background preloader

La rafle du vel' d'hiv'

La rafle du vel' d'hiv'
IV J/SA 225a Ro/Bir Urgent ! Présenter immédiatement ! Paris, le 10.7.1942 A l'Office Central de Sécurité du Reich IVB 4 Berlin Objet : Évacuation des Juifs de France. Référence: Entretien entre le S.S. L'arrestation des Juifs apatrides à Paris sera opérée par la police française dans la période du 16 juillet au 18 juillet 1942. Signé : DANNECKER, S.S. - Hauptsturmführer. Related:  Rafle du vél' d'hiv'2. Régime de Vichy et collaboration en France

France : Rafle du Vél' d'Hiv : les archives s'ouvrent (2012) Des documents policiers sont dévoilés soixante-dix ans après l'opération contre les Juifs parisiens. En 1942, alors âgé de sept ans, Charles Tremil avait quitté son appartement de la rue de Saintonge, au cœur du Marais, pour Évreux, avec toute sa famille. Mais sa mère et un de ses frères, remontés à Paris pour payer le terme du loyer, ont été arrêtés dans la nuit du 15 au 16 juillet, au cours de la tristement célèbre rafle du Vél' d'Hiv. Soixante-dix ans plus tard, l'infatigable président de l'association Histoire et mémoire du IIIe arrondissement habite toujours rue de Saintonge. Il est à l'origine d'une exposition qui met en lumière, pour la première fois, des documents uniques issus de deux commissariats du IIIe arrondissement. «Il faut savoir que tous les registres des commissariats ont été passés au pilon à la Libération, rappelle Charles Tremil. Si les archives peuvent être consultées sur place, en exposer une partie au public était moins évident. Les policiers prévenus la veille

Introduction du dossier « Les années noires 1940-1945 » - Pour mémoire - CNDP Plusieurs expressions, qui témoignent de l’évolution de l’historiographie, désignent la période que la France a vécue pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant longtemps, on parle de « l’Occupation », mettant ainsi l’accent sur les Allemands, au détriment de l’action du gouvernement du maréchal Pétain. Suite aux travaux de Robert O. Paxton[1], l’expression « la France de Vichy », qui met en valeur les responsabilités françaises, se généralise. Dans ce dossier, nous lui préférerons celle des « années noires », empruntée au titre du livre de Jean Guéhenno [2], parce que, étant plus neutre quant à l’historiographie, elle permet d’en restituer tous les apports. Auteurs : Evelyne Gayme, professeure d’histoire-géographie, académie de CréteilMathilde Houte-Marguerit, professeur d’histoire-géographie, académie d’Amiens Chargée de mission : Marie-Christine Bonneau-Darmagnac Chef de projet éditorial : Bernard Clouteau Iconographe : Adeline Riou Graphisme/intégration technique/intégration éditoriale :

AUTOBUS VEL D'HIVER Chronologie de la collaboration de Vichy dans le génocide des Juifs Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. 1940[modifier | modifier le code] Affiche apposée après octobre 1940, dans l'Aisne, sur les commerces juifs, dans le cadre de la politique d'aryanisation, indiquant la nomination d'un commissaire-gérant aryen. (Archives départementales de l'Aisne) 10 juillet 1940 : Pierre Laval fait voter par le Parlement les pleins pouvoirs (constituant, législatif, exécutif et judiciaire) au maréchal Pétain, qui devient chef de l'État.21 juillet 1940 : création par Alibert, ministre de la justice, d'une commission de révision des 500 000 naturalisations prononcées depuis 1927. Retrait de la nationalité pour 15 000 personnes dont 40 % de Juifs.Juillet 1940 : les Allemands expulsent plus de 20 000 Juifs alsaciens-lorrains vers la zone sud.27 septembre 1940 : Ordonnance allemande sur le statut des Juifs en zone occupée. 1941[modifier | modifier le code] Affiche diffusée à Marseille en juillet 1941 annonçant le recensement des Juifs

discours de Jacques Chirac-JT 16 juil. 1995 (Lumni) Les années 1970 voient un tournant décisif dans la mémoire de la Seconde Guerre mondiale. La mémoire officielle de la Résistance vole en éclat tandis que se dévoile la réalité du régime de Vichy. Au cours des années 1970 et 1980, des films et des ouvrages provoquent la prise de conscience collective d'une complicité du régime de Vichy dans le génocide des Juifs. Cette prise de conscience est vécue douloureusement. L'ouvrage de Robert Paxton La France de Vichy, publié en France en 1973, part des archives allemandes pour montrer que Vichy a voulu une politique de collaboration dès 1940 et a participé à la répression contre les Juifs de manière autonome. La renaissance de l'extrême droite française rend les enjeux du travail de mémoire encore plus cruciaux et actuels. Carole Robert Le reportage commence par des images de la cérémonie en plan large, et est suivi de plans sur les officiels et le public.

Rafle du Vélodrome d'Hiver Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Jardin du souvenir à l'emplacement du Vel' d'Hiv. L’organisation de la rafle[modifier | modifier le code] Les premières rafles de Juifs en France commencent en 1940 en zone libre et en mai 1941[5] en zone occupée, les Juifs étant placés dans des camps d'internements français[7]. Début juin 1942, une planification est décidée : l'opération « Vent Printanier », ou « Vent de printemps »[8], doit organiser une rafle pour les trois pays d’Europe occidentale occupée par l’Allemagne (France, Pays-Bas et Belgique), le RSHA devant déporter de France vers l'Est 110 000 Juifs en 1942[8] (Juifs valides pour le travail et devant avoir entre 16 et 50 ans) au lieu des 5 000 initialement prévus. L'État français et les nazis négocient sur une base de 40 000 Juifs de la zone occupée dont 22 000 adultes de la région parisienne, avec un ratio de 40 % de Juifs français et 60 % de Juifs étrangers[9]. 1. 2. Finalement, un peu de retard est pris.

Vél d'Hiv, Sétif, essais nucléaires : les repentances de l'Etat Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Jonathan Parienté et Alexandre Pouchard "Le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l'indépendance ont été tués lors d'une sanglante répression. La République reconnaît avec lucidité ces faits. Cinquante et un ans après cette tragédie, je rends hommage à la mémoire des victimes." Le 17 octobre 1961 est ainsi devenu pour la France une nouvelle étape sur la voie de la repentance vis-à-vis de périodes sanglantes de son histoire. 1995 : Jacques Chirac reconnaît la responsabilité de la France dans la Shoah Jacques Chirac a terminé ses douze années à l'Elysée en rendant hommage aux Justes, ces hommes et ses femmes qui avaient sauvé des Juifs au péril de leur vie. C'était le 16 juillet 1995, jour anniversaire de la rafle du Vél d'Hiv. Son prédécesseur, François Mitterrand, s'était toujours refusé à reconnaître la responsabilité de la France au motif que le régime de Vichy ne saurait être confondu avec la République.

Le procès Papon (savoirs.rfi) Reportage France du 04/08/2015 [Jingle de la série Frissons d’assises] Présentateur : Frissons d’assises : l’affaire Maurice Papon. Franck Alexandre : C’est un vieil homme fatigué qui se présente devant la cour d’assises de Bordeaux le 7 octobre 1997. En raison de son état de santé, ses avocats vont obtenir qu’il comparaisse libre. Élisabeth Fleury, chroniqueur judiciaire. Élisabeth Fleury : Dès qu’il est libéré, immédiatement il va dans un Relais & Château boire un bon coup de bordeaux et dire « je vais mieux, merci ». On a tout de suite senti que c’était un personnage qui allait être à la hauteur de ce qu’on en attendait, c’est-à-dire assez filou et assez arrogant. Franck Alexandre : Le procès va durer 6 mois et pour sa défense, l’ancien fonctionnaire du régime de Vichy fait feu de tout bois. Élisabeth Fleury : Il joue sur la corde du « on avait un fusil dans le dos et donc on ne pouvait pas faire autrement que d’obéir aux ordres ». On s’est rendu compte qu’il avait fait du zèle.

Discours de Jacques Chirac lors des commémorations 1995 La rafle du Vel d'Hiv - Vidéo Ina.fr 16 juillet 2012 - Le rôle de Vichy dans la rafle du Vél d'Hiv Il y a 70 ans, à l’aube du 16 juillet 1942, débutait la rafle du Vél d’Hiv. Le président Jacques Chirac reconnaissait le 16 juillet 1995 la responsabilité de l’État français dans ce crime contre l’humanité : «Oui, la folie criminelle de l'occupant a été secondée par des Français, par l'État français». L’historien franco-israélien Alain Michel, auteur de Vichy et la Shoah, revient sur ce drame et bouscule les idées convenues sur le rôle du gouvernement français… [voir aussi : Les sept erreurs de François Hollande le blog d'Alain Michel] Il y a soixante-dix ans, les 16 et 17 juillet 1942, 13.000 hommes, femmes et enfants furent arrêtés suite à la rafle du Vél d’Hiv et, pour la plupart, déporté ensuite vers Auschwitz où ils furent assassinés. Le président Jacques Chirac a reconnu le 16 juillet 1995 la responsabilité de l’État français dans ce crime contre l’humanité : «Oui, la folie criminelle de l'occupant a été secondée par des Français, par l'État français». L'erreur d'un historien

Related: