background preloader

Une brèche dans un pipeline neuf a causé le déversement majeur en Alberta

Une brèche dans un pipeline neuf a causé le déversement majeur en Alberta
Photo : Terry Reith/ICI Radio-Canada Plein écran L'entreprise Nexen se dit « très préoccupée » et « sincèrement désolée » après un important déversement de produits pétroliers mercredi dans le nord de l'Alberta. Cinq millions de litres d'un mélange de bitume, de sable et d'eaux usées se sont déversés près de Fort McMurray. La fuite, décelée mercredi après-midi au site de Long Lake, à environ 36 km au sud-est de la capitale des sables bitumineux, a été colmatée. Le pipeline ayant fui avait été mis en place l'an dernier, a indiqué Ron Bailey, vice-président pour les opérations canadiennes à Nexen. Le vice-président a décrit une « brèche visible » de quelques centimètres dans le pipeline. La fuite a été aperçue mercredi après-midi par un contractuel marchant le long de la structure. Défaillance du système de détection Le système de détection de fuite n'a pas été déclenché, donc impossible de savoir depuis combien de temps le pipeline coulait, a avoué Ron Bailey. Le danger posé à l'environnement

http://ici.radio-canada.ca/regions/alberta/2015/07/17/004-deversement-important-alberta-petrole-pipeline-neuf-nexen.shtml

Related:  Contre l'oléoducDébat Énergie Estantoinebeaudoin

Fuite d'oléoduc en Alberta : trois hectares recouverts d'une émulsion de pétrole La Presse CanadienneCALGARY Trilogy Energy affirme que la fuite d'oléoduc qu'elle a découverte la semaine dernière dans le nord de l'Alberta a recouvert d'une émulsion de pétrole une région grande d'environ trois hectares. C'est environ la taille de quatre terrains de football. Dans une mise à jour affichée sur son site web tard mardi, l'entreprise productrice de pétrole et de gaz basée à Calgary affirme qu'elle ne connaît toujours pas le volume de la fuite qui s'est produite dans des marais à environ 15 kilomètres de Fox Creek. L'avis indique que le président de l'entreprise John Williams et d'autres gestionnaires se sont rendus à cet endroit éloigné mardi pour rencontrer l'équipe de nettoyage et évaluer l'étendue du déversement.

Des rivières à risque pour le pipeline La construction du pipeline Énergie Est pourrait engendrer de nombreux impacts environnementaux pour d’importantes rivières du Québec, conclut une étude menée par Polytechnique pour le gouvernement. Le rapport souligne notamment les risques élevés de glissements de terrain dans plus d’une trentaine de rivières, mais aussi l’impossibilité de contenir et de nettoyer totalement un déversement de pétrole brut. Plus d’un mois après la fin des consultations publiques menées dans le cadre de l’évaluation environnementale stratégique des énergies fossiles, Le Devoir a constaté que le gouvernement Couillard a finalement mis en ligne juste avant Noël l’« Examen des risques associés aux traverses de cours d’eau par des pipelines ». Saskatchewan : 200 000 litres de pétrole déversés en terres autochtones L'incident s'est déroulé dans une zone agricole, où il y a de basses terres et un marécage gelé, appartenant à une bande indienne, située à 140 km au sud-est de Regina. Aucun cours d'eau n'a été touché et le déversement s’est étendu dans un rayon d'environ 20 mètres, selon la province. Le gouvernement saskatchewanais affirme dans un courriel que le pipeline à l'origine du déversement appartient à l'entreprise albertaine Tundra Energy Marketing. La pétrolière s'affaire depuis samedi à nettoyer la zone touchée sous la supervision de la province. Cette dernière précise qu'à l’heure actuelle, 170 000 litres de pétrole ont été récupérés. Le chef de la Première Nation Ocean Man a visité le site de l’incident.

Enbridge, le pipeline et les arguments de façade À moins d’une grande surprise, la compagnie Enbridge procédera à l’inversion de la canalisation de son pipeline 9B au cours des prochains mois ou des prochaines années. De 1976 à 1998, le pétrole s’écoulait d’ouest en est, mais le flux du pipeline a été inversé en 1998 en raison du plus faible prix du pétrole importé d’Afrique et du Moyen-Orient. Depuis 1998, le pétrole s’écoule donc d’est en ouest. Quinze ans plus tard, la compagnie souhaite maintenant réinverser le flux de pétrole pour acheminer du pétrole d’Alberta vers les raffineries de l’Est du pays, encore une fois pour des raisons économiques. Les approbations ont déjà été données par l’Office national de l’énergie pour la première portion du trajet, dans le sud de l’Ontario.

Les progrès financiers de Husky sont éclipsés par un déversement de pipeline La société de Calgary a précisé vendredi qu'entre 200 000 et 250 000 litres de pétrole brut et d'autres produits avaient été déversés, jeudi, dans la rivière, près de Maidstone, en Saskatchewan. Des barrages flottants sont utilisés pour contenir les hydrocarbures, a précisé Husky. Le pipeline responsable de la fuite relie les activités de pétrole lourd de Husky jusqu'à ses installations de Lloydminster, sur la frontière de l'Alberta et de la Saskatchewan. Il transporte du pétrole ainsi qu'un hydrocarbure plus léger, appelé diluant, qui est ajouté pour faciliter le débit. Le deuxième trimestre de Husky s'est soldé par une perte de 196 millions de dollars, soit 20 cents par action. C'est moins de la moitié que celle de 458 millions de dollars, soit 47 cents par action, affichée pour la même période l'an dernier.

Disons non au projet Énergie Est Denise Campillo répond au manifeste d’un collectif du monde des affaires qui se prononce en faveur de l’oléoduc Énergie Est. Dans un texte d’opinion paru dans La Presse Plus du 11 juillet 2016, un collectif manifeste son appui au projet d’oléoduc Énergie Est. Ce collectif rassemble des chambres de commerce, un syndicat, des associations industrielles du domaine de la construction et du génie. Vouloir miser sur un grand projet pour créer de l’emploi, c’est légitime, mais encore faut-il choisir son grand projet! Le texte publié conjugue constats d’ordre général, données hypothétiques, vœux pieux et mensonges. Je suis d’accord avec les signataires sur certains points, notamment le fait qu’en 2030, 40 % de nos besoins énergétiques proviendront – hélas – encore des hydrocarbures.

Le pipeline Énergie Est divise les Autochtones du Québec Un texte de Jean-Philippe Robillard Le tracé du pipeline traverse le territoire que revendiquent les Mohawks de Kanesatake, la Seigneurie du Lac-des-deux-Montagnes. Ce qui ne plaît pas du tout au grand chef Serge Simon. L’oléoduc Énergie Est TransCanada souhaite construire l'oléoduc Énergie Est qui permettrait aux pétrolières d’augmenter drastiquement la production et l’exportation du pétrole issu des sables bitumineux. Objectif : acheminer 1,1 million de barils de pétrole brut par jour depuis les sables bitumineux de l’Alberta et l’Ouest du continent vers l’Est du Canada et les ports d’exportation. Ce projet implique de convertir un gazoduc de 3000 km et vieux de 40 ans à certains endroits en un oléoduc en plus de construire un nouveau, long de 1600 km qui partirait près de la frontière ontarienne pour traverser le Québec et se rendre à un terminal maritime à Saint John, au Nouveau-Brunswick (Baie de Fundy). Un port pétrolier devait également être construit à Cacouna dans le Bas-Saint-Laurent, mais le projet a été abandonné grâce à la forte mobilisation citoyenne pour protéger la population des bélugas qui s’y trouve. zoom Source : Transcanada

La production de sables bitumineux pourrait croître de plus de 40 % d'ici 2025 Le groupe de recherche américain IHS Energy estime que la production de pétrole des sables bitumineux devrait atteindre 3,4 millions de barils par jour en 2025, soit 1 million de barils par jour de plus qu'à l'heure actuelle. Selon le directeur de IHS Energy, Kevin Birn, la construction de nouvelles installations pétrolières entamée avant le plongeon des prix du pétrole en 2014 ajoutera environ 600 000 barils à la production quotidienne dans ce secteur d'ici 2020. Les autres 400 000 barils supplémentaires seront issus de la croissance des cinq années suivantes, lorsque les entreprises se concentreront sur leurs projets les plus économiques, essentiellement en procédant à l'expansion d'installations existantes, a précisé M. Birn. La semaine dernière, l'Association canadienne des producteurs pétroliers (CAPP) estimait que la production quotidienne atteindrait 3,7 millions de barils d'ici 2030.

Énergie Est : trop de risques pour trop peu de retombées économiques, dit Coderre Entouré des maires de Laval, Longueuil, Repentigny et Candiac venus l'appuyer, le maire de Montréal a dit non à TransCanada au nom de son administration et celle de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), dont il est président. Le projet comporte des risques importants pour notre environnement et trop peu de retombées pour notre économie. « Le projet entraînerait la création d'une trentaine d'emplois directs pour l'ensemble du Québec pour son exploitation et des retombées fiscales d'au plus 2 millions de dollars par année, selon les dernières estimations de TransCanada et nos propres vérifications », a précisé le maire Coderre.

Projet Oléoduc Énergie Est Projet Oléoduc Énergie Est Un oléoduc de l’Ouest vers l’Est TransCanada a récemment annoncé qu’elle poursuit l’élaboration d’un nouveau projet d’oléoduc. L’Oléoduc Énergie Est d’une longueur de 4 600 kilomètres transportera environ 1,1 million de barils de pétrole brut par jour de l’Alberta et de la Saskatchewan vers des raffineries de l’Est du Canada. Le Blogue du Prof Solitaire: Pour ou contre le pipeline Énergie Est? L'enjeu qui m'intéresse le plus dans la présente campagne électorale fédérale est la question du projet de pipeline Énergie Est qui traverserait tout le territoire québécois pour acheminer le pétrole albertain vers le Nouveau-Brunswick et les marchés internationaux. Je suis même étonné de voir la place que prend ce débat. Pour une fois qu'une question environnementale reçoit l'attention qu'elle mérite! Contexte: la compagnie TransCanada souhaite construire un oléoduc (pipeline) de 4 600 kilomètres qui transportera environ 1,1 million de barils de pétrole par jour de l'Alberta et de la Saskatchewan vers les raffineries et terminaux portuaires de l’Est du Canada. La compagnie nous assure que son projet est sécuritaire. Vous pouvez cliquer ici pour en savoir davantage à propos des projets de pipelines Northern Gateway (vers la Colombie-Britannique), Keystone XL (vers les États-Unis) et Énergie Est (vers le Nouveau-Brunswick).

Related: