background preloader

Blockchain : la fin du Big data ?

Blockchain : la fin du Big data ?
Si la production des données numériques dans le monde a le vent en poupe, 90% de ces données ont été produites dans les deux dernières années, Facebook y est bien pour quelque chose. Le plus grand réseau social en ligne a récolté 300 petabytes de données personnelles depuis son commencement, cent fois la quantité que la Bibliothèque du Congrès a pu collecter en deux siècles ! Dans l’ère du big data, les données sont avidement rassemblées et analysées : les entreprises et les organisations les utilisent pour personnaliser des services, optimiser les processus de prise de décisions, prévoir des tendances futures et plus encore. Aujourd’hui, les données sont un actif de valeur de l’économie mondiale. La préoccupation est croissante, concernant la vie privée des utilisateurs. Des grandes quantités d’informations personnelles parfois sensibles sont stockées sur les serveurs de grands groupes. On connaît l’adage : «Lorsqu’un service est gratuit sur le web, le client c’est vous.» A propos

http://www.frenchweb.fr/blockchain-la-fin-du-big-data/246169

Related:  Blockchain RobertBlockchainDigitalisationNouveaux modèles disruptifsBase de données

La Blockchain a-t-elle les moyens de ses ambitions ? ISEP - 10 Rue de Vanves, 92130 Issy-les-Moulineaux Buzz du moment, la Blockchain est-elle en pleine phase d’« Inflated expectations » ? La désillusion promise par le « Hype cycle » de Gartner va-t-elle suivre ? Petit état des lieux du NoSQL Pendant longtemps, les bases de données relationnelles ont été l'unique solution pour enregistrer des données, ou en tout cas, la solution adoptée par défaut par beaucoup de monde sans plus de réflexion sur le sujet. Pourtant, certaines personnes considèrent que le problème de stockage de données est en fait multiple et qu'il convient de se poser de nombreuses questions : Est-ce que les données sont fortement structurées ou non ? Quel est le ratio entre les lectures et les écritures ? Est-il acceptable de perdre un enregistrement sur un million ? Sur un milliard ?

Le big data n’est plus l’avenir des sociétés numériques mais leur plus grand risque Cette idée était devenue une évidence. L’économie des données (des datas) était la clé de développement de toutes les entreprises liées au numérique et même de l’avenir de cette industrie. Ceux qui n’investisseront pas suffisamment dans des outils pour recueillir, analyser en temps réel et exploiter des masses de données sont condamnés. Mais les choses sont en train de changer très vite explique Quartz. Les datas ont toujours une grande valeur économique pour qui sait les exploiter mais elles sont aussi en train de devenir un très grand risque, juridique et d’image, pour les sociétés qui les utilisent et les stockent.

Définition : Qu’est-ce que le Big Data ? - LeBigData.fr Le phénomène Big Data L’explosion quantitative des données numériques a obligé les chercheurs à trouver de nouvelles manières de voir et d’analyser le monde. Il s’agit de découvrir de nouveaux ordres de grandeur concernant la capture, la recherche, le partage, le stockage, l’analyse et la présentation des données. Ainsi est né le « Big Data ». Il s’agit d’un concept permettant de stocker un nombre indicible d’informations sur une base numérique. Former à la transformation digitale: Quatre erreurs fréquentes Le digital, le nouveau mot français pour dire numérique, est partout. Comme l’a déclaré Marc Andreessen, fondateur de Nestcape, pionnier du Web et désormais investisseur incontournable de la Silicon Valley, « Le logiciel dévore le monde. » Il n’est pas d’industrie, aujourd’hui, qui ne subisse l’effet de cette révolution. Comment préparer nos cadres, actuels et futurs, à cette révolution en cours? La question n’est pas nouvelle mais il me semble que plusieurs erreurs sont commises dans les approches choisies, notamment par ceux qui conçoivent des programmes de formation sur la question. Première erreur: parce que la révolution est digitale, il faut former par le digital. Cette erreur consiste à confondre le média et le contenu.

Blockchain et FinTech: les entremetteuses de la transformation digitale des banques La blockchain et la FinTech occupent une part prépondérante dans ce document synthétique et intéressant à lire pour bien comprendre les enjeux de transformation digitale qui secouent le monde des banques, des assurances et plus globalement des marchés financiers. Le cabinet conseil Investance Partners (stratégie et gestion du changement de l’industrie financière) vient de publier son nouveau rapport annuel « Year Ahead » sur les secousses subies par la banque, la finance et l’assurance. Trois univers qui doivent appréhender une accélération de l’innovation technologique. Une tendance à rapprocher avec des paramètres connexes : réglementation & conformité, évolution des usages de services bancaires, et une concurrence accrue avec des start-up FinTech qui profitent de leur agilité pour bousculer les mammouths du secteur financier.

LinkedIn, un médiateur incontournable du social learning ? - le blog de Solerni – plateforme de MOOCs Avec plus de 350 millions d’utilisateurs, LinkedIn s’est imposé comme le réseau social professionnel de référence. Beaucoup l’utilisent pour entretenir et développer leur réseau professionnel, partager questions et réflexions autour de l’actualité de leur profession ou encore pour trouver un emploi. Mais les ambitions de l’enseigne ne se limitent pas à cela, loin de là ! Ces dernières années, le groupe a enrichi son système de valorisation des compétences, racheté la plate-forme de cours en ligne Lynda.com et construit un service d’orientation professionnelle pour les étudiants. LinkedIn semble ainsi chercher sa place dans l’écosystème du digital learning aussi bien académique que professionnel. Il faut dire que la plate-forme numérique dispose de sérieux arguments pour devenir un réseau social d’apprentissage collaboratif de référence.

IBM lance son service blockchain pour les entreprises par Elaine Cordon, le 20 mars 2017 16:29 IBM vient de lancer son offre blockchain dans le cloud. Le service est basé sur l’environnement open source Hyperledger Fabric de la Fondation Linux. Un stock énorme de ressources gratuites pour les sites Web Je présente régulièrement des banques d'images gratuites (par exemple LibreStock) qui mettent à disposition des photos libres de tout droit à réutiliser sur des sites Web ou pour illustrer des projets personnels. Pour ceux et celles qui sont toujours à la recherche de ce type de sites, ils devraient être très intéressés par Blue Vertigo, un site argentin, qui certes donne le vertige par la richesse impressionnante de son contenu, mais aussi malheureusement par son interface utilisateur d'un autre siècle franchement très moche, même quand on aime la couleur bleue. Pour accéder au contenu, il suffit de faire défiler vers la droite la barre de défilement horizontale pour afficher les écrans des différentes catégories de ressources. Des boutons d'accès vers d'autres rubriques sont aussi affichés en bas de la fenêtre du site.

Les 7 points qui différencient une entreprise libérée d’une organisation classique Organisation Le 28/05/2015 Quel que soit le domaine ou le secteur d’activité dans lequel elles évoluent, les entreprises libérées ont des points communs. A priori, au moins sept. C’est ce que m’a permis de découvrir un travail de recherche conduit dans un cadre associatif (www.mom21.org). Les identifier permet de comprendre à quoi tente de répondre l’entreprise libérée mais aussi, en creux, ce qui peut dysfonctionner dans les entreprises industrielles.

Related:  Big data