background preloader

Intelligence artificielle : les géants du Web lancent un partenariat sur l’éthique

Intelligence artificielle : les géants du Web lancent un partenariat sur l’éthique
Google, Facebook, IiBM, Microsoft et Amazon comptent instaurer de « bonnes pratiques » dans le domaine, et mieux informer le grand public. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Morgane Tual A l’heure où les technologies d’intelligence artificielle (IA) progressent à grands pas, soulevant quelques inquiétudes, les géants du secteur ont annoncé mercredi 28 septembre un partenariat pour définir de « bonnes pratiques », notamment en termes d’éthique. Google, Facebook, IBM, Microsoft et Amazon ont officialisé dans un communiqué commun la création du « Partnership on Artificial Intelligence to Benefit People and Society » (« partenariat pour l’intelligence artificielle au bénéfice des citoyens et de la société »). Ce partenariat prendra la forme d’une organisation à but non lucratif, qui « mènera des recherches, recommandera de bonnes pratiques, et publiera les résultats de ses recherches sous une licence ouverte ». Des technologies « qui ne font pas de mal » Questions urgentes Apple, le grand absent

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/09/28/intelligence-artificielle-les-geants-du-web-lancent-un-partenariat-sur-l-ethique_5005123_4408996.html

Related:  L'intelligence artificielleTeam EntreprisesIA

Elon Musk lance un centre sur l’intelligence artificielle pour « bénéficier à l’humanité » « Notre but est de faire progresser l’intelligence numérique dans une direction plus à même de bénéficier à l’humanité. » Ainsi se définit l’organisation OpenAI dans un message publié sur son site internet. Ce centre de recherche à but non lucratif a été lancé vendredi 11 décembre par deux figures de la Silicon Valley : Elon Musk, le patron du constructeur Tesla, et Sam Altman, président du Y Combinator, un incubateur de start-up qui a soutenu certaines des entreprises les plus puissantes du secteur. Lire le portrait Elon Musk, le capitaine d’industrie qui veut mourir sur Mars Objectif affiché : développer des technologies d’intelligence artificielle et les mettre à disposition de tous. « En tant qu’organisation à but non lucratif, notre but et de créer de la valeur pour tout le monde, plutôt que pour des actionnaires », peut-on lire dans le texte de présentation. Un milliard de dollars Et cette organisation dispose déjà de moyens considérables.

Le jeu de go, paroxysme de la guerre entre Facebook et Google sur l’intelligence artificielle Facebook et Google travaillent tous deux sur des technologies capables de battre l’humain au go. Avec le succès de son programme AlphaGo, Google porte un coup dur à son rival. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Morgane Tual En annonçant mercredi 27 janvier la première victoire d’un programme informatique contre un joueur professionnel de go, Google a marqué une étape dans l’histoire de l’intelligence artificielle (IA). Et a gagné une importante bataille dans la guerre de communication qui l’oppose à un autre géant du Web, Facebook, qui travaille lui aussi sur un programme capable de battre les meilleurs joueurs de go au monde. Lire aussi Fan Hui, champion européen de go : « L’ordinateur joue comme un humain » Mark Zuckerberg tente d’occuper le terrain « L’année dernière, l’équipe de recherche en IA de Facebook a commencé à créer une IA qui apprenne à jouer au go. Une manière de montrer ses muscles et de bénéficier de quelques retombées médiatiques avant l’annonce de Google.

L’intelligence artificielle sur tous les tableaux Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Damien Leloup A gauche, la jeune femme dessinée semble dormir – peut-être est-elle morte. Son image est en tout cas ­saisissante de réalisme, jusque dans les détails de ses boucles de cheveux et dans le jeu des ombres dans les plis de son ­visage. A droite, un chemin de campagne, peint à la manière de Van Gogh. L’un de ces deux tableaux n’a jamais été peint par un humain.

Pourquoi Google a conçu un « bouton rouge » pour désactiver des intelligences artificielles Des chercheurs de Google DeepMind Oxford ont prévu une manière de désactiver un programme d’IA, sans que celui-ci ne réussisse à la contourner. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Morgane Tual Une intelligence artificielle (IA) est-elle capable d’empêcher un humain de la désactiver ? Les deux chercheurs s’intéressent au cas de ces « agents » capables d’apprendre, qui fonctionnent avec un système de « récompenses », qui les pousse à atteindre un but. « Il peut être nécessaire pour un opérateur humain d’appuyer sur le gros bouton rouge pour empêcher l’agent de poursuivre une séquence d’actions – dangereuse pour lui ou son environnement. (…) Néanmoins, si l’agent apprenant s’attend à recevoir une récompense à l’issue de cette séquence, il pourrait apprendre sur le long terme à éviter de telles interruptions, par exemple en désactivant le bouton rouge. » Lire le décryptage : L’intelligence artificielle, une élève de plus en plus douée « Réfléchir à un certain futur » Ethique et communication

Développeur web, un métier tendance en voie de disparition FOCUS - L'avenir du développeur web est-il mis en péril par l'intelligence artificielle ? Un métier pourrait donc être à la fois «tendance», convoité par les entreprises... mais dont les jours sont déjà comptés. Le Figaro fait le point sur ce paradoxe. Le métier de développeur web a le vent en poupe. Développeur web, le métier de demain? Paradoxal? «Humaniser son travail.» Lire aussi: Intelligence artificielle: quand Elon Musk s'alarme de ses propres créations La question est donc: jusqu'où va pouvoir aller l'IA en matière de créativité? Pourtant, certaines expériences montrent d'ores et déjà que l'IA faible est capable de création: dès 2015, AlphaGo - une IA développée par une filiale de Google - a battu le champion européen du jeu de Go avec un score sans appel: 5 à 0.

Le « deep learning », une révolution dans l'intelligence artificielle Cette technologie d'apprentissage, basée sur des réseaux de neurones artificiels, a complètement bouleversé le domaine de l'intelligence artificielle en moins de cinq ans. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Morgane Tual « Je n'ai jamais vu une révolution aussi rapide. Ce système d'apprentissage et de classification, basé sur des « réseaux de neurones artificiels » numériques, est, pêle-mêle, utilisé par Siri, Cortana et Google Now pour comprendre la voix, être capable d'apprendre à reconnaître des visages. Qu'est-ce que c'est ? Concrètement, le deep learning est une technique d'apprentissage permettant à un programme, par exemple, de reconnaître le contenu d'une image ou de comprendre le langage parlé – des défis complexes, sur lesquels la communauté de chercheurs en intelligence artificielle s'est longtemps cassé le nez. « La technologie du deep learning apprend à représenter le monde. « Comment reconnaître une image de chat ? Concrètement, ça donne quoi ? Et demain ?

X Lab : Google prépare l'avenir dans son labo secret Il y a quelques jours, Google a dévoilé son Google Car, premier véhicule sans chauffeur entièrement conçu par la firme de Moutain View. Cette voiture au look oscillant entre le jouet pour enfant et la voiturette de golf a été conçu par le [X] Lab. C’est dans ce laboratoire, qui sort petit à petit de la clandestinité, que Google réalise ses projets les plus fous. Un labo à projets dingues La division “[X] Lab” de Google se trouve à Moutain View, en Californie, à moins d’un kilomètre du quartier général de la firme.Tout de briques rouges, conçu dans un style industriel, le lieu est banal… en apparence. Car la comparaison avec les autres bâtiments de Google s’arrête là. Le scientifique et entrepreneur Eric “Astro” Teller, son directeur, décrit l’endroit comme “la Chocolaterie de Willy Wonka“. Dans ce complexe de recherche et développement un peu spécial et tenu secret pendant des années, les inventeurs et les ingénieurs de Google préparent notre avenir. Echouer pour mieux réussir

La bataille des assistants virtuels fait rage LE MONDE ECONOMIE | | Par Jérôme Marin (San Francisco, correspondance) En partie dévoilé il y a quatre mois, Home est la réponse à Echo, un appareil similaire commercialisé par Amazon depuis 2014. Le marché est encore naissant et pour le moment limité aux Etats-Unis. Mais certains analystes estiment qu’il pourrait rapidement atteindre plusieurs dizaines de millions d’unités vendues par an. D’autant plus si Apple se lance également sur le segment, comme le rapportait récemment Bloomberg. Lire aussi : Avec Home, Google s’installe à demeure Home se contrôle avec la voix. Avec Home, le géant du Web veut devancer l’évolution des habitudes des consommateurs, en installant son assistant personnel sur un nouvel appareil. Machine learning En outre, les terminaux comme Echo et Home « seront plus pratiques et naturels pour remplir certaines tâches », explique Jan Dawson, analyste chez Jackdaw Research. Face à son rival, l’entreprise de Mountain View dispose en effet de nombreux atouts.

L’intelligence artificielle sans alternative « Ce que le moteur à vapeur a fait pour nos muscles, l’intelligence artificielle va le faire pour nos cerveaux », prédit Hannes Gassert en introduisant la session des conférences Lift consacrée à ce sujet. L’intelligence artificielle n’est plus un sujet de prospective. C’est un sujet d’aujourd’hui. Demain, l’intelligence artificielle dans nos conversations Ca tombe bien. Image : Alexandre Lebrun sur la scène de Lift, photographié par Ivo Naepflin. Les premiers agents virtuels, comme ceux de VirtuOz, étaient limités à orienter les utilisateurs sur les sites web des entreprises notamment pour les aider à trouver les services qu’ils recherchaient. On ne sait pas trop non plus ce que signifie l’intelligence artificielle, souligne Alexandre Lebrun. L’ordinateur apprend lui-même. La compréhension naturelle du langage est plus compliquée. L’intelligence artificielle, elle, est déjà là. L’intelligence artificielle pour industrialiser la personnalisation Augmenter les réseaux sociaux ?

Related: