background preloader

Feb-Mar-April 2o16

Facebook Twitter

Alerte aux certificats falsifiés dans le nucléaire. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) française est inquiète.

Alerte aux certificats falsifiés dans le nucléaire

Un mouton noir a été repéré dans la filière. Un fabricant de pièces métalliques qui, dans une soixantaine de cas au moins, a fourni à ses clients comme Areva des produits présentant des malfaçons, accompagnés de certificats falsifiés. L’ASN a demandé à toutes les entreprises du secteur de vérifier les pièces qu’elles utilisent en provenance de cette PME, pour pouvoir stopper les équipements en cas de besoin, a-t-elle annoncé lundi 18 avril. En 2012, un scandale du même type avait été découvert en Corée du sud. Nucléaire, banalisation des catastrophes.

Tchernobyl, Fukushima, les années passent, rien n’est résolu, ni l’extinction des feux nucléaire, ni la fin de la pollution radioactive, et pourtant, malgré la faillite annoncée, Areva, EDF et le gouvernement français s’entêtent à promouvoir cette énergie mortifère.

Nucléaire, banalisation des catastrophes

À Tchernobyl, le 1er sarcophage ayant rendu l’âme, un second est en construction depuis des années et devrait être glissé sur des rails dans quelques mois pour limiter les rejets radioactifs, pendant qu’à Pripiat et au delà, les sangliers radioactifs se multiplient : ils ne connaissent pas les frontières, et plus d’un tiers des sangliers allemands sont radioactifs : sur les 750 bêtes tuées, 297 d’entre eux dépassent la norme de radioactivité. lien En Ukraine, les touristes font maintenant des randonnées nucléaires dans la zone contaminée, afin de découvrir cette faune qui a reconquis l’espace abandonné par les humains.

C’est ce que répète régulièrement le patron de l’ASN : « le Japon s’est fait surprendre. Olivier Cabanel. 30 ans de Tchernobyl : chronologie d'un mensonge et d’une catastrophe non-maîtrisée (vidéos) Il y a 30 ans, le 26 avril 1986, une fusion incontrôlée du cœur du réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl, au nord de l’Ukraine, provoque ce qui deviendra la plus importante catastrophe du nucléaire civil du XXème siècle, avec des milliers de victimes.

30 ans de Tchernobyl : chronologie d'un mensonge et d’une catastrophe non-maîtrisée (vidéos)

Les conséquence sont lourdes : un "nuage" composé d’éléments radioactifs (iode-131, césium-134 et césium-137) s’échappe du site pendant une dizaine de jours, poussé par les vents, et contamine une bonne partie de l’Europe. Cependant, la catastrophe n’est connue de l'Occident que trois jours plus tard, le 29 avril, son ampleur étant minimisée par les autorités soviétiques jusqu’à la mi-mai.

Retour sur une gestion de crise controversée. ► 26 avril A 1h23 du matin, lors d’un exercice de sécurité mal opéré après l’arrêt planifié de la centrale, le réacteur n°4 de Tchernobyl de type RBMK 1000 (réacteur à système simplifié) s’emballe après une montée incontrôlable de sa puissance en son cœur. Les traces du nuage de Tchernobyl toujours présentes en France. MOUSSES.

Les traces du nuage de Tchernobyl toujours présentes en France

Riche idée qu’a eue l’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’ouest (ACRO). Trente ans après l’explosion du réacteur ukrainien, l’organisme a lancé un appel pour qu’on envoie à son laboratoire de mesure des échantillons puisés dans l’environnement (arbres, mousses, sols, etc.), sur des champignons et des fruits et légumes consommés par les hommes. L’ACRO n’a pas cherché à encadrer la collecte. Les participants ont été libres de choisir leur échantillon, démarche qui colle bien avec le devenir des radionucléides dans l’environnement qui dépend de la qualité et de l’usage des sols et de l’érosion par le vent et l’eau.

Sur les trois éléments artificiels relâchés dans l’atmosphère durant les dix jours suivant l’explosion du réacteur (iode-131, césium-134 et 137), seul le césium-137 est aujourd’hui mesurable. Sans surprise, les traces du "nuage de Tchernobyl" sont toujours bien présentes sur le territoire français. Les champignons sont d'efficaces accumulateurs. Catastrophe nucléaire: Tchernobyl: trente ans déjà! Si au fil des décennies la catastrophe nucléaire de Tchernobyl semblait en grande partie oubliée par le monde, celle à la centrale japonaise de Fukushima, provoquée en 2011 par un séisme suivi d'un tsunami, a ravivé les cauchemars.

Catastrophe nucléaire: Tchernobyl: trente ans déjà!

Elle a dans la foulée relancé le débat international sur la sécurité de ce type d'énergie. Son bilan sanitaire reste toujours controversé. Le jour anniversaire du drame, le chef de l'Etat ukrainien Petro Porochenko et Suma Chakrabarti, président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd), qui gère un fonds pour la sécurisation du site, doivent se rendre sur les lieux pour rendre hommage aux victimes. EXCLUSIF - Un Français sondé sur deux est partisan de sortir du nucléaire. Reporterre publie en exclusivité un sondage réalisé par l’IFOP et présenté samedi 23 avril lors de la conférence #tcherno23 organisé par l’association Ville sur terre à la mairie du IIe arrondissement de Paris (la conférence peut être suivie en video en direct ici).

EXCLUSIF - Un Français sondé sur deux est partisan de sortir du nucléaire

Cette étude a été commandée par les organisateurs avec le soutien d’Europe Ecologie les Verts, Ecologistes ! , le Parti de Gauche, Cap 21 et Génération Ecologie. Le sondage a été mené auprès d’un échantillon de 1.001 personnes, représentatif de la population française âgée de plus de 18 ans, sur internet (questionnaire « auto-administré » entre le 7 et le 11 avril. Le principal enseignement en est que 47 % des personnes interrogées sont favorables à l’arrêt des centrales nucléaires, contre 53 % favorables à la poursuite de leur fonctionnement.

La sortie du nucléaire, inimaginable il y a quelques années, est donc devenue un sujet de débat légitime et clivant presque également le pays. Télécharger le sondage complet :