le Château de Joux-Toussaint Louverture de Pontarlier (25) . la Maison Anne Marie Javouhey de Chamblanc (21) …..

Fort de Cape Coast Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le fort de Cape Coast (en anglais Cape Coast Castle) est un fort côtier, à 200 kilomètres à l'ouest d'Accra et 80 kilomètres à l'est de Taokaradi, sur la côte du Ghana actuel[1]. Il fut un important lieu de la traite négrière sur la côte de l'Or et fait partie des forts de la côte ghanéenne inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. Des Africains au coeur de la traite négrière Le dernier livre de Randy Sparks, professeur à l'université Tulane à La Nouvelle-Orléans en Louisiane, a pour sujet un port africain de la Côte-de-l'Or (le Ghana d'aujourd'hui) au XVIIIe siècle. Petite bourgade anonyme de nos jours - son nom contemporain est Anomabu -, Annamaboe était alors le port de traite le plus important de la côte, d'où des centaines de milliers d'esclaves furent déportés vers les Amériques. Avant de se lancer avec succès dans la traite négrière, les élites marchandes de ce port commerçaient de l'or et des céréales.

La ville de Bordeaux face à son passé négrier Le 2 décembre 2019, pour la Journée de l’abolition de l’esclavage, la ville de Bordeaux a inauguré une sculpture "mémorielle" et des plaques explicatives pour les rues qui portent les noms de personnes ayant pratiqué la traite. Au XVIIIe siècle, son port fut l’un des principaux points dans l’Hexagone du trafic triangulaire. La statue, en forme d’arbre, est signée de l’artiste réunionnaise Sandrine Plante-Rougeol. Elle a été inaugurée dans les jardins de l’Hôtel de ville par le maire LR, Nicolas Florian. John Hawkins (naval commander) Sir John Hawkins (also spelled Hawkyns) (1532 – 12 November 1595) was a pioneering English naval commander and administrator. He was also a privateer and an early promoter of English involvement in the Atlantic slave trade. His elder brother and trading partner was William (b. c.1519).

Related: