background preloader

La rafle du vel' d'hiv'

La rafle du vel' d'hiv'
Related:  RAFLE DU VEL D'HIV

France : Rafle du Vél' d'Hiv : les archives s'ouvrent Des documents policiers sont dévoilés soixante-dix ans après l'opération contre les Juifs parisiens. En 1942, alors âgé de sept ans, Charles Tremil avait quitté son appartement de la rue de Saintonge, au cœur du Marais, pour Évreux, avec toute sa famille. Mais sa mère et un de ses frères, remontés à Paris pour payer le terme du loyer, ont été arrêtés dans la nuit du 15 au 16 juillet, au cours de la tristement célèbre rafle du Vél' d'Hiv. Soixante-dix ans plus tard, l'infatigable président de l'association Histoire et mémoire du IIIe arrondissement habite toujours rue de Saintonge. Il est à l'origine d'une exposition qui met en lumière, pour la première fois, des documents uniques issus de deux commissariats du IIIe arrondissement. «Il faut savoir que tous les registres des commissariats ont été passés au pilon à la Libération, rappelle Charles Tremil. Si les archives peuvent être consultées sur place, en exposer une partie au public était moins évident. Les policiers prévenus la veille

Introduction du dossier « Les années noires 1940-1945 » - Pour mémoire - CNDP Plusieurs expressions, qui témoignent de l’évolution de l’historiographie, désignent la période que la France a vécue pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant longtemps, on parle de « l’Occupation », mettant ainsi l’accent sur les Allemands, au détriment de l’action du gouvernement du maréchal Pétain. Suite aux travaux de Robert O. Paxton[1], l’expression « la France de Vichy », qui met en valeur les responsabilités françaises, se généralise. Dans ce dossier, nous lui préférerons celle des « années noires », empruntée au titre du livre de Jean Guéhenno [2], parce que, étant plus neutre quant à l’historiographie, elle permet d’en restituer tous les apports. Auteurs : Evelyne Gayme, professeure d’histoire-géographie, académie de CréteilMathilde Houte-Marguerit, professeur d’histoire-géographie, académie d’Amiens Chargée de mission : Marie-Christine Bonneau-Darmagnac Chef de projet éditorial : Bernard Clouteau Iconographe : Adeline Riou Graphisme/intégration technique/intégration éditoriale :

Rafle du Vélodrome d'Hiver Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Jardin du souvenir à l'emplacement du Vel' d'Hiv. L’organisation de la rafle[modifier | modifier le code] Les premières rafles de Juifs en France commencent en 1940 en zone libre et en mai 1941[5] en zone occupée, les Juifs étant placés dans des camps d'internements français[7]. Début juin 1942, une planification est décidée : l'opération « Vent Printanier », ou « Vent de printemps »[8], doit organiser une rafle pour les trois pays d’Europe occidentale occupée par l’Allemagne (France, Pays-Bas et Belgique), le RSHA devant déporter de France vers l'Est 110 000 Juifs en 1942[8] (Juifs valides pour le travail et devant avoir entre 16 et 50 ans) au lieu des 5 000 initialement prévus. L'État français et les nazis négocient sur une base de 40 000 Juifs de la zone occupée dont 22 000 adultes de la région parisienne, avec un ratio de 40 % de Juifs français et 60 % de Juifs étrangers[9]. 1. 2. Finalement, un peu de retard est pris.

AUTOBUS VEL D'HIVER Tracts et papillons clandestins de la Résistance, Papiers de l'urgence - Diaporama Tracts et papillons clandestins de la Résistance Papiers de l'urgence Avec le concours de la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives, une direction du secrétariat général pour l’administration du ministère de la Défense. Jalons Pour l'histoire du temps présent Les années 1970 voient un tournant décisif dans la mémoire de la Seconde Guerre mondiale. La mémoire officielle de la Résistance vole en éclat tandis que se dévoile la réalité du régime de Vichy. Au cours des années 1970 et 1980, des films et des ouvrages provoquent la prise de conscience collective d'une complicité du régime de Vichy dans le génocide des Juifs. Cette prise de conscience est vécue douloureusement. L'ouvrage de Robert Paxton La France de Vichy, publié en France en 1973, part des archives allemandes pour montrer que Vichy a voulu une politique de collaboration dès 1940 et a participé à la répression contre les Juifs de manière autonome. La renaissance de l'extrême droite française rend les enjeux du travail de mémoire encore plus cruciaux et actuels. Carole Robert Le reportage commence par des images de la cérémonie en plan large, et est suivi de plans sur les officiels et le public.

70 ans après la rafle du Vél d'Hiv Plus de 4 Français sur 10 déclarent ne pas avoir entendu parler de la rafle du Vél d'Hiv (dont 67 % des 15/17 ans). C'est le résultat d'une enquête CSA pour l'Union des étudiants juifs de France* publiée ce matin alors que débutent les cérémonies marquant le 70e anniversaire de l'événement. Un sondage que certains mettent en cause pour sa trop grande précision. Plus de 13.000 juifs étrangers réfugiés en France ont été arrêtés dans Paris et sa région par la police française les 16 et 17 juillet 1942. Robert Spira est le représentant en Israël des fils et filles de déportés Juifs de France. Pour Alain Vincenot, journaliste, écrivain et auteur d'un récent ouvrage consacré aux survivants du Vél d'Hiv', cette perte de mémoire est "dramatique". Invité du journal de la mi-journée d'Antoine Mercier, l'historien Georges Bensoussan réagit aussi à ce qui pourrait paraître le début de l'oubli :

Aux racines de l'antisémitisme français Ne laissons pas je ne sais quel irénisme naïf nous dissimuler cette réalité : l’antisémitisme s’aggrave en Europe et en France en particulier, en violent antagonisme avec les valeurs primordiales de la République telles qu’elles sont issues du meilleur des Lumières. Quand bien même il faut prendre garde comme pour toutes les époques, à ne pas surévaluer le degré de représentativité des crimes, des cris, des profanations et même des lapsus qui créent la douleur et mettent en alerte, on ne peut pas ces temps-ci faire l’économie d’une réflexion sur l’histoire de ce fléau, sur la diversité dans la longue durée de ses ressorts comme de ses manifestations intellectuelles, politiques et sociales. Sur les rythmes de ses expressions, non moins, entre cheminements souterrains et brusques surgissements. Programmation sonore : - Extrait du discours de Paul CHACK lors de la remise du prix Edouard Drumont à Joseph-Marie ROUAULT le 29 avril 1944. - Extrait du « J’accuse… ! Bibliographie :

Vél d'Hiv, Sétif, essais nucléaires : les repentances de l'Etat Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Jonathan Parienté et Alexandre Pouchard "Le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l'indépendance ont été tués lors d'une sanglante répression. La République reconnaît avec lucidité ces faits. Cinquante et un ans après cette tragédie, je rends hommage à la mémoire des victimes." Le 17 octobre 1961 est ainsi devenu pour la France une nouvelle étape sur la voie de la repentance vis-à-vis de périodes sanglantes de son histoire. 1995 : Jacques Chirac reconnaît la responsabilité de la France dans la Shoah Jacques Chirac a terminé ses douze années à l'Elysée en rendant hommage aux Justes, ces hommes et ses femmes qui avaient sauvé des Juifs au péril de leur vie. C'était le 16 juillet 1995, jour anniversaire de la rafle du Vél d'Hiv. Son prédécesseur, François Mitterrand, s'était toujours refusé à reconnaître la responsabilité de la France au motif que le régime de Vichy ne saurait être confondu avec la République.

La libération de Paris - Vidéo Le 25 août 1944, des milliers de parisiens envahissent les rues de la capitale. Avec un enthousiasme indescriptible, ils acclament les soldats français et américains venus soutenir l’insurrection populaire. Après quatre longues années d’occupation, Paris est enfin libre. Devant l’Hôtel de ville, le général de Gaulle prononce alors son plus célèbre discours. SMS 1 : "On peut revenir sur cette histoire d’insurrection populaire ?" Depuis le débarquement de Normandie, les résistants parisiens contiennent difficilement leur impatience : il faut libérer Paris. Le lendemain, lorsque Paris s’éveille, des drapeaux tricolores fleurissent les balcons. Dans les jours qui suivent, les bâtiments officiels tombent entre les mains des résistants et les affrontements se font de plus en plus violents. Mais les réserves de munitions s’épuisent dangereusement… et la rumeur dit qu’Hitler veut transformer la capitale en un champ de ruines. SMS 2 : "Mais qu’est-ce qu’ils attendent les alliés ?"

Discours prononcé lors des commémorations de la

Related: