background preloader

Enquête sur le pilotage des réseaux d'Éducation Prioritaire

Enquête sur le pilotage des réseaux d'Éducation Prioritaire
Piloter en éducation prioritaire, une intervention dans le REP+ Jean Moulin de Marseille Il s’agit d’une intervention-recherche-formation dans un réseau d’éducation prioritaire du bassin littoral Nord marseillais, le réseau Jean Moulin, objet d’une contractualisation opérée entre le Rectorat, l’ESPE d’Aix-Marseille et l’équipe ERGAPE (ERGonomie de l’Activité des Professionnels de l’Education) du laboratoire ADEF (Apprentissage, Didactique, Evaluation et Formation) et des réseaux d’éducation prioritaire marseillais, autour de la problématique concernant les gestes professionnels efficaces en contexte dit « difficile ». Lire la suite… Vidéo 1 Formation en cycle 3 : « on s’est tous accordés, on le fait pas ! » Lire la suite… Vidéo 2 Accueil des débutants en Éducation Prioritaire : « je croyais qu’il allait se retourner vers moi ! Cet extrait caractérise une situation de travail qui rassemble les pilotes dans un COPIL autour d’un ordre du jour chargé. Lire la suite… Lire la suite… Related:  Ressources pédagogiques et didactiquesPiloter et encadrer en éducationEducation prioritaire

Axe 1 Maitriser le lire, écrire, parler et enseigner plus explicitement Réaliser un enseignement plus explicite Enseigner plus explicitement : l'essentiel en quatre pages "Enseigner plus explicitement" semble être un levier efficace pour les apprentissages de tous les élèves, et particulièrement ceux les plus scolairement fragiles, les plus dépendants de l’action du maître, si on en croit les textes récents de l’institution scolaire, mais aussi plusieurs courants de la pédagogie ou de la recherche. "L’explicitation" contribuerait à réduire les inégalités scolaires. Encore faut-il savoir de quoi il s’agit, et quelles controverses ce terme peut susciter. Enseigner plus explicitement : Pourquoi ? Que signifie enseigner plus explicitement ? Enseigner plus explicitement, un outil pour la formation ? Est-il possible de didactiser, de proposer des pistes pour aider concrètement les enseignants à trouver des modalités pour enseigner plus explicitement ? Réaliser un enseignement explicite

« Le premier degré n’est pas piloté » (1) L’école française pourrait obtenir de meilleurs résultats mais à quelles conditions ? On a beaucoup entendu dire que l’école française obtient de mauvais résultats dans les classements internationaux. Il est en particulier apparu qu’elle est profondément inégalitaire puisque les enfants de milieux populaires ont significativement de plus mauvais résultats que s’ils vivaient dans la plupart des autres systèmes éducatifs des pays développés. La politique éducative du quinquennat Hollande pour l’école a bien été une politique de gauche qui a visé une meilleure justice sociale dans le premier degré. Depuis l’arrivée de Jean-Michel Blanquer, le discours relatif aux mauvais résultats redouble mais son objectif n’est assurément pas de conduire une politique favorable aux milieux populaires au sens où cela était entendu dans le cadre de la refondation de l’école de la République. Discours public, discours aux cadres : de la subtilité des différences

Education prioritaire : Défense de la refondation et inquiétudes Commentaire sur mon positionnement Ayant démarré ce blog avec un premier billet le 25 septembre, j’apprends progressivement les nouvelles règles du jeu de ce mode de communication, très différentes de celles qui fonctionnent au sein d’un ministère ou d’une inspection d’académie. Voici encore une première partie où je vais dire « je » pour que chacun puisse mieux percevoir à qui il a affaire. J’ai eu l’occasion d’indiquer que, jeune retraité, je ne me sentais pas en phase avec un ministre que j’ai servi avec loyauté néanmoins, comme c’était mon devoir, pendant un peu plus d’un an. Beaucoup d’amis m’ont félicité de cette démarche et de ses contenus. Il y a un autre point qu’il faut préciser sur le rapport à l’institution de l’éducation nationale. Mais ces luttes ne sont véritablement porteuses que si ce qu’elles proposent finit par trouver place dans l’institution. Défense et illustration de la refondation

R. Goigoux : enseigner la compréhension (suite conférence Lecture) Attention le début de la conférence (8 chapitres) est ici video9 L’enquête Lire-Ecrire s’est attachée à construire une épreuve de compréhension de textes lus, mais aussi de textes entendus. Si le score de compréhension des textes s’explique par moitié par la compétence en décodage (décodage, fluente, habilités phonologiques), les scores à l’épreuve de textes entendus (donc en enlevant la tâche de lecture par l’élève) montrent que leurs capacités viennent aussi du vocabulaire maitrisé, des habiletés linguistiques, de la capacité à lire les inférences et à comprendre les intentions des personnages, à mettre en mémoire les informations importantes d'un récit, à traduire par leurs mots les phrases de l'auteur du texte, très marquées socialement, et très prédictives des capacités en production écrit. Pour aller plus loin • La conférence de Marie-France Bishop (Université de Cergy-Pontoise) et Sylvie Cèbe (Université Blaise Pascal - Clermont Ferrand)

Pelletier, Guy - Faculté d'éducation PELLETIER, G. en codirection avec PROGIN, L. et ÉTIENNE, R. (à paraître en 2019). Diriger un établissement scolaire : tensions, ressources et développement. Bruxelles : De Boeck-Supérieur. PELLETIER G. (2018). Le leadership éducatif et la gouvernance des systèmes éducatifs : un regard pluriel. PELLETIER, G. (2017). PELLETIER, G. (2017). PELLETIER, G. (2017). PELLETIER, G. (2017). PELLETIER, G. (2016). PELLETIER, G. (2016). PELLETIER, G. (2016). PELLETIER, G. (2016). PELLETIER, G. (2016). PELLETIER, G. en collaboration M. PELLETIER, G. (2016). PELLETIER, G. (2015). PELLETIER, G. (2015). PELLETIER, G. (2015). PELLETIER, G. en codirection avec Y. PELLETIER, G. (2015). PELLETIER, G. (2015). PELLETIER, G. (2014). PELLETIER, G. (2014). PELLETIER, G. (2014). PELLETIER, G. (2014). PELLETIER, G. (2013). PELLETIER, G. (2013). PELLETIER, G. (2013). PELLETIER, G. (2013). PELLETIER, G. avec A. PELLETIER, G. (2013). PELLETIER, G. (2013). PELLETIER, G. (2012). PELLETIER, G. (2012). PELLETIER, G.

Education prioritaire et cités éducatives, les ambivalences de la labellisation Alors que le CNESCO en 2015 plaidait pour la dé labellisation de l’éducation prioritaire, suivi en cela de la cour des comptes en 2018 et probablement de la mission Mathiot/Azéma dans leurs conclusions à venir, on s’apprête à développer à grand renfort de communication, comme il est habituel en ce moment, les « cités éducatives », une manière de labelliser une nouvelle couche de priorité plus resserrée en étendue que les REP+ et que les QPV. De quoi alimenter l’idée que l’on restreint la carte de l’éducation prioritaire. On attend encore des précisions sur la conception de ces « cités éducatives » même si l’on sait déjà qu’il s’agira de renforcer l’action éducative dans une soixantaine de quartiers où l’on concentre les plus grandes difficultés. On peut toutefois rappeler dans quelle continuité historique elles ont vocation à s’inscrire et quels problèmes vont se poser. Un peu d’histoire Quelques problèmes qui vont se poser Des conceptions à discuter Où va-t-on ? Un peu d’histoire

Les quatre opérations au CP, « le » manuel de Singapour et la réussite à En cette rentrée scolaire 2017, les grands médias nationaux ont largement relayé le contenu d’une interview que Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a accordée au journal l’Express et dans laquelle le ministre évoque le contenu des programmes scolaires en mathématiques. Par exemple, sur le site de BFM TV, on lit : « Le ministre de l’Éducation nationale souhaite que les quatre opérations mathématiques de base, addition, soustraction, multiplication et division, soient maîtrisées par les élèves dès le CP et le CE1. Jean-Michel Blanquer s’inspire là de la méthode dite "de Singapour". » Cet extrait est très représentatif parce que, de façon quasi-systématique, les médias ont associé l’idée d’enseigner la division au CP et au CE1 aux ouvrages d’une méthode élaborée à Singapour, faisant entrer celle-ci dans le débat national. On ne se livrera pas ici à une revue exhaustive du contenu de ces ouvrages. Une polémique lancée par Gilles de Robien Que penser de cet argument ?

Blanquer veut changer le statut des directeurs d'école "Je présenterai une loi pour un changement du statut des directeurs d'école". Sur LCP le 12 novembre, le ministre de l'éducation nationale semble avoir tranché une question qui restait en suspens depuis son arrivée rue de Grenelle. Il entend mettre fin à une particularité française : celle d'écoles qui s'administrent en collectif dans un système éducatif partout ailleurs étroitement hiérarchisé. Un vieux débat A vrai dire cette décision ministérielle vient de loin. En une année, pas moins de 4 rapports officiels ont préconisé une évolution du statut des directeurs d'école. L'idée de transformer les écoles en établissements publics de l'enseignement primaire (EPEP) vient de François Fillon, le ministre de l'éducation nationale qui a mis le pied à l'étrier de JM Blanquer. En 2010, l'Institut Montaigne, un autre ami de JM Blanquer, relance le débat sur l'EPEP et une seconde tentative de glisser l'EPEP dans une loi échoue à son tour en 2011. Ravivé depuis 2017 Une bataille culturelle Ocde

"Enseigner en ZEP sans exclure", avec Florence Castingaud, enseignante en (...) LES RENCONTRES DE L’OZP------ n°112, novembre 2014 Enseigner en ZEP sans exclure Compte rendu de la rencontre du 5 novembre 2014 Pour conforter le postulat de base de l’éducation prioritaire que tout enfant peut réussir, l’OZP a demandé pour cette Rencontre un témoignage à une enseignante chevronnée : Florence CASTINCAUD est professeur de Français en collège en éducation prioritaire et membre de l’équipe des Cahiers Pédagogiques. Note : Les interventions du débat ont été intégrées dans ce compte rendu. Les évaluations internationales (Pisa) ont révélé que l’école française renforçait les inégalités produites par la société. 1) Que l’école s’interroge à la fois sur les pesanteurs et sur la manière dont elle peut les renforcer 1. 1- Georges Felouzis dans son Que-Sais-je « Les inégalités scolaires » distingue les inégalités produites par :: l’origine sociale, la relégation sociale, la politique scolaire les conditions d’apprentissage. 1. 2- Repérer ce qui crée de l’exclusion au quotidien.

Usages pédagogiques des cartes mentales Les cartes mentales ou heuristiques sont des diagrammes pour représenter visuellement, par une arborescence et une hiérarchisation, des idées, des informations, des données. Les programmes de français (cycles 3 et 4), ainsi que de langues vivantes, de sciences de la vie et de la terre et de technologie (cycle 4) les mentionnent explicitement. Cet outil est également reconnu pour amener les élèves à réfléchir sur leurs stratégies d’apprentissage. Lors du premier webinaire de la DANE, deux enseignants (Bruno Himbert et Marc Plateau) ont témoigné des usages pédagogiques qu’ils avaient avec les outils de cartes mentales. 1- Définir ce qu’est (ou pas) une carte mentale Une carte mentale, appelée également carte heuristique (du grec Eurisko qui signifie « je trouve »), est une représentation visuelle de la pensée. D’autres mots sont parfois utilisés pour désigner les cartes mentales : arbre d’idées, carte cognitive, topogramme, etc. Source :

Related: