background preloader

Cessez d'être gentil, Soyez vrai Thomas D'Ansembourg

Cessez d'être gentil, Soyez vrai Thomas D'Ansembourg
Related:  Non violence et +Méthodologie positive

La communication non-violente expliquée en bande dessinée Communiquer s’apprend. Parler de soi, réfléchir avant d’agir, accepter l’autre tel qu’il est et l’écouter avant qu’il parle sont autant de pistes pour poser les premières pierres d’une communication efficace. BD réalisée par Le Cil Vert, tirée du hors-série 7. Aller plus loin avec la fiche pratique publié dans ce même numéro de Kaizen. Communiquer s’apprend. Parler de soi, réfléchir avant d’agir, accepter l’autre tel qu’il est et l’écouter avant qu’il parle sont autant de pistes pour poser les premières pierres d’une communication efficace. BD réalisée par Le Cil Vert, tirée du hors-série 7.

La pyramide des besoins de Maslow Le psychologue Abraham Maslow a établi une hiérarchie des besoins en faisant des recherches sur la motivation. Il a ainsi réalisé, dans les années 1940, la pyramide des besoins. Le fonctionnement doit être perçu tel un escalier. Voici l’explication de chacun des niveaux. Besoins physiologiques: Ils sont liés à la survie. Besoin de sécurité : Ce besoin se réfère au fait que tout individu doit se protéger des dangers. Besoin d’appartenance et affectif : Ce besoin a une dimension sociale. Besoin d’estime : Il est le prolongement du besoin précédent. Besoin de s’épanouir : Ce besoin se retrouve au sommet des aspirations humaines. Nous devons tenir compte, en tant qu’enseignant, de ces besoins. Voilà donc la pyramide vue sous un regard ayant une vision pédagogique: Besoins physiologiques : L’enseignant doit toujours s’assurer que l’enfant est prédéterminé à écouter. Aussi, les enseignants doivent s’assurer qu’il y a une surveillance constante des jeunes. J’aime ça :

Peur d’échouer ? 3 techniques pour foncer ! Vous avez peur d’échouer ? La peur de l’échec est l’une des plus répandues et elle paralyse de nombreuses personnes, aussi talentueuses soient-elles. Cette peur est paralysante et entraîne souvent une importante procrastination. Lorsqu’on a peur d’échouer, on a tendance à se mettre des barrières et à ne pas agir, ce qui est dommageable. Cette paralysie de l’action peut être très problématique pour avancer dans la vie, c’est pourquoi dans cet article j’ai décidé de vous donner 3 techniques pour foncer et enfin surpasser cette peur qui vous gâche probablement la vie. La première technique consiste à se poser une question magique qui va tout de suite nous permettre de rationnaliser par rapport à cette peur irrationnelle. Prenons quelques exemples pour illustrer cela, histoire que vous compreniez bien où je veux en venir. Il n’y a pas mort d’homme, votre survie n’est nullement en danger, votre cerveau reptilien s’emballe pour rien. 2. Maintenant voyons ensemble comme cela fonctionne. 3.

10 pièges résultant des conditionnements de l'éducation "je t'aime si" Thomas d’Ansembourg, thérapeute et formateur en Communication NonViolente, mentionne 10 pièges résultant des conditionnements de l’éducation “je t’aime si” qui peuvent nous couper de notre élan vital, nous empêcher de nous aimer nous-mêmes et de vivre des relations intègres empreintes d’empathie et de langage personnel. 1. Les Jugements Les jugements sur soi, sur les autres, sur la situation ou encore sur la vie perturbent la communication. Je suis un égoïste. Je me devrais de… Elle dépasse les bornes, elle agit toujours de cette manière, elle ne changera jamais. La vie est injuste. C’est de sa faute. Pour qui il se prend. 2. Les croyances et préjugés peuvent s’appliquer à soi, aux autres, à la situation ou à la vie. Mes enfants ne vont pas y arriver seuls. Je ne suis pas capable de… Il ne m’aimera pas si je ne fais pas ce qu’il me demande. 3. La pensée binaire s’exprime par des coupures. Pour prendre soin des autres, je ne dois pas prendre soin de moi. 4. Il faut que… Les enfants sont supposés… 5.

L'empathie de l'enseignant, source de réussite scolaire Pour renforcer la motivation et les compétences des élèves, la clé du succès tient en un mot : empathie ! C’est ce que tend à démontrer une étude de grande ampleur menée par trois universités finlandaises (1). Depuis 2006 et jusqu’en 2016, les chercheurs suivent les parcours de plusieurs milliers d’enfants, en se focalisant sur les interactions avec leurs professeurs, ainsi que les coopérations entre parents et enseignants. Ces relations peuvent-elles expliquer les bons résultats du système scolaire finlandais dans le cadre du programme Pisa de l’OCDE ? Selon les premiers résultats de l’enquête, l’attitude empathique et chaleureuse de l’enseignant agit favorablement sur la motivation et les compétences des enfants, aussi bien en lecture, écriture ou arithmétique. À l’inverse, un faible soutien émotionnel provoque des comportements passifs et d’évitement.

Comment améliorer les relations grâce aux "Drivers" - Analyse Transactionnelle de A à Z - AT.fr Ils indiquent à la personne comment elle peut utiliser son énergie pour contrer les injonctions de son scénario de vie, mais de manière inadéquate. Ils sont en ce sens des fausses permissions. Ainsi un « Sois parfait » est réfléchi et prudent, un « Sois fort » plutôt actif, un « Fais des efforts » se montrera plutôt volontaire et persévérant, un « Dépêche toi » agira dans la précipitation et l’action. Enfin le « Fais plaisir » sera davantage attentif aux autres. Leurs priorités seront centrées : sur les méthodes et les moyens plus que sur les résultats pour le « Sois parfait », sur les objectifs et sur les résultats mesurables d’une action pour le « Sois Fort ». Chacun d’eux sera confronté à des risques liés à : Sois parfait : il est important de prendre le temps de le rassurer, surtout si les choses tournent mal. Sois Fort : il a besoin d’entendre ou de comprendre que vous avez remarqué son souci des autres et sa fiabilité. 8 Fiches pratiques pour comprendre l’Analyse Transactionnelle :

Guy Corneau Guy Corneau en 2014. Œuvres principales Père manquant, fils manquéL’amour en guerreN’y a-t-il pas d’amour heureuxLa guérison du cœurLe Meilleur de SoiRevivre !Victime des autres, bourreau de soi-même"Mieux s'aimer pour aimer mieux" (ouvrage posthume) Compléments Elle et lui dans de beaux draps (théâtre)L'Amour dans tous ses états (théâtre) Guy Corneau, né le 13 janvier 1951 à Chicoutimi, et mort le 5 janvier 2017[1],[2] à Montréal[3],[4] à l'âge de 65 ans, est un analyste jungien et écrivain canadien. Biographie[modifier | modifier le code] Guy Corneau est le fils d’Alcide Corneau, détaillant en quincaillerie et sculpteur autodidacte à la fin de sa vie, et de Cécile Vaillancourt[5], et le frère de la peintre Corno, pseudonyme de Joanne Corneau[5], morte le 21 décembre 2016 au Mexique à l'âge de 64 ans[6] ; il est le père de cœur de Nicolas, né en 2011[7],[8],[9]. Guy Corneau est détenteur d'un bac spécialisé en communication du Collège Loyola de Montréal (1972). Réseau Hommes

Edgar Morin : « Nul ne naît fanatique » Nul ne naît fanatique, rappelle le sociologue et philosophe. Pour empêcher le basculement dans la radicalité, l’enseignement devrait œuvrer sans relâche à délivrer la connaissance et à repérer les illusions. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Edgar Morin (Sociologue et philosophe) Par Edgar Morin, sociologue et philosophe La première déclaration de l’Unesco à sa fondation avait indiqué que la guerre se trouve d’abord dans l’esprit, et l’Unesco a voulu promouvoir une éducation pour la paix. Mais en fait, il ne peut être que banal d’enseigner que paix vaut mieux que guerre, ce qui est évident dans les temps paisibles. Cela dit, en temps même de paix peut se développer une forme extrême de l’esprit de guerre, qui est le fanatisme. Une structure mentale commune Nous avons pu constater dans l’histoire des sociétés humaines de multiples irruptions et manifestations de fanatisme religieux, nationaliste, idéologique. Réductionnisme, manichéisme, réification « La connaissance de la connaissance »

Pourquoi je me lève à 5h30 tous les matins (et ce que vous gagnerez à en faire autant) | Laura Mabille Il y a quelques mois, j'ai pris une décision que je n'aurais jamais cru prendre. Une décision qui allait impacter chacune de mes journées pour les prochains mois. Celle de me lever à 5h30. Tous les matins. "Pourquoi ?" La question est légitime (certains matins, je dois avouer que je me la pose aussi). Ça vous est déjà arrivé de vous réveiller et d'avoir l'impression d'être complètement à côté de la plaque ? Résultat, vous vous réveillez chaque matin en ayant envie de rester au fond du lit. Je ne sais pas vous, mais commencer chacune de mes journées comme ça pour le restant de ma vie ? Puis j'ai découvert The Miracle Morning d'Hal Elrod (article / résumé en français téléchargeable ici) et les routines matinales que pratiquent certains des entrepreneurs les plus performants (quelques exemples ici) Il n'est pas question de se réveiller à 5h30 pour le plaisir d'être levée avant le soleil (j'aime mon lit autant que n'importe qui). (Note importante : pas besoin forcément de vous lever à 5h30. Lire

Related: