background preloader

« Daesh nous empêche de voir que la question majeure est politique » par Pauline Graulle

« Daesh nous empêche de voir que la question majeure est politique » par Pauline Graulle
Politis : Comment analysez-vous ce qu’il s’est passé à Nice la semaine dernière ? Roland Gori : La prudence serait de dire qu’on ne sait pas. Que l’on a besoin de temps pour préciser les données à recueillir par des enquêtes, et de temps pour une analyse multidimensionnelle mobilisant la pensée. Nous avons besoin de temps pour penser ce qui nous arrive, et comment nous en sommes arrivés là. Nous avons besoin de comprendre ce qui rapproche chacun de ces meurtres de masse et ce qui les différencie les uns des autres. Globalement, nous réagissons trop vite. Quelle est la responsabilité des médias ? Les médias ont une grande responsabilité dans cette affaire : ils participent à la « star académisation » de passages à l’acte criminel, pour certains immotivés – au sens quasi-psychiatrique du terme – réalisés par des personnalités plus ou moins pathologiques n’ayant aucun rapport personnel avec leurs victimes. Qu’avez-vous pensé de la réaction des (autres) politiques ? Alors que faire ? Et sinon ?

http://www.politis.fr/articles/2016/07/daesh-nous-empeche-de-voir-que-la-question-majeure-est-politique-35183/

Related:  Analyses diversesA lire (ou pas)SociétéDaesh - Médias

«On sentait que même les vivants faisaient semblant d'être morts pour ne pas attirer l'attention» Chacun d'entre nous a l'impression de connaître de manière précise et détaillée le déroulement des attentats du 13 novembre 2015, à Saint-Denis puis Paris. Mais loin des travaux journalistiques habituels, des recompositions et des grands récits, la commission d'enquête parlementaire chargée d'examiner le déroulement des attentats et la réponse des autorités policières, militaires, administratives et sanitaires a réuni un matériau extraordinaire qui a nourri le très volumineux rapport qu'elle a publié le 5 juillet dernier. Toutes les parties prenantes, des victimes aux ministres en exercice, ont été entendus lors d'auditions en public ou à huis clos. Les témoignages sont très précis et ne font l'impasse sur aucun détail. Ce compte-rendu presque clinique permet de mieux comprendre comment –du point de vue des autorités– ont été perçus les faits, quelles ont été les réponses, comment le courage ou la folie d'un seul ont pu avoir des conséquences remarquables.

Numéro 12 Le douzième numéro de La Revue Dessinée sera disponible à partir du 9 juin. dans les librairies spécialisées bande dessinée dans les librairies généralistes Le nageur d’Auschwitz Ils sont les deux faces d’une même médaille : l’un est brillant, l’autre presque trop modeste. L’un est un parfait dilettante, l’autre un travailleur acharné. Daech, partenaire financier de la Haute finance internationale Preuves:La Turquie et L’Etat Islamique travaille main dans la main Le Figaro vient de publier un inventaire des principales sources de financement de Daech. Il en conclut qu’elle est "l’organisation terroriste la plus riche de l’histoire et a réussi à se forger une indépendance financière." e territoire de l’Etat islamique, grand comme le Royaume-Uni, regorgerait de multiples ressources naturelles (pétrole, gaz, phosphate, blé et orge).

« Il faut être clair : un monde a pris fin, il n’y aura pas de retour en arrière Basta ! : Le profil de ces jeunes Européens qui se radicalisent, qui partent en Syrie rejoindre le « califat » de l’État islamique ou aspirent à le faire, et qui sont prêts à mourir en « martyrs », continue de susciter soit l’incompréhension totale, soit la simplification extrême, et en tout cas un sentiment d’impuissance. Comment, de votre côté, les analysez-vous ? Alain Bertho [1] : Même si les chiffres varient d’une estimation à l’autre, on peut affirmer que la France est le pays européen qui a le plus gros contingent sur place. Je rappelle que les volontaires étrangers de Daech viennent de 82 pays dans le monde.

Dans "La sociologue et l'ourson", Irène Théry discute du mariage pour tous en famille, comme n'importe qui LGBT - "Est-ce que je peux mettre ma tarte au four et te rappeler dans une demi-heure?" Voici le genre de conversation tout à fait banale qu'une mère peut avoir avec son fils. Ici, il s'agit d'Irène Théry, sociologue, répondant à son fils Mathias Théry, réalisateur. Le film La sociologue et l'ourson, réalisé par ce même fils en compagnie d'Etienne Chaillou, sort au cinéma ce mercredi 6 avril. Il retranscrit les dialogues, tournés à l'insu de la sociologue, que ces deux protagonistes ont pu avoir pendant une période un peu particulière, celle des débats enflammés autour du mariage pour tous. Juste après l'élection de François Hollande, Mathias Théry et Etienne Chaillou ont senti que le projet de loi sur le mariage entre personnes de même sexe allait faire du bruit.

TAZ - Hakim Bey Le Net et le Web L'autre facteur contribuant à l'émergence de la TAZ est si vaste et si ambigu, qu'il nécessite un chapitre à lui seul. Nous avons parlé du Net, qui peut être défini comme la totalité des transferts d'information et de communication. Certains de ces transferts sont privilégiés et limités à quelques élites, ce qui donne au Net un aspect hiérarchique. « L’Etat islamique a un père : l’Arabie saoudite et son industrie idéologique » Après les attentats meurtriers du 13 novembre, revendiqués par l'organisation Etat islamique (EI), la France et, plus largement, les Occidentaux doivent-ils repenser les liens qu'ils entretiennent avec l'Arabie saoudite et le Qatar ? Une tribune de l'écrivain algérien Kamel Daoud, publiée (en anglais et en français) par le quotidien américain The New York Times et largement partagée sur les réseaux sociaux, vient alimenter le débat. Dans cette tribune, Kamel Daoud, lauréat du Goncourt du premier roman pour Meursault, contre-enquête et chroniqueur au Quotidien d'Oran, affirme que l'Arabie saoudite n'est qu'un "Daech [acronyme arabe de l'Etat islamique] qui a réussi".

Attentats à Bruxelles: Solidarité avec les victimes, vigilance démocratique « La LCR-SAP dénonce avec la plus grande énergie les lâches attentats terroristes perpétrés ce 22 mars à Bruxelles. Aucune motivation politique ou religieuse ne peut servir de prétexte à ces crimes ignobles. La LCR-SAP exprime son soutien et sa solidarité émue avec toutes les victimes innocentes de cette violence aveugle.

A en perdre son latin Alors que la réforme des collèges de 2015 met en péril l'enseignement du latin, un petit livre vient montrer à point nommé comment la langue de Cicéron a façonné notre civilisation. Jules Verne l'avait prédit dans Paris au XXe siècle. Najat Vallaud-Belkacem l'a fait. Réduit à la condition de matière à option, délesté de ses heures de cours, invité à se fondre dans d'improbables enseignements interdisciplinaires, le latin est voué, au collège, à la disparition.

Trois graphiques qui prouvent que les 35 heures ont créé de nombreux emplois En réaction à l'appel que nous avons lancé pour remettre la réduction du temps de travail au coeur du débat public, Jean Tirole, prix « Nobel » d'économie, avait affirmé, avec son arrogance habituelle, le 8 mai dernier, que « tous les économistes vous diront que le partage du travail est une ineptie ». Nombreux sont en effet celles et ceux qui, comme lui, refusent d'admettre que la réduction du temps de travail puisse être un bon moyen de créer des emplois. Enfermés dans leurs dogmes d'un autre âge, ils se comportent comme le Pape qui, au XVIIe siècle encore, refusait d'accepter que la terre tourne autour du soleil. Et comme Galilée, nous sommes bien obligés de leur dire, au vu de constats empiriques difficilement contestables, « et pourtant elle tourne » même si nous risquons l'excommunication... Un des arguments les plus utilisés pour relativiser cet impact positif des 35 heures sur l'emploi entre 1997 et 2002 c'est : « oui, mais il y avait de la croissance partout à l'époque ».

Le témoignage poignant de Nadia Murad, femme yézidie et co-lauréate du prix Sakharov 2016 INTERNATIONAL - C'est un témoignage que beaucoup ont voulu entendre malgré la violence qu'il expose. Nadia Murad et Lamiya Aji Bachar ont été enlevées par Daech et mises en esclavage. Après avoir fui l'État islamique, elles ont raconté leur histoire pour dénoncer ce que subissent les Yézidis. Dans l'hémicycle de l'ONU, sur des plateaux de télévision et dans les journaux, Nadia Murad a raconté ce qu'elle a vu et vécu alors qu'elle était captive et réduite à l'état d'esclave sexuelle par le groupe terroriste. Elle se sert désormais de son histoire pour que la communauté Yézidie ne soit pas oubliée.

Mohamed, encore vivant, par Olivier Favier. Depuis septembre 2014, Agnès, par ailleurs bénévole à la Croix Rouge, enseigne le français à un groupe d’adultes sans-papiers. Les cours ont lieu à Saint-Denis le lundi soir. Certains de ses élèves ne connaissent que quelques mots de français, d’autres le parlent mais ne savent ni lire ni écrire, d’autres encore ont un bagage scolaire solide, mais dans une autre langue. Moussa, un jeune Malien, me regarde pour que je l’aide à trouver la réponse. « Ça n’avance pas » soupire-t-il en me montrant sa tête comme si tout ce qu’il avait appris ce soir était sur le point de s’en échapper. Puis il éclate de rire et se remet à écrire lettre après lettre les mots qu’Agnès vient de dicter: bouche, douche, poire, boire. Pour ceux qui sont de langue maternelle arabe en revanche, faire la différence à l’oreille entre « on » et « an », entre « p » et « b », entre « o » et « ou », requiert une énorme concentration.

Related: