background preloader

Regard statistique sur la Chine - Les Echos

Regard statistique sur la Chine - Les Echos

https://www.lesechos.fr/infographie/2017_quelle_chine/

Related:  Asie du Sud et de l'EstL'Asie du Sud et de l'Est : les enjeux de la croissance

Nouvelle route de la soie - La connexion chinoise Jean-François Huchet est professeur en économie et société des mondes chinois contemporains à l’INALCO et directeur-adjoint du GIS-Réseau Asie CNRS. Il enseigne l’économie chinoise et asiatique. Ses recherches portent sur le rôle de l’État dans le développement industriel de la Chine, dans une perspective comparative avec l’Inde. Il a récemment publié : (avec Joël Ruet et Xavier Richet), Chine, Inde : les firmes au cœur de l’émergence, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2015. « From Dirigism to Realism : Chinese Industrial Policy in the Era of Globalization », in Xavier Richet, Violène Delteil, and Patrick Dieuaide (eds.), Strategies of Multinational Corporations and Social Regulations, Berlin, Springer-Verlag, 2014, pp. 57-76.

Visiter Malacca en 2 jours : que voir et que faire ? 57 abonnées Je suis Clo, passionnée de voyages, nature, grands espaces, photographie et ... cuisine du monde ! Je parcours le monde à la recherche de... Que voir et que faire à Langkawi en Malaisie ? Conseils et idées de visites Cet article Que voir et que faire à Langkawi en Malaisie ? Dynamiques géographiques de l’Asie du Sud et de l’Est Un cours complet est disponible ici : Il a l’immense mérite d’être très clair et de proposer une vision d’ensemble que certains manuels ne proposent pas. Ne pas hésiter à s’en servir, c’est très bien fait!

L’Alliance solaire internationale, une coalition pour promouvoir le solaire dans les pays en développement Emmanuel Macron a participé dimanche, aux côtés du dirigeant indien Narendra Modi, au premier sommet de la coalition issue de la COP21. Le Monde | • Mis à jour le | Par Xemartin Laborde et Romain Imbach La France va accroître fortement ses financements pour promouvoir l’énergie solaire dans les pays émergents, une priorité dans la lutte contre les dérèglements climatiques, a annoncé Emmanuel Macron, dimanche 11 mars à New Delhi. Dans un discours au sommet fondateur de l’Alliance solaire internationale (ASI) à New Delhi, coprésidé par l’Inde et la France, M. Macron a indiqué que la France allait engager d’ici 2022 700 millions d’euros supplémentaires, en prêts et en dons débloqués par l’Agence française de développement (AFD), pour soutenir des projets dans la soixantaine de pays adhérents de cette organisation. Analyse : En Inde, les promesses du premier sommet de l’Alliance solaire internationale

Posters de propagande chinoise de Mao Zedong Voici une sélection de quelques affiches chinoise de propagande représentant Mao Zedong. Avancez à travers les grandes difficultés en suivant le Président Mao. Nous souhaitons respectueusement une longue vie au grand leader, le Président Mao. Quelle présence chinoise en  Afrique? Thierry Pairault. EHESS/CNRSLa FilatureVagamondes17 janvier 2018 Je me bats régulièrement contre l’expression « Chinafrique » car elle enferme la pensée dans un cadre prédéfini. Si on l’écrit en deux mots : « Chine-Afrique », on a de fait un gros problème impliquant la perception d’une Afrique homogène alors qu’elle se décompose en 54 entités avec des histoires, des trajectoires économiques et sociales différentes.

La Route de la Soie : ressuscitée ? En annonçant, dès son accession au pouvoir suprême, en 2013, le projet grandiose de tracer de « nouvelles routes de la soie », le nouveau maître de la Chine, Xi Jinping, a choisi d’enraciner dans la longue durée l’ambition qu’il affichait ainsi à la face du monde. Il a voulu mêler tous les prestiges du rêve à un dessein très concret, à savoir une expansion commerciale destinée à appuyer une puissance planétaire. Programmation sonore : - Extrait d’un entretien avec Rinnie Tang, dans l’émission « Nuits magnétiques » de Laure Adler et Jean-Pierre Milanoff, sur France culture, le 26 décembre 1985. - Second extrait d’un entretien avec Rinnie Tang, dans l’émission « Nuits magnétiques » de Laure Adler et Jean-Pierre Milanoff, sur France culture, le 26 décembre 1985. - Lecture d’un texte de Marco Polo, dans l’émission « Documentaire d’été » d’André Velter, sur France culture, le 27 août 1988.

La Chine trace les nouvelles routes de la soie Relier la Chine au Proche-Orient, à l’Afrique et à l’Europe, à la fois par terre et par mer, en créant de nouvelles routes de la soie, tel est l’objet du programme « Une ceinture, une route » du gouvernement de Pékin. L’économiste Jean-François Huchet analyse les conséquences géopolitiques de ce projet sans précédent. Directeur adjoint du groupement d’intérêt scientifique (GIS) Asie jusqu’en septembre 2017, vous êtes spécialiste de l’économie chinoise et asiatique1. Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste le projet de nouvelles routes de la soie, lancé officiellement en 2013 par le président chinois Xi Jinping ? Jean-François Huchet : L’idée de départ était de créer une version moderne des anciennes routes de la soie qui, des siècles durant, assurèrent le commerce entre l’Asie et l’Europe, principalement en direction de l’Europe. Arrivée du premier train de marchandises reliant Wuhan, en Chine, à Lyon, en France, dans le cadre des nouvelles routes de la soie (avril 2016).

Chinafrique : derrière les discours officiels, « l’obsession de l’argent » Sinologue au CNRS, Thierry Pairault a mené un travail de traduction et d’analyse d’entretiens de dirigeants d’entreprises chinoises en Afrique. Décryptage. Pour sortir de la litanie formatée et officielle de la Chinafrique, le sinologue Thierry Pairault, directeur de recherche au CNRS, s’est lancé dans un long travail de décryptage. A lire entre les lignes, il nous propose la traduction intégrale d’une série d’entretiens menés par une journaliste chinoise du quotidien L’Observateur économique du XXIe siècle entre février et août. Ceci afin de mieux comprendre les motivations de ces industriels chinois souvent pionniers sur le continent.

Singapour, reportage photographique avant le sommet Trump / Kim Jong-un LA REPUBLIQUE DE SINGAPOUR a érigé l’un des modèles politico-économique les plus étonnant des cinquante dernières années. Partie de peu, cette cité-État devenue indépendante de la Malaisie en 1965 a aujourd’hui le 11ème IDH le plus élevé du monde et le 3ème PIB par habitant. Souvent citée comme « la Suisse d’Asie », Singapour possède le deuxième port au monde pour le trafic des conteneurs, après Shanghai selon le World Port Ranking [1], en terme d’exportations et de trafic maritime. Le port a d’ailleurs joué un rôle essentiel dans le développement de Singapour, puisqu’il était un lieu de passage obligatoire pour les navires européens, afin de rallier l’Extrême-Orient.Depuis la fin de l’occupation britannique, la cité-État a continué à se développer, devenant une métropole cosmopolite de 5,5 millions d’habitants aujourd’hui. Singapour.

Introduction - La Chine, puissance régionale et mondiale Pays le plus peuplé du monde avec 1,37 milliard d’habitants en 2015, la Chine s’affirme dans les relations internationales à la faveur d’une expansion économique exceptionnelle commencée dans les années 1980. D’abord l’"atelier du monde" grâce à une main-d’œuvre abondante et à faible coût, elle s’emploie désormais à s’affirmer comme une grande puissance industrielle en favorisant les activités de recherche-développement et en redéployant ses capitaux à travers le monde. L’Europe où, en 2015 pour la première fois, les investissements ont été plus élevés qu’aux États-Unis, est devenue une nouvelle destination. Par ailleurs, si la monnaie chinoise demeure encore en retrait par rapport au poids commercial de la Chine, elle s’internationalise peu à peu. Première puissance asiatique, les aspirations affichées de la Chine sont élevées et considérées avec méfiance par certains pays voisins, notamment par ceux avec lesquels le pays entretient des litiges territoriaux.

Chine-Russie : géopolitique de la « lune de miel » sino-russe face à l’(incompatible) interaction entre l’Union Economique Eurasienne et la « Belt & Road Initiative » DEBUT juillet 2017, les présidents Vladimir Poutine et Xi Jinping se rencontraient à Moscou dans le cadre d’une visite officielle de la Chine afin d’approfondir la coopération stratégique entre les deux États. Si, depuis 2015, Beijing et Moscou ont opéré un rapprochement bilatéral d’ampleur, peut-on réellement qualifier leurs relations de « partenariat stratégique » ? En effet, l’exemple des divergences grandissantes entre l’Union Economique Eurasienne [1] (UEE), pilotée par Moscou d’une part, et la Belt & Road Initiative [2] (BRI), gérée par Beijing d’autre part, permet de remettre en question l’aboutissement d’une collaboration réellement « stratégique » sur le long terme. Ainsi, l’apparente « lune de miel » caractérisant en 2017 les relations sino-russes ne saurait cacher les tensions persistantes entre les deux puissances, dont l’exemple le plus probant est en 2017 le caractère a priori irréconciliable de l’interaction entre l’UEE et la BRI. Carte de la Belt & Road Initiative

(4) Pour désengorger Pékin, la Chine crée une énième ville nouvelle Pour l’instant, c’est encore une petite route de campagne, filant à travers des champs de blé parsemés de tombes. Aux alentours, les villageois vivent de la production d’emballages en plastique et du textile. Des bandes de fourrure de renard, suspendues par dizaines sur des cordes à linge, sèchent au soleil avant d’être cousues sur des capuches de doudounes destinées au marché russe. Le paysage est bucolique, mais à terme, tout va disparaître pour laisser place à la «nouvelle zone» de Xiong’an. Située à environ 100 kilomètres au sud de Pékin, Xiong’an sera une ville nouvelle. Annoncé à la surprise générale le 1er avril, le projet a été soutenu par le président chinois en personne, Xi Jinping.

Related: