background preloader

6 août 1945, 8 h 15 à Hiroshima : « Mon Dieu, qu’avons-nous fait ? »

6 août 1945, 8 h 15 à Hiroshima : « Mon Dieu, qu’avons-nous fait ? »
Le cataclysme d’Hiroshima est l’aboutissement d’un long cheminement commencé à la fin du XIXe siècle. LE MONDE | 05.08.2015 à 06h40 • Mis à jour le 06.08.2015 à 07h35 | Par Jérôme Gautheret La mission s’est passée sans encombre. Partis de l’aérodrome de Tinian (Îles Mariannes, océan Pacifique), le 6 août 1945 à 2 h 45, à bord d’un bombardier B-29, le colonel Paul Tibbets et ses hommes ont survolé Iwo Jima – où s’était déroulée quelques mois plus tôt l’une des batailles les plus terribles de la guerre du Pacifique –, puis poursuivi vers le nord avant d’apercevoir, peu après 8 heures, leur objectif : Hiroshima, un important centre industriel et portuaire du sud du Japon, jusque-là plutôt épargné par les terribles raids des forteresses volantes américaines. L’avion, isolé, ne déclenche aucun tir de défense. Au sol, une ville entière a cessé d’exister ; 75 000 personnes meurent sur le coup, 50 000 autres disparaîtront dans les semaines suivantes. Bouleversement des lois de la guerre Related:  Approfondir la découverte des phases de la guerreSeconde Guerre mondialeA lire

Hiroshima, la véritable histoire Les noms sont entrés dans la mémoire collective, et ils résonnent encore de manière macabre. Le projet atomique américain s’appelait "Manhattan Project", la bombe "Little Boy", et l’avion qui a ouvert sa soute "Enola Gay". Le 6 août 1945, sur ordre du président Truman, un bombardier B-29 largue sur Hiroshima la première arme nucléaire jamais utilisée lors d’une guerre. Test grandeur nature Cette investigation ambitieuse éclaire aussi bien les motivations réelles des Américains que les conséquences sociales, sanitaires et environnementales du désastre.

Le 6 août 1945, à 8h15, Little Boy est largué dans le ciel de Hiroshima Le ciel bleu dégagé et trois avions en altitude. Les survivants du bombardement de Hiroshima ont gardé en mémoire cette dernière image du 6 août 1945 avant la destruction. Il était 8h15 quand la forteresse volante américaine Enola Gay, un B29, a lâché Little Boy au-dessus de Hiroshima. Après une quarantaine de secondes en chute libre, la bombe à l’uranium a explosé à 8h16, à 580 mètres d’altitude libérant une force équivalente à 13 000 tonnes de TNT. Une boule de gaz s’est formée au-dessus de cette ville de 350 000 habitants, émettant un rayonnement thermique. La déclaration de Potsdam Environ 70 000 personnes sont mortes ce jour-là et presque autant dans les mois qui ont suivi selon la Fondation pour la recherche sur les effets des radiations. A la suite du recensement des autorités japonaises en 1950, près de 284 000 hibakusha (survivants) ont été répertoriés avec leur emplacement dans les deux villes au moment de l’explosion de Little Boy et Fat Man.

Votre porno est féministe… Et alors ? La collusion entre un certain féminisme et la violence sexuelle Dans un bureau de la banlieue de Canberra, Susan regarde solennellement vers le tapis. À quelques pieds, son conseiller matrimonial pose ses yeux sur elle. Susan explique et plaide que l’utilisation de pornographie de son mari la bouleverse. Et cela dépasse son utilisation. Nécessaire depuis longtemps, le débat sur la pornographie est aujourd’hui en progression. Les jeunes filles consultent leurs médecins généralistes pour des blessures sexuelles et fissures anales, en grande partie parce que leurs petits amis s’attendent à vivre l’expérience des vedettes du porno. Ces questions ont conduit à une série de discussions à propos de la violence sexuelle. Naturellement, la pornographie est également examinée, car elle est devenue une dimension de la vie quotidienne. Avec la complexité des problèmes entourant la contrainte sexuelle et la violence, plusieurs sont à la recherche de solutions. Laura McNally WordPress: Sur le même thème

Les « secondes guerres mondiales » Soixante-dix ans, donc. Avec ces deux jours de commémorations (8 et 9 mai), nous avons pensé utile de sortir des archives un texte et quelques citations qui datent de 2010, ainsi qu’une série de cartes produites il y a... vingt ans. Elles faisaient partie d’une recherche cartographique que nous avions menée de 1992 à 1994, et publiée dans diverses publications annexes du Monde en 1994 et 1995 (Dossiers et Documents, Histoire au jour le jour et Le Monde Editions). Dominique Vidal nous a autorisé à reprendre un de ses textes, très éclairant, paru dans « l’Atlas histoire » du Monde diplomatique en 2010, dans lequel nous reprenons aussi deux longues citations des historiens Lionel Richard et Hirofumi Hayashi. L’ensemble cartographique est d’une facture très classique (voilà, c’était mon style il y a 20 ans...) qui n’apporte rien de particulièrement nouveau, mais ce sont des ressources qui pourront certainement servir aux enseignants et aux étudiants. Texte de Dominique Vidal

La deuxième guerre mondiale en Première - Vichy et les Juifs par Jocelyne et Jean-Pierre Husson La chronologie de la persécution des Juifs en France 27 septembre 1940 : A la suite de la 1ère ordonnance allemande prescrivant le recensement des Juifs en zone occupée, un fichier des Juifs est établi dans chaque préfecture. 3 octobre 1940 : Le 1er statut des Juifs les exclut de tout poste dans la fonction publique, la presse et le cinéma, et définit comme juive « toute personne issue de 3 grands-parents de race juive ou de 2 grands-parents de même race si son conjoint lui-même est juif ». 3 octobre 1940 : Les préfets peuvent assigner à résidence les « étrangers de race juive » ou les interner dans des « camps spéciaux ». À partir d'octobre 1940 : La police française fait appliquer les ordonnances allemandes concernant l'obligation pour les Juifs de zone occupée d'avoir une carte d'identité portant la mention « Juif » et pour les entreprises commerciales juives d'afficher l'inscription « Entreprise juive ». 14 mai 1941 : 3 700 Juifs étrangers sont arrêtés à Paris par la police française.

Les anarchistes et la prostitution : perspectives historiques L’auteur tient à remercier Mélissa Blais, Claudia Bouchard, Fanny Bugnon et Elsa Galerand, pour avoir lu et commenté des versions préliminaires de ce texte, ainsi que les personnes l’ayant évalué anonymement pour la revue Genre, Sexualité et Société. Merci aussi à Marianne Enckell, responsable du Centre international de recherches sur l’anarchisme (CIRA) de Lausanne, et à Hellyette Besse, du Jargon libre à Paris, pour avoir fourni de la documentation pertinente pour cette recherche. « Le gouverné, le trompé, l’exploité, la prostituée et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.C’est au nom de l’Égalité que nous ne voulons plus ni prostituées, ni exploités, ni trompés, ni gouvernés. »Pierre Kropotkine, La morale anarchiste 1De vifs débats animent aujourd’hui les réseaux féministes, à propos du « travail du sexe » ou de la « prostitution », et l’usage de ces termes suffit parfois à préciser les alliances et les oppositions1.

Sortir de la seconde guerre mondiale 2/5 Un documentaire de Catherine de Coppet et Anne Fleury La légende: Baraques du camp de Beauregard (archives municipales de La Celle-Saint-Cloud) © En 1944, la désorganisation de la France est totale. Le Gouvernement Provisoire de la République Française tente progressivement, au gré de la libération des territoires, de prendre le contrôle d’un pays dévasté et morcelé par la guerre. Alors que l’heure de la Libération sonne pour le peuple français, des « camps soviétiques » apparaissent cette année-là, dans différentes régions de France. C’est cette histoire de regroupement et de rapatriement, parfois forcé, que tente de raconter ce documentaire. Au total, près de 120 000 personnes transiteront dans ces quelques 130 camps de regroupement. Et des extraits des mémoires d’Ivan Kolesnik Lectures : Christophe Brault Merci à Hervé Dupuy de nous avoir ouvert ses archives, ainsi qu'à la Ville de La Celle-Saint-Cloud (78).

“Les hommes ne veulent pas voir ce qui se cache derrière la prostitution” Interview de Richard Poulin par Irene Hernández Velasco pour El Mundo.es, publiée initialement le 2 janvier 2017 sur El Mundo. Richard Poulin arrive à l’interview avec un badge sur le revers de sa veste qui montre clairement quels sont ses principes: “Aucune femme ne naît pour être pute”, un slogan qui reprend le titre du livre écrit par la colombienne Sonia Sánchez, une survivante de la prostitution. Parce que ce Canadien, professeur émérite de l’UFR de sociologie et d’anthropologie à l’Université d’Ottawa et auteur de nombreux livres et études sur la prostitution et la traite d’êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle, est considéré comme un des plus grands spécialistes mondiaux dans ce domaine. Photo : JAVIER BARBANCHO Les études faites en Espagne montrent à quel point les appels à normaliser la prostitution comme si c’était un travail comme un autre sont de plus en plus forts. Qu’en pensez-vous ? Je pense que c’est monstrueux. Oui. Il y a plusieurs niveaux de réponse. Oui.

22 juin 1941 - La Wehrmacht envahit l'URSS Le 22 juin 1941, à 4 heures du matin, Staline est réveillé par un coup de fil du général Joukov dans sa datcha des environs de Moscou : «C'est la guerre !» Les troupes allemandes viennent de pénétrer en Union soviétique. Cette guerre non déclarée survient un an jour pour jour après l'armistice franco-allemand. André Larané Europe nazie Fin 1940, après avoir fait plier la France au terme d'une guerre-éclair, Hitler ne trouve plus que l'Angleterre de Churchill pour lui résister. Le Führer décide alors d'attaquer l'URSS, en dépit du pacte de non-agression qu'il a conclu avec Staline. Mais entretemps, le 27 mars 1941, à Belgrade, en Yougoslavie, le gouvernement yougoslave est renversé par des officiers de l'armée de l'air deux jours après avoir signé un pacte avec l'Allemagne et l'Italie. Là-dessus, Mussolini appelle le Führer à l'aide. C'est ainsi que le 6 avril 1941, la Wehrmarcht envahit la Yougoslavie. Opération «Barbarossa» Sur le terrain, la guerre se fait impitoyable. Contre-offensive

Les 25 livres féministes qu’il faut avoir lus Les livres présentés ici ont tous été, à leur façon, des bornes dans le cheminement de la pensée féministe, dans l’évolution du regard des femmes sur elles-mêmes et sur leur situation. Un livre tend toujours un miroir à ses lecteurs, il permet de mieux se voir et donc de mieux voir tout autour de soi. Chaque roman, déclaration, manifeste, pièce de théâtre, essai retenu ici a fait bouger les lignes du débat et a donné aux lectrices l’élan de bouger elles-mêmes. Nous avons classé ces 25 livres féministes par ordre chronologique. Lire aussi: Laura Nsafou: «J'ai à cœur de diffuser des messages afro-féministes dans la fiction pour enfants» Et il y a Fifi, Fifi Brindacier! Lisbeth Koutchoumoff Arman «Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne» (1791) Olympe de Gouges «Une Chambre à soi» (1929) Virginia Woolf «Fifi Brindacier» (1945) Astrid Lindgren Lire aussi: Fifi Brindacier revient! «Le Deuxième Sexe» (1949) Simone de Beauvoir «Le Carnet d’or» (1962) Doris Lessing Maya Angelou Annie Leclerc

Related: