background preloader

Evolution de la perception

Facebook Twitter

The tangled story of Alois Alzheimer. Histoire de la folie : de l’Antiquité à nos jours. HISTOIRE DE LA FOLIE De l’Antiquité à nos jours aux Editions Tallandier Par Claude Quétel 619 pages 25€ Bantreil Noëlle , le 26 juillet 2010 L’écriture de l’histoire de la folie appartient aussi bien à l’historien qu’au médecin, au psychologue, au philosophe, au psychanalyste, au sociologue, chacun ne voyant midi qu’à sa porte.

Histoire de la folie : de l’Antiquité à nos jours

Paradoxalement, puisqu’il s’agit d’histoire, ce sont les historiens qui se sont le moins penchés sur la question. Claude Quétel se pose dans son ouvrage, des questions d’historien : Et s’il n’y avait pas de date fondatrice dans l’histoire de la folie ? DÉMENCE. Le terme « démence », longtemps synonyme d'aliénation mentale, a vu, tout au long du xixe siècle, sa définition psychiatrique se limiter et se préciser.

DÉMENCE

La conception primitive n'apparaît plus actuellement que dans le langage courant et en médecine légale. Dans le premier, elle souligne l'impossibilité, pour le « dément », de toute vie collective et personnelle normale. Le légiste limite, quant à lui, le terme démence à la seule notion d'irresponsabilité pénale. « Il n'y a ni crime ni délit lorsque le prévenu était en état de démence au temps de l'action » (article 64 du Code pénal). La folle histoire de la folie. La folle histoire de la folie – Claude Marcil avec Anne Quirion Asile abandonné (Grande-Bretagne)

La folle histoire de la folie

Encyclopédie de Diderot et d'Alembert - DÉMENCE. L'HISTOIRE DE LA MEDECINE - LES SIGNIFICATIONS DE LA MALADIE AU MOYEN AGE. Dans cette Europe chrétienne théocentrique, l'homme concevait la réalité et les institutions humaines d'un point de vue religieux, qui avaient pour but ultime de glorifier le caractère divin de la création.

L'HISTOIRE DE LA MEDECINE - LES SIGNIFICATIONS DE LA MALADIE AU MOYEN AGE

Pour lui, la maladie ne pouvait se concevoir que sous l'influence du diable, qui hante les maisons et lieux de vie des Croyants, prêt à les ensorceler. Le malade, du fait même de sa maladie, est religieusement impur : le soigner revient à lui purifier le corps et l'âme. D'où la nécessité d'isoler certains malades, comme les lépreux, moins par hygiène que par soucis religieux (pour ne pas influencer les autres, par leurs impiétés).

La "punition du déviant" par la mort (brûlé vif, « pour qu'au moins l'âme du sujet monte au ciel, purifiée par le feu, de toute influence diabolique !! ») n'était pas rare. Le moyenâgeux avait donc un triple rapport avec la maladie : L'évolution de la perception des maladies mentales à travers les époques. À travers les époques, les maladies que l’on l’appelle les maladies mentales n’ont pas toujours été expliquées de façon aussi rationnelle que de nos jours.

L'évolution de la perception des maladies mentales à travers les époques

Pire encore, les personnes souffrant de maladies mentales, bien longtemps appelées folie, n’ont pas toujours été traitées avec soin, si bien qu’ont en voit encore aujourd’hui les marques. L’histoire de la perception et du traitement des maladies mentales à travers le temps en dit long sur la peur qu’ont les hommes de la différence. Il va de soi que les maladies mentales ont toujours existées. Le diagnostic. Même s’il n’existe, pour l’heure, aucun traitement curatif, il est essentiel de pouvoir poser rapidement un diagnostic afin de mettre en place un plan d’aide adapté (aides médicales, médico-sociales, financières, etc.) et un accompagnement efficace.

Le diagnostic

La première étape La première étape est la consultation chez le médecin généraliste. C’est lui qui, après une évaluation globale, décide d’orienter la personne vers une consultation spécialisée (consultation mémoire ou centre de consultation mémoire et de recherche) ou vers un spécialiste libéral (neurologue ou psychiatre). HSMxx. HSMxx. Maladies mentales. Continuité du statut médical. Moyen Age. Par Michel Collée. Michel Collée.

Maladies mentales. Continuité du statut médical. Moyen Age. Par Michel Collée.

Maladies mentales. Continuité du statut médical. Moyen Age. Sous © Michel Collée & histoiredelafolie.fr CONTINUITE DU STAUT MEDICAL(Le Moyen-Age) 1. – La réflexion théorique. Tandis que le haut Moyen Age a conservé, au sens le plus étroit, l’héritage des auteurs de langue latine, un réveil intellectuel a été provoqué au XIIe siècle par un double apport des Arabes, avec d’une part la transmission de textes anciens jusqu’alors inconnus de l’Occident médiéval, et d’autre part une réflexion originale sur la médecine et, pour ce qui nous intéresse ici, sur les maladies mentales, classées presque toujours aux maladies de la tête dans une interprétation essentiellement somatique (1).

Démence. Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

démence

Affaiblissement progressif de l'ensemble des fonctions intellectuelles, dû à une probable lésion des cellules nerveuses cérébrales. Différents types de démence Les démences se divisent en deux catégories : les démences symptomatiques, qui sont la conséquence d'une autre maladie bien déterminée, et les démences dégénératives, de cause inconnue ou peu précise. Les démences symptomatiques sont le plus souvent vasculaires, liées à la répétition d'accidents vasculaires cérébraux. Dans les autres cas, la démence provient d'une autre maladie neurologique (chorée de Huntington, hématomes cérébraux, hydrocéphalie à pression normale) ou d'une maladie hormonale (insuffisance thyroïdienne), d'une intoxication (alcool, oxyde de carbone), d'une infection (syphilis, sida, maladie de Creutzfeldt-Jakob).

Les démences dégénératives ont une classification en évolution. Symptômes et signes. Histoire de la folie de l'Antiquité à nos jours. Historical Overview of the Dementias. RDP 2005 17 1965. Histoire des troubles mentaux. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Histoire des troubles mentaux

L'histoire des troubles mentaux remonte à de nombreux siècles, de l'ère préhistorique jusqu'à l'époque actuelle et moderne. De nombreux peuples, de diverses cultures, ont donné leurs opinions et leur perception sur ce qu'étaient les troubles mentaux. De grands penseurs tels que Platon ou Socrate se sont penchés sur ces anomalies mentales.

Ère préhistorique[modifier | modifier le code] Il existe quelques sources indiquant que les troubles mentaux remontent depuis l'ère préhistorique. Assises alzheimer francoisblanchard. LA DEMENCE. Lors d’un colloque tenu à TUBINGEN en novembre 1906, Alois ALZHEIMER découvrit les modifications morphologiques subies par une patiente de 51 ans qui avait séjourné durant une longue période à l’hôpital de FRANCFORT.

LA DEMENCE

La malade souffrait de sérieux troubles mnésiques, de désorientation et de symptômes tels que l’aphasie. Elle décéda et on envoya son cerveau à ALZHEIMER aux fins d’études neuropathologiques. Celui-ci constata une artériosclérose des gros vaisseaux du cerveau, une atrophie cérébrale uniforme sans le moindre foyer macroscopique, ainsi que d’importantes modifications des neurofibrilles qui avaient remplacé les neurones. Il pensa qu’il s’agissait là d’une altération chimique des fibrilles qui avaient survécu aux neurones, et conclut à l’existence d’une maladie cérébrale particulière, induite par des modifications neuropathologiques. C’est ainsi qu’en 1907 fut publié la première description d’une affection qui portera par la suite son nom. Neuroland-Art. Schizophrénie et Psychanalyse (1)