background preloader

Le Monde - Pourquoi il ne faut pas confondre le salafisme et le takfirisme

Le Monde - Pourquoi il ne faut pas confondre le salafisme et le takfirisme
Le Monde | • Mis à jour le | Par William Audureau Le documentaire Salafistes, de François Margolin et Lemine Ould Salem, a reçu un avis négatif du ministère de l’intérieur pour sa diffusion et une interdiction aux moins de 18 ans assortie d’un avertissement par la Commission de classification des films. Les réalisateurs entendent « montrer les salafistes de l’intérieur ». Lire aussi Pourquoi le documentaire « Salafistes » fait polémique En novembre, Manuel Valls avait ouvertement associé le salafisme, la mouvance la plus rigoriste de l’islam, aux attentats du 13 novembre. « Oui, nous avons un ennemi, et il faut le nommer, c’est l’islamisme radical. Et un des éléments de l’islamisme radical, c’est le salafisme », a argué le premier ministre. Quelle est la différence entre salafisme et takfirisme ? Le takfirisme est une sous-branche du salafisme. Lire aussi L’inquiétante expansion du salafisme en France Quelles sont les caractéristiques du takfirisme ? D’où vient le takfirisme ?

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/11/25/pourquoi-il-ne-faut-pas-confondre-le-salafisme-et-le-takfirisme_4817042_4355770.html

Related:  Sur et contre l'islamismeDaech Isis EICGle_mal

Le Monde - L’inquiétante expansion du salafisme en France - nov 2015 LE MONDE | • Mis à jour le | Par Cécile Chambraud C’est devenu presque un automatisme : après chaque attentat, le gouvernement pointe du doigt la frange salafiste de l’islam. « Oui, nous avons un ennemi, et il faut le nommer : c’est l’islamisme radical. Et un des éléments de l’islamisme radical, c’est le salafisme », a lancé Manuel Valls lors de la séance de questions à l’Assemblée nationale, mercredi 18 novembre. Le salafisme est « souvent l’antichambre de la radicalisation, et la radicalisation, elle peut conduire au terrorisme », affirmait le premier ministre en juin, après la décapitation d’Hervé Cornara par Yassin Salhi à Saint-Quentin-Fallavier, en Isère. L’expansion en France du courant salafiste, qui plonge ses racines en Arabie saoudite, se fait sentir depuis la fin des années 1990. « Une fois que la mosquée existe, ils arrivent »

Deux heures trente avec les terroristes du Bataclan Sa couverture de survie est encore là, à l’entrée de son appartement, sous un petit tabouret. Elle risque de finir dans une boîte, avec les vêtements de ce sinistre 13 novembre, qui devait être un soir de fête pour cet amoureux fou de musique. Stéphane T., informaticien de 49 ans, nous raconte l’attaque du Bataclan et la prise d’otages des terroristes, avant l’assaut final. Un soir au Bataclan « C’est la première fois que je voyais Eagles of Death Metal en concert. Je fais des petites chroniques pour un webzine de rock, Rock n’ Concert, et j’avais une autre invitation pour aller au festival des Inrocks, à la Cigale.

Cette gauche qui n’ose pas critiquer l’islam Depuis la révolution iranienne, je vois la gauche se débattre pour comprendre le retour du religieux. Chacune des grandes religions fait aujourd’hui l’expérience d’un retour ; cette foi retrouvée, loin d’être un opiacé, constitue un stimulant puissant. Depuis la fin des années 1970, et en particulier ces dix dernières années, c’est dans le monde musulman que ce stimulant agit avec le plus de force.

« La radicalisation relève de la santé publique » Kamaldeep Bhui, professeur de psychiatrie à l’université Queen Mary de Londres, étudie le lien entre culture, origine ethnique et santé mentale chez les personnes issues de l’immigration. Appliquant les méthodes de recherche propres à la santé publique, il a cherché à identifier les facteurs de risque de radicalisation en interrogeant 608 personnes d’origine pakistanaise et bangladaise issues des milieux musulmans et vivant dans l’est de Londres et à Bradford. Votre étude sur le processus de radicalisation publiée en septembre 2014 bouleverse quelques idées reçues. Quels en sont les enseignements ?

La démocratie face aux prêcheurs de haine  L'expulsion d'imams radicaux n'a pas attendu les massacres du 13 novembre. 40 prêcheurs de haine ont été expulsés depuis l'arrivée de la gauche, en 2012, Place Beauvau. Contre 15 sous Nicolas Sarkozy. Ce mouvement s'accélère.

Daech, le climat et le pic pétrolier : aperçu des « tempêtes parfaites » de demain (des conséquences de notre inconséquence) La COP21, Daech : "drôle" de télescopage. La question d'un lien entre climat et insécurité est posée. Comment la théorie de la relativité d’Einstein a changé nos vies La relativité générale, la célèbre théorie d’Albert Einstein, a 100 ans cette semaine. L’occasion de revenir sur une équation qui a changé le monde. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Gary Dagorn L’une des plus célèbres équations de la science fête ses 100 ans. « De l’Etat de droit à l’Etat de sécurité », par Giorgio Agamben Pour le philosophe italien, l’état d’urgence n’est pas un bouclier qui protège la démocratie. Il a, au contraire, selon lui, toujours accompagné les dictatures. Pour le philosophe italien Giorgio Agamben, l’état d’urgence n’est pas un bouclier qui protège la démocratie. Il a, au contraire, selon lui, toujours accompagné les dictatures. On ne comprend pas l’enjeu véritable de la prolongation de l’état d’urgence [jusqu’à la fin février] en France, si on ne le situe pas dans le contexte d’une transformation radicale du modèle étatique qui nous est familier.

Kamel Daoud, une plume contre l’obscurantisme L’écrivain algérien, lauréat du Goncourt du premier roman 2015, prend fait et cause pour les femmes musulmanes. Il sera présent au Monde Festival le samedi 26 septembre, à l’Opéra Bastille. Son verbe est clair, lumineux.

L'islamisation de la radicalité Un éclairage inédit est projeté dans Le Monde par Olivier Roy sur la radicalisation d’une frange de la jeunesse musulmane de notre pays. Selon lui – je cite « il ne s'agit pas de la radicalisation de l'islam, mais de l'islamisation de la radicalité ». L’analyse se tient, elle vaut qu’on s’y arrête. Olivier Roy observe que depuis 1996 le phénomène est stable : il concerne la deuxième génération d’immigrés et les convertis « de souche » appartenant à la même tranche d’âge, lesquels représentaient quand même 25% des radicaux à la fin des années 90 et ce chiffre ne cesse d’augmenter.

Fraude : le fisc veut rémunérer ses «indics» C'est une sacrée révolution qui se prépare : le fisc français souhaite être bientôt autorisé à rémunérer ses « indics ». Le ministère des Finances planche sur un texte visant à introduire — ou plutôt réintroduire — cette possibilité en les intéressant directement aux redressements fiscaux dont ils sont à l'origine. Michel Sapin le confirme à notre journal : « C'est à l'étude. » Cela pourrait même arriver dès la loi Sapin 2, au printemps prochain. Voilà qui va à l'encontre de la pratique actuelle, mais beaucoup l'ont peut-être oublié, il y a encore dix ans, le fisc rémunérait les personnes lui ayant apporté des renseignements donnant lieu à des redressements fiscaux. Mal encadrée, la pratique a été suspendue ; le gouvernement, en mal de recettes fiscales, voudrait désormais lui donner un vrai cadre légal. Qui pourrait bénéficier de cette « récompense » ?

« La crise des valeurs favorise les théofascismes » LE MONDE CULTURE ET IDEES | | Propos recueillis par Julie Clarini Professeur émérite de psycho­pathologie clinique à l’université d’Aix-Marseille et psychanalyste, Roland Gori s’est fait connaître pour sa réflexion sur la médicalisation de l’existence (La Santé ­totalitaire, Denoël, 2005) et sa critique des nouvelles formes de contrôle social (L’Empire des coachs, Albin Michel, 2006). En 2009, il fut l’un des initiateurs de l’« Appel des appels » qui rassemblait des critiques venues de professionnels du soin et de l’éducation sur la « transformation de l’Etat en entreprise ». Depuis, il a signé de nombreux ouvrages, dont le nouveau L’Individu ingouvernable, qui paraît aux éditions Les Liens qui libèrent. Quel regard portez-vous sur les terroristes qui ont agi le 13 novembre 2015 ? Pour moi, il est très clair qu’il s’agit de mouvements fascistes.

#takfirisme #salafisme #Tamiyya #Qotb #Omsen #GIA #takfiris #taqiya "Son idéologie s’est construite par strates à partir d’une relecture partielle et orientée de plusieurs théologiens musulmans historiques radicaux, et notamment Ibn Tamiyya (1263-1328), un théologien syrien hanbalite radical, qui dans le contexte historique particulier des croisades, avait théorisé l’appel à la guerre sainte contre les non-musulmans. « Grâce à ses prêches violents et simplistes, [il avait] rencontré un véritable succès auprès des classes marginales et des populations les moins instruites dans la religion musulmane. La situation n’a finalement guère évolué en six siècles », ironise Philippe Migaux." by filou_international Mar 25

Related: