Vidéo Iraq Reuters Wikileaks

Facebook Twitter

Collateral Murder

Political language is designed to make lies sound truthful and murder respectable, and to give the appearance of solidity to pure wind. -- George Orwell Update: On July 6, 2010, Private Bradley Manning, a 22 year old intelligence analyst with the United States Army in Baghdad, was charged with disclosing this video (after allegedly speaking to an unfaithful journalist). The whistleblower behind the Pentagon Papers, Daniel Ellsberg, has called Mr. Collateral Murder
Quatre blessés par balles dans des violences à New York - LeMond
Diffusion de la vidéo d'une bavure de l'armée américaine en Diffusion de la vidéo d'une bavure de l'armée américaine en Diffusion de la vidéo d'une bavure de l'armée américaine en Irak en 2007 (AFP) – 5 avr. 2010 WASHINGTON — Le site internet Wikileaks.org, spécialisé dans la diffusion de contenus sensibles, a rendu public lundi la vidéo d'un raid d'un hélicoptère de l'armée américaine qui a provoqué il y a trois ans la mort de deux employés de l'agence Reuters et de plusieurs autres personnes. Les images, tournées à bord de l'hélicoptère Apache, sont accompagnées de la bande son des conversations entre les pilotes de l'appareil et le contrôle au sol: ils identifient les hommes qui circulent dans une rue de Bagdad comme des insurgés armés et demandent l'autorisation d'ouvrir le feu.
WASHINGTON (Reuters) - La vidéo d'un raid d'hélicoptère américain à Bagdad qui avait provoqué la mort de deux employés de l'agence Reuters et de plusieurs autres personnes en juillet 2007 a été divulguée lundi par un site spécialisé dans la diffusion d'informations sensibles. Wikileaks.org a donné une conférence de presse à Washington en expliquant avoir obtenu grâce à des fuites au sein de l'armée ces images protégées par le secret-défense, qu'il a pu examiner et vérifier après avoir déverrouillé le code de cryptage. Un responsable du Pentagone, s'exprimant sous le sceau de l'anonymat, a confirmé l'authenticité des images et de la bande-son qui l'accompagne. Reuters avait réclamé à l'armée américaine une enquête exhaustive et objective sur la mort de ses deux employés. Le Pentagone a conclu que les militaires avaient agi conformément à leurs règles d'engagement. actualité boursière, marché financier, économie française : Chal actualité boursière, marché financier, économie française : Chal
Une vidéo prouve une bavure américaine -
Elle a été rendue public sur le site internet Wikileaks.org, spécialisé dans les contenus sensibles. On y voit un raid d’hélicoptère sur des personnes dans une rue déserte de Bagdad le 12 juillet 2007. En quelques minutes, une dizaines de personnes sont tuées dont deux employés de l’agence de presse Reuters. Deux enfants seront également blessés. L’armée américaine a toujours affirmé qu’il s’agissait d’un combat opposant des militaires et des insurgés. Faux affirme le fondateur du site Wikileaks.org en s’appuyant sur cette vidéo : Une bavure de l’armée américaine en Irak diffusée sur une vidéo Une bavure de l’armée américaine en Irak diffusée sur une vidéo
wikileaks
WikiLeaks posts video of 'US military killings' in Ir WikiLeaks posts video of 'US military killings' in Ir WikiLeaks posts Iraq killings video WikiLeaks has posted a video on its website which it claims shows the killing of civilians by the US military in Baghdad in 2007. The website's organisers say they were given the footage, which they say comes from cameras on US Apache helicopters. They say they decrypted it, but would not reveal who gave it to them. The WikiLeaks site campaigns for freedom of information and posts leaked documents online. So far there has been no official Pentagon response.
A secret video showing US air crew falsely claiming to have encountered a firefight in Baghdad and then laughing at the dead after launching an air strike that killed a dozen people, including two Iraqis working for Reuters news agency, was revealed by Wikileaks today. The footage of the July 2007 attack was made public in a move that will further anger the Pentagon, which has drawn up a report identifying the whistleblower website as a threat to national security. The US defence department was embarrassed when that confidential report appeared on the Wikileaks site last month alongside a slew of military documents. Wikileaks reveals video showing US air crew shooting down Iraqi Wikileaks reveals video showing US air crew shooting down Iraqi
Les images d'une bavure de l'armée américaine en Irak diffusées «Regarde moi ces pourritures crevées». Le site internet Wikileaks.org a rendu public lundi la vidéo-choc d'un raid d'un hélicoptère de l'armée américaine en Irak qui a provoqué en 2007 la mort de deux employés de l'agence de presse Reuters et de plusieurs autres personnes. Les images, tournées à bord d’un hélicoptère Apache, sont accompagnées de la bande son des conversations -très brutales- entre les pilotes de l'appareil et le contrôle au sol. Une caméra prise pour un lance-grenade On peut y voir un groupe d'hommes marcher dans une rue de Bagdad, parmi lesquels seront identifiés les deux employés de Reuters Namir Noor-Eldeen et Saeed Chmagh. Les pilotes de l'Apache, qui semblent prendre la caméra d'un des employés de Reuters pour un lance-grenade RPG, affirment avoir repéré «cinq ou six individus avec des AK-47». Les images d'une bavure de l'armée américaine en Irak diffusées
Vidéo: la bavure qui a tué deux journalistes en Irak | slate Vidéo: la bavure qui a tué deux journalistes en Irak | slate Le site Internet WikiLeaks a publié lundi 5 avril une vidéo d'une rare violence montrant un hélicoptère de l'armée américaine tuer un photographe et un chauffeur de l'agence de presse Reuters dans une attaque à Bagdad en juillet 2007. On peut y entendre les soldats demander à plusieurs reprises la permission de tirer sur un groupe d'hommes dans une rue déserte, parmi lesquels se trouvaient les deux employés, et s'y reprendre à deux fois pour achever les cibles. Un haut gradé de l'armée américaine a confirmé l'authenticité de l'enregistrement, qui a été pris d'un des deux hélicoptères impliqué dans l'attaque. Comme le note Jean-Marc Manach sur le blog Bug Brother du Monde, Reuters n'avait pas réussi à se procurer cette vidéo: «L'agence Reuters avait tenté, en vain, d'obtenir cet enregistrement vidéo, au moyen du Freedom of Information Act. L'armée avait refusé de rendre la vidéo publique, et lui avait alors répondu que ses soldats avaient agi conformément aux règles d'engagement.»
Wikileaks and the dream of the open web In case you have not seen it yet, Wikileaks has released a video of an American helicopter crew opening fire on a group of men in Iraq, and later firing on a van that was trying to retrieve the wounded. I have been debating with myself whether to embed the video here. It is seriously disturbing, and I am concerned about potentially tasteless juxtaposition between the seriousness of the subject matter and the light-hearted nature of this blog, but I have decided that this is important enough that it requires all of the promotion it can get. Warning, this is a very disturbing video. There is no need to mention the details of the video, it speaks for itself. Wikileaks and the dream of the open web
déclassifiés » Wikileaks, la révélation industrielle Dans la soirée de lundi, les activistes de Wikileaks (dont je vous ai déjà parlé en de multiples occasions) ont publié une vidéo très compromettante pour l’armée américaine, datée de 2007. Largement relayée dans les médias du monde entier, elle montre un hélicoptère Apache abattre plusieurs civils irakiens, ainsi que deux journalistes de l’agence Reuters, que les soldats auraient confondu avec des insurgés. Les empêcheurs de gouverner en rond défient les journalistes: seraient-ils devenus les meilleurs d’entre nous? Ont-ils fait de la fuite, du «leak», un produit manufacturé? Il y a quelques mois, Wikileaks était encore une structure volatile, une menace fantôme à la hiérarchie aussi souple que floue. La plateforme mettait en ligne des documents confidentiels, à cadence soutenue, sans autre choix éditorial qu’une poignée de lignes de présentation. déclassifiés » Wikileaks, la révélation industrielle