background preloader

Gentriville

Gentriville

http://ici.radio-canada.ca/gentriville/accueil/

Related:  La personne et son milieu de vieHISTOIRE 2Géographie

Pédiatrie sociale : un autobus à la rencontre des familles en milieu rural Un photoreportage de Myriam Fimbry, à Désautels le dimanche Des collations, des jeux et un grand bac bleu rempli de matériel médical : pèse-personne, stéthoscope… La travailleuse sociale Delphine Bachand-Morin, employée au Centre de pédiatrie sociale Main dans la main, à Cowansville, monte à bord d’un autobus scolaire pas comme les autres. L’autobus a été complètement réaménagé en véhicule récréatif par un père de famille de la région, qui le prête gracieusement plusieurs fois par mois. Derrière le rideau, au fond, se trouvent les dortoirs.

32 mégacités de 10 à 80 millions d'habitants dans le monde (voyez la carte) : leurs défis 54 % de la population mondiale vit dans les zones urbaines, une proportion qui devrait passer à 66 % en 2050, selon des chiffres de l’ONU. Les mégacités, les villes de plus de 10 millions d’habitants, sont aujourd’hui plus de 30. Vers 2050, il devrait y en avoir 50, indique un article du Journal du CNRS. Alors que Paris et Londres avoisinent les 12 millions d’habitants, Shanghai (photo) en comptait 80 millions en 2010, ce qui en fait selon des chercheurs en géographie, la ville la plus peuplée du monde, loin devant Tokyo réputée être la plus grande ville (38 millions, selon l'ONU 2014).

Des villes toujours plus grosses Les mégacités, ces villes de plus de dix millions d’habitants, sont aujourd’hui plus de trente dans le monde. Elles devraient être cinquante en 2050. Retour sur une tendance lourde et ses conséquences sur nos modes de vie. La ville est-elle l’avenir de l’homme ? Depuis cinquante ans, le mouvement d’urbanisation de la planète s’est fortement accéléré, et le nombre de citadins a officiellement dépassé 50 % de la population mondiale. Dans le même temps, on a assisté à l’émergence d’une forme nouvelle de villes : les mégacités, des mastodontes urbains de plus de dix millions d’habitants… au minimum.

« L’Afrique en villes », notre série d’été en 28 épisodes, 15 reporters et 10 000 km Retenez bien ce chiffre : 2035. C’est l’année où, en Afrique, il y aura autant de citadins que de gens vivant dans les zones rurales. Une étape symbolique que le continent franchira quatre-vingt-cinq ans après la France, mais avec des paramètres bien différents. Et d’abord celui-ci : l’Afrique s’urbanise à grands pas, du fait de sa croissance démographique et d’un certain exode rural, mais sans que les campagnes ne se vident : elles vont, elles aussi, augmenter en population. Une vitesse inconnue dans l’Histoire Bien sûr, les pays les plus développés du continent – Afrique du Sud, Maroc ou Côte d’Ivoire – ont déjà franchi ce seuil, et le Nigeria est sur le point de le faire.

lesoleil Ça ne vous arrive jamais de rayer les 30 minutes de vélo stationnaire de votre routine parce que vous avez mal dormi? De succomber à une double ration de fondant au chocolat? Le dicton est clair, quand on veut on peut, et pourtant. la forêt amazonienne En Amérique du Sud, le bassin amazonien s’étend sur 7,3 millions de km². La forêt elle-même compte environ 6 millions de km2 et s’étend sur neuf pays, essentiellement le Brésil (avec 60 % de la forêt), mais aussi l’Équateur, la Colombie, le Venezuela, la France (via le département de la Guyane), le Surinam, le Guyana, la Bolivie et le Pérou. Située sous l’Équateur, l’Amazonie a un climat chaud et humide qui en fait le domaine d’une forêt tropicale dense. Cette forêt est l’une des principales sources d’oxygène de la planète. Premier fleuve du monde par son débit (de 70.000 à 280.000 m3/seconde lors des crues), l’Amazone (7 025 km de sa source de l’Apurimac dans les Andes à l’Atlantique, plus de 10 km de large dans son cours intérieur) est navigable jusqu’à Manaus.

Le mégaprojet du Dubai Water Canal : fabrique d’une ville mondiale à travers la construction d’un réseau touristique Bibliographie | citer cet article Le regard des enseignants Cet article présente un projet structurant d’une métropole des Suds. En classe de Seconde, dans le cadre du thème « Aménager la ville » et de la préparation au Bac, l’étude critique de la carte 2 (Le canal et les aménagements riverains) et de la figure 6 (La mise en scène des projets urbains) met en lumière les aspects (économiques, touristiques, résidentiels) et les objectifs (« Fabrication de la ville mondiale », marketing territorial) d’un tel aménagement, tout en insistant sur les limites du projet (Gentrification, bétonisation, projet vitrine). J’ai particulièrement apprécié l’encadré 2 (« Le modèle singapourien ») qui permet de renouer avec le pilier environnemental du développement durable.

De l'Amérique latine à... Bellechasse Les médias font abondamment état de la créativité et des efforts déployés par les employeurs pour attirer de la main-d’œuvre en région. C’est le cas notamment dans Bellechasse, en Chaudière-­Appalaches, où le taux de chômage est très bas. Le gouvernement de François Legault arrive aussi avec sa vision de l’accueil, de l’intégration et de la francisation des immigrants, avec la promesse que la régionalisation de l’immigration se concrétisera enfin à travers le Québec. Si les employeurs et les petites municipalités ne veulent pas que cette précieuse main-d’œuvre, recrutée souvent à grands frais pour faire rouler les entreprises et l’économie locale, rebrousse chemin vers Lévis, Québec, Mont­réal ou d’autres grandes villes du Québec ou du Canada, les «locaux» et les «de souche», doivent également être de la partie. «On a besoin de la population», affirme Mme Orain.

Les habitants des bidonvilles en première ligne face à l’urbanisation du monde Ils sont venus dire que l’urbanisation du monde ne se ferait pas sans eux. Les habitants de bidonvilles, regroupés en associations, ont occupé une place inédite au Forum urbain mondial, organisé à Kuala Lumpur (Malaisie) par le programme des Nations unies pour les établissements humains, ONU-Habitat, du 7 au 13 février. Tee-shirts revendicatifs, youyous dans la salle et voix fortes au micro, ces militants issus des taudis d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine étaient invités à de nombreuses tables rondes, aux côtés des ministres, des maires et des institutions internationales. Et ils ont tenu, pour la première fois dans ces forums urbains, une très officielle assemblée des communautés locales, parallèle à l’assemblée mondiale des maires et à la réunion des ministres. « Il faut inclure les gens ordinaires, les femmes et les hommes des communautés marginalisées, pour mettre en œuvre nos politiques de façon efficace.

Inégalités socio-spatiales dans les villes et leurs évolutions récentes : comparaison de Besançon, Mulhouse et Strasbourg 1La répartition spatiale des fonctions et des populations urbaines n’est pas due au hasard, elle peut mettre en évidence des dynamiques de séparation importantes. En effet, les sociétés urbaines révèlent de multiples inégalités socio-spatiales qui traduisent des dysfonctionnements sociaux et territoriaux majeurs (Tissot et Poupeau, 2005). La séparation des différents groupes sociaux dans un même espace urbain peut être subie ou volontaire, et révéler des tensions plus ou moins importantes entre classes sociales qui s’opposent dans la hiérarchie sociale (Roncayolo, 1952 ; Brun et Chauviré, 1983 ; Pinçon et Pinçon-Charlot, 1989 ; Chauviré et Chauviré, 1990 ; Brun et Rhein, 1994).

lesoleil Le conseiller de Démocratie Québec (DQ), Jean Rousseau, s’en est pris au ton «vitriolique» du président du RTC et porte-parole du projet de tramway, Rémy Normand. «Les gens en ont assez», a fait savoir le représentant de Cap-aux-Diamants, à propos de déclarations controversées du bras droit du maire Régis Labeaume. Les plus récentes concernaient la demande de compensation financière des commerçants de la route de l’Église gravement affectés par les travaux de réaménagement majeurs qui y ont cours. «La route de l’Église, c’est une artère qui avait ses difficultés aussi, qui n’a pas évolué beaucoup au cours des dernières années, avait déclaré devant la presse le vice-président du comité exécutif de la Ville de Québec. Alors, il y a peut-être des questions à se poser pour chacun de ces commerces-là [...] sur le futur de leur commerce», avait-il ajouté, soulevant l’ire des gens d’affaires du secteur.

En 50 ans, la croissance exponentielle de Lagos, au Nigeria Le 27 mai 1967, le Nigeria devient un État fédéral et crée l’État de Lagos. À cette époque, la « ville des lacs » est une capitale tranquille, au bord d’une grande lagune verdoyante, où vivent un petit million d’habitants. Depuis la ville n’a cessé de s’agrandir jusqu’à devenir la dixième plus grande ville du monde avec une population estimée entre 17 et 22 millions d’habitants. La capitale économique d’Afrique de l’Ouest s’étend tandis que la croissance démographique du pays explose. « Chaque année, c’est l’équivalent de deux fois la métropole de Toulouse qui arrive à Lagos », explique Guillaume Josse, géographe pour le Groupe Huit, cabinet de recherche spécialisé sur les villes en développement. Les Lagosiens doivent alors faire preuve d’ingéniosité pour trouver de l’espace et palier les défaillances d’un État souvent absent, notamment pendant deux décennies de dictatures militaires (1975-1999).

Mieux accueillir les femmes dans l’espace public : le casse-tête des urbanistes et des chercheurs Des événements récents dans certains quartiers de Paris et de sa banlieue ont mis en lumière un problème étudié depuis déjà des années, non sans difficultés. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Feriel Alouti Des détritus qui jonchent le sol, des traces d’un liquide suspect qui colle à la semelle, des squares cadenassés, des terrains de basket verrouillés et une forte odeur d’urine qui s’immisce dans les narines. Un air de lendemain de fête plane place de la Chapelle à Paris en ce jour de juin. Pourtant, c’est une journée tout à fait ordinaire.

Petit ventre affamé n’a pas d’oreilles L’homme s’est retourné vers moi quand il a vu les deux portes des toilettes, l’une à sa gauche, l’autre à sa droite, sans aucune indication. Pas un pêcheur d’un côté et une sirène de l’autre, pas de rose ni de bleu. C’est voulu. Je n’avais jamais remarqué avant, et je suis pourtant venue souvent boire une bière sur la magnifique terrasse d’À l’abri de la Tempête, microbrasserie des Îles-de-la-Madeleine fondée en 2004, une des premières à l’est de Québec. Un rêve fou, une vieille usine de crabe près de la plage du Corfu, du nom d’un navire échoué en 1963.

Related: