background preloader

10 trucs que j’ignorais sur Internet et mon ordi (avant de m’y intéresser…) – Framablog

Disclaimer : Cet article est sous licence CC-0 car les petits bouts de savoir qu’il contient sont autant d’armes d’auto-défense numérique qu’il faut diffuser. En gros, j’espère vraiment que certains d’entre vous en feront un top youtube, une buzzfeederie, une BD, un truc que j’ai même pas encore imaginé, ce que vous voulez… Mais que vous ferez passer les messages. 1) Tu ne consultes pas une page Internet, tu la copies Un site web, c’est pas une espèce de journal qu’on aurait mis dans le pays magique d’internet pour que ton navigateur aille le consulter comme tu consulterais le quotidien de ton jour de naissance à la médiathèque du coin. Pour voir une page web, ton navigateur la copie sur ton ordi. Les textes, les images, les sons : tout ce que tu vois ou entends sur ton écran a été copié sur ton ordinateur (vilain pirate !) Un ordinateur est un photocopieur dont la trieuse serait une méga fourmilière qui peut faire plein de trucs. 3) Le streaming n’existe pas Nope. Ouais, je suis faible.

https://framablog.org/2016/11/23/10-trucs-que-jignorais-sur-internet-et-mon-ordi-avant-de-my-interesser/

Related:  Culture numériquecoursEduquer aux risques d'Internetarticke coolEducation aux Madias et a l Info

Iloth Ne vous êtes-vous jamais demandé tout ce qu’il se passait lorsque vous dégainiez votre navigateur web ? Qui va-t-il contacter ? Combien de machines vont travailler pour vous afficher la page ? Pourquoi est-ce que c’est aussi long ? Allez c’est parti pour un voyage de quelques millisecondes ! Curation : les liens à ne pas manquer en novembre 2016 Nous vous proposons de retrouver tous les mois une curation des meilleurs liens de notre veille ! Revenons ensemble sur ce qui s’est passé au mois de novembre. Journalisme, rédaction de contenus, tendances ou encore réseaux sociaux, voilà les thèmes du mois.

Montres connectées pour enfants : quels enjeux pour leur vie privée Selon le cabinet CCS Insights, les montres pour enfants représentent près de la moitié du marché mondial de la montre connectée ! Celles-ci présentent généralement les fonctionnalités suivantes : communiquer avec l’enfant (messagerie, téléphone), voire recevoir un SOS, grâce à une carte SIM intégrée ;Savoir précisément où est situé l’enfant, avec une alerte s’il s’écarte du chemin de l’école ou d’une zone déterminée, grâce à un dispositif de type GPS ;Mesurer en temps réel la santé de l’enfant, grâce à des capteurs (rythme cardiaque) ;Encourager l’enfant à faire du sport, à se dépenser, grâce à un traceur (tracker) d’activité (nombre de pas) ;Divertir l’enfant avec des fonctions de prise de photo, des jeux et des applications (météo). Quelles questions se poser en famille ?

[APDEN] Dans chaque champ, on précise les objectifs retenus pour le niveau, puis les notions développées, dans le cadre d’une découverte, d’une initiation ou d’un approfondissement. Les savoirs sont accompagnés de commentaires afin de faciliter la mise en œuvre. Classe de sixième L’enseignement de l’information-documentation en classe de sixième a une triple visée : consolider, enrichir et structurer les acquis de l’école primaire ; préparer à l’acquisition des connaissances et compétences nécessaires à la maîtrise de l’information ; développer la capacité à utiliser les ressources imprimées et numériques de manière critique.

Comment une vidéo conspirationniste sur la Syrie est devenue la deuxième la plus vue sur YouTube Le titre de cette vidéo est un programme en soi : “ONU : une journaliste démonte en deux minutes la rhétorique des médias traditionnels sur la Syrie”. Tous les critères pour lui assurer un buzz sur internet sont remplis : la figure tutélaire de l’ONU (argument d’autorité), le verbe “démonter” qui promet une vérité révélée, la brièveté (“deux minutes”) et la cible, assez classique (les “médias traditionnels”). De fait, sur YouTube, elle a cartonné. Postée le 13 décembre en pleine bataille d’Alep, elle a atteint aujourd’hui 419 000 vues, et apparaît dans les “tendances” YouTube en deuxième position, entre une vidéo humoristique et un top 10 insolite. Pourtant, il s’agit d’un exemple typique de propagande russe sur le conflit en Syrie, et donc de désinformation. Comment une vidéo conspi est devenue mainstream

Reprendre le pouvoir sur le web Les algorithmes et les données sur lesquels ceux-ci reposent sont placés au cœur des préoccupations du web d’aujourd’hui. C’est notamment le point d’intérêt du philosophe Thomas Berns, qui analyse la gouvernementalité algorithmique et sa prétention à la neutralité et à l’objectivité : les corrélations statistiques effectuées seraient suffisantes pour guider l’action et il deviendrait possible, à partir des masses de données collectées, de faire émerger des vérités sans plus avoir à se référer aux lois statistiques classiques. Le savoir ainsi généré est présenté comme protégé de toute subjectivité et fondé sur une saisie immédiate de la réalité. Cette « utopie de la norme objective » constitue un mirage et Thomas Berns insiste sur le fait que, contrairement à des idées véhiculées, ces normes n’émergent pas spontanément.

Numérique pas de panique ! – ACLEEA Arrivé ici par hasard ou curiosité ou suite à l’une de nos interventions, retrouvez une sitothèque autour du thème de la prévention et du numérique à découvrir avec des outils de tous horizons : portails, jeux, documents ou sites destinés aux jeunes et d’autres aux public adulte. L’accompagnement des jeunes aux pratiques du numérique est aujourd’hui un enjeu éducatif majeur. En effet, les enfants et les jeunes sont souvent peu accompagnés dans leurs pratiques et leur découverte du web ou du téléphone mobile alors qu’il y aurait surement à « sacraliser » la prise en main d’un premier portable ou la création d’un compte facebook afin d’établir les droits et devoirs, définir les règles d’utilisation au sein du foyer, de rappeler les droits à l’image, au droit d’auteur, au harcèlement, à la diffamation, d’établir des paramètres de confidentialité … Pour les jeunes

Petit guide des Dark Patterns, les mauvaises pratiques qui pourrissent l'internet A la fin des années 90, j’ai eu la chance de devenir l’un des premiers concepteurs-ergonomes en France. Le contexte était idéal pour l’émergence de ce nouveau métier: la demande pour fabriquer des sites explosait, les premières web-agency avaient un besoin impératif d’une fonction de rationalisation des sites web avant la mise en production et Jakob Nielsen sortait son bouquin Designing Web Usability. Ce métier de designer web était plus qu’un métier, c’était plutôt une vocation. Je ne me rappelle aucun (bon) professionnel de l’époque qui n’était pas convaincu par le sacro-saint utilisateur et la doctrine de l’utilisabilité. Les sites étaient fabriqués pour les utilisateurs. Un véritable métier d’intermédiaire bienveillant entre les gens et le commerce, c’est ainsi qu’on se l’imaginait.

franceculture 200.456 insultes sexistes, racistes ou antisémites... tous les jours. La haine des uns et des autres se déverse perpétuellement que ce soit sur des sites, blogs, forums ou réseaux sociaux. Cette tendance est-elle un reflet de notre société ? Comment lutter contre la haine sur internet ? 200.456 insultes en un jour, soit plus de deux mots d'oiseaux par seconde. C'est le résultat d'une étude inédite, baptisée "24 heures de haine sur internet" et réalisée par l'agence d'analyse du web Kantar Media du vendredi 22 janvier 2017 à 18h au samedi 23 janvier 2017 à la même heure.

Related: