background preloader

Philippe Meirieu : La laïcité et le mythe de « l’instruction pure »

Philippe Meirieu : La laïcité et le mythe de « l’instruction pure »
Dans un article intitulé « Laisser la croyance hors des établissements scolaires », paru dans Le Monde du 31 janvier 2015 (1), Danièle Sallenave revient sur la question de la laïcité et, reprenant à son compte une affirmation du président de la République, affirme que « les religions n’ont pas leur place à l’école ». Elle voit dans ce principe la « définition claire et sans équivoque de ce qu’est l’école "laïque", et qui lui permet d’être l’école de tous : une école qui tient les religions à distance ». Évidemment, Danièle Sallenave n’est pas hostile à « l’enseignement du fait religieux », mais, bien sûr, à condition qu’il soit enseigné comme « savoir » et non comme « croyance » : elle souhaite donc qu’on en donne la charge aux professeurs de français ou d’histoire. « Décréter l’élève ? » La position de Danièle Sallenave – qu’elle identifie peut-être un peu vite à celle du philosophe Alain – n’est pas nouvelle. « Ignorer les valeurs ? Philippe Meirieu Notes (1) page 11 (2) Cf. (3)

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2015/02/13022015Article635594112270740848.aspx

Related:  éducationDébats sur l'éducationEDUCATION CITOYENNECitoyenneté

Cartographie des courants pédagogiques Dans le cadre de notre activité d’enseignant ou de formateur nous sommes amenés à développer des stratégies d’apprentissage et à les adapter en fonction de nos apprenants et objectifs de formation. Dans chacune de ces stratégies ou courants pédagogiques il est possible de puiser des idées pour ensuite améliorer notre pratique et diversifier la transmission du savoir. Je vous propose donc de revoir ces courants pédagogiques sous forme de carte mentale. Cette heuristique que j’ai réalisé synthétise les grands courants qui ont traversé notre société (le constructivisme, le cognitivisme, la transmission, le béhaviorisme, le Socio-constructivisme ). Les différentes branches de cette carte présentent :

Les nouveaux programmes scolaires bousculent le collège LE MONDE | • Mis à jour le | Par Aurélie Collas et Mattea Battaglia Après les rythmes scolaires, l’éducation prioritaire, le collège… c’est une réforme majeure que la gauche engage sur le terrain de l’école : celle des programmes, censée entrer en vigueur à la rentrée 2016. Une « refonte » de l’école qui ne se limite pas à sa forme, mais s’ancre dans les contenus enseignés. C’est ce à quoi s’était engagé l’ex-ministre de l’éducation nationale Vincent Peillon, en 2013, en chargeant un conseil supérieur des programmes (CSP) de repenser tous les savoirs de la scolarité obligatoire de 6 à 16 ans. Un an et demi plus tard, l’instance indépendante rend sa copie. La première version, remise à la ministre de l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem, le 10 avril, que Le Monde a pu consulter, bouleverse bien des repères.

Éducation à la laïcité L'article Ier de la Constitution de la Ve République énonce que « la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale ». Par ailleurs, le Code de l'Education rappelle qu'« Outre la transmission des connaissances, la Nation fixe comme mission première à l'école de faire partager aux élèves les valeurs de la République ». La loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'École de la République du 8 juillet 2013 reprend avec force cet objectif.

Laissez parler les écoliers ! Avec les attentats terroristes de janvier 2015 et le refus de la minute de silence constaté dans certains établissements, l’école a rapidement été au cœur des interrogations. Éduque t-on correctement les élèves à la citoyenneté et aux valeurs de la république ? Pourtant, l’école reste assurément la fabrique du citoyen. Plutôt que de céder à l’emballement médiatique qui pourrait laisser penser qu’on n’enseigne pas les valeurs de la république ni le fait religieux, mieux vaut se pencher à tête reposée sur les activités pédagogiques à promouvoir dans le cadre d’une éducation à la citoyenneté.

EcriTech 6 : Avec le numérique, l'élève au centre ? Le numérique à l'Ecole ? « Beaucoup de pratiquants et peu de croyants ! » C'est dire la mission tracée par la grande messe du colloque écriTech’6 les 9 et 10 avril 2015 à Nice : montrer combien les pratiques peuvent être bien plus diverses, bien davantage tournées vers l'élève, tout à la fois en tant que personne, apprenant et citoyen ; convaincre aussi que la culture numérique peut revitaliser et/ou renouveler les valeurs de l'Ecole, par exemple autour de la collaboration, de la créativité ou de la citoyenneté. Chez beaucoup de participants, des questions, lourdes d'inquiétude et d'impatience, demeurent : combien de temps faudra-t-il encore attendre pour qu'à tous les niveaux les programmes et modes d'évaluation s'adaptent enfin à ce nouveau monde en train de naître ? comment le système peut-il diffuser vraiment à tous ces valeurs et pratiques pour qu'enfin avec le numérique change l'Ecole ? Le numérique forme actuelle de l'écriture ?

Concours de recrutement des enseignants : des conseils pour se préparer aux oraux en intégrant les thématiques de la laïcité et citoyenneté La laïcité est-elle une discipline nouvelle ou est-ce un réflexe à acquérir et à mettre en application dans l'ensemble de sa pratique d'enseignant ? Dans le cadre de la professionnalisation des épreuves orales d’admission, la seconde épreuve professionnelle comporte pour tous les concours le paragraphe suivant : "L’entretien permet aussi d’évaluer la capacité du candidat à prendre en compte les acquis et les besoins des élèves, à se représenter la diversité des conditions d’exercice de son métier futur, à en connaître de façon réfléchie le contexte dans ses différentes dimensions (classe, équipe éducative, établissement, institution scolaire, société) et les valeurs qui le portent, dont celles de la République."Ce texte est en complète cohérence avec le point 1 du référentiel des compétences communes à tous les professeurs et personnels d’éducation "Faire partager les valeurs de la République" : Deux conseils Lettre de la ministre aux présidents des jurys

V. Soulé : Enseigner les valeurs républicaines en prison On a beaucoup parlé de la prison comme lieu d’endoctrinement des jeunes djihadistes. On n’a en revanche rien entendu sur la prison comme lieu d’éducation. Même Najat Vallaud-Belkacem, toujours prompte à vanter les actions de son ministère, n’en a pas soufflé mot. Rendons ici hommage à ces enseignants qui travaillent en détention, héros ignorés de la bataille pour les valeurs républicaines. Nathalie de Spirt est professeure d’histoire-géo ainsi que d’éducation civique au centre scolaire – appelé Unité pédagogique régionale (UPR) - de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, dans l’Essonne, le plus grand centre pénitentiaire de France. Elle enseigne dix-huit heures par semaine, essentiellement dans des cursus professionnels – CAP (certificat d’aptitude professionnelle) et bac pro - et technologique, plus rarement dans la filière générale.

Petite Poucette. Les nouveaux défis de l’éducation. Les nouveaux défis de l’éducation Séance solennelle du 1er mars 2011 Avant d’enseigner quoi que ce soit à qui que ce soit, au moins faut-il le connaître. Paris: Trois jours de festival pour comprendre comment parlent les jeunes DEBAT Pendant trois jours, le Festival des conversations invite à poser les smartphones et à se retrouver autour d'une table, pour analyser nos façons de discuter... Fabrice Pouliquen Pas question de dire que les jeunes se parlent moins ou plus mal qu’avant. Même à l’heure de la conversation interposée par écran.

Related: