background preloader

Neurosciences

Les neurosciences, et en particulier les sciences cognitives, ont le vent en poupe auprès des décideurs politiques qui semblent en attendre beaucoup (trop ?). Les enseignants, eux, restent circonspects, car nos […] Lire l’Article → Le Numéro des Cahiers Pédagogiques n°527 Pour creuser la question “Neurosciences et pédagogie” les Cahiers Pédagogiques ont publié un numéro passionnant avec l’avis de spécialistes et de nombreux témoignages de […] Lire l’Article → Quand on écoute les neuroscientifiques, un aspect essentiel et central revient toujours dans leur discours : la plasticité du cerveau. Lire l’Article → Au collège Rabelais de Meudon, un groupe de travail sur la mémoire réunit, depuis 2014, des enseignants du primaire et du secondaire pour favoriser l’apprentissage des leçons par les élèves. […] Lire l’Article → Lire l’Article → Quand on demande aux élèves d’« apprendre » en vue d’une évaluation ou d’un examen, a-t-on conscience de ce que nous leur demandons réellement ? Lire l’Article →

https://ecolededemain.wordpress.com/category/nos-dossiers/neurosciences/

Related:  Apprendre à apprendre NeurosciencesNeurosciencesapprendre - sciences

Neurosciences, la classe un laboratoire ? Introduction au dossier Les neurosciences, et en particulier les sciences cognitives, ont le vent en poupe auprès des décideurs politiques qui semblent en attendre beaucoup (trop ?). Les enseignants, eux, restent circonspects, car nos classes ne sont pas des laboratoires et nos élèves ne sont pas des cobayes ! Les neurosciences n’ont pas le pouvoir de nous dicter comment faire “scientifiquement” la classe. Certes, le cerveau est fortement utile et sollicité dans le cadre scolaire, mais beaucoup d’autres éléments sont à prendre en compte. Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene L’enfant est doté d’intuitions profondes en matière de repérage sensoriel du nombre. Avant tout apprentissage formel de la numération, il évalue et anticipe les quantités. Apprendre à compter puis à calculer équivaudrait à tout simplement tirer parti de ces circuits préexistants, et, grâce à leur plasticité, à les recycler. L’apprentissage formel de l’arithmétique se « greffe » sur le « sens du nombre » présent chez l’enfant, et sollicite la même zone cérébrale.

5 grands piliers pour repenser l'enseignement des mathématiques (par un prof de maths) Dan Meyer est un professeur de mathématiques enseignant aux Etats Unis. Dans la vidéo ci dessous, il propose une révolution de l’enseignement des maths : au delà de la résolution des problèmes, apprendre aux enfants à les FORMULER. 5 symptômes de l’inefficacité de l’enseignement classique des mathématiques Il part d’un constat qu’il a fait au sujet de ses élèves.

Nos interactions sociales vues par les neurosciences Parce que nous sommes des êtres intrinsèquement sociaux, le cerveau social est devenu un objet d’études pour les neurosciences. Qu’est-ce qui fait le propre de nos interactions humaines ? Comment expliquer ces synchronisations cérébrales ? Depuis une quinzaine d’années, les neurosciences sociales se consacrent à l’étude des mécanismes physiologiques qui sous-tendent les comportements sociaux, explorant les fondements neurologiques des comportements sociaux comme l’attachement, l’empathie ou la coopération. En enregistrant l’activité cérébrale de plusieurs personnes simultanément, ces travaux analysent notamment ce qu'il se passe dans le cerveau des sujets quand ils interagissent entre eux. Grâce à des découvertes récentes dans le domaine, il a été montré que le fait de se tenir la main provoquerait la synchronisation des cerveaux et permettrait d'apaiser la douleur éventuelle chez l'un des partenaires.

Apprendre en dessinant : 3 méthodes visuelles pour apprendre efficacement 1.Mind Mapping® (ou carte mentale) Le Mind Mapping® est un terme anglais qui fait référence à une façon d’organiser ses idées de manière arborescente. On le traduit par “carte mentale” ou encore “schéma heuristique” en français. La mémorisation par visualisation mentale : 4 clés pour une mémorisation efficace Je partage aujourd’hui des éléments issus de cette vidéo de Mathieu Protin, professeur des écoles et inventeur de la méthode Multimalin pour une mémorisation ludique des tables de multiplication par visualisation mentale. Il y parle des 4 clés pour élaborer une stratégie de mémorisation efficace quels que soient l’âge des apprenants et la nature des choses à mémoriser. Clé 1 : l’imagination Le cerveau fonctionne plus facilement avec des images qu’avec des éléments abstraits (comme des blocs de texte). Dans un projet de mémorisation, il est donc utile de traduire sous forme d’images mentales les éléments à retenir (1 mot = 1 image, 1 dessin). Clé 2 : l’association

Olivier Houdé - Le cerveau apprend en inhibant Le rôle de l’inhibition cérébrale dans l’apprentissage L’inhibition cérébrale est la capacité à contrôler ou bloquer nos intuitions, nos habitudes ou nos stratégies spontanées. L’inhibition est un processus qui se déroule dans le cerveau quand des groupes de neurones relâchent des hormones inhibitrices qui nuisent à l’activation d’autres neurones. la région en question a plus de mal à s’activer ou ne s’activera pas du tout. L’inhibition est surtout en lien avec les apprentissages difficiles. L’apprentissage ne se fait pas de manière linéaire (on passe d’un niveau 1 à un niveau 2 puis à un niveau 3) car certaines erreurs sont persistantes et il est nécessaire de développer l’inhibition cérébrale chez les apprenants pour que ces erreurs persistantes n’émergent pas à nouveau.

Des techniques de yoga pour mieux apprendre Les élèves ont envie d’apprendre, d’écouter, de retenir mais il arrive que quelque chose en eux fasse obstacle. Ils peuvent avoir la volonté de se concentrer, mais bien souvent, le corps résiste, l’esprit vagabonde. Pour remédier à ce constat, une enseignante du Microlycée de Vitry s’est appuyée sur le yoga. Décrocheurs en reprise de scolarité ou élèves de retour de vacances sont en proie aux mêmes difficultés quand il s’agit de s’asseoir en classe pour écouter, participer, lire, comprendre, analyser, et à la maison, quand il faut mémoriser les leçons, et souvent aussi faire des exercices. Les tâches d’un élève sont multiples mais elles ont toutes en commun de requérir de l’attention. J’ai donc eu l’idée de proposer aux élèves de réfléchir à cette question : « qu’est-ce que l’attention ?

Un procédé mnémotechnique efficace : le palais de mémoire, mode d'emploi Hélène Weber, bloggeuse sur donnezdusens.fr, donne le mode d’emploi en vidéo pour créer un palais de mémoire. Le palais de mémoire (ou palais mental) est un procédé mnémothechnique efficace pour retenir plusieurs informations par coeur. Cette technique s’appuie sur plusieurs principes de base : donner du sens aux informations en les transformant en images,associer de nouvelles informations à des informations que vous maîtrisez déjà et qui sont déjà inscrites dans votre mémoire à long terme,réactiver les informations en parcourant ses palais plusieurs fois. Du moment que vous respectez ces principes (qui exploitent le fonctionnement de la mémoire), vous obtiendrez de bons résultats.

Olivier Quinet : Les neurosciences révolutionnent l'histoire ? Comment mettre en oeuvre des découvertes des neurosciences dans son enseignement ? Professeur d'histoire-géographie en collège, Olivier Quinet en donne un exemple concret avec deux séquences portant sur les Lumières et la Révolution. En révolution comme en neurosciences tout est dans la gestion du temps... Professeur d'histoire-géographie à Montpont-Menestréol (24), Olivier Quinet est connu des lecteurs du Café pédagogique, notamment pour son travail sur les tâches complexes. Il propose sur le site académique de Bordeaux deux séquences de 4 heures sur les Lumière et la Révolution française. Qu'est-ce que les neurosciences cognitives ? - Prim à bord Les progrès considérables accomplis ces dernières années grâce au développement des techniques d’imagerie cérébrale permettent d’apporter de nouvelles réponses sur le fonctionnement du cerveau. Ces avancées dans le domaine intéressent de fait l’éducation et questionnent les méthodologies d’apprentissage proposées aux élèves. De nombreux scientifiques partagent ainsi l’idée que l’enseignant devrait se saisir des éléments de connaissance sur le cerveau pour enseigner et adapter ses pratiques aux activités cognitives de l’élève. Sans chercher à couvrir ce vaste sujet dans un seul article nous avons rassemblé plusieurs acteurs, chercheurs engagés dans cette problématique qui exposent en quoi les neurosciences cognitives peuvent apporter des éléments d’éclairage dans les pratiques pédagogiques ?

Neuroéducation – MathemaTICEs.be La théorie de la charge cognitive a émis un certain nombre de recommandations concernant des techniques d’enseignement directement transférables à la classe. Effet d’exemple travaillé Un «exemple travaillé» est un problème qui a déjà été résolu par l’enseignant et présenté à l’apprenant, chaque étape étant entièrement expliquée et clairement montrée. L’«Effet d’exemple travaillé» montre que les apprenants, qui reçoivent des exemples travaillés pour étudier, ont un meilleur rendement lors des tests ultérieurs que les apprenants qui sont tenus de résoudre eux-mêmes des problèmes équivalents (Carroll 1994; Cooper & Sweller 1987; Sweller & Cooper 1985). La raison, selon la théorie de la charge cognitive, en est que la résolution de problèmes non guidés est difficile pour la mémoire de travail, inhibant la capacité de l’apprenant à transférer l’information dans sa mémoire à long terme. Lire la suite

Related: