background preloader

Le feedback proche, important pour aider les élèves à mieux mémoriser

Le feedback proche, important pour aider les élèves à mieux mémoriser
Les mémoires sont certainement le champ des sciences cognitives relatif à l’apprentissage celui qui a été le plus étudié au cours des dernières décennies. Et sur lequel nous pouvons nous appuyer avec confiance pour bâtir des modalités pédagogiques efficaces. Nous avons par ailleurs démontré dans une autre section du site (cf. Rubrique SE FORMER, « TOUTES LES MEMOIRES SONT MOBILISEES ») à quel point les mémoires sont au cœur de toutes les activités scolaires. Nous avons choisi d’insister, en les explicitant ci-dessous, sur 4 conditions hautement favorisantes – car elles ont fait leurs preuves – pour une mémorisation efficace : La consolidation mnésique et le multi testingLa mémorisation activeLe feedback procheLe bon usage du temps Nous présentons ici la troisième : Le feedback proche. Obtenir la réponse au plus près de la question est une bonne méthode pour rectifier une connaissance erronée, lever un malentendu et clarifier le flou. Développement Le statut de l’erreur Le feedback proche . .

http://sciences-cognitives.fr/feedback-proche-important-aider-eleves-a-mieux-memoriser/

Related:  Interaction et FeedbackPrincipes de l'apprentissageSciences cognitives

Enregistrer et communiquer des commentaires oraux Diffuser aux élèves des commentaires oraux personnalisés sur leurs travaux peut être très utile. Mais comment faire ? Voici une proposition de dispositif combinant : une application mobile d’enregistrement (Chirbit)un service de publipostage (via Google Drive). Se former - sciences cognitives Se former Enjeux des neurosciences Les neuromythes La motivation Enseigner plus explicitement : l'essentiel en quatre pages Ce que dit le prescrit Le référentiel de l'Éducation prioritaire (« enseigner plus explicitement les compétences que l’école requiert pour assurer la maitrise du socle commun »), comme les programmes 2015 des cycles 2, 3 et 4, avec de nombreuses occurrences du terme «explicite», s’accordent sur la nécessité « d’enseigner plus explicitement ». Nombre de modalités sont recommandées au fil des pages : expliciter des techniques, des pratiques, des attentes, des règles, des stratégies, des démarches, des savoir-faire, des implicites dans la compréhension des textes, des connaissances préalables aux apprentissages... Autant d’ambitions à confronter aux contraintes des situations de classe… Mais quelle en est la genèse conceptuelle ?

Utiliser Plickers en classe [exemple concret] Voici un outil parfaitement adapté aux révisions fréquentes de connaissances : Plickers. De plus en plus utilisé dans les salles de classe, il permet de mettre en place rapidement des questions à choix multiples auxquelles les élèves répondent en temps réel et de manière interactive. Un PC, un smartphone, et une liaison WiFi sont les seuls éléments nécessaires. Pour répondre, les élèves n’utilisent pas de boîtier de vote ou un quelconque appareil, mais un simple code à scanner en carton. Individuel, il est aussitôt reconnu par l’appareil tenu par l’enseignant, et indique selon son orientation la réponse A, B, C ou D.

Quelques éléments de psychologie cognitive pour aider les professionnels à concevoir des situations d'apprentissages Cette captation vidéo a été réalisée le 3 juin 2015 lors d'une journée de formation intitulée : Les dispositifs, la classe, l’établissement ; quels soutiens à l’engagement des élèves ? Cette journée a été l’occasion de réfléchir aux enjeux d’une aide apportée de manière cohérente et ajustée aux besoins des élèves, dans un contexte marqué par la controverse autour de l’insuffisante efficacité des dispositifs d’accompagnement des élèves. Quels pas de côté ces dispositifs font-ils faire aux enseignants, aux praticiens, afin de mieux comprendre la nature des difficultés des élèves ? La réflexion s'est appuyée notamment sur le travail d’une équipe de recherche qui a étudié durant deux années les formes de soutien proposées aux élèves en difficulté dans des configurations locales très différentes. Écouter les enregistrements de la journée Une approche en quatre niveaux pour aider les professionnels à concevoir des situations d'apprentissage.

EDITO : Expérimentation et innovation - Apprentissage et neurosciences cognitives - Conférence de Jean-Luc Berthier Le mercredi 21 février 2018, l'Académie de Reims et la Cellule Académique Recherche Développement, Innovation et Expérimentation de Reims ont eu le plaisir de recevoir Jean-Luc Berthier, spécialiste des sciences cognitives de l'apprentissage, pour la 2ème Journée Académique de l'Innovation qui s'est déroulée au Collège Robert Schuman de Reims. Pour cette occasion, Jean-Luc Berthier nous a proposé de réfléchir sur l'importance des sciences cognitives et les moyens de les utiliser dans la classe. L'intégralité de sa conférence est consultable depuis cette page selon le chapitrage suivant : 1- Introduction 2- L'équipe et les partenaires 3- De quoi parle-t-on ?

Le simulateur de cours, un nouvel outil pour former les professeurs ? Le simulateur de cours peut-il impliquer davantage les enseignants stagiaires dans leur formation ? La question ne se pose pas aux Etats Unis où existent plusieurs simulateurs de cours qui sont déjà largement utilisés. En France Fabien Emprin propose un simulateur de cours de maths qui permet de sortir des formations descendantes, subies par les stagiaires. Les 101 théories de la motivation Hidi & Renninger (2006) font reposer leur modèle sur la distinction « intérêt situationnel » et « intérêt personnel ». Ces auteurs estiment que l’intérêt, en tant que variable motivationnelle, fait référence à un état psychologique d’engagement ou de prédisposition au réengagement envers différentes classes d’objets, d’événements ou d’idées et ceci de manière récurrente. Même si l’intérêt est partiellement biologique, il est le résultat d’une interaction entre l’individu et un contenu particulier. Cette interaction entre l’individu et son environnement n’est pas innée mais le fruit d’une histoire, autrement dit, pour Hidi & Renninger (2006) : non seulement les intérêts se développent mais, en plus, ils ne sont pas forcément stables. Leur modèle de développement des intérêts, qui s’appuie sur de nombreuses études empiriques, selon un processus en quatre phase :

Les neurosciences à l'école : 5 recommandations pour mieux apprendre Pascale Toscani, enseignante-chercheuse et maitre de conférence, a travaillé avec des professeurs du secondaire pour proposer un programme “neurosciences au collège”. Ce programme a pour vocation d’introduire les connaissances liées aux neurosciences dans l’acte éducatif. Élèves et enseignants gagneraient à mieux comprendre le fonctionnement du cerveau afin que les apprentissages scolaires soient plus efficaces.

La rétroaction Dans la vague de travaux prônant un enseignement basé sur des données probantes, la rétroaction est ressortie comme l’une des stratégies d’enseignement les plus efficaces pour favoriser la réussite des élèves. Ce dossier thématique offre un survol du thème de la rétroaction utilisée dans un contexte de classe à partir des documents et ressources recensés dans la bibliothèque virtuelle du RIRE. Nous tenons à remercier la précieuse collaboration de Monsieur Alexandre Buysse, professeur agrégé au Département d’études sur l’enseignement et l’apprentissage de l’Université Laval. En éducation, la rétroaction peut être abordée sous différents angles. 1.

Les principes d'un enseignement efficace Comment procède-t-on pour enseigner une nouvelle notion de manière efficace? Les recherches en psychologie cognitive sur le cerveau et l’apprentissage ainsi que celles sur les pratiques d’enseignement et d’apprentissage ont permis de dégager les principes d’un enseignement dit « efficace ». Cette infographie présente une adaptation du document « The Principles of Instruction », d’après les propos de Barak Rosenshine, professeur de l’University of Illinois. Pour consultation sur mobile, cliquez ici. Pour imprimer ce document, cliquez ici. Dernière modification : 8 février 2016.

La mémorisation en classe: un fâcheux oubli La mémorisation est le parent pauvre des activités réalisées en classe. Dommage ! Car la phase de mémorisation initiale massée est déterminante pour toute la suite de la rétention. L’enseignant peut : .

Related: