background preloader

Eva

Facebook Twitter

Malformation fœtale : le dilemme des parents. Anencéphalie, cardiopathie, trisomie… Que faire quand bébé présente une sévère anomalie dans le ventre de maman ?

Malformation fœtale : le dilemme des parents

Le mettre au monde ou pas ? Une décision lourde de conséquences, surtout quand la grossesse est avancée. On ne s’y attend jamais. Une grossesse qui vire au drame à l’échographie parce que bébé souffre d’un sérieux défaut de fabrication. Sera-t-il normal, docteur ? La faute (!) La plupart sont visibles au deuxième trimestre de grossesse, parfois même au premier. L’embêtant, c’est qu’il est impossible de prédire avec justesse quels seront les handicaps de bébé à la naissance – dans le cas d’un hygroma kystique (une masse qui se forme au cou), par exemple, la moitié des enfants naîtront normaux.

L’obstétricien François Audibert traite plusieurs de ces cas. « Il est beaucoup plus traumatisant pour une femme d’interrompre sa grossesse à 22 semaines qu’à 12. Qu’importe la décision – garder bébé ou pas –, elle change la vie des parents. Garder Élia continuer la lecture Adieu Poussin. Interruption médicale de grossesse (IMG) - Ooreka. Écrit par les experts Ooreka Il est important de différencier l'interruption volontaire de grossesse, qui intervient lors d'une grossesse non désirée, de l'interruption médicale de grossesse.

Interruption médicale de grossesse (IMG) - Ooreka

En effet, cette dernière est envisagée dans le cas de pathologies lourdes, mettant en danger la santé de l'enfant et/ou celle de la mère. Interruption médicale de grossesse : définition L'interruption médicale de grossesse (IMG), également appelée « avortement thérapeutique » est pratiquée lorsque, à la suite d'un diagnostic prénatal, une anomalie grave est constatée. Dans le cas de la détection de ce type d'anomalie, une décision d'arrêter la grossesse peut être prise.

Contrairement à la fausse couche tardive, ou encore à la mort fœtale in utero, qui n'a aucune solution médicale, la découverte d'une anomalie grave confronte l'équipe soignante et les parents à la question difficile de poursuivre ou non la grossesse. Les étapes indispensables précédant l'IMG Après 14 semaines de grossesse Dans ce cas : Débat sur l’avortement : question de santé publique contre combat idéologique. Dépénalisée en France depuis l’entrée en vigueur de la loi Veil en 1975 et remboursée par l’Assurance maladie depuis 1982, l’interruption volontaire de grossesse (IVG) demeure plus que jamais un sujet polémique en Europe.

Débat sur l’avortement : question de santé publique contre combat idéologique

En France, elle est revenue cet hiver sur le devant de la scène. D’abord lors de l’annonce d’un projet de loi espagnol remettant très sérieusement en question le droit à l’avortement et, plus récemment, à l’occasion de l’adoption par l’Assemblée nationale d’un amendement qui, au contraire, assouplit le droit à l’IVG en France. Les deux fois, des « pro » et des « anti » avortement sont descendus dans la rue pour protester. À contre-courant En ce qui concerne le texte français, il s’agit en réalité d’une très légère modification entrant dans le cadre plus large du projet de loi « pour l’égalité entre les femmes et les hommes », projet de loi inscrit sur la feuille de route du gouvernement pour 2014.

Un enjeu aux élections européennes ? Interruption volontaire de grossesse (IVG) Interruption volontaire de grossesse (IVG) Pour ou contre l'avortement? Claudine [voir ci-dessous] je suis vraiment désolé mais ce que tu dis est injuste.Ma meilleure amie est tombée enceinte suite à un viol.

Pour ou contre l'avortement?

Les parents de mon amie avait la même visions des faits que toi. Elle a donc gardé le bébé mais cet enfant, elle le déteste car elle dit qu'il ressemble au père. Elle a tenté de se suicider plusieurs fois. Il faut penser aussi à toute les femmes qui se sont battues pour nous.Alors je suis d'accord pour l'avortement.Oceane 18 ansMoi je suis pour l'avortement. Quand les parents ne peuvent pas subvenir aux besoins d'un enfant le mieux à faire c'est de se faire avorter.